Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 26 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 223 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Gauthier

    Nos membres ont posté un total de 2591 messages dans 933 sujets

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… »

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Empty Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… »

    Message par LANG

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Dplnyn10



    Il n’était pas général. Il n’a pas gagné de batailles. Il a perdu la vie mais il a gagné l’estime et le cœur…

    Il avait 27 ans… Je voulais lui rendre hommage.


    "Ce qu'il cherchait... ce n'était pas cette poignée de bédouins mais cette chose impossible qui le hantait depuis si longtemps et qui ne se trouve que dans le sacrifice et la mort. C'était sa manière à lui de comprendre Dieu et ça aucune bête ne pourrait le faire. "



    ***********************


    Sergent Raymond Cloarec, de la section du lieutenant Roher, adjoint le sergent-chef Sentenac
    (extrait du Site Soldats de France) :


    « Quand René Sentenac fut touché, j'étais à ses côtés. Le Lieutenant Roher, en bas, essayait de venir vers nous en faisant gaffe car ça tirait de partout.
    Aussitôt je descends Sentenac en bas de la dune pour le mettre à l’abri des tirs.
    Et là Sentenac me dit :
    - Clo Clo laisse moi c'est la fin… occupe toi des gus…du reste de la section … car les fellouzes sont derrière les dunes.

    Il avait tout vu avant de tomber.
    Il s'est retrouvé face à un tireur d'élite qui avait un fusil à lunette et qui a eu Sentenac. Moi il m'a loupé. La balle n'est pas passée loin. Sentenac souffrait terriblement. Je dis à l'infirmier Roland Fialon :
    - Fais lui une piqûre de morphine.
    A cet instant le radio Rock me crie :
    - Sergent le lieutenant est tombé.
    Il s’agit du Lieutenant Roher, le chef de la section.
    Je dis à Fialon d’aller vite voir le lieutenant.
    Il est mort sur le coup.
    Mais Fialon au lieu de tirer le corps du lieutenant vers le bas comme je l’ai fait pour Sentenac et nous protéger ainsi des coups de feux, resta à cheval sur la dune pour le dégrafer, et là, dans la minute, le même tireur lui logea une balle dans la carotide le tuant sur le coup.
    Le tireur était un adjudant de l'armée française qui s’était enterré, caché dans le sable. Et nous ne le voyons pas, Sentenac l'avait vu. Pas moi.
    Devant, derrière les dunes, tous les méharistes déserteurs. Je n'ai pas voulu quitter Sentenac de peur qu'on vienne l'achever. J'aurais préféré crever avec lui.

    Mais en attendant les ordres de ‘Bruno’ Bigeard, il n'y avait plus de chef.
    J'étais l'adjoint de Sentenac qui a continué à me parler, en particulier de son fils qui avait 6 ans et de son épouse, avant de sombrer dans le coma.

    Nos armes automatiques étaient enrayées par le sable ; autour de nous, des morts et des blessés graves cloués au sol par le tir ennemi. Avec le radio Rock, nous avons essayé de joindre le colonel Bigeard avec le poste de radio SCR 300 par l'intermédiaire du Piper. Non sans mal, la liaison fut établie :
    - De Bruno… m’entendez vous… parlez...
    - 5 sur 5 Bruno.

    Et je lui explique la situation. Voici ses ordres :
    - Bruno à 31 (notre indicatif). Faites Nettoyer vos armes deux par deux et faites placer sur le sol vos panneaux fluorescents sur vos musettes car le piper n'arrive pas à vous situer par rapport aux fellouzes. Ils sont tous autour de vous. Restez en défensive. Utilisez vos grenades et vos lances grenades. Ne bougez plus. Gardez les corps et les blessés. Je vais faire venir un barlu Mammouth (Hélicoptère lourd Sikorski équipé d'une mitrailleuse 12 m/m 7 de gros calibre) pour éviter l'assaut des rebelles et en attendant le parachutage au nord de votre position de la 4e compagnie du capitaine Douceur. Nous allons avec votre aide essayer de les coincer en tenaille. Tenez bon et Bonne Chance. »

    ************


    Selon la version du sergent Raymond Cloarec, le Lieutenant Roher aurait semé la compagnie en accélérant le mouvement des hommes de sa section. Il avait fait couper la liaison radio. Le capitaine De Llamby , ne cessait pas de hurler des ordres afin de faire ralentir le mouvement pour effectuer un regroupement des autres éléments qui ne suivait plus la cadence de marche commando que faisait subir le lieutenant en tête de la progression. Il souhaitait accrocher le premier comme il n'arrêtait pas de le dire. Il allait en tête contre la réprobation de Sentenac qui voyait le danger de l’action à se retrouver isolés en cas d’accrochage en tombant sur un effectif important…

    **************************


    Oui, il avait 27 ans.
    Et, à cet âge, personne ne peut comprendre Dieu…


    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Senten10
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 434
    Points : 3173
    Réputation : 644
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Empty Re: Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… »

    Message par locatelli

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Senten10

    J'ajoute cette couverture de l'express.
    locatelli
    locatelli

    Messages : 51
    Points : 4880
    Réputation : 99
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Empty Sergent-Chef SENTENAC

    Message par patrouille de nuit


    Figure mythique et emblématique des "bigeard boys", homme de guerre et véritable "chef", le Sergent-Chef Sentenanc était un des rares soldats à avoir pu s'échapper de la cuvette de Dien Bien Phu apres le cessez le feu. Il avait été récupéré par les GCMA.

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Senten11

    Il retrouve Bigeard au 3eme RPC en Algérie ou il meurt au combat à Timimoun. La photo de ses derniers instant orne le bureau du général Bigeard.

    Ci-dessous, la version du sergent Raymond Cloarec, de la section du lieutenant Roher, adjoint le sergent-chef Sentenac :

    « Quand René Sentenac fut touché, j'étais à ses côtés. Le Lieutenant Roher, en bas, essayait de venir vers nous en faisant gaffe car ça tirait de partout.
    Aussitôt je descends Sentenac en bas de la dune pour le mettre à l’abri des tirs.
    Et là Sentenac me dit :
    - Clo Clo laisse moi c'est la fin… occupe toi des gus…du reste de la section … car les fellouzes sont derrière les dunes.

    Il avait tout vu avant de tomber. Il s'est retrouvé face à un tireur d'élite qui avait un fusil à lunette et qui a eu Sentenac. Moi il m'a loupé. La balle n'est pas passée loin. Sentenac souffrait terriblement. Je dis à l'infirmier Roland Fialon :
    - Fais lui une piqûre de morphine.
    A cet instant le radio Rock me crie :
    - Sergent le lieutenant est tombé.
    Il s’agit du Lieutenant Roher, le chef de la section.
    - Je dis à Fialon d’aller vite voir le lieutenant.

    Il est mort sur le coup. Mais Fialon au lieu de tirer le corps du lieutenant vers le bas comme je l’ai fait pour Sentenac et nous protéger ainsi des coups de feux, resta à cheval sur la dune pour le dégrafer, et là, dans la minute, le même tireur lui logea une balle dans la carotide le tuant sur le coup. Le tireur était un adjudant de l'armée française qui s’était enterré, caché dans le sable. Et nous ne le voyons pas, Sentenac l'avait vu. Pas moi. Devant, derrière les dunes, tous les méharistes déserteurs. Je n'ai pas voulu quitter Sentenac de peur qu'on vienne l'achever. J'aurais préféré crever avec lui.

    Mais en attendant les ordres de ‘Bruno’ Bigeard, il n'y avait plus de chef. J'étais l'adjoint de Sentenac qui a continué à me parler, en particulier de son fils qui avait 6 ans et de son épouse, avant de sombrer dans le coma.

    Nos armes automatiques étaient enrayées par le sable ; autour de nous, des morts et des blessés graves cloués au sol par le tir ennemi. Avec le radio Rock, nous avons essayé de joindre le colonel Bigeard avec le poste de radio SCR 300 par l'intermédiaire du Piper. Non sans mal, la liaison fut établie :
    - De Bruno… m’entendez vous… parlez...
    - 5 sur 5 Bruno.

    Et je lui explique la situation. Voici ses ordres :
    - Bruno à 31 (notre indicatif). Faites Nettoyer vos armes deux par deux et faites placer sur le sol vos panneaux fluorescents sur vos musettes car le piper n'arrive pas à vous situer par rapport aux fellouzes. Ils sont tous autour de vous. Restez en défensive. Utilisez vos grenades et vos lances grenades. Ne bougez plus. Gardez les corps et les blessés. Je vais faire venir un barlu Mammouth (Hélicoptère lourd Sikorski équipé d'une mitrailleuse 12 m/m 7 de gros calibre) pour éviter l'assaut des rebelles et en attendant le parachutage au nord de votre position de la 4e compagnie du capitaine Douceur. Nous allons avec votre aide essayer de les coincer en tenaille. Tenez bon et Bonne Chance. »

    Selon la version du sergent Raymond Cloarec, le Lieutenant Roher aurait semé la compagnie en accélérant le mouvement des hommes de sa section. Il avait fait couper la liaison radio. Le capitaine De Llamby , ne cessait pas de hurler des ordres afin de faire ralentir le mouvement pour effectuer un regroupement des autres éléments qui ne suivait plus la cadence de marche commando que faisait subir le lieutenant en tête de la progression. Il souhaitait accrocher le premier comme il n'arrêtait pas de le dire. Il allait en tête contre la réprobation de Sentenac qui voyait le danger de l’action à se retrouver isolés en cas d’accrochage en tombant sur un effectif important.

    Toujours avec cette référence de 'Timimoun', le souvenir vivace que le général Marcel Bigeard indicatif 'Bruno' garde en lui, car Sentenac, depuis Dien Bien Phu, n'a jamais été oublié, fidèle à sa mémoire, ce souvenir est partagé aussi fidèlement avec Raymond Cloarec dit 'Cloclo'.



    Soldats de France
    patrouille de nuit
    patrouille de nuit

    Messages : 59
    Points : 4916
    Réputation : 82
    Date d'inscription : 30/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… » Empty Re: Sergent-chef Sentenac. « Ce qu’il cherchait… »

    Message par Blu


    Ce texte est déjà passé sur le forum mais le rappeler est une bonne chose...


    Merci blu, Oui, l'administration les a donc fusionnés le 15/10/2019.
    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum