Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Philippe de Dieuleveult
La Croix de Guerre Icon_minitimeAujourd'hui à 13:52 par Opus28240

» ASAF « On ne relie les hommes que par la confiance »
La Croix de Guerre Icon_minitimeAujourd'hui à 11:14 par Blu

» Opération Lamantin
La Croix de Guerre Icon_minitimeAujourd'hui à 10:05 par patrouille de nuit

» Union Nationale des Combattants - UNC -
La Croix de Guerre Icon_minitimeAujourd'hui à 9:41 par WILLIS

» En Normandie un parc dédié au D-DAY
La Croix de Guerre Icon_minitimeAujourd'hui à 8:22 par Invité

» général Béthouart
La Croix de Guerre Icon_minitimeHier à 21:23 par Kuiper

» POCKET GUIDE TO FRANCE
La Croix de Guerre Icon_minitimeHier à 14:24 par Invité

» Titanic, vers de nouvelles découvertes, l’épave pourra être découpée.
La Croix de Guerre Icon_minitimeHier à 12:04 par Invité

» “More majorum”
La Croix de Guerre Icon_minitimeHier à 9:14 par LANG

Juin 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 30 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Opus28240

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 333 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Phil DIEGO

    Nos membres ont posté un total de 4236 messages dans 1464 sujets

    La Croix de Guerre

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    La Croix de Guerre Empty La Croix de Guerre

    Message par Jean le Jeu 7 Nov - 23:46



    La croix de guerre est une décoration militaire instituée en 1915 pour récompenser les soldats ayant fait preuve d’une conduite exceptionnelle.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Pendant les premiers mois du conflit, en effet, la France ne dispose pas de décoration spécifique pour gratifier et matérialiser les actes de bravoure individuels des soldats. À cette époque, il n’existe que la Légion d’honneur, créée en 1802 par Napoléon Bonaparte, la médaille militaire, instituée en 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte, et les citations à l’ordre du jour des régiments.

    Il a très vite semblé nécessaire, au regard de l’importance des forces mobilisées et des souffrances endurées, de créer une récompense spécifique destinée aux militaires titulaires d’une citation. L’un des plus fervents partisans en est le général Victor Boëlle (1850-1942), alors commandant du IVe Corps d’armée. Il s’entretient à ce sujet avec le député et écrivain Maurice Barrès (1862-1923), qui demande alors, par voie de presse, la création d’une nouvelle récompense militaire afin que le chef puisse décorer ses plus braves soldats sur le champ de bataille après chaque affaire.

    Le 23 décembre 1914, plusieurs députés, dont Georges Bonnefous, de Seine-et-Oise, déposent une proposition de loi visant à instituer une médaille récompensant la valeur militaire pour commémorer les citations individuelles. Cette proposition est discutée à la Chambre des députés le 4 février 1915. Favorable à ce projet, le rapporteur de la commission de l’armée, le lieutenant-colonel Émile Driant, revient du front pour le défendre.

    Voici quelques passages du discours qu’il prononce ce jour-là (Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 5 février 1915, p. 89-92) :

    […] La récompense nouvelle qui va devenir d’un seul coup – ne vous y méprenez pas – l’une des distinctions les plus enviées, sera surtout une source profonde, une source merveilleuse d’émulation.

    Non pas, Messieurs, que le courage français, même après six mois de durs efforts, ait besoin qu’on lui rende du souffle ; il n’en a pas besoin, il ira jusqu’au bout. Demain comme hier, il se manifestera aussi fécond en dévouements de toutes sortes, que cette croix lui soit offerte ou non.

    Mais dans les conditions nouvelles de cette guerre, où au choc retentissant des armées a succédé l’interminable série des actes de bravoure individuels, créer cette récompense, c’est mettre entre les mains des chefs militaires un levier d’une puissance incomparable.

    Cela est si vrai, que ce levier, les principales armées de l’Europe le possèdent. La Russie a la croix de Saint-Georges, l’Angleterre la croix de Victoria, l’Italie la médaille de la valeur militaire. La France n’a rien d’équivalent.

    J’entends bien que l’on me répond que nous avons la Légion d’honneur, le plus brillant, le plus beau de nos insignes nationaux et peut-être même de tous les insignes connus.
    Nous avons aussi la médaille militaire, qui est une distinction infiniment précieuse […].

    Rien de plus beau, en effet, que ces deux décorations françaises. Mais si le nombre en est suffisant en temps de paix, il est totalement insuffisant en présence des nombreux actes d’héroïsme dont s’enorgueillit aujourd’hui la nation.
    Accroître ce nombre est impossible au-delà d’une certaine limite, puisqu’une dotation pécuniaire est attachée à chacune d’elles.

    De plus, elles se donnent en temps de paix à l’ancienneté et nous tenons à récompenser uniquement des actes de guerre.
    Enfin, et surtout, la Légion d’honneur et la médaille militaire ne peuvent payer les dévouements qui se traduisent par le sacrifice instantané de la vie. Nous avons vu un ministre de la Guerre essayer de décorer un aviateur tombé en service commandé et se heurter aux règlements de l’ordre de la Légion, qui ne permettent pas d’accrocher un ruban rouge sur une poitrine qui ne bat plus.

    Dans l’armée française donc, le chef qui veut proclamer le courage d’un soldat n’a à sa disposition qu’un moyen, c’est la citation. […]

    Et, qu’est-ce que la citation elle-même ?
    Messieurs, un résumé bien terne et bien incomplet de l’acte accompli. […]

    Évidemment, ces citations ont, par leur simplicité même, une admirable beauté, une beauté tragique ; mais rendent-elles tout l’héroïsme dépensé et surtout, quand le Journal officiel a paru, qu’en reste-t-il ?

    C’est à cette dernière question que nous avons voulu répondre.
    Nous avons voulu que les combattants morts au champ d’honneur, en accomplissant un acte de bravoure utile au pays par ses résultats, utile à l’armée par l’exemple, puissent léguer à leurs familles et à leurs enfants autre chose que quatre lignes noyées dans une colonne de journal.

    Cette décoration, dont l’aspect a varié au fil des débats parlementaires, mais aussi au gré des propositions d’artistes (pas loin de sept projets), se présente sous la forme d’une croix en bronze florentin du module de 37 mm, à quatre branches avec, entre les branches, deux épées croisées. Le modèle retenu est celui du sculpteur Albert Bartholomé.

    Sur l’avers, figure au centre une tête de "Marianne" coiffée d’un bonnet phrygien et ornée d’une couronne de laurier, avec en exergue "République française".
    Au revers, figure l’inscription "1914-1915", qui est modifiée chaque année jusqu’à la fin de la guerre. La croix de guerre est suspendue à un ruban vert avec liseré rouge à chaque bord et comptant cinq bandes rouges de 1 mm 5. C’est le ruban de la médaille de Sainte-Hélène. Elle se porte sur le côté gauche de la poitrine, immédiatement après la Légion d’honneur ou la médaille militaire.

    Les insignes distinctifs des diverses citations sont les suivants :

    pour une citation à l’ordre de la brigade, du régiment ou unité assimilée, une étoile en bronze ;
    pour une citation à l’ordre de la division, une étoile en argent ;
    pour une citation à l’ordre du corps d’armée, une étoile en vermeil ;
    pour une citation à l’ordre de l’armée, une palme représentant une branche de laurier en bronze.

    Plusieurs citations obtenues pour des faits différents se distinguent par autant d’étoiles correspondant à leurs degrés ou de palmes. La matérialisation des citations, les conditions d’obtention et l’aspect général de la décoration sont précisés dans le décret d’application du 23 avril 1915. À chaque citation – reconnaissance d’un acte de bravoure individuel – correspond un insigne spécifique et distinctif. Celui-ci s’agrafe sur le ruban qui peut en recevoir plusieurs.
    Pour les citations collectives, la fourragère est instituée en avril 1916. Ce cordon en tissu tressé aux couleurs de la décoration est porté par tous les militaires pendant leur présence au sein de l’unité citée.

    La croix de guerre peut aussi être décernée aux civils, à des étrangers, à des institutions, à des régiments, à des bâtiments de la Marine nationale, à des collectivités, et même à des animaux (le pigeon voyageur par exemple).
    C’est ainsi que le 33e régiment d’infanterie d’Arras a eu son drapeau décoré de la croix de guerre par le général Pétain le 14 août 1915, et a obtenu le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre.

    271 communes du Pas-de-Calais l’ont obtenue entre le 25 août 1919 (Calais) et le 17 novembre 1923 (Souastre), avec pour la plupart les 23 et 25 septembre 1920 – Bapaume, décorée de la croix de la Légion d’honneur dès le 10 octobre 1919, recevant la croix de guerre par arrêté du 9 août 1928.

    Lors de la Seconde Guerre mondiale, une croix de guerre 1939-1945 sera également instituée.




    Archives Pas-de-Calais
    Jean
    Jean

    Messages : 43
    Points : 4028
    Réputation : 1144
    Date d'inscription : 01/10/2019
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    La Croix de Guerre Empty Poussé au delà du Rhin

    Message par WILLIS le Ven 10 Avr - 0:02



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'on fait.
    WILLIS
    WILLIS
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 244
    Points : 13768
    Réputation : 1434
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    La Croix de Guerre Empty Re: La Croix de Guerre

    Message par WILLIS le Ven 10 Avr - 13:29



    Août 1914, les Russes avaient la Croix de Saint-Georges, les Anglais la Victoria-Cross, les Prussiens la Croix de Fer de 1813 et 1870 et nous … la médaille de 1870.

    Il a fallu que 2 000 soldats tombent au quotidien au champ d’Honneur avant que ne naisse officiellement le 8 avril 1915 la Croix de guerre 1914-1918.
    En se référant aux archives encore consultables, nous pouvons dire aujourd’hui, que la genèse de cette décoration repose sur l’initiative d’un trinôme d’officiers : le général Boëlle commandant le IVe  Corps, le lieutenantcolonel Degoutte, son chef d’État-major, et son officier d’ordonnance le capitaine Monflier.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Constatant, début novembre, les pertes humaines considérables des premières batailles de la Marne, de l’Artois et de l’Yser (500000 hommes de l’armée française), le général Boëlle présente au sénateur Ernest Gauvin, en visite d’inspection parlementaire sur le front de la Somme, l’idée d’un nouvelle décoration dont le but était de mieux répertorier et récompenser plus objectivement les soldats.

    En effet, en 1914, la réglementation pour l’attribution de la Légion d’honneur ou de la Médaille militaire était alors trop restrictive par rapport aux nombreux actes de bravoure.

    S’il faut attendre le 23 novembre pour qu’une proposition de médaille dite de « valeur militaire » soit déposée au Parlement, c’est le 28 janvier 1915, devant les députés, que le colonel Driant prononce pour la première fois dans son discours, au nom de l’Armée et avec l’accord de la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur, l’expression « Croix de guerre ».

    A partir de cette date, les réticences rencontrées par les porteurs du projet s’effacent.
    Le 4 février, le texte est déposé à la Chambre des députés.
    Dans le rapport qui a été remis, deux idées méritent notre attention :
    • Il faut donner à la Croix de guerre 1914-1918 la forme d’une étoile à l’image de la Légion d’honneur.
    • Le ruban vert et rouge reprend la couleur du ruban de la médaille de Sainte-Hélène (1870).

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La Croix de guerre 1914-1918 a ses attributs (palmes et étoiles),
    mais le revers change avec les millésimes.(Coll. MSO)

    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'on fait.
    WILLIS
    WILLIS
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 244
    Points : 13768
    Réputation : 1434
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    La Croix de Guerre Empty Re: La Croix de Guerre

    Message par Sylvain (ONAC) le Dim 12 Avr - 10:22




    Le nombre exact de titulaires de la Croix de guerre 1914-1918 est inconnu.


    En effet, au 1er mars 1920, le ministère de la Guerre estimait à 2 055 000 le nombre de citations attribuées aux
    combattants des armées françaises et alliées.

    Or, ce chiffre ne tient pas compte des citations à titre posthume et des Croix de guerre avec palme accompagnant d’office la Légion d’honneur et la Médaille militaire.

    Le premier poilu à recevoir la Croix de guerre 1914-1918, le 23 février 1915, fut le caporal Silvain Métivier. Il était affecté, pendant les faits, au 66e régiment d’infanterie.

    L’As des As français, René Fonck, termina le conflit avec 28 palmes et une étoile sur sa Croix de guerre.

    Cette décoration ne fut pas uniquement attribuée à des militaires mais aussi à des aumôniers, des ambulanciers, des civils et même à un pigeon, nommé « Cher Ami » en 1916.

    La Croix de guerre 1914-1918 fut également décernée à titre collectif. Furent ainsi décorés plus de 600 unités de l’armée de Terre, une quarantaine de navires de guerre comme : Le Bouvet, et 70 escadrilles d’aviation… de même que 80 bâtiments auxiliaires et de commerce et des organismes (Chemins de fer de la banlieue de Reims) ou des institutions (Préfecture de Police de Paris, le barreau de Paris, des universités, de grandes écoles…).

    Enfin, entre 1917 et 1931, 2985 communes reçurent cette décoration : 2942 communes issues de la liste d’origine, 16 communes rajoutées à cette liste d’origine, plus 12 Croix de guerre attribuées à la suite de la Légion d’honneur et enfin 15 villes étrangères.
    Anonymous
    Sylvain (ONAC)
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum