Défense et Dissuasion Discours du 7 février 2020

Aller en bas

Défense et Dissuasion Discours du 7 février 2020 Empty Défense et Dissuasion Discours du 7 février 2020

Message  LANG Sam 8 Fév - 18:50



Discours du Président de la République

Défense et Dissuasion

Ecole de Guerre  - vendredi 7 février 2020 – 10h30

Défense et Dissuasion Discours du 7 février 2020 Discou10


Début du discours :
Aussi curieux que cela puisse paraître, aucun chef de l’Etat n’est revenu ici depuis Charles de Gaulle. C’est d’ailleurs devant vos lointains prédécesseurs, aux premiers jours de la Vème République, dans un discours resté fameux, que le général de Gaulle avait annoncé le 3 novembre 1959, il y a maintenant 60 ans, la création de ce qu’il avait alors appelé la « force de frappe ». Le contexte stratégique a évidemment depuis profondément évolué et il me paraît important de venir partager avec vous, qui allez être appelés dans les prochaines années aux plus hauts postes de nos armées, quelques réflexions sur les fondamentaux de notre stratégie de défense.
Il n’est pas besoin ici de rappeler que « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » comme le disait un auteur dont la fréquentation est recommandée sur ces bancs.
C’est donc, pour reprendre votre dialectique militaire, à une analyse de situation, c’est-à-dire l’analyse du monde tel qu’il est et non du monde tel qu’on aimerait qu’il soit, que je voudrais aujourd’hui procéder avec vous, avant de vous exposer mon idée de manœuvre en tant que chef des armées….
……………….
Et quelques extraits…

L’Europe elle-même est directement exposée aux conséquences de cette déconstruction.
Depuis le début des années 2000, c’est en effet l’ensemble de l’architecture de sécurité en Europe, difficilement bâtie après 1945 durant la Guerre froide, qui s’est trouvé progressivement fissuré, puis sciemment déconstruit brique par brique.
Après le blocage des négociations sur les armements conventionnels, la fin, en 2019, du traité sur les forces nucléaires intermédiaires est le symbole de ce délitement. Les Européens doivent collectivement prendre conscience que, faute de cadre juridique, ils pourraient se trouver rapidement exposés à la reprise d’une course aux armements conventionnels, voire nucléaires, sur leur sol. Ils ne peuvent pas se cantonner à un rôle de spectateurs.
Redevenir le terrain de la confrontation des puissances nucléaires non européennes ne serait pas acceptable….
……………
Les grandes ruptures de ce monde nous obligent à penser sans tabou ce que pourraient être les guerres de demain, étant bien conscients qu’en ce début de XXIème siècle « ni les hommes, ni les Etats n’ont dit adieu aux armes » pour reprendre les mots de Raymond Aron.
Il y a tout d’abord les conflits intra-étatiques où des Etats tiers, agissant en soutien des différents belligérants, peuvent se retrouver face à face. C’est le cas aujourd’hui en Libye, en Irak ou en Syrie. L’opération Hamilton conduite avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni en 2018 pour sanctionner l’usage prohibé d’armes chimiques par le régime syrien, a illustré de manière concrète cette imbrication accrue, ces risques d’escalade et la nécessité de canaux permanents de dialogue afin de les limiter.
Il y a également la multiplication des zones de friction entre puissances, engagées dans des activités de démonstration, parfois à la limite de l’épreuve de force. C’est le cas en mer dans plusieurs zones contestées, de la Méditerranée aux mers de Chine en passant par le Golfe arabopersique.
C’est le cas sur terre lorsque s’y déploient des exercices massifs sans préavis.
C’est le cas sous la mer, mais aussi dans les airs qui voient le retour des bombardiers stratégiques testant les défenses aériennes.
C’est enfin le cas dans l’espace, devenu à son tour un milieu de confrontation, plus ou moins visible, mais tout à fait réelle.
L’escalade de début janvier en Irak montre bien que ces diverses situations « au contact » peuvent à tout moment déboucher sur une crise ouverte entre des Etats qui semblent avoir oublié la raison du « plus jamais la guerre !» pour un hypothétique « pourquoi pas la guerre ? »….

Mais bien entendu, rien ne vaut la lecture du texte complet si on veut se faire une idée personnelle.
A lire sur le document PDF.
Fichiers joints
Défense et Dissuasion Discours du 7 février 2020 Attachment
Discours Président du 7 février.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(763 Ko) Téléchargé 54 fois
LANG
LANG

Messages : 801
Date d'inscription : 09/12/2018
Age : 79
Localisation : Yonne

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum