Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 58 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 57 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 420 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DOMINIQUE LE COMTE

    Nos membres ont posté un total de 5015 messages dans 1788 sujets

    Il n'y a qu'un péché

    Aller en bas

    Il n'y a qu'un péché Empty Il n'y a qu'un péché

    Message par LANG le Ven 3 Avr - 17:23



    Texte d’un auteur qui a déjà été cité sur ce forum.
    Il ne mâche pas ses mots et… c’est tant mieux.



    Il n'y a qu'un péché
    de Pierre LEULLIETTE
    _________
                                 
    Vivekananda [1] est formel : « il n'y a qu'un péché. C'est la faiblesse. »

    Blessé 3 fois au cours de la Première guerre mondiale, mon propre père est 3 fois reparti au combat. Il n'en est pas mort. D'autres, au cours de la Seconde, ne sont jamais partis au combat. Ils en sont morts.
    Comme dit un personnage de Dostoïevsky : « Messieurs, on peut avoir le cuir d'Alexandre de Macédoine ou celui d'un petit chien. » En 40, les Français ne voulaient pas faire la guerre. Ils ne l'ont pas faite. Et c'est pourquoi ils l'ont perdue. « La guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée à des militaires. » croyait devoir dire Clémenceau. Mais la paix n'est-elle pas, aussi, parfois, trop sérieuse pour être confiée à des civils ?
    Peut-être la guerre ne vous intéresse pas mais la guerre s'intéresse à vous, eut-il fallu faire savoir aux pacifistes de 40. « L'armée Ladoumègue ! [2] » diront les Allemands, de l'armée française. « Neuf mois de belote, 3 semaines de course à pied » ajoutait Céline. Une campagne ridicule mais il ne restait plus à la France, occupée et bafouée, qu'à découvrir que dès qu'on cessait de se battre, on cessait d'exister.
    Quatorze-dix-huit, 39-45 Systole ! Diastole ! Au sursaut puis aux lâches sursis, succède la geste de ceux qui refusent de tomber sans combattre dans les embuscades de l'Histoire.

    Et c'est l'Indo, l'Algérie.., Bizerte
    Au sein de la nation, l'Armée est un continent. On aurait eu tort de le croire englouti. La France se réveille, encore une fois, de son sommeil suicidaire. Face à l'asthénie collective, ils sont toujours quelques-uns à refuser que la vie de leur nation ne soit qu'une suite banale de jours sans gloire. Ceux que la laideur des mornes consentements fait souffrir s'engagent. La France menacée sur les limes de son empire, ils s'y portent. De nouvelles pages s'écrivent dans le ciel : 150 opérations aéroportées en Indochine ! « Rampants » ou volants, Indo ou A.F.N., il s'agit de repenser la pensée militaire. Il faut trouver un sens nouveau aux choses anciennes. Soldat, vous êtes un acteur. Pas un spectateur. Le premier devoir d'un acteur c'est de défendre son rôle.., ici, les armes à la main. Des guerres étranges se poursuivent où les principes du combat conventionnel ne suffisent plus.
    La contre-guérilla est un art. Comme la guerre. Elle ne s'improvise pas. Constamment mouvants, les champs de bataille sont pleins de surprises tant pour l'assaillant que pour l'assailli, guerres sans front ni arrière ni avant ni gauche ni droite, où les alliés vous trahissent les premiers !
    Les survivants de Dien-Bien-Phu se souviennent : ce sont les Arabes, « engagés pour la gamelle », comme on disait, les « Nord-Afs », comme on disait aussi, qui, encerclés avec eux dans la cuvette mortelle, ont précipité la chute du camp. Véritable cinquième colonne, ces « maghrébins » (comme on ne disait pas encore) ne tirèrent pas un coup de feu ! Dès le premier assaut viêt, ils se cachent, apeurés, dans les longs roseaux gris de la Nam Youm, la rivière qui court au fond de la cuvette. Dégoûtés, les paras renonceront vite à les en débusquer. Une lâcheté, une trahison, une désertion devant l'ennemi sur lesquelles les « historiens = autoproclamés seront, bien entendu, discrets comme des libellules, scotomisant le poignard (arabe) dans le dos du para.
    Le colonel Langlais qui faillit y laisser sa vie, témoigne : « Mars 1954. Période des grands assauts. Il devint alors évident que les unités nord-africaines qui constituaient plus de la moitié des effectifs du camp retranché, ne pourraient pas soutenir un siège prolongé. En fait, elles disparurent toutes de la bataille le 31 mars. Et d'évoquer, plus loin, « les largages de nuit », en plein combat, de ceux qui durent « relever ces unités défaillantes » et les « effroyables conditions de ces largages sur une zone de saut bouleversée ». Et, parallèlement à la lâcheté arabe, de rappeler le courage français « des volontaires » ( pour ces sauts de nuit ) qui n'avaient pourtant jamais, de leur vie, endossé un parachute. Ils se présentèrent par milliers. Sept cents d'entre eux sautèrent dans les mêmes conditions que leurs camarades chevronnés, pour cette cause que l'on disait à Hanoï et dans le monde désespérée. Ils firent preuve d'un héroïsme digne des plus hauts faits de l'histoire militaire. » Culte du risque et de l'audace, mépris des valeurs de sécurité et de confort, défi.. ! Tant qu'il y aura des hommes pour ne pas vouloir s'arrêter de combattre.. !
    C'était hier, comme était, encore, hier, la prise de Bizerte où, à son échelle, va s'illustrer notre « 2 » (2ème RPIMA). Juillet 1961. Le « 2 » saute sur la Base, attaquée par les Tunisiens. Bataille. Violent combat de 3 jours, ininterrompu des paras. Vingt-quatre morts, 100 blessés chez les Français mais 700 morts, 1200 blessés chez les arabes. La base est reprise ! Who dares wins Cette fois, encore. La France a gagné Encore, cette fois.
    Et demain ? Certes, il y aura toujours des centurions pour ne jamais se dérober. Comme disait Hugo : il y a des gens qui sont nés pour servir leur pays et d'autres pour servir à table. Mais quels centurions ?
    Souplesse, rapidité, surprise, bouclage, ratissage, nettoyage, « crapahutage », sabotage.., les unités « fer de lance », tant en Indo qu'en Algérie, ont fait leurs preuves. L'avenir des commandos, des paras, en relèvera. Mais dans le nouveau cadre d'une Troisième guerre mondiale, ne faudra-t-il pas plus encore ? Quand la zone de guerre, coranique, « contre les croisés et les juifs » (sic !) devient planétaire, ne s'agit-il pas bien plus de frapper juste que de frapper fort ou souvent ? Au moment même où nous écrivons ces lignes, quelque 200 « commandos » français très « spéciaux » ont pour mission de capturer un certain Oussama (Ben Laden) et un certain Omar, mollah de son état Deux cents parachutistes hautement professionnels, détachés des « Opérations Spéciales » (C.O.S), tous très volontaires et triés sur le volet (de fer !) La fine fleur des commandos d'élite Allah Akbar !
    Deux cents.. ? En Afghanistan.. ? Alors qu'il y a 1 milliard 250 millions de mahométans répandus sur le monde ? J' «entends », déjà vos sourires ironiques ! Reste que la surprise, la ruse, l'habileté sont des armes sans commune mesure avec le nombre d'hommes engagés. Une patrouille de 4 hommes au moral élevé peut détruire une section, surprise, qui se croit en terrain sans danger. Les meilleurs gagnent, djihad ou pas !
    Inventant le mot « aristocratie », les Grecs de l'Antiquité, dont le cuir était sain, rendent hommage aux « meilleurs ». Aux commandos paras du 3ème millénaire d'être des « aristocrates » militaires ! Du légionnaire romain au chevalier médiéval, du « poilu » au « commando », la route est longue, dure et belle. C'est aussi une patrie, intemporelle : celle du courage, qui n'est jamais ridicule et permet, en tout lieu, de traverser les épreuves comme une salamandre.
    C'est aujourd'hui qu'on le découvre, toute conscription abolie : il n'y a que 2 bons soldats : le volontaire et le mercenaire. C'était aussi l'avis d'Ernest Jünger, grand expert ès « Orages d'acier ».
    [1]  Disciple de Ramakrisna.
    [2]  Champion mondial de course à pied dans les années 30.

    (Source Gazette)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 854
    Points : 25070
    Réputation : 11258
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Il n'y a qu'un péché Empty Re: Il n'y a qu'un péché

    Message par junker le Ven 3 Avr - 18:42

    Un superbe texte! qui en dit long sur le courage et la fidélité des troupes au combat !!
    junker
    junker

    Messages : 400
    Points : 14740
    Réputation : 4852
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 84
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum