Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 34 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 32 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    salliere herve

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 389 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est fromenteaux bernard

    Nos membres ont posté un total de 4656 messages dans 1649 sujets

    PHOTO : L’Homme et le Cheval…

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    PHOTO : L’Homme et le Cheval… Empty PHOTO : L’Homme et le Cheval…

    Message par LANG le Ven 21 Juin - 16:44

    PHOTO : L’Homme et le Cheval… 61723010


    Photo Alain Laurioux / IFCE
    (Colonel de Beauregard, ancien Ecuyer en chef du Cadre Noir de Saumur qui nous a quitté fin mai)

    Par expérience des deux types de "chutes"... Je peux vous assurer que c’est plus compliqué de maitriser un cheval qu’un parachute mais les arrivées au sol se ressemblent.
    Et, un peu comme dans la chanson de Renaud : « ce n’est pas toujours l’Homme qui monte le cheval… »

    Le colonel de Beauregard avait été mon "instructeur équitation" à Saumur. Mon "moniteur" en quelque sorte...
    C’est une belle photo, j'avais envie de vous la faire partager…
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 785
    Points : 19629
    Réputation : 8557
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    PHOTO : L’Homme et le Cheval… Empty Re: PHOTO : L’Homme et le Cheval…

    Message par Rev le Ven 21 Juin - 21:03

    Un bel hommage trouvé sur le site de La Croix.

    L’adieu au cavalier
    par Emmanuel de Waresquiel sur le site de La Croix
    Extrait :

    "Les rencontres les plus inattendues sont souvent les plus belles. Nous venions, ma femme Alexandra et moi, à l’Aulnière en Anjou, pour la première fois. C’était un matin d’août, il y a une dizaine d’années, dans la lumière poussiéreuse de l’été. Il n’y avait personne aux écuries et nous errions un peu au hasard quand nous sommes entrés dans ce qui ressemblait à un manège.
    Il existe toutes sortes de silences. Celui du mépris, ceux du cœur, les silences gênés, ceux de l’obéissance, ceux qui portent le poids d’une faute, le silence de l’oubli, ceux de l’ennui aussi, et même celui du vide.
    Dans ce manège, ce matin-là, quelque chose rayonnait en silence. Au centre du cercle se tenait un homme de petite taille. Sur le cercle et parfaitement incurvé, un grand cheval bai brun le saluait au pas rassemblé. Il n’y avait pour seul contact entre le cheval et l’homme que la présence de ce dernier. Pas de longe, pas de chambrière. Nous sommes restés là quelques secondes, un peu interdits, avant que l’homme ne s’aperçoive de notre présence. Nous venions de faire la connaissance du colonel de Beauregard…

    et la fin de l’article :

    "…Bien sûr, François de Beauregard n’emporte pas tout cela avec lui, le Cadre noir existe toujours, mais j’ai pensé le jour de sa mort à Paul Morand et à son roman Milady, à son adaptation au cinéma aussi et à Jacques Dufilho, admirable comme lui, de réserve, d’inspiration et de tension contenue en commandant Gardefort. Comme si Morand avait fait de son officier imaginaire l’ancêtre de cet écuyer-là. Comme si les dernières pages de sa nouvelle, lorsque Gardefort n’a d’autre choix que de se séparer de sa jument, lui avaient été dédiées. Comme une prémonition :
    « Dans la cour vide, un cheval et un homme tournaient sans bruit, rasant les murs et au pas (…). Le cavalier, raidi, contracté, se tenait droit comme s’il se présentait devant Dieu (…). On eût dit qu’un même malheur les touchait, tant l’âme du cavalier semblait avoir passé dans le corps de son cheval. Le commandant Gardefort montait Milady pour la dernière fois. »
    Il y aura toujours des « dernières fois ». Il y aura toujours des écuyers noirs à cheval pour hanter nos souvenirs. Je les salue en cavalier. « Calme, en avant, droit. »


    Lire le texte complet sur :
    https://www.la-croix.com/Debats/Chroniques/Ladieu-cavalier-2019-06-18-1201029681#
    Anonymous
    Rev
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum