Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 15 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Sergent-chef Louis Rolland

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    27042019

    Message 

    Sergent-chef Louis Rolland  Empty Sergent-chef Louis Rolland




    Sergent-chef Louis Rolland
    Parrain de la 306e promotion
    de l'École Nationale des Sous-Officiers d'Active
    4e Bataillon
    du 31 août 2015 au 18 décembre 2015
    Le sergent-chef Louis Rolland était titulaire des décorations suivantes :
    Chevalier de la Légion d'honneur
    Médaille militaire
    Croix de guerre des Théâtres d’opérations extérieures
    avec une palme, une étoile de vermeil et une étoile d’argent
    Croix de la Valeur militaire avec une palme
    Médaille coloniale avec agrafe « EXTRÊME-ORIENT »
    Médaille commémorative de la campagne d’Indochine
    Médaille commémorative Afrique du Nord avec agrafe « ALGÉRIE »
    Croix de la Vaillance vietnamienne avec palme


    Sergent-chef Louis Rolland  Lr10

    Sergent-chef Louis Rolland
    Louis Rolland est né le 22 septembre 1930 à Chauvigné dans le département de l’Ille-et-Vilaine. Issu d’une famille
    de commerçants, c’est un brillant élève de l’école publique.
    Adolescent, il sera particulièrement marqué par l’occupation allemande. D’un naturel assez réservé mais déjà courageux et patriote, Louis décide, à l’aube de ses 20 ans, de s’engager le 20 avril 1950 au titre du 6e régiment de tirailleurs sénégalais (6e RTS) stationné à Casablanca, au Maroc.

    Au cours de cette campagne, il effectuera de nombreuses missions jusque dans les territoires du sud et y gagnera ses galons de 1re classe, de caporal puis de caporal-chef.
    Alors qu’il est en séjour en Afrique du Nord, Louis est affecté, à sa demande, le 23 juin 1951, au sein de la jeune
    1re demi-brigade coloniale de commandos parachutistes, héritière des parachutistes de la Seconde Guerre mondiale.

    Dans le but d’aller combattre en Indochine dans une guerre insurrectionnelle devenue nettement impopulaire en
    métropole, il rejoint, avec le grade de sergent, cette unité stationnée en Bretagne, le 24 juillet 1951.
    Son brevet militaire de parachutiste obtenu le 5 septembre 1951, sous le numéro 62 875, le sergent Louis Rolland peut désormais aller se battre au sein du jeune 3e bataillon colonial de commandos parachutistes (3e BCCP).

    Au cours de l’année 1952, après 6 ans de conflit, l’armée populaire du vietminh, peu économe de ses hommes,
    continue de lancer des offensives coûteuses mais efficaces contre les français stationnés en Extrême-Orient. C’est dans
    ce contexte particulièrement délicat que le sergent Rolland débarque à Saigon le 28 janvier 1952.
    Après huit mois d’opérations avec le 3e BCCP qui deviendra quelques années plus tard le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa), il est affecté, à compter du 1er octobre 1952, au sein d’une nouvelle unité : le 3e bataillon de parachutistes vietnamiens (3e BPVN). Alors sous-officier adjoint, Louis se distingue particulièrement dans cette formation que le général de Lattre de Tassigny vient de créer dans l’objectif de constituer une armée vietnamienne.

    Le 20 mai 1953, au cours d’une opération dans la province de Xieng-Khouang, au Laos, le sergent Rolland lance,
    avec quelques fusiliers-voltigeurs autochtones, une contre-attaque décisive face à de forts éléments rebelles qui
    donnaient l’assaut, forçant l’ennemi à se replier.
    Le 15 août 1953, au cours d’une mission effectuée dans la province de Phan Thiet, Centre Vietnam, Louis se fait de nouveau remarquer. Alors que sa section est violemment accrochée par l’ennemi, un chef de groupe est grièvement blessé. Afin de le mettre à l’abri, le sergent Rolland monte à l’assaut de la position rebelle à la tête de quelques voltigeurs vietnamiens. Une nouvelle fois, le vietminh bat en retraite.
    Le 9 janvier 1954, il participe à l’opération de secours de Ban-Hine-Siu, poste situé dans le Moyen Laos. En dépit des lourdes pertes infligées à son bataillon (51 tués, 101 disparus et 83 blessés), Louis se distingue, une fois de plus, pour ses qualités de meneur d’hommes et son sens du combat. Alors qu’il était en réserve de contre-attaque et que la position était menacée par l’adversaire, il s’infiltre avec ses hommes sur le point le plus exposé, stoppe plusieurs vagues d’assaut vietminh dans des combats allant jusqu’au corps à corps et permet ainsi au reste de l’unité de se regrouper dans le poste.

    Immédiatement après s’être replié en ramenant ses blessés, le sergent Rolland organise la défense sur sa zone de
    responsabilité et commande des tirs précis et meurtriers.
    Participant à la contre attaque, il franchit le premier le mur d’enceinte de l’emprise, à la tête des voltigeurs vietnamiens de sa section, qu’il emmène vers les positions des rebelles, les contraignant ainsi à un repli désordonné, leur causant des pertes sévères et récupérant un armement important (1 bipied de mortier de 81 mm, 1 mitrailleuse, 2 fusils mitrailleurs, 10 pistolets mitrailleurs et 15 fusils).

    Pour ces trois faits d’armes héroïques où son courage et son sang-froid ont aussi bien marqué ses hommes que
    ses chefs, le sergent Louis Rolland sera respectivement cité à l’ordre du corps d’armée, de la division et de l’armée.
    Quelques mois plus tard, il se verra décerner la Médaille militaire par le général Leblanc, commandant les Forces
    Terrestres au Centre Vietnam. Lors de cette cérémonie, sa majesté BÀO ÐaI lui remettra la Croix de la Vaillance
    vietnamienne avec palme.
    À l’issue d’un séjour de plus de 26 mois au cours duquel il a participé à de nombreuses opérations et effectué
    plusieurs sauts opérationnels, Louis quitte l’Indochine le 6 avril 1954 peu avant la chute de Diên Biên Phu et retrouve en
    métropole la 1re demi-brigade coloniale de commandos parachutistes.
    Le 1er novembre 1954, l’Algérie connait des troubles insurrectionnels. Il rejoint donc deux jours plus tard cette terre alors française au sein d’un des deux bataillons « Blizzard » constitués à la hâte en métropole pour faire face à la rébellion. Pendant plus de 10 mois, au sein du jeune 5e bataillon de parachutistes coloniaux (5e BPC), le sergent Rolland participera à de multiples opérations dans le département de Constantine avant de rejoindre, le 1er octobre 1955, le 2e régiment de parachutistes coloniaux (2e RPC) qui vient juste d’être créé et qui deviendra quelques années plus tard le 2e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (2e RPIMa).

    Après un retour éclair en métropole qui l’aura vu être inscrit au journal officiel du 3 mars 1956 au tableau
    d’avancement pour le grade de sergent-chef, il retourne servir, à sa demande, à compter du 1er avril 1956, au sein du 2e
    RPC qui se trouve à ce moment-là dans le nord constantinois.
    Affecté depuis le 12 mai 1956 au sein de la 3e section de la 1re compagnie, le sergent (TA) Louis Rolland gagne de nouveau très rapidement aussi bien l’estime de ses hommes que de ses chefs.

    Le 18 juin 1956, sur la côte 1188 du Djebel Bou Aarig situé dans la région des Nemencha, la section de Louis
    reçoit pour mission de déborder une position rebelle qui avait pris à partie d’autres éléments de la compagnie.
    Sans hésiter, alors que sa section est stoppée par le tir d’une arme automatique des fellaghas, le sergent (TA) Rolland
    entraîne ses hommes à l’assaut de cette position dans le but de la détruire. Au cours de cette action, il est frappé d’une
    balle en pleine tête et malgré l’évacuation rapide effectuée en hélicoptère vers l’hôpital de Tébessa, il décède des suites
    de ses blessures.

    Il est inhumé au cimetière de cette ville le 21 juin 1956, au cours d’une cérémonie où il a été décoré de la croix des braves. Son corps est rapatrié dans son village de Chauvigné le 22 novembre 1956 et il est enterré le lendemain, à quelques kilomètres de là, dans le cimetière de Saint-Marc-le-Blanc.

    Pour ce nouveau fait d’armes, ses qualités de combattant et de meneur d’hommes exceptionnelles, le sergent
    (TA) Louis Rolland reçoit à titre posthume la Croix de la Valeur militaire avec palme et il est promu au grade de sergent chef
    à compter du 1er mai 1956.

    Enfin, pour le sacrifice ultime de son engagement, il est déclaré « Mort pour la France » le 21 février 1957.
    Chevalier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, quatre fois cité, le sergent-chef Louis Rolland était un vaillant soldat, un sous-officier héroïque et un chef prestigieux.

    Élèves sous-officiers de la 306e promotion, le sergent-chef Louis Rolland poursuit désormais son combat en vous
    accompagnant comme parrain. Soyez en fiers et montrez-vous en dignes.
    saut ops
    saut ops

    Messages : 57
    Points : 4701
    Réputation : 56
    Date d'inscription : 29/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Sergent-chef Louis Rolland :: Commentaires

    Anonymous

    Message le Sam 27 Avr - 16:51 par REV

    "Le 20 mai 1953, au cours d’une opération dans la province de Xieng-Khouang, au Laos, le sergent Rolland lance, avec quelques fusiliers-voltigeurs autochtones, une contre-attaque décisive face à de forts éléments rebelles"

    "Le 15 août 1953,  le sergent Rolland monte à l’assaut de la position rebelle à la tête de quelques voltigeurs vietnamiens"

    "Le 9 janvier 1954, il participe à l’opération de secours de Ban-Hine-Siu, Louis se distingue, une fois de plus, pour ses qualités de meneur d’hommes et son sens du combat. Il s’infiltre avec ses hommes sur le point le plus exposé, stoppe plusieurs vagues d’assaut vietminh dans des combats allant jusqu’au corps à corps "

    "Le 18 juin 1956, sur la côte 1188 du Djebel Bou Aarig situé dans la région des Nemencha...le sergent (TA) Rolland entraîne ses hommes à l’assaut de cette position dans le but de la détruire. Au cours de cette action, il est frappé d’une balle en pleine tête..."

    Oui, la 306ème promotion de l'ENSOA peut être fière de son parrain...

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum