Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 483 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est JEEP256

    Nos membres ont posté un total de 5667 messages dans 1946 sujets

    22 avril 1900

    Aller en bas

    22 avril 1900 Empty 22 avril 1900

    Message par GOGER le Mar 21 Avr - 22:59



    TCHAD


    Bataille de Kousseri (aujourd’hui une ville du nord Cameroun frontalière du Tchad). Rabah est décapité. Ses fils sont tués, tandis que ses troupes rallient les Français. Il y aurait dix-neuf morts parmi les Français et mille morts parmi les soldats de Rabah (Largeau, 2001). Le colonel Lamy – qui donnera son nom à Fort-Lamy – perd également la vie lors des affrontements.



    L'armée française du commandant Lamy comprenait plus de 700 hommes depuis l'arrivée de la colonne Gentil ; leurs alliés baguirmiens comptaient au total 600 fusils et 200 cavaliers. Le tata (camp retranché) de Rabah (un carré de 800 m de côté adossé au Chari) était à 6 km en aval de Kousséri, en face du site actuel de N'Djaména. Il fallait ménager les susceptibilités et respecter le partage colonial décidé au traité de Berlin de 1885 : le camp de Rabah étant en territoire « allemand », Lamy s'adressa à Omar Sanda, héritier légitime du shehu Hashim de Bornou. Ce dernier donna officiellement à Gaourang de Baguirmi et à ses « alliés » toute licence pour chasser Rabah et le rétablir sur le trône.

    Sortant de Kousséri les Français formèrent 3 colonnes. Celle de droite commandée par le capitaine Joalland (mission Afrique centrale) : 174 fusils, 1 canon de 80 ; celle du centre (mission Gentil), par le capitaine Robillot : 340 fusils, 2 canons de 80 ; celle de gauche (mission saharienne), par le commandant Reibell : 274 fusils, 1 canon de 42.

    Lamy attaqua le camp de Rabah sur 3 côtés, ne laissant libre que la berge du Chari. Après deux heures de fusillade et de canonnade on chargea, le tata fut enlevé et évacué par ses défenseurs en fuite. Rabah passa alors à la contre-attaque qui fut dévastatrice : Lamy fut mortellement touché par une balle, avec le capitaine de Cointet. Mais les Sénégalais arrêtèrent Rabah qui, blessé, s'enfuit, tandis que les fuyards qui tentaient de franchir le fleuve étaient fusillés dans le Chari.


    La tête de Rabah rapportée comme trophée.
    Au cours de la poursuite Rabah fut reconnu par un tirailleur de la mission Afrique centrale, ancien déserteur de sa propre armée, qui l'acheva d'une balle dans la tête. Apprenant qu'il y avait une prime pour Rabah, il retourna sur le terrain et rapporta sa tête et sa main droite. Rabah fut unanimement identifié. Les Baguirmiens s'acharneront sur ses restes.

    Les pertes humaines s'élevèrent à 28 morts et 75 blessés du côté français ; 1 000 à 1 500 morts et plus de 3 000 blessés du côté de Rabah, dont des femmes et des enfants qui accompagnaient l'armée.
    Anonymous
    GOGER
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum