Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 38 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    vent du sud

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 476 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HCUCCHI

    Nos membres ont posté un total de 5495 messages dans 1924 sujets

    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre…

    Aller en bas

    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… Empty Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre…

    Message par CASTOR2 le Mer 23 Déc - 15:39

    Le 11 novembre est derrière nous mais… j’ai oublié de vous dire…




    11 novembre 1918
    Un article de franceinter sur ce lien :
    https://www.franceinter.fr/emissions/interception/interception-11-novembre-2018
    Peut-on mourir le jour de la victoire ?
     
    À Vrigne-Meuse dans les Ardennes, les combats se sont poursuivis dans la matinée du 11 novembre 1918, après la signature de l’armistice. Les poilus tombés ce matin-là ont été déclarés morts la veille.
    11 novembre 1918, 11h. Le clairon sonne dans les tranchées. C'est le cessez-le-feu. Quelques heures plus tôt, à 5h15, l'armistice a été signé dans un wagon à Rethondes dans l'Oise. Et pourtant, en ce matin du 11 novembre, on meurt encore sur le champ de bataille. Vers 10h50, à Vrigne-Meuse dans les Ardennes, l'agent de liaison Augustin Trébuchon est fauché en portant un message. Il annonçait la soupe.
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… August10
     
    Augustin Trébuchon est le dernier poilu mort au combat en France. Dernier mort de la dernière bataille. Celle lancée à Vrigne-Meuse par le Maréchal Foch le 9 novembre, alors même que les pourparlers de l'armistice sont en cours. Le commandement français veut maintenir la pression sur l'Allemagne. 1 200 hommes sont mobilisés pour franchir la Meuse et déloger la garde prussienne (unité d'élite). En deux jours, 96 sont tués, près de 200 sont blessés. On préférera les oublier.
     
    Dans l'après-guerre, les combattants de cette ultime offensive sont écartés des commémorations. A Vrigne-Meuse, il faut attendre 10 ans pour qu'on érige un monument aux morts. Et sur les tombes des soldats tués le 11, c'est le 10 novembre qui est inscrit comme date de décès. On ne meurt pas le jour de la victoire.
     
    ***********************
     
     
    11 novembre 1943
     
    Un article de maquisdelain sur ce lien :
    https://www.maquisdelain.org/article-l-evenement-phare-de-l-automne-1943-9.html
     
     
    Le défilé du 11 novembre 1943 à Oyonnax
     
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… Dzofil10
     
    Soixante années ont passé. Mais que l'on imagine aujourd'hui quel formidable culot poussa ces quelque cent cinquante maquisards de France et leurs chefs, venus en camions de leurs repaires montagnards du Bugey, à défiler au grand jour (et pas n'importe lequel !), à la barbe des nazis, dans une ville de la France occupée...
    Roger Tanton va ouvrir le défilé mitraillette au poing. Eurent-ils sur-le-champ pleinement conscience, en ce jour interdit parce qu'il commémorait la victoire des poilus de 14-18 sur les Allemands, qu'ils venaient, ces maquisards de chez nous, de signer un "coup" dépassant de loin la symbolique pure, un "coup" qui interpella si fort CHURCHILL et ROOSEVELT qu'il allait débloquer le largage tant attendu des parachutes porteurs de containers chargés d'armes et de vivres ?
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… Gerbe10
     
    A elle seule, l'inscription vengeresse barrant la gerbe déposée au pied du monument aux morts d'Oyonnax proclamait toute sa charge provocante : "Les vainqueurs de demain à ceux de 14-18".
    Explosion de cris, de hurrahs, d'applaudissements : en cet instant, sans doute, les maquisards de l'Ain ne pensaient sûrement pas qu'ils venaient d'écrire une page forte de l'Histoire de leur Pays... Ils goûtaient l'ivresse forte d'une heure extraordinaire, savourant la joie immense d'être réchauffés par la fraternité chaleureuse des populations oyonnaxiennes éberluées... Et cet accueil, en réponse à leur défi, les paya au centuple de leur audace…
    …………………
    … Le 11 novembre au matin, "Dans l'aube froide et cotonneuse", telle que la décrit MARCAULT, la colonne des maquisards, pataugeant dans la neige, s'ébranle enfin. Un peu plus bas, on s'entasse dans les camions soigneusement bâchés. Direction enfin révélée : Oyonnax.
    Les routes de montagne sont périlleuses. A tout moment, l'ennemi peut intercepter le convoi. Passons sur les difficultés imprévues rencontrées sur le trajet, sur les retards, les craintes d'être confrontés à une panne de moteur (ou de carburant)... Quant à l'itinéraire, soigneusement étudié, il sera ainsi fixé : le convoi s'ébranlera du Grand ­Abergement. On filera par Le Poizat, Lalleyriat. On traversera la RN 84 à Moulin de Charix. On grimpera aux abords du lac Genin, avant de déboucher sur Oyonnax par la forêt d'Échallon…
     
    Lire l’article complet sur le site
     
     

     
     
    *********************
     
    11 novembre 1940
     
    Un article du site bonsens sur ce lien :
     
    https://le-bon-sens.com/2014/11/11/11-novembre-1940-les-lyceens-patriotes-resistent-aux-nazis/
     
     
    11 novembre 1940 : les lycéens patriotes résistent aux nazis
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… 11-nov10
     
    « Étudiant de France ! Le 11 novembre est resté pour toi jour de Fête nationale. Malgré l’ordre des autorités opprimantes, il sera Jour de recueillement. Tu n’assisteras à aucun cours. Tu iras honorer le Soldat Inconnu, 17h30. Le 11 novembre 1918 fut le jour d’une grande victoire. Le 11 novembre 1940 sera le signal d’une plus grande encore. Tous les étudiants sont solidaires pour que vive la France ! Recopie ces lignes et diffuses-les ».
     
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… 11-nov11
     
    La flamme de la Résistance se met à briller. Il est 16h00. Déjà, des lycéens arrivent place de l’Etoile, bientôt rejoints par d’autres. À 17h00, ils sont entre 3 000 et 5 000 pour célébrer la mémoire du Soldat inconnu et la fin de la Première Guerre Mondiale. En dépit des risques, ils chantent la Marseillaise ou crient « Vive la France ! ».
     
    La répression est terrible. L’armée allemande répond d’abord à coup de crosse puis tire dans la foule. Au moins quinze personnes sont blessées, donc cinq gravement. Deux-cent lycéens sont arrêtés et, selon la Radio de Londres, onze d’entre eux sont fusillés.
     
    En décembre 1943, Camus écrit, dans ses Lettres à un ami allemand : « C’est ce désespérant espoir qui nous soutient dans les heures difficiles : nos camarades seront plus patients que les bourreaux et plus nombreux que les balles ».
     
    C’est ce qu’on montré les lycéens patriotes du 11 novembre 1940.
     
    *************************
     
    11 novembre 1944
     
     
    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… Defile10
     
    Un commentaire de cette photo sur ce lien :
    https://histoire-image.org/etudes/defile-11-novembre-1944-champs-elysees?language=fr
     
    La victoire en marche
    Le cliché « Le défilé du 11 novembre 1944 » qui montre les Champs-Élysées enfin rendus aux Alliés (d’alors et d’aujourd’hui) est l’image d’une multiple victoire. Faisant écho à la victoire définitive du 11 novembre 1918, mais aussi aux victoires plus anciennes associées à l’Arc de triomphe, le 11 novembre 1944 rappelle aussi la victoire (en cours) sur les nazis, tandis que la possibilité même de célébrer l’armistice en ce lieu pour la première fois est aussi une victoire symbolique et idéologique.
     
    Une image de victoire en marche, tant le dynamisme de la représentation (mouvement décidé du cortège et de ceux qui le mènent) renvoie aussi au processus de reconquête et d’anéantissement de l’ennemi, qui restent encore à achever. De même, le photographe exploite-t-il de manière symbolique les éléments : émergeant de la brume et du brouillard de l’Occupation, les représentants et les acteurs de la Libération semblent tracer un nouveau chemin.
     
    Placée opportunément sous le signe de l’alliance franco-britannique, la cérémonie distingue enfin le partenaire principal du succès de 1918, puisant dans le passé des éléments et des arguments mémoriels pour renforcer, dans le réel comme dans les consciences, une relation encore assez complexe entre les deux pays (dirigeants et peuples).
     
     
    A découvrir sur le site de l’INA, le récit de cette journée en vidéo :
    http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE86002880/11-novembre-1944.fr.html
    Source : Alexandre SUMPF, « Le défilé du 11 novembre 1944 sur les Champs-Élysées », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07 novembre 2020. URL : http://histoire-image.org/etudes/defile-11-novembre-1944-champs-elysees?language=fr
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 207
    Points : 14467
    Réputation : 6161
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 74
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre… Empty Re: Une date, des HISTOIRES. Un 11 novembre…

    Message par 66-2B le Mer 23 Déc - 16:29

    On ne meurt pas le jour de la victoire !
        Augustin fait parti des gens se trouvant au mauvais moment et au mauvais endroit...
            Pas même tombé pour un fait de guerre, non, plus modestement, pour annoncer l'heure de la soupe !

                Quoiqu'il en soit, nous leur devons beaucoup à ces poilus là , ou il nous aurait fallu, en plus d'être encore une fois vaincu, apprendre la langue de  Goethe ...

                     Les maquis de l'Ain, puis les lycéens  défilent à la barbe des teutons... en ces temps là, cette insubordination subodore qu'ils avaient ce qu'il fallait dans le pantalon...  La bravoure faisait partie de leur vocabulaire,  la Patrie avait besoin d'Eux ...                                

                                                   
     Pas Paras peut être, mais ILS en avaient bien l'étoffe ...

                                        Le plus profond respect doit leur être rendu, car ils auraient pu avoir sur la conscience  les effroyables représailles sur la population civile, dont seul l'outre Rhin était capable...
    66-2B
    66-2B

    Messages : 60
    Points : 5410
    Réputation : 2540
    Date d'inscription : 28/09/2020
    Age : 73
    Localisation : Auvergne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum