Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 20 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 20 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Ven 18 Oct - 18:16

    Le Pont-Long à Pau

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Le Pont-Long à Pau

    Message par WILLIS

    En matière d’aviation aujourd'hui nous fréquentons PAU PYRENEES.
    Il y a quelques années nous parlions de PAU UZEIN. Certains qui ont participé aux compagnies tournantes s'en souviennent en raison des avions du COTAM.

    Mais si l’on remonte encore plus loin dans le temps nous parlons de champ d’aviation, comme on disait au début du 20eme siècle, et plus précisément nous parlerions de l’école d’aviation du Pont-Long à Pau.

    Que distance parcourue depuis le premier terrain, celui que Wilbur Wright découvrit en 1909. Ce "champ d'aviation" comme on disait à l'époque, c'était environ 40 hectares que la ville de Pau et le Comité d'aviation louaient au Syndicat des bergers du Haut-Ossau dans la lande du Pont-Long.
    Le Pont-Long à Pau Pauavi10

    Le Pont-Long à Pau Intros10

    Le Pont-Long à Pau Intro210

    Le Pont-Long à Pau Pont_l10

    Le Pont-Long à Pau Pont-l10

    Le Pont-Long à Pau Pont-l11

    Le Pont-Long à Pau Pont-l12

    Le Pont-Long à Pau Pont-l13

    Dans le courant du mois de février 2008, les lecteurs de La République ont appris avec stupeur la démolition de hangars, situés dans l’enceinte de l’ETAP au Pont-Long (banlieue nord de Pau). Ces hangars avaient servi à la formation des pilotes de chasse de la première guerre mondiale.
    Ce lieu fut tout simplement le véritable point de départ de l’épopée de l’aviation en France. Les frères Wright, à la pointe de l’aviation mondiale, étaient venus y effectuer des essais en 1909 devant un parterre de nombreuses personnalités dont Louis Barthou, le roi d’Espagne Alphonse XIII et le roi d’Angleterre, Édouard VI. Par la suite, les plus grands aviateurs français étaient venus s’installer au Pont-Long, dont Blériot, le vainqueur de la Manche.
    Le sentiment manifesté par les personnes qui ont fait connaître leur opinion, est l’écœurement .
    c’est aussi le mien. En tout premier lieu, c’est fouler au pied le souvenir des pilotes formés à cet endroit et morts pour leur pays .. Ensuite, ce sont des éléments qui sont partie prenante, non seulement de l’histoire du Béarn, mais aussi de l’histoire de France.
    Outre leur signification historique, il faut savoir que les bâtiments en question présentaient un intérêt culturel et architectural : ils avaient été conçus par Eiffel (excusez du peu) et étaient les derniers exemplaires de ce type encore debout.

    A la lecture de ce qu’on peut appeler une catastrophe, j’ai fait instantanément le rapprochement avec la mort de Cannelle, dernière ourse béarnaise de souche.
    Dans les deux cas, il s’agit d’une issue irréversible, dans les deux cas, l’irréversibilité était largement évitable, dans les deux cas, de nombreuses personnes ont alerté les pouvoirs publics sur les risques d’une issue fatale, sans trouver d’oreilles suffisamment sensibles et compréhensives.
    Deux élues sont scandalisées après coup .. Je ne doute pas de la sincérité de leur émotion, mais que n’eussent-elles fait tout leur possible avant que n’ait lieu l’inéluctable, et à défaut, alerté l’opinion publique sur les risques encourus? Encore ont-elles eu le mérite de se prononcer...
    Comment a-t-on laissé se détériorer peu à peu ces hangars uniques Il est quand même invraisemblable qu’un tel fait ait pu se produire, si on pense à tous les élus béarnais présents ou passés, qui ont de près ou de loin été en contact avec le dossier et/ou qui avaient la possibilité d’intervenir avec efficience pour éviter le pire. Ils méritent une huée générale.

    Du seul point de vue architectural, on peut faire un petit rapprochement avec la serre qui se trouve au zoo d’Asson. Cette serre provient de l’Exposition Universelle de Paris de 1900 et a été classée en 2001 dans l’Inventaire général des Monuments Historiques .. donc sauvegardée.
    Que n’eut t-on procédé de la même manière avec les hangars ? En outre, il est tout de même paradoxal, qu’à l’heure où on reconstruit un bâtiment similaire à l’original dans l’ancien camp de Gurs –ce qui est une bonne chose- , on laisse détruire de vrais bâtiments d’origine . Ce qui indique que le concret est indispensable pour se faire une idée plus précise sur les évènements réels. Ayant visité le camp d’Auschwitz, j’ai pu vérifier cela..
    Se pose la question du patrimoine .. Au vu des évènements, on peut se demander si les « décideurs » ,les "personnes de pouvoir", ont seulement conscience de ce que recouvre ce concept, de ce qui en relève. Parallèlement, en Béarn, on s’apprête à casser, à creuser, à trancher; on envisage la construction de routes en tous sens - en dépit des conclusions formelles du Grenelle de l’Environnement- , on envisage le passage d’une ligne à très haute tension à destination de l’Espagne, l’enfouissement de CO2. On a déjà une usine de type Seveso "haut", dans l’étroite vallée d’Aspe, elle aussi potentiellement porteuse de dégâts irréversibles. Bonjour le patrimoine !!! Les routes en question vont défigurer, trancher le Béarn du nord au sud, passant à travers un ravissant secteur collinaire, défiguré irréversiblement. Il suffit d’aller se promener sur les tracés prévus pour la construction des routes pour prendre instantanément conscience de l’importance des dégâts corollaires occasionnés. L’emprise de ces routes équivaudrait au minimum à la superficie d’une dizaine de communes béarnaises de taille moyenne !!!
    Il faut savoir que ces projets vont de pair avec la création ou l’extension de carrières, elles aussi défigurant, ô combien, le paysage.. Il suffit d’aller se promener autour d’Asasp, pour en prendre immédiatement conscience de visu.
    En fin de compte, tout se passe comme si tout ce qui ne relevait pas du commercial n’avait aucune valeur.
    HD
    WILLIS
    WILLIS
    Admin
    Admin

    Messages : 159
    Points : 5203
    Réputation : 169
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Re: Le Pont-Long à Pau

    Message par Meaux


    Bonjour, c'est vrai que quand on pense à Pau on pense d'abord aux parachutistes, mais Pau ce fut aussi une grande histoire de l'aviation.
    Anonymous
    Meaux
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Re: Le Pont-Long à Pau

    Message par briselance13

    Comme mon ami Bernard, j'ai la nostalgie de cette époque, ces débuts du progrés, mais
    maintenant ça va trop vite, beaucoup trop vite.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3346
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Re: Le Pont-Long à Pau

    Message par LANG

    "...en Béarn, on s’apprête à casser, à creuser, à trancher; on envisage la construction de routes en tous sens ..."

    Quand je retourne dans ce coin de France qui me rappelle tant de choses, je me demande chaque fois si les montagnes y sont toujours. Ce n'est pas une remarque fantaisiste, en allant vers la vallée d'Ossau en direction d'Arudy une colline s'est transformée en carrière depuis quelques années...
    La carrière de Rébénacq !

    Le Pont-Long à Pau 28047610

    Pour plus de détails voir l'information du journal Sud Ouest :
    https://www.sudouest.fr/2015/06/16/l-activite-de-la-carriere-devoilee-1952563-4344.php

    Quand vont-ils s'attaquer à Jean-Pierre ?
    Tout est possible...
    "...comme si tout ce qui ne relevait pas du commercial n’avait aucune valeur..."
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 385
    Points : 2845
    Réputation : 561
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Re: Le Pont-Long à Pau

    Message par Jeando

    Il ne reste plus grand chose du pic de Rébénacq, mais le village ne sera plus dans l'ombre en hiver...
    Anonymous
    Jeando
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Aérodrome militaire de PAU - PONT-LONG

    Message par bretivert


    Aérodrome militaire de PAU - PONT-LONG, accueillant aujourd'hui l'aéroport de PAU - PYRÉNÉES.


    La carrière aéronautique du site de Pont-Long trouve sa lointaine origine en décembre 1908, au moment où, saisissant les avantages que leur offrait la ville de Pau, les frères Wright quittèrent la région du Mans pour y établir leur école de pilotage. L’exceptionnelle renommée que connut cette dernière et le climat dont elle bénéficiait firent qu’ils furent rejoints par Blériot en novembre 1910 puis par l’école Astra Aéronautique l’année suivante.

    Pour plusieurs raisons (concentration autour de Paris de la construction aéronautique, moindre importance des conditions climatiques, …), ces écoles, comme celles qui s’y greffèrent (Deperdussin, Morane-Saulnier, Nieuport et Voisin), disparurent du paysage palois aussi vite qu’elles s’y étaient installées.

    De manière, par contre, à faciliter l’installation d’un centre d’aviation militaire auprès de sa garnison, la ville de Pau convint en août 1911 avec le ministère de la Guerre de donner gratuitement à l’État et sans limitation de durée la concession des 128 ha de lande (aplat violet sur l’extrait de carte) appartenant à la commission syndicale du Haut-Ossau et dont celle-ci acceptait de lui accorder location à cette fin. Sauf un certain nombre de propriétés privées qui s’y trouvaient enclavées et seront acquises par la suite par l’État, cette surface concédée était limitée par deux routes (dont l’actuelle R.D. 289) à l’est et à l’ouest, par le marais de l’Uillède au sud et par le ruisseau d’Ayguelongue au nord.

    Conservant son statut de centre d’aviation militaire, l’aérodrome de Pont-Long figura parmi ceux sur lesquels les avions de l’Aéronautique commerciale comme les pilotes civils appartenant aux puissances signataires de la convention de Paris furent, à partir de 1920, autorisés à atterrir.

    Dans l’intention évidente d’allonger ultérieurement la ligne d’envol est-ouest, l’État acquit en mars 1922 un terrain de 47 ha (hachuré en violet sur le plan), dit alors "annexe Wright", situé au-delà de la route limitant à l’ouest l’aérodrome et appartenant au syndicat du Haut-Ossau. Toutefois, la coupure de la route de Lescar à Uzein n’intervint pas, de sorte que le terrain acquis en 1922 sera, sept ans plus tard, donné à bail par l’État à son ancien propriétaire.

    En 1937, le ministre de l’Air décida d’aménager une "base aérienne" au nord du ruisseau d’Ayguelongue - destiné dès lors à constituer la limite commune à la nouvelle et à l’ancienne plate-forme - et prescrivit, en décembre de la même année, l’acquisition des 233 ha nécessaires (aplat orangé sur le plan) selon la procédure d’urgence instituée par les décrets-lois du 30 octobre 1935.

    À ces parcelles d’origine privée s’ajoutait, au nord-est, un terrain de 54 ha (aplat vert sur le plan), dit encore "annexe Nieuport", qui avait été acquis par l’État en 1921 et sur lequel l’Armée de Terre avait stocké le matériel d’un centre de mobilisation d’infanterie. Tous ces terrains étant pour leur plus grande part situés sur le territoire de la commune d’Uzein, celle-ci donna son nom à ce second aérodrome tant que ce dernier demeura séparé du premier.

    La valeur des terrains à acquérir ayant été au départ sous-estimée, leur acquisition dut donner lieu à revalorisation des bases sur lesquelles ils furent expropriés en juillet 1938. La commission arbitrale d’évaluation eut tout de même à statuer en juillet 1939 et l’une de ses décisions fit d’ailleurs l’objet d’appel.

    En avril 1940, 61 ha (aplats bleus sur le plan) enclavés entre les deux aérodromes ou entre ceux-ci et l’annexe Wright furent réquisitionnés par l’État en vue d’élargir la plate-forme de Pont-Long par comblement de la dépression de Campelut parcourue elle-même par le ruisseau d’Ayguelongue.

    En juillet 1940, le secrétaire d’État à l’Aviation du gouvernement de Vichy décida :
    - d’acquérir, au besoin par expropriation, les terrains récemment réquisitionnés,
    - de poursuivre les démolitions entreprises sur l’annexe Wright et l’ensemencement de l’extension de la plate-forme de Pont-Long ainsi obtenue,
    - d’ensemencer également la plate-forme d’Uzein dont le drainage était en voie d’être terminé,
    - de conclure l’achèvement en cours de l’aménagement d’une voie de 40 m de largeur reliant les deux plates-formes de Pont-Long et d’Uzein par deux passages sur l’Ayguelongue et le Loupèche en utilisant les arbres abattus sur les rives de la première.
    Lorsqu’ils prirent possession des lieux, deux ans après, les Allemands y effectuèrent d’importants travaux de nivellement mais ne dotèrent pas comme ailleurs l’aérodrome d’importantes infrastructures bétonnées.

    À leur départ, ils détruisirent par minage les hangars épargnés par un récent violent bombardement allié, de sorte que les projets qui pouvaient être faits à la Libération n’étaient contraints par aucun autre existant que celui de la configuration hydrologique du terrain, elle-même caractérisée par la présence de ruisseaux sensiblement parallèles, orientés O-N-O / E-S-E, découpant le sol en dos d’âne successifs et ne permettant l’aménagement de bandes d’envol que selon cette direction.

    Mis par décision ministérielle d’août 1945 à la disposition de l’état-major de l’Armée de l’Air, à titre principal, et de la direction des Transports aériens, à titre secondaire, l’aérodrome de Pont-Long - Uzein accueillit, en décembre de la même année, l’école des parachutistes de Lannion qui dépendait encore à l’époque de l’Armée de l’Air.

    Intervenu l’année suivante, le rattachement des unités aéroportées à l’Armée de Terre souleva l’important problème de savoir dans quelles conditions une affectation du terrain pouvait être prononcée au bénéfice d’un ministère dont l’activité n’était pas aéronautique à titre principal et sous quel régime administratif les parachutistes de Pau allaient pouvoir continuer à occuper des locaux affectés à l’Armée de l’Air et gérés par le département chargé des Transports. Une solution provisoire fut trouvée pour le second volet de cette énigme jusqu’à ce que, ne se sentant pas chez eux dans la partie est du camp Guynemer mise à leur disposition à titre de prêt, les parachutistes trouvent refuge hors aérodrome sur l’emplacement de l’ancienne école Astra.




    Atlas Historique des Terrains d'Aviations
    bretivert
    bretivert

    Messages : 10
    Points : 805
    Réputation : 33
    Date d'inscription : 19/05/2019
    Age : 53
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

    Le Pont-Long à Pau Empty Pau (Basses-Pyrénées, actuellement Pyrénées-Atlantiques), champ de tir du Pont-Long, 6 juillet - août 1944

    Message par patrouille de nuit


    Le 25 août 1944, quatre fosses, dans lesquelles se trouvaient 47 cadavres d’hommes, furent découvertes au champ de tir du Pont-Long. Après enquête, on découvrit que ces fosses renfermaient les corps de FFI abattus par les Allemands après les combats de Portet et de Monein (Basses-Pyrénées) en juillet et août 1944.


    Le Pont-Long (« Paloun Loung » grand marécage) est un vaste plateau de 20 km de longueur et 5 km de largeur, situé au Nord de Pau. Au début du XX°, les frères Wright y établirent leur école d’aviation. L’armée française comprit rapidement l’intérêt de former ses pilotes et fit construire au Pont-Long, un des premiers hangars militaires consacrés à l’aviation. Jusqu’en 1940, la base du Pont-Long abrita le 36ème groupe de reconnaissance.
    Puis les Allemands prirent possession des terrains du camp d’aviation de Pont Long et utilisèrent les infrastructures présentes pour implanter une école pour les pilotes de la Luftwaffe.
    Le champ de tir de la base aérienne du Pont-long fut un lieu d’exécutions durant l’été 1944.

    Lieu d’exécution

    6 juillet 1944
    Le 3 juillet 1944, tôt le matin, un important détachement de 1200 allemands encercla Portet, village dans lequel se trouvait un groupe d’environ 200 maquisards de la Brigade Carnot du Corps Franc Pommiès, dont le commandant était Jean de Milleret, chef FFI des Landes. Le combat fut particulièrement violent et dura 8 heures. 20 hommes furent tués lors du combat et 39 autres furent capturés, transportés, enfermés et torturés dans les prisons de la caserne Bernadotte à Pau. Le 6 juillet, le commandant allemand prit la décision d’exécuter les prisonniers. Emmenés au champ de tir du Pont-Long, au nord de Pau, ils furent massacrés à la mitraillette et leurs corps jetés dans les fosses. D’après les constatations du médecin légiste, certains eurent les bras cassés ou retournés, d’autres furent ensevelis vivants.


    Liste des 39 victimes
    BAYLE Joseph
    BOURDIEU André
    BRÉJASSOU Marcel
    BRETONNEL Léon
    CASTARRÈDE Joseph
    CLAVÉ Marcel
    DABADIE Joseph
    DARENNE Maurice
    DELOI Roland
    DIEZ-ALCADE Porfidio
    DUPOUY André
    DUPRAT Jean
    DURAND Georges
    ESCOUBET André
    FAUTOUS Casimir
    GARANT Jacques
    GARDESSE Georges
    GRANDRÉMY Jacques G
    HÉNOCQUE Jean
    LABAT Charles Labat
    LABORDE-TURON Léon
    LAFFARGUE Gabriel
    LAFFITE Jules
    LANGLADE Marcel
    LASTECOUÈRES Joseph
    LEBRETON Henri
    LEHMANN Charles
    MAMOUSSE Jean
    MATHIE Jean
    MEJANEL Raoul
    MIRO André
    MISSOTTE Marcel
    MOUGNÈRES Marc
    PHESANS Georges
    RAYMOND Guy
    ROUCHEYROLLES René
    RUHLMAN Marcel
    SIZAURY Jacques
    WANNER Désiré


    7 juillet 1944
    Le vendredi 7 juillet 1944, six maquisards appartenant à l’Etat-Major du Bataillon Carrère (Corps Franc Pommiès) trouvèrent la mort à Monein lors d’un accrochage avec les Allemands. Les corps des résistants, furent ramenés au champ de tir du Pont-Long et jetés dans une fosse.


    Les six victimes
    COURSIN André Coursin
    DURET René Duret
    HOURUGOU Léonce Hourugou
    LESSEVAINE Henri Lassevaine
    POLTO Laurent Polto
    RICHARD Roger Richard


    Le 15 juillet, les Allemands fusillèrent au Pont-Long, le chasseur Roger SAINT-LAURENS qui fut capturé lors du combat de Bruges du 9 juillet 1944.
    En août 1944, alors qu’il surveillait un garage dépôt allemand, rue de Liège à Pau, Jacques BILLORET de la compagnie Peillon, Bataillon Vernet, fut appréhendé par une patrouille allemande. Violemment interrogé, il fut par la suite exécuté puis à demi enterré au Pont-Long.

    Lieu de mémoire
    Dans les années 50, à l’initiative de l’Amicale du maquis « Le Béarn », une stèle fut érigée dans l’enclos militaire du champ de tir. Celle-ci rappelle le souvenir de ces hommes exécutés sommairement par les Allemands : Hommage indéfectible aux 57 patriotes résistants fusillés ici par les allemands 1944 – À la mémoire de nos compagnons d’arme. Les anciens du corps francs Pommiès. Une lettre du Commissaire de la sûreté du 28 août 1944 fait état de l’exhumation de 47 corps et non de 57.
    Chaque année, depuis la Libération, les cérémonies officielles du 6 juin 1944 se déroulent au champ de tir du Pont-Long.




    SOURCES : CERONI, Marcel Corps Franc Pommiès. Tome 2 ; La lutte ouverte, Amicale du Corps Franc Pommiès, 2007, 579 p. — POULLENOT, Louis, Basses-Pyrénées, Occupation, Libération 1940-1945, Atlantica, 2008, 320 p. — MémorialGenWeb. — « Hommage aux fusillés du champ de tir de Pau », in La IVe République, 1950.


    Audrey Galicy
    patrouille de nuit
    patrouille de nuit

    Messages : 50
    Points : 4685
    Réputation : 38
    Date d'inscription : 30/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum