Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 61 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 60 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    amarante

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 420 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DOMINIQUE LE COMTE

    Nos membres ont posté un total de 5015 messages dans 1788 sujets

    Eliane et le 5ème Bawouan

    Aller en bas

    Eliane et le 5ème Bawouan Empty Eliane et le 5ème Bawouan

    Message par LANG le Dim 10 Mai - 21:11

    Béatrice, Eliane…
    Pas de drapeau blanc…
    La légion…
    Des gens en képi blanc qui sentent le sable chaud.
    Mon légionnaire.
    Des parachutistes…
    Des chapeaux de brousse.
    Des bérets blancs, des bérets rouges…

    Certaines lectures vous laissent des souvenirs et parfois quelques mots vous arrivent pour raconter une histoire…

    Une histoire qui commence comme une fiction…


    24 mars
    - Bon, vous voila responsable « interventions », reste plus qu’à faire preuve d’originalité
    Ce n’était pas un accueil en fanfare mais le grand blond aux yeux clairs s’en foutait. Huit jours avant, il s’était éjecté du Dakota pour atterrir sur cette sacrée cuvette avec  ses hommes. Après s’être gratté l’oreille gauche et refermé le haut de la veste il sortit sans un mot.
    D’un coup d’œil, il vit qu’au loin deux brancardiers se déplaçaient à grand peine pour amener un blessé au centre médical. Le père Gauwin n’était pas près de voir le soleil.
    Mais qu’est ce qu’on avait fait pour en arriver là…
    D’un éboulis à l’autre en évitant quelques barbelés, il parvint à hauteur de Thomas.
    - Tu prends le commandement, je te laisse les clefs. On aura besoin de nous…
    Thomas avait compris, le 6ème n’avait pas sauté pour bronzer.
    B. rechercha ses affaires et sans un mot emprunta la tranchée qui menait au PC GONO...
    Langlais était absorbé par la lecture de la carte. En voyant arriver B. il releva la tête.
    - Bienvenu au phare, lança-t-il en allumant une cigarette.
    Cet accueil n’appelait aucune réponse et B. déblaya un coin de table pour s’installer. Le « Phare » c’était de là que partaient les ordres de contre attaques !
    Et pour fêter çà, les Viets déclenchèrent un tir d’artillerie qui réveilla tout le monde…
    Ce n’était pas le moment de faire une dépression. Tous les jours ces tirs venaient rappeler que les gars en face savaient manipuler leurs tubes. Généralement les obus faisaient du bruit et des dégâts. Tout le monde essayait de vivre avec.
    La terre trembla. Il n’était pas tombé très loin.
    B. eut une pensée émue en pensant à Keller qui n’avait pas supporté ces déluges meurtriers. Terré dans son abri, il venait d’être évacué sur Hanoï…
    B. n’aimait pas ceux qui renoncent...
    Toujours croire. C’est possible d’y arriver. Mais  Il fallait tenir, tenir, encore tenir…
    Il alluma une cigarette.
    Interventions !
    Langlais avait demandé de ne pas baisser la garde.
    B. s’empara du bigo pour contacter les unités et faire le point.
    - Ici Bruno, Béatrice parlez !
    Ces collines n’étaient plus des jeunes-filles, elles avaient perdu leur virginité depuis longtemps. Mais la voix qu’elles entendaient les avait rassurées. Une voix pour faire l’impossible…
    Pour un temps, mais le temps passe très vite…


    *****

    … et mon histoire s’est transformée en histoire vraie :


    11 avril
    A midi, c’est encore le 6° BPC qui se voit contraint de remonter sur Eliane 1, relevé à la nuit par la 2° compagnie de « Loulou» Martin du B.E.P.
    Il faut « tenir quoi qu’il arrive ».
    Vers18 heures, le matraquage d’Eliane 1 s’intensifie ; les 2 compagnies du RCP résistent

    Eliane 1 ne doit pas tomber, c’est l’obsession de Bigeard qui appelle toutes les unités disponibles.
    Il engage une centaine de Légionnaires paras du 1er BEP.
    Giap lui, lance un bataillon…
    Soudain, au milieu des fracas, les points d’appui voisins entendent :

    Contre les Viets, contre l’ennemi
    Partout où le devoir fait signe
    Soldats de France, soldats du pays
    Nous remonterons vers les lignes


    Les légionnaires montent au front…

    Le combat fait rage, il ne faut pas lâcher Eliane 1 !
    La nuit est tombée.
    Bigeard lance les 2ème et 3ème compagnies du 5ème BPVN hâtivement regroupées par le capitaine Botella, la 2e du lieutenant Pham Van Phu et la 3e aux ordres du capitaine Guilleminot, qui vient de succéder au lieutenant Gaven
    Les paras vietnamiens du 5ème Bawouan n’ont pas de chant de tradition…
    Qu’importe !
    Comme les légionnaires, ils chantent en partant à l’assaut !
    Et on entend :

    Allons enfants de la Patrie
    Le jour de gloire est arrivé !
    Contre nous de la tyrannie
    L'étendard sanglant est levé…


    Les paras vietnamiens du 5ème Bawouan chantent la Marseillaise !

    A 2 heures du matin, ils sont maitres du terrain. 400 viets gisent sur le sol.
    Les paras de Bréchignac, 80 hommes valides sur les 200 qui étaient montés la veille peuvent être relevés.
    Giap a relevé de son commandement le colonel qui n'a pas réussi à reprendre Eliane 1.

    Eliane 1 sera tenue jusqu’au 6 mai dans la nuit…


    ********

    Compléments



    Monument de Dien Bien Phu

    On aperçoit les insignes des unités ayant participé aux combats (1er RCP...).
    Le Vietnam communiste a accepté d’y voir figurer celui du 5ème BPVN « Bawouan »


    Eliane et le 5ème Bawouan Monume10





    Information donnée par Peter Hund dans “Going back to places that I have never been”

    The other thing to look for here is the large descriptive plaque by the road.  Like the other plaques on the battlefield it includes the details of the action and the Viet Minh units involved and is decorated by the badges of the French units involved.  Nothing odd about this but if you look closely at this plaque you will see that it includes the badge of the main non-communist Vietnamese unit in the battle the 5th, Vietnamese Parachute Battalion (5 BPVN) which was known as the “Bavouan,” and which fought as well any French or colonial unit during the battle.  I was strangely pleased by this little sign that, although during the war the nationalist Vietnamese units were disparaged as “puppet troops”, when it came to commemorating the battle the Vietnamese recognised their erstwhile enemy compatriots as worthy opponents. » (“puppet troop” = “fantoche”)


    Eliane et le 5ème Bawouan Insign11

    L’insigne du 5e BPVN est au centre et en haut.
    Selon une autre source, aujourd’hui, les Vietnamiens n’utilisent plus le terme de « fantôches » pour désigner leurs anciens adversaires combattant dans les rangs de l’Union française.

    *****

    Remarque :

    C'est quand même extraordinaire ce qu'a fait Schoendorfer en 1991 dans son film "Dien Bien Phu" : faire jouer le rôle du 5e Bawouan par des paras vietnamiens d’aujourd’hui.
    Au total, l'Armée nationale populaire lui a fourni 4 000 hommes pour jouer les "bons" et les "méchants" (la 11e DP a fourni 85 paras métro).



    (Source B. Potel)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 854
    Points : 25070
    Réputation : 11258
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum