Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est VARNEROT

    Nos membres ont posté un total de 2791 messages dans 1022 sujets

    Colette DUVAL

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Colette DUVAL Empty Colette DUVAL

    Message par Marginier



    Colette DUVAL Colett10


    Qui pourrait construire un sujet sur Colette DUVAL ?

    Merci par avance
    Anonymous
    Marginier
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Colette DUVAL Empty Re: Colette DUVAL

    Message par Blu

    En attendant voila quelques images du 8 mai 1955…

    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Colette DUVAL Empty Re: Colette DUVAL

    Message par LANG

    Pour répondre un peu… à la question.

    Colette DUVAL Mise_e10


    Née le 28 juillet 1930 à Ruesnes, France.
    Décédée le 22 mai 1988 à La Garenne-Colombes, France.  

    Biographie :
    Elle découvrit le vol à voile à l’âge de 17 ans, mais préféra rapidement le parachutisme avec lequel elle se démarqua.
    En 1945, elle battit le record de France de descente (4000 m).

    Colette DUVAL Colett10

    Colette Duval à Gisy les Nobles en 1953 (3ème en partant de la gauche)

    Le 28 août 1955 au-dessus de Cannes, elle saute d'environ 8 600 mètres d'altitude depuis un avion Nord 2501. Elle a failli se noyer et son record ne sera pas homologué par manque de précision sur la hauteur exacte de son saut.
    En 1956, elle a une liaison médiatisée avec le cascadeur automobile Gil Delamare.
    Considérée comme la plus célèbre des parachutistes françaises des années 50, Le cascadeur Gil Delamare lui proposa d’entreprendre une tournée de stock-car et d’avion en Amérique du Sud. Ils réussirent de tels exploits qu’on les surnomma les “ fiancés de la mort ”.

    Durant un séjour du couple au Brésil, elle saute le 23 mai 1956 d'un bombardier Forteresse Volante B17 prêté par l'armée locale au-dessus de la baie de Rio de Janeiro, d'une altitude de plus de 37 500 pieds (12 080 mètres selon la tour de contrôle locale).

    Colette DUVAL Rio10

    Equipée d’une tenue « grand froid » rudimentaire, par un froid glacial de -30°c, après 4 minutes et 25 secondes de chute libre et à plus de 200 Km/h elle n'a ouvert son parachute qu'à 250 mètres au dessus de la mer.
    A 5000 mètres la pression lui fait éclater un tympan, à 4000 mètres elle arrache ses lunettes pleines de larmes! A 1500 mètres au bord de la syncope elle pose la main sur la poignée de parachute, à 350 mètres elle atteint le repère qu'elle s'est fixé mais attend encore! A 250 mètres elle tire enfin sur la poignée et arrête son chronomètre.
    Repêchée dans l'Atlantique, son record mondial ne sera finalement pas homologué, l'ensemble des conditions règlementaires n'ayant pas été réunies, la tour de contrôle n'ayant été, de plus, pas avertie.
    Nota : L’ouverture si basse fait bien partie de l'exploit et s'explique par le fait que le record ne tenait pas tant à l'altitude de largage qu'à la "distance" passée en chute libre. Les "règlements" imposaient une ouverture limite à 350m mais elle a attendu 100 m de plus.

    Extrait de son livre : « Mon parachute et moi »
    « … Mais il faut que je tienne le coup. Mes lunettes sont embuées, je les arrache. Je vais perdre connaissance. Si seulement je pouvais faire un palier comme les plongeurs, mais je ne suis qu’un fétu dans l’infini. C’est trop, je vais ouvrir. 3000… Non, c’est maintenant qu’il faut décrocher le record…/…

    Plus qu’une minute à souffrir et cette douleur est la preuve de ma lucidité. Je dérive vers la mer, je suis très loin de Copacabana. Je mets les bras en flèche pour amorcer un retour, mais la souffrance est intolérable. Je vais m’évanouir. Alors je ramène les deux bras et je soude mes mains sur la poignée. 1500… La fin approche. J’aperçois le Pain de Sucre sur ma gauche, il a 317 mètres de haut et je le regarde fixement sans me soucier de mes altis…Dès que je suis au sommet, je tire et stoppe mon chrono …/…

    Il faut que je dégrafe, je perds mes gants, le métal me brûle. La mer est toute proche, je tire les deux ficelles de ma « mae west » qui se gonfle, je tombe dans la mer tiède. On dirait que ça grouille dans les parages. Ah ! les requins ! J’avais oublié, vite je presse la poche d’encre adaptée à ma « mae west » et aussitôt se répand autour de moi une nappe vert clair. C’est une encre que les requins n’aiment pas et qui me rend plus repérable …/… »



    En 1958, elle établit une performance internationale avec huit autres parachutistes (dont Gil Delamare et Andernos Mosconi) à Blida, en sautant d'une hauteur de 7 000 mètres de nuit. La même année, elle joue son propre rôle dans le film Une balle dans le canon.

    Une mauvaise chute à Barcelone mit fin à sa carrière.
    Elle s’improvise alors forestière lors d’un séjour gabonais puis retourne en France et fonde une boutique de mode au Caunet avant d’ouvrir une boîte de nuit à Font-Romeu.

    Colette DUVAL S-en-f10

    Bien sûr, la popularité des exploits de Duval ne pouvait la laisser éloignée des studios de cinéma. Elle y fit « le saut » en 1958, participant à des films comme Une balle dans le canon, avant de la retrouver dans des rôles pour La cage, Un clair de lune à Maubeuge, L’homme pressé, Mort d’un pourri ou Tendre poulet.
    Sauve-toi Lola de Michel Drach en 1985 sera le dernier film où on aura pu voir Colette Duval.

    Elle s’éteint trois ans plus tard, victime du cancer. A noter qu’elle avait publié un livre de souvenirs sur ses exploits passés, publié en 1959, La Sainte Pétoche.

    Colette DUVAL C110


    Filmographie :

    1958 – Une balle dans le canon : de Charles Gérard et Michel Deville
    avec Pierre Vaneck
    1959 – Suspense au Deuxième Bureau : de Christian De Saint-Maurice
    avec André Luguet
    1962 – La cage : de Robert Darène
    avec Jean Servais
    1977 – L’homme pressé : d’Edouard Molinaro
    avec Alain Delon
    Mort d’un pourri : de Georges Lautner
    avec Stéphane Audran
    On peut le dire sans se fâcher / La belle emmerdeuse : de Roger Coggio
    avec Elisabeth Huppert
    Tendre poulet : de Philippe De Broca
    avec Philippe Noiret
    1984 – Les brésiliennes du bois de Boulogne : de Robert Thomas
    avec Marc De Jonge
    1986 – Sauve-toi Lola : de Michel Drach
    avec Jeanne Moreau
    1962 – Un clair de lune à Maubeuge : de Jean Chérasse
    avec Maria Pacôme

    Sources : Wikipédia et Alexandre CARLE  pour Les Gens du Cinéma
    http://www.lesgensducinema.com/biographie/DuvalColette.htm


    Un complément avec des meetings en Algérie de 1957 à 1959.

    Colette DUVAL Colett12

    Un conseil, allez voir ces images sur le site :
    http://www.enpa-capmatifou.com/Enpa2/Aero/EVENEMENTS/85_meetings_4.pdf
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 477
    Points : 3430
    Réputation : 732
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum