Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs.

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs. Empty La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs.

    Message par saut ops


    Les photographes et les caméramans du Service cinématographique des armées (SCA) ont abondamment couvert les principales phases politico-militaires de la guerre d’Algérie (1954-1962).
    Le rôle du SCA et de son annexe d’Alger1 est apparu majeur dans cette guerre qualifiée à l’époque comme une oeuvre de pacification où l’information et l’action psychologique ont pris une part prépondérante. Pensée comme un outil stratégique inscrit dans ce contexte, l’annexe algérienne du SCA a eu une mission de communication qui véhiculait les idéologies politiques dominantes desquelles émergeait une vision officielle qui a évolué tout au long du conflit.

    Découvrez ce document en ouvrant le fichier PDF


    Fichiers joints
    La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs. Attachment
    3 photographes.pdf (2.6 Mo) Téléchargé 29 fois
    saut ops
    saut ops

    Messages : 57
    Points : 4701
    Réputation : 56
    Date d'inscription : 29/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs. Empty Re: La guerre d'Algérie vue par 3 photographes amateurs.

    Message par LANG

    Merci saut ops pour ce document.
    Un document intéressant sur ces photographes de la guerre d’Algérie que sont Marc Flament, Arthur Smet et Claude Roudeau,
    J’ai retenu un certain nombre de choses.
    Normalement, seuls les photographes "officiels" et les officiers avaient l'autorisation de faire des prises de vues pendant les opérations (je n'en suis pas certain). Notre ami Junker a certainement pris des "initiatives"...
    « Maîtriser le récit visuel des événements militaires apparaît comme un moyen de corroborer le discours officiel en faveur de l’Algérie française. »
    Au passage, on trouve une note du gendre du général de Gaulle, le général de Boissieu :
    « Les reporters de cette section, photographes et cinéastes peuvent être utilisés pour la réalisation de documents divers : documents d’instruction pour les troupes, documents d’action psychologique sur les populations, documents d’information pour la presse française et étrangère. Les documents destinés à l’information sont établis sous la direction du 5e bureau de l’EMI… »
    L’influence du 5ème bureau est effectivement importante jusqu’au mois de février 1960 date à laquelle de Gaulle le fera dissoudre.


    Marc Flament incorporé comme dessinateur de presse a peut-être connu Cabu ? En effet, ce dernier a également fait son service comme dessinateur mais avec un autre état d’esprit, celui du futur journal  Hara Kiri ?
    Son commentaire concernant les photos de Sentenac :
    « […] et j’ai commencé à faire sur une pellicule 6x6 toute une succession de clichés de son agonie, c'est-à-dire qu’au fil des images on a vue, on peut voir toujours, je n’ai même pas coupé le film, on voit son corps qui s’affaisse de plus en plus sur le sable, et puis on l’a recouvert avec une toile de tente. »  

    Arthur Smet, lui aussi avec Bigeard, photographie les commandos Cobra et Georges.
    « Soixante-et-une photographies de type identification judiciaire ont été répertoriées dans la collection Smet. Mise en regard du volume total (5015 clichés), ce type de prise de vue représente 1,2 % de l’ensemble de la production. Si ce pourcentage peut sembler faible, le nombre de ces photographies reste tout à fait exceptionnel s’agissant d’une collection photographique constituée dans des conditions aussi particulières » C'est vrai qu'on a assez peu de photos de ce genre...


    Claude Roudeau officier renseignement et photographe. C’est celui que l’on connait assez peu.
    « Pourquoi, alors qu’il lui est possible de fixer l’horreur de la guerre, Claude Roudeau choisit-il de détourner son regard ? »
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 384
    Points : 2842
    Réputation : 561
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum