Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 47 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 45 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Estrope

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 389 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est fromenteaux bernard

    Nos membres ont posté un total de 4667 messages dans 1650 sujets

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Empty L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée

    Message par LANG le Lun 18 Mai - 21:27

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Gravil10


    E v o c a t i o n

    par la 29ème Promotion de l’ENSOA « Adjudant Graviloff"
    »


    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Ensoa11


     
    Fin 1944. Les Alliés viennent de libérer la Lorraine.
     
    Roland GAVRILOFF a assisté aux combats menés dans son pays. Il fête ses 18 ans le 26 novembre. Ardent et courageux il a longtemps attendu le moment de participer lui-même à la lutte contre les envahisseurs. Le 2 décembre, il s'engage pour la durée de la guerre. Quelques mois de combat affirment sa décision : Gavriloff s'épanouit dans l'Armée, ses qualités et sa bravoure lui valent d'être nommé 1ère classe après 8 mois de campagne. L'Allemagne capitule, il décide de faire carrière et rejoint le 8 ° Bataillon de Chasseurs Parachutistes à Trêves où il est nommé Caporal puis Caporal-Chef.
    Il passe son brevet à Mont de Marsan le 2 Avril 1946 et suit le stage de moniteur de saut au Camp d'Idron. Il est nommé Sergent il a tout juste 20 ans.
     
    Ce jeune chef calme et réfléchi, entraîneur d'hommes a un goût prononcé pour les choses techniques, aussi est-il muté à la Compagnie du Génie de la 25° Division Aéroportée. Volontaire pour l'Indochine, il part pour le Tonkin à la Base Aéroportée Nord.
    Pendant 2 ans, il s'impose par ses connaissances techniques, son ardeur inlassable, son courage et son autorité.
    En 1948, il est parachuté au cours des opérations Mï-Su, Vietri et Tra-Chau. Toujours en tête pour assurer les déminages et les destructions et permettre le passage de nos troupes. La citation à l'ordre du Corps d'Armée qu'il obtient à ce moment là affirme qu’il a " soulevé l'admiration de tous".
    L'année suivante, il se signale encore au cours des opérations " Canigou", " Junon" et " Diabole". En 1950, il saute sur le poste encerclé de Nghia-Lo; il participe au dégagement de Caobang où, écrit le Ministre de la Défense Nationale, " il se révèle le type parfait du Chef d'Escouade du Génie d'Assaut".
    Lorsque le Sergent-Chef Gavriloff quitte l'Indochine en Octobre 1950 il a une palme et quatre "clous" à sa Croix de Guerre.
     
    Revenu en France, Gavriloff travaille. Il obtient le CIA avec 16,08 de moyenne et le Brevet d'Arme 1° degré-avec mention.

    Décembre 1951. On se bat en Corée du Sud contre l'envahisseur chinois. Gavriloff est volontaire. Il rejoint le bataillon français de l'O. N. U, est affecté à la fameuse compagnie, de pionniers, la plus belle du Bataillon écrira Jules Roy qui ajoute " Gavriloff ce Lorrain avait une belle tête dont les cheveux blonds coupés en brosse et un masque maigre accentuaient l'énergie. Il parlait peu et réfléchissait beaucoup. Il avait beaucoup de bon sens et d'expérience.
     
    3 Octobre 1952 :  Le Bataillon monte en ligne. Les pionniers s'installent en défensive sur la côte 281 : il n'est pas question de décrocher. Le 4 octobre, les Chinois bombardent la position.
    Le 5 : nouvelle canonnade. Les pionniers, experts en explosifs, sentant l'attaque proche, fortifient leurs positions.
    Le 6 un orage de fer s'abat sur la côte 281 qui parait flamber.
    Derrière leurs sacs, à terre les mitrailleuses attendent l'assaut de l'ennemi. Gavriloff a encore le cœur à plaisanter. Un dernier convoi de vivres et de munitions passe, puis les Chinois suspendent leur tir de préparation et attaquent. La colline tenue par les Français sort de son nuage, " fumante et labourée".
    Les mitrailleuses crépitent. Les assaillants attaquent en hurlant. Ils sont fauchés. D'autres groupes les dépassent ils sont à leur tour cloués sur les barbelés et les mines.
    De nouvelles vagues arrivent. La position est submergée. Les pionniers se défendent à la grenade.
    Les blockhaus de Gavriloff sont les derniers à résister; ils sont envahis à leur tour.
    Gavriloff se bat au corps à corps avec un Chinois et s'écrase avec lui au fond d'un ravin.
     Alors la côte 281, un instant conquise par les Chinois, explose sous le tir d'artillerie de 250 tubes des 105 amis.

    (Source officierunjour )

    *********

    Ses dernières paroles à la radio à destination du colonel Borreil seront :

    « Ne vous en faites pas Mon Colonel, nous tiendrons… »

    *****************


    Information complémentaire sur le site soldats de France

    Extrait du livre d'Erwan Bergot "Bataillon de Corée les volontaires Français 1950-53" paru aux Presses de la cité en 1983

    "Il est vrai que l'exploit était peu commun .Au cours d'une patrouille, le sergent Gavriloff
    débusque un groupe ennemi.
    Il s’élance, reçoit aussitôt une grenade en plein visage. Elle n'a pas encore explosée et roule à terre. Gavriloff est encore tout étourdi , mais il pense à se baisser , à la ramasser et , geste réflexe , à la relancer sur l'ennemi. Il fait mouche . Ses hommes relèveront cinq tués et six blessés.
    Pour un oeil au beurre noir , observe t'il , ce n'est pas cher payé....
    Gavriloff est un grand garçon au visage pointu, à l'oeil clair. Un apparence de frêle jeune homme démentie pat la sûreté du geste , la rareté des paroles, la compétence professionnelle. C'est un sapeur parachutiste, venu du 17 ème bataillon du génie aéroporté.
    "

    Le sergent-chef Roland Gavriloff sera tué à Arrow-Head le 06.10.1952

    Source soldats de France

    ***************

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Gavril10


    On trouvera d’autres photos et documents sur le site  Le bataillon Français de l'ONU en Corée. 1950-1953.  ICI
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 787
    Points : 19699
    Réputation : 8557
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Empty Bataille d'Arrowhead

    Message par Brugnolas le Lun 18 Mai - 23:27



    Depuis le mois de juillet 1952, le front est stabilisé. La ligne principale de résistance est toujours la ligne Jamestone, couverte par les mêmes avant-postes. Pourtant, à partir de la fin du mois d’août, avec la fin de la saison des pluies, l’activité développée par les Sino-Coréens tend à s’intensifier sur la ligne de contacts, ce qui se traduit par de nombreuses attaques de points d’appui tenus par les troupes de la coalition.

    À partir du 3 octobre 1952, le Bataillon est en charge du secteur clé de la cote 281 dite Arrowhead, en raison de sa forme. La colline White Horse, quant à elle située à quelques centaines de mètres, est occupée par les Sud-Coréens qui, devant la menace d’une attaque imminente des Chinois, ont été renforcés par des éléments américains. Ces deux positions avancées commandent la vallée de Chorwon, route traditionnelle d’invasion vers Séoul.

    L’attaque chinoise a pour but de rompre le front de la VIIIe Armée et, si possible, d’exploiter la rupture en direction de Séoul. La prise seule de White Horse et de Arrowhead, permettrait, au mieux de faire reculer les forces de l’ONU plus au sud et de s’assurer des positions avantageuses pour une offensive future. L’objectif de l’offensive est White Horse mais, afin d’empêcher la 2e Division d’infanterie de porter assistance aux hommes de la 9e division sud-coréenne qui tiennent la position, une attaque de diversion est lancée, au même moment, sur Arrowhead.

    L’insuffisance des défenses naturelles et les caractéristiques physiques de l’endroit ont imposé de renforcer la ligne principale de résistance. Des bunkers protégés par des sacs à terre sont construits sur les crêtes, reliées entre elles par des tranchées peu profondes, étant donné la dureté du sol. Pendant cette action, les Chinois ont réussi à rassembler une centaine de pièces d’artillerie. Le 6 octobre 1952, l’assaut, précédé par le tir de 8 000 obus qui tombent sur la seule cote 281, est extrêmement violent. Au moins 8 compagnies chinoises sont engagées sur le secteur de front entre les cotes 281 et 395.

    Les volontaires français sont forcés de reculer mais parviennent à maintenir l’intégrité de la ligne principale de résistance et repoussent les assauts chinois, qui se heurtent également aux effets de l’artillerie américaine. L’attaque chinoise est finalement brisée :« Nulle part l’ennemi n’arrive à entamer la ligne principale de résistance. Il a subi des pertes terribles. On rapporte que le 339e Régiment d’Infanterie des Forces Communistes Chinoises, qui devait en principe occuper la cote 281, est pratiquement anéanti. 600 cadavres gisent sur le terrain devant la cote 281 seulement … Les pertes totales de l’ennemi dans cette seule action, sont estimées, sur le front du Bataillon français, à 2 000 au minimum » ([Compte-rendu d’] opération du BF/ONU du 1er décembre 1952).

    Le BF/ONU déplore de son côté 47 morts et 144 blessés. Il reçoit une quatrième citation à l’ordre de l’Armée, une première citation présidentielle coréenne, et une proposition pour une quatrième citation présidentielle américaine. La section des « Pionniers Commandos » qui tenait la cote 281 est citée une deuxième fois à l’ordre de l’Armée.



    memoiredeshommes.sga.defense


    Dernière édition par WILLIS le Lun 18 Mai - 23:30, édité 1 fois (Raison : Ajouter la source du post)
    Anonymous
    Brugnolas
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Empty Re: L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée

    Message par CASTOR2 le Mar 19 Mai - 11:06

    C'est bien d'avoir rappelé cet épisode de la cote 281.
    Il y eut des actes héroïques pendant ce conflit.
    Ces sous-officiers vétérans de Corée que l'on croisait parfois au début des années 1960  mais ils étaient rares. Rescapés de "là-bas", ils étaient comme des monuments d'un autre temps. Déphasés après l'Indochine, la Corée, l'Algérie,  on parlait d'eux avec étonnement et respect.
    Je me souviens de cette histoire de bouteilles alignées derrière un bar qui étaient devenues des cibles… Ce devait être dans un camp de manoeuvre. Les dégâts avaient été payés dans la foulée par le tireur qui arborait l'insigne avec sa tête d'indien…

    L’Adjudant Roland GAVRILOFF (Harrow Head) bataillon de Corée Manche10

    On parle encore "un peu" de la guerre d'Indochine, peut-être en raison de Dien Bien Phu qui a marqué les esprits, mais la Corée reste un conflit confidentiel…
    Qui parle encore de ce lieutenant qui a entrainé ses hommes à l'assaut en criant " Mort aux cons !" (Une histoire peut-être inventée… mais qui a du punch !)
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 151
    Points : 8687
    Réputation : 3611
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum