Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 21 Invités :: 1 Moteur de recherche

    bretivert, junker

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 86 le Mar 5 Nov - 17:22

    Général Jacques MASSU

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Général Jacques MASSU Empty Général Jacques MASSU

    Message par Jean

    Général Jacques MASSU Portra11


    Né le 05 Mai 1908 à Châlons sur Marne . Décèdé le 26 octobre 2002 - Conflans-sur-Loing . Compagnon de la Libération par décret du 14 juillet 1941

    Jacques Massu est né le 5 mai 1908 à Châlons-sur-Marne. Son père était officier d'artillerie.

    Élève successivement à Saint-Louis de Gonzague à Paris, au collège libre de Gien de 1919 à 1925 et au Prytanée militaire de 1926 à 1928, il entre ensuite à Saint-Cyr et en sort sous-lieutenant en 1930 (promotion "Maréchal Foch") en choisissant l'Infanterie coloniale.

    D'octobre 1930 à août 1931, il sert au 16e Régiment de tirailleurs sénégalais (16e RTS) à Cahors dans le Lot avant de partir pour le Maroc au 5e RTS ; il prend part aux combats du Tafilalet où il gagne sa première citation.

    En octobre 1932, il est promu lieutenant et, l'année suivante, participe aux opérations du Haut-Atlas où il est de nouveau cité.

    En 1934 le lieutenant Massu est muté au 12e RTS à Saintes (Charente-Maritime). De janvier 1935 à février 1937, il sert au Togo où il assume des fonctions civiles et militaires au pays Komkomba. Ensuite, jusqu'en juin 1938, il stationne en Lorraine, au 41e RMIC, à Sarreguemines-Puttelange.

    Il part ensuite pour le Tchad où, en qualité de chef de subdivision du Tibesti, sous les ordres du lieutenant-colonel d'Ornano, il assume de nouveau des fonctions civiles et militaires à Zouar. Promu capitaine en juin 1939, l'armistice le surprend au Tchad d'où, ayant entendu l'appel du 18 juin, il rallie aussitôt le général de Gaulle.

    Servant sous les ordres du colonel Leclerc, il prend part, de décembre 1940 à janvier 1941, au raid franco-britannique sur Mourzouk au cours duquel il est blessé puis à la campagne du Fezzan (février-mars 1942). En septembre 1942 il est promu au grade de chef de bataillon et commande le Bataillon de marche n°1; début 1943 il participe à l'occupation du Fezzan et occupe les fonctions d'adjoint au gouverneur du Fezzan à Sebha.

    Il combat ensuite en Tunisie sous les ordres du général Leclerc dans le cadre de la "Force L" affectée à la 8e Armée britannique. Au moment de la constitution de la 2e Division blindée, Jacques Massu prend le commandement du 2e Bataillon du Régiment de marche du Tchad.

    Après un séjour en Angleterre, d'avril à juillet 1944, avec l'ensemble de la 2e DB, il débarque en Normandie le 1er août, prenant une part active aux combats du bocage normand et à la libération de Paris, le 25 août. Le commandant Massu se distingue ensuite dans les Vosges à Contrexeville, Vittel et lors de la bataille de Dompaire où il met hors de combat 32 chars allemands avec l'aide de l'aviation US.

    Le 25 septembre 1944 il est promu lieutenant-colonel et participe à la marche sur Strasbourg, libère Saverne et entre dans Strasbourg le 23 novembre 1944. Il prend part ensuite à la réduction de la poche de Colmar et à l'occupation de l'Allemagne.

    Après la capitulation allemande il prend le commandement du Groupement de marche de la 2e DB destiné à l'origine à continuer la guerre contre le Japon. Il embarque en septembre 1945 pour Saigon, libère la Cochinchine (Mytho, Taï-Ninh, Plaine des Joncs) et dirige les opérations de Ban Me Thuot à Nathrang. Il part pour le Tonkin avec Leclerc et entre à Hanoï en mars 1946.

    Promu colonel, il rentre en France en novembre 1946. Un mois plus tard, il retourne en Indochine après le coup de force Viêt-minh. Jacques Massu est ensuite affecté au 3e Bureau de l'Inspection de Forces d'Afrique du Nord toujours auprès de Leclerc.

    Breveté parachutiste en mars 1947, il met sur pied le centre de formation des Parachutistes coloniaux en Bretagne qui devient la 1ère Demi-brigade coloniale de commandos parachutistes; en deux ans il forme ainsi six bataillons qui participent aux combats d'Indochine. De nouveau, il est envoyé en mission en Indochine en 1948.

    De retour en France, il est, d'octobre 1949 à juillet 1950, auditeur à l'Institut des Hautes études de la Défense nationale (IHEDN) à Paris. En 1951 il prend le commandement de la 4e Brigade d'AOF à Niamey. En 1954, il est affecté en Tunisie comme adjoint au commandant de la 11e DI puis comme commandant de la zone opérationnelle nord, au Kef. En juin 1955 il est promu général de brigade et muté à Alger. Il est ensuite nommé au commandement des Parachutistes en Afrique du Nord et du Groupement parachutiste d'intervention.

    En août 1956 le général Massu prend le commandement de la 10e Division parachutiste et, à sa tête, participe à l'expédition d'Egypte. En janvier 1957 il est chargé - en plus du commandement de la 10e DP - du commandement militaire du territoire de la zone nord algéroise, y compris l'agglomération d'Alger. Il livre alors "la bataille d'Alger".

    Chargé des fonctions de préfet d'Alger en juin 1958, nommé général de division le 1er juillet suivant, le général Massu reçoit le commandement du corps d'armée d'Alger en décembre 1958. Il quitte l'Algérie en janvier 1960.

    Gouverneur militaire de Metz, commandant la 6e Région militaire et inspecteur désigné de la zone de défense n°3 en septembre 1961. Il est nommé général de corps d'armée en juillet 1963.

    Le 1er mars 1966, il est promu commandant en chef des Forces françaises en Allemagne, le jour où il reçoit ses étoiles de général d'armée. Membre du Conseil supérieur de la Guerre (1966).

    Le général d'armée Jacques Massu quitte ses fonctions pour passer dans le corps de réserve (2e Section) en juillet 1969.

    Auteur de plusieurs ouvrages de souvenirs, il exerce ensuite les fonctions de chef du Bureau de préparation militaire et de promotion de la jeunesse.

    Jacques Massu est décédé le 26 octobre 2002 à son domicile de Conflans sur Loing dans le Loiret où il a été inhumé.


    • Grand Croix de la Légion d'Honneur
    • Compagnon de la Libération - décret du 14 juillet 1941
    • Croix de Guerre 39/45 (8 citations)
    • Croix de Guerre des TOE (3 citations)
    • Croix de la Valeur Militaire (2 citations)
    • Distinguished Service Order (GB)
    • Presidential Unit Citation (USA)
    • Grand Officier du Nichan el Anouar
    • Grand Officier de l'Etoile noire du Bénin
    • Grand Croix du Mérite de RFA



    Ordre de la Libération


    Dernière édition par Jean le Mer 16 Oct - 23:19, édité 2 fois
    Jean
    Jean

    Messages : 14
    Points : 283
    Réputation : 52
    Date d'inscription : 01/10/2019
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Général Jacques MASSU Empty 2002, décès du général MASSU

    Message par Jean


    Figure de la France libre, il avait été commandant de la 10ème division parachutiste pendant la bataille d'Alger en 1957. Chirac salue "un très grand soldat".

    Général Jacques MASSU Jacque10

    Le général Jacques Massu est décédé samedi soir à son domicile dans le Loiret. Il était âgé de 94 ans. Les raisons de son décès n'ont pas été précisées.
    Figure de la France Libre, il avait été commandant de la 10ème division parachutiste pendant la bataille d'Alger en 1957.
    Ce saint-cyrien avait rallié le général de Gaulle dès l'armistice de juin 1940 et participé, dans les rangs de la colonne Leclerc aux combats de la France Libre au Tchad, en Tunisie, en Normandie et à la libération de Paris avant d'entrer dans Strasbourg en novembre 1944.

    Compagnon de la Libération, il avait fait la guerre en Indochine.
    Parvenu au garde de général en 1955, il avait participé à l'expédition franco-britannique de Suez en 1956.
    Un an plus tard, il prend le commandement de la 10ème division parachutiste chargée du maintien de l'ordre à Alger. Les méthodes controversées de certains de ses officiers, comme le capitaine Paul Aussaresses, qui avaient torturé des membres du FLN, avaient été dénoncées.
    Il accepte d'être président du Comité de salut public, souhaitant le retour de De Gaulle. Commandant du corps d'armée d'Alger (décembre 1958), il est déçu par la politique que le Général mène en Algérie. Son rappel en métropole provoque des émeutes en janvier 1960 ("semaine des barricades"). Mais il vota "oui" au référendum du 8 janvier 1961 sur le principe d'autodétermination.

    Gouverneur militaire de Metz (1961), Jacques Massu avait terminé sa carrière en juillet 1969 comme commandant en chef des forces françaises en Allemagne.
    Il s'était ensuite retiré dans le petit village de Conflans-sur-Loing dans le Loiret.

    Réactions

    Le président de la République a rendu hommage dimanche à la mémoire du général Massu, en saluant "un très grand soldat", un "homme de coeur et de générosité" qui a "assumé ses responsabilités avec dignité, courage et honnêteté".

    "Avec le général Massu disparaît un très grand soldat qui fut de tous les combats de la France contemporaine", déclare le chef de l'Etat. "Homme de conviction tout entier dévoué à son pays et à son métier, il laissera aussi le souvenir d'un homme de coeur et de générosité", écrit encore le président de la République.
    "J'exprime à son épouse, à ses enfants et à ses proches mes condoléances attristées. Je leur dis, au nom de la France, la gratitude de la Nation", conclut-il.

    La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a salué la mémoire du général, ce "Compagnon de la Libération qui a servi la France avec passion tout au long de sa vie". Michèle Alliot-Marie a fait part de "sa tristesse" et de sa "très grande émotion" à l'annonce de ce décès et "transmis ses plus vives condoléances à Madame Massu".
    De son côté, le général Marcel Bigeard a "rendu hommage à Massu, homme de caractère et qui n'était pas un dégonflé".



    L'Obs


    Dernière édition par Jean le Mer 16 Oct - 23:23, édité 1 fois
    Jean
    Jean

    Messages : 14
    Points : 283
    Réputation : 52
    Date d'inscription : 01/10/2019
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Général Jacques MASSU Empty Re: Général Jacques MASSU

    Message par Jean


    Général Jacques MASSU Massu_10
    En Algérie

    Général Jacques MASSU Le_gzo10
    - Algérie -
    Jean
    Jean

    Messages : 14
    Points : 283
    Réputation : 52
    Date d'inscription : 01/10/2019
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Général Jacques MASSU Empty Re: Général Jacques MASSU

    Message par LANG

    1963- 1966, du côté de Dieuze au 13ème RDP on connaissait bien le Général…

    Extrait de l’article « Les Bougies du 13 » publié dans un précédent forum.

    …Tout le monde, néanmoins, s’entendait pour trouver inquiétante l’espèce de grande cage habillée d’un filet de camouflage qui trônait sur la place d’armes.
    Non, ce n’était pas une pseudo carlingue d’entrainement au saut.
    Un général, connu et aimé de tous, avait suggéré un jour qu’un « panier » était peut-être une solution pour faciliter le regroupement au sol. Chaque équipe sautait en effet avec une gaine larguée en premier et contenant disons le matériel « lourd ». Sortir le plus rapidement possible pour « coller » au colis faisait partie des « plaisirs » du saut. Et le regroupement au sol autour de cette gaine était toujours un problème…
    Quelques esprit très très disciplinés avaient écouté le général et s’étaient penchés sur la question.
    Ces chercheurs-trouveurs avaient imaginé une solution géniale : la nacelle «  tous groupiert » avec largage par tranche arrière !

    Général Jacques MASSU Larg10

    Un conditionnement ad hoc avec bottes de paille et matelas pneumatiques dans tous les coins, sangles de maintien et même un ou deux hublots pour admirer le paysage. Une capsule spatiale avant l’heure !
    Tout était prévu.
    La seule question qui n’était pas tranchée concernait l’équipement du personnel. Etait-il vraiment nécessaire de l’équiper avec un parachute… Quand je vous disais que tout était prévu !
    Il suffisait de larguer ce « panier » avec hommes et matériel comme une marchandise !
    Le résultat a fait peur à tout le monde et, je pense, également au général.
    A ma connaissance personne ne s’était porté volontaire pour faire le premier essai.
    La nacelle a servi de décoration un certain temps.
    Ce « fameux » général aimait beaucoup venir nous voir. Comme je l’ai déjà écrit, le bruit courait que le 13 avait été implanté dans l’Est pour lui faire plaisir. C’était bien entendu, pour le 13,… parfaitement possible ! !
    Parfois, il était accompagné par la Princesse Napoléon qui était la marraine du régiment. Et, ne l’oublions pas, le 13ème Dragons était le digne représentant des Dragons de l’Impératrice.

    Général Jacques MASSU Massu_10

    Lors de ses visites, le général  posait toujours la même question avec un sourire machiavélique : « Alors vous en êtes-où de la mise au point de cette nacelle ? ».
    Le chef de corps, lui répondait, imperturbable : « Il reste encore quelques mises au point mais on avance mon général ».
    Ce petit jeu a duré longtemps et a contribué à beaucoup d’éclats de rires… du général !
    Et un jour, il nous a quitté pour d’autres horizons…
    On s’est empressé de faire disparaître la fameuse nacelle pour ne pas donner de mauvaises idées à son remplaçant…

    Je ne peux pas m'empêcher de vous remontrer cette photo. Vous vous imaginez un peu dans cette caisse en train de sortir...

    Général Jacques MASSU Larg110
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 425
    Points : 3103
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum