Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» LA MARSEILLAISE
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeHier à 18:23 par Opus28240

» Cachez ce soldat, que je ne saurais voir.
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeHier à 11:35 par compagnie tournante

» Sommes-nous prêt pour un conflit majeur ?
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeHier à 9:09 par CASTOR2

» Ce jour-là. 25 février 1948 Le coup de Prague
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMer 24 Fév - 21:17 par Blu

» Pierre DECKEUR
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMer 24 Fév - 20:37 par 66-2B

» Une devise "Par le ciel, pour servir"
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:08 par Jean

» 10 juillet 1943, opération Husky
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:01 par FOUQUET65

» Mali. Vidéo sur Takuba
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMer 24 Fév - 9:04 par Kuiper

» 20 juillet 1969
Des animaux dans l’imaginaire du soldat Icon_minitimeMar 23 Fév - 22:34 par Blu

Février 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 25 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 506 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est POUPARDIN

    Nos membres ont posté un total de 5787 messages dans 1916 sujets

    Des animaux dans l’imaginaire du soldat

    Aller en bas

    Des animaux dans l’imaginaire du soldat Empty Des animaux dans l’imaginaire du soldat

    Message par bretivert Mer 7 Oct - 6:29





    Gravées, brodées, sculptées, les références animales sont omniprésentes dans la vie militaire. Un engouement historique toujours d’actualité. Symbole de protection au combat, ces représentations permettent aussi de rassembler les troupes autour de valeurs communes.


    Sur une des lucarnes de l’Hôtel des Invalides à Paris, un lion est gravé dans la pierre. Symbole de domination, cet animal fixe pourtant avec effroi le soleil, emblème du roi Louis XIV. Cette figure renvoie aux principaux adversaires vaincus par le monarque. Éléphant, aigle, les multiples bestiaux ornant les façades de l’hôpital militaire attestent de l’omniprésence des animaux dans l’imaginaire du soldat. Cette coutume puise ses origines dans une pratique culturelle beaucoup plus large : l’homme, en quête de symboles, a toujours eu recours aux figuratifs animaliers.

    Au cours de l’Histoire, on trouve des représentations sur les armes et les armures faisant office de talisman pour se protéger de l’ennemi. Dans l’Antiquité, les soldats partaient au combat revêtus d’une peau d’ours ou de tigre, pour s’emparer de l’instinct prédateur. Au XVIIe siècle par exemple, les combattants arboraient des tenues agrémentées de peaux d’animaux comme le bonnet à poil d’ours de la garde impériale.

    Ces pratiques ont aujourd’hui bien changé. Elles restent pourtant d’actualité. « Donner des noms de bêtes féroces aux hélicoptères de combat n’est pas anecdotique,» indique Sylvie Picolet, de la division recherche historique et action pédagogique du musée de l’Armée. Là encore, les combattants cherchent à s’approprier les qualités de l’animal. »

    Un langage universel
    L’usage de l’animal ne se réduit pas à une fonction de porte-bonheur. Utiliser des dessins animaliers permet de se mettre en scène tout en étant compris de tous, tel un langage universel. En témoignent les journaux des tranchées de la Grande Guerre, comme Le canard poilu et Le lapin à plumes. Pour raconter leurs conditions de vie, les Poilus ont eu recours aux dessins de puces, de poux et de cafards.

    Dans de nombreuses illustrations, les Allemands furent représentés par des insectes nuisibles tel le doryphore en raison de leur grande consommation de pommes de terre. Des dessins décrivant des champs de bataille montrent le corbeau représentant la mort sans pour autant la nommer. Les animaux figurent aussi sur des cartes postales, des affiches. C’est un vieux recours utilisé dans l’imagerie de guerre. « Les dessins de presse sont un moyen de parler de soi ou de ridiculiser l’ennemi tout en dédramatisant », relate Sylvie Picolet. Si les représentations animalières permettent de raconter ou de se moquer, elles servent aussi de symboles : les insignes de traditions des unités en sont une des manifestations les plus parlantes.

    La panthère, le tigre ou le cobra
    Près de deux insignes sur trois dans l’armée de Terre comportent des animaux réels ou imaginaires. En choisissant un animal pour effigie, le soldat s’en attribue les vertus guerrières : chaque animal est porteur d’une réputation. Les unités commandos choisissent souvent la panthère, le tigre ou le cobra, marquant le caractère dangereux de la mission. D’autres raisons expliquent le choix d’un type d’animal.

    Certains animaux symbolisent une région : l’écureuil des Landes, le raton-laveur de Guadeloupe ou le koudou du Tchad, etc. La représentation animale sur les insignes est un moyen de transmettre l’histoire et les traditions. Personnalisant l’unité d’appartenance des combattants, l’emblème animal permet de les souder autour de valeurs et de références communes.




    Armée de Terre
    bretivert
    bretivert

    Messages : 78
    Points : 10284
    Réputation : 2661
    Date d'inscription : 19/05/2019
    Age : 54
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum