Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» LA MARSEILLAISE
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeAujourd'hui à 1:46 par Hubert DENYS

» Le casque Adrian
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 23:06 par amarante

» PETIT TRAITE DE SYMBOLIQUE MILITAIRE
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 23:02 par salamandre

» Ne vous fiez pas aux apparences
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 22:55 par WILLIS

» LES RATIONS DE COMBAT
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 22:50 par salamandre

» DU MYSTERE DES SIGLES MILITAIRES
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 22:48 par amarante

» Partir ?
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 21:14 par WILLIS

» Guerre d'Algérie, E. MACRON RECONNAIT ...
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 18:50 par 66-2B

» Adjudant BONNIN
Déodat  PUY-MONTBRUN Icon_minitimeHier à 18:40 par 66-2B

Mars 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 24 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31

    Déodat PUY-MONTBRUN

    Aller en bas

    Déodat  PUY-MONTBRUN Empty Déodat PUY-MONTBRUN

    Message par Invité Ven 15 Nov - 22:52



    Déodat  PUY-MONTBRUN Deodat10


    C'est le 23 février 2009 que notre ami s'est éteint à l'Institution Nationale des Invalides à l'age de 89 ans.
    Ses obsèques furent célébrées presque dans l'incognito à Saint Louis des Invalides en présence de ses amis, les honneurs militaires lui furent rendus par un détachement de l'ALAT.


    Déodat Puy-Montbrun est le descendant d'une grande famille féodales du Languedoc. Sa filiation directe le conduit jusqu'au XIIe siècle en 1190 et dans la descendance des princes Cathares.  

    Déodat  Puy-Montbrun est pupille de la nation. Il s'engage au moment de la mobilisation de 1938, se trouve à la campagne de Belgique, de France. Blessé en juin 1940, il est fait prisonnier, s'évade d'un hôpital allemand, rejoint la France occupée. Il passe aux FFL. dont il a le numéro 12 881.

    Il participe à la formation d'un réseau en France occupée, effectue des stages commando et services spéciaux en Grande-Bretagne, et breveté parachutiste à Ringway.
    Il se retrouve à Berlin, et l'armistice signé, refusant de "faire de l'occupation", disparaît quatre ans dans les Services spéciaux français. pour l'Extrême-Orient, Indochine et Malaisie, il passe six années dans les commandos, la guérilla, la contre-guérilla, parachutistes français ou S.A.S. britannique avec sept sauts opérationnels.

    Le Général Delattre de Tssigny en fait son aide de camp. Volontaire Il effectue la totalité de la campagne d'Algérie où il termine comme chef de corps du Groupe d'hélicoptères de l'Armée.

    Il totalise plus de 3 000 heures de vol de guerre comme pilote et détient le record des évacuations sanitaires opérationnelles de nuit en Algérie. Blessé cinq fois, officier de la Résistance, médaillé de l'aéronautique, décoré de la K.M.C. Très grièvement blessé en Algérie, Grand Croix de la Légion d'Honneur. Il était déjà  commandeur à trente-six ans.

    Il totalise vingt sept titres de guerre dont dix-neuf citations. sept à l'ordre de l'Armée, sept au Corps d'Armée, trois à la Division, deux à la Brigade et deux fois à l'Air.
    Dans l'une d'elles, il est qualifié de "chevalier sans peur et sans reproche".

    De l'Automobile Club de France et de sa position, il rend de très grands services aux parachutistes, en participant au reclassement dans l' Industrie Automobile, des familles de paras persécutés à la suite des événements d'Algérie.

    Sombre et solitaire mais d'une grande  amabilité et d'une fidélité exceptionnelle en amitiés, Déodat est toujours resté en relation avec ses anciens camarades parachutistes.
    Ces dernières années l'UNP l'avait fait membre du comité d'honneur , mais Déodat préféra garder quelques distances avec les associations  des temps modernes chez qui il estimait ne pas retrouver l'esprit des anciens. Hostile aux amalgames contemporains il a toujours tenu au respect du vrai n'hésitant pas à dire haut et fort les vérités qui souvent dérangent.

    Notre ami Déodat Puy-Montbrun était aussi un écrivain. Il écrivit toute une série de livres policiers sous le sigle « Camberra » avec des noms d'emprunts.
    Mais il écrivit aussi plusieurs livres sous son nom dont un : « Les Chemins sans Croix « fut récompensé par le prix R. Poincarré. Il laisse aussi plusieurs livres de fond dont « L'honneur de la guerre » préfacé par Pierre Messmer qui estime que dans ce livre , « les historiens trouverons de informations intéressantes longtemps occultées. »
    Anonymous
    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Déodat  PUY-MONTBRUN Empty Re: Déodat PUY-MONTBRUN

    Message par Invité Lun 18 Jan - 22:57




    ANNEXE 26B
    Debout les Paras, n°208, avril-mi-juin 2009
    par Jean-Claude Sanchez


    COLONEL DÉODAT du PUY-MONTBRUN


    DE TOUS LES COUPS DURS EN INDOCHINE
    À la libération, le lieutenant Puy-Montbrun est affecté à l’escadron du 8e Régiment de Chasseurs, puis au 1er Régiment de Hussards comme chef d’escadron à cheval, mais placé dans une position hors cadre, dépendant du service Action de la Direction Générale des Études et Recherches (DGER). En 1949, il est affecté au 11e Bataillon Parachutiste de Choc où pendant trois ans, il effectuera de nombreuses missions « délicates ».

    Volontaire pour l’Indochine, il est affecté aux TAP. Le Général De Lattre de Tassigny le choisit comme aide de camp, mais Puy-Montbrun reste un homme d’action. Chaque fois que son patron s’absente, il part en opération derrière les lignes du Vietminh avec un bataillon para ou monte des « coups » particuliers. Lors d’un repas avec De Lattre, il lui explique comment créer des commandos pour débarquer sur les côtes d’Annam.

    Le célèbre journaliste-écrivain Lucien Bodard écrit de lui, dans l’Aventure : « Puy-Montbrun, ne consent à demeurer à la cour du « Roi Jean » qu’à condition d’avoir de temps en temps une « permission ». Alors, il monte sur une chaloupe d’une étrange armada, une flottille en embuscade sur les houles de la mer de Chine, là où elles déferlent contre la côte de l’Annam rouge. Soudain, quand il a un « tuyau » à exploiter, c’est le débarquement nocturne, le raid sanglant à travers les ténèbres. Leur marche d’approche, c’est celle du silence, celles d’ombres. Si tout va bien, il leur faut tuer et détruire en quelques minutes, avec une précision absolue. Et si le boulot a été fait sans accroc, il leur reste à s’enfuir au galop vers leurs canots. C’est cette fuite qui est la plus périlleuse. Souvent, il faut combattre pour décrocher. Il y a des blessés, des tués à emporter. Chaque fois le réembarquement est un miracle ».

    Il participe à la prise de Cu-Laore, aux opérations « Ardoise » et « Automate ». Le capitaine Puy-Montbrun, fort de ses relations avec le colonel Morlane qui dirige le service Action du SDECE et le colonel Belleu, chef des services spéciaux en Indochine, est l’initiateur au sein des Groupes de Commandos Mixtes Aéroportés (GCMA) des débarquements, souvent de nuit, pour semer l’insécurité en pleine zone ennemie.

    Durant trente-trois mois, il multiplie les sabotages, implantation d’agents, destruction diverse, recherche de prisonniers, débarquant en zone rebelle plus de 20 fois, entre juillet et décembre 1952. Lors d’un débarquement en pleine zone rebelle, à Quin-Hon, son équipe se bat au corps à corps et il dégage personnellement à l’arme blanche un de ses sous-officiers terrassé par un Viet.

    Envoyé en Malaisie, en novembre 1952, Puy-Montbrun prend part à l’opération “Copley”, menée en pleine jungle avec les SAS britanniques. Largués, les paras atterrissent sur des arbres de 60 mètres de haut et plus, d’où ils se laissent glisser au sol par une corde de rappel avant d’entamer une poursuite de 15 jours contre les guérilleros communistes.

    Il fait l’admiration des Anglais, à tel point que le colonel Sloane, commandant le 2e SAS, lui adresse une lettre où l’on peut lire : « Vous nous avez grandement impressionnés. Nous vous considérons comme un soldat hors du commun (outstanding soldier) ».

    Il continue à se distinguer au sein du 8e Groupement de Commandos Parachutistes (8e GCP), l’unité d’appui des GCMA pour les grosses opérations, adjoint du capitaine Le Borgne. Il participe au raid sur Hoa-Binh et aux opérations de débarquement sur les côtes d’Annam.

    Il quitte l’Indochine avec six citations et la rosette d’officier de la Légion d’Honneur. Juste le temps de passer son brevet de moniteur para à la BETAP, de retrouver le service de Cercottes et de rencontrer le commandant Crespin qui lui parle du projet de monter un Groupement Mixte d’Hélicoptères de l’Armée de terre en Indochine, pour amener les troupes au plus près de l’ennemi.

    Puy-Montbrun repart aussitôt, au printemps 1954, en Extrême-Orient, y obtient son brevet de pilote et expérimente ce nouveau concept, réalisant encore l’exploit de sauter dans la nuit du 19 au 20 juin 1954, au milieu d’un orage tropical, avec le sergent chef Taxi, tué plus tard en Algérie, et de retrouver trois hommes égarés en plein secteur ennemi. Ils seront récupérés en hélicoptère.

    La guerre d’Indochine se termine et Puy-Montbrun revient en France. La Fourragère des TOE lui a été attribuée à titre individuel.

    PIONNIER DES HÉLICES OPÉRATIONNELS EN ALGÉRIE
    La guerre d’Algérie commence. Affecté comme commandant en second du Groupe d’Hélicoptères N°2 (GH2), adjoint du lieutenant-colonel Crespin, le commandant du Puy-Montbrun assure la formation hélicoptère opérationnelle. Il reste sans discontinuer en Algérie de 1955 à 1961, participant cependant à quelques missions spéciales du service Action.

    Il prend le commandement du GH2, basé à Sétif, le 1er janvier 1959. Les équipages sont presque tous parachutistes et avec eux, Puy-Montbrun réalisera d’innombrables transports opérationnels et évacuations sanitaires par tout temps. Trois mille heures de vols opérationnels à son actif, pionnier des évacuations sanitaires de nuit, il en réalise personnellement quarante-cinq ; le record.

    Cherchant à aller toujours au plus près des combats, au mépris du danger, avec ses pilotes, il découvre tous les jours de nouvelles DZ réputées «impossible», malgré les tirs qui touchent à plusieurs reprises son appareil. Le 29 avril 1958, ayant largué son commando au plus près d’une importante résistance rebelle, il s’aperçoit que le chef de l’unité, gêné par le terrain, s’engage dans une zone dangereuse où l’ennemi risque de lui infliger des pertes sévères. Il se fait lui-même déposer à terre pour lui indiquer le danger et, par son autorité naturelle, redresse la situation. Gravement blessé au cours de l’action, il ne se laisse évacuer que lorsqu’il estime avoir rempli sa mission.

    Il est nommé Commandeur de la Légion d’Honneur le 26 septembre 1958, à 38 ans. La citation qui accompagne cette Croix de la Valeur Militaire le qualifie de « Chevalier sans peur et sans reproche ». Il est encore quatre fois cité après cette distinction. Ce qui est plutôt rare.

    LA FIDÉLITÉ EST SON HONNEUR
    « En 1961, le commandant du Puy-Montbrun rejoint Pau où il est nommé commandant en second de l’ETAP. La période est malsaine ; la guerre d’Algérie prend une autre tournure. De nombreux officiers se rebellent. Puy-Montbrun rassemble ses subordonnés et leur dit : « Ici, à l’ETAP, la vie continue comme avant, mais ceux qui veulent partir le peuvent ».

    Un autre jour, un de ses sous-officiers lui présente un homme. Ce dernier se présente : André Canal, autrement dit « le Monocle noir », responsable de l’OAS-Sud, qui lui déclare vouloir prendre des armes au dépôt de la base.
    « Pas question » lui répond Puy-Montbrun qui a pris des dispositions pour renforcer la garde. Il faut dire que si Puy-Montbrun n’a jamais appartenu à l’OAS, il n’a pour autant jamais renié ses camarades révoltés. Il écrit à ceux qui sont en prison, leur envoie des colis, de l’argent.

    À plusieurs reprises, en grand uniforme, décorations pendantes, il s’est présenté devant les tribunaux pour témoigner en leur faveur, notamment pour l’adjudant Robin, qui risquait sa tête. Après sa déclaration, Maître Tixier-Vignancourt, avocat de Robin, s’est levé pour dire : « Après un tel témoignage, ma plaidoirie devient inutile ».

    Bien que noté par son chef, le colonel Brothier, l’ancien patron de la Légion, comme : « l’un des plus brillants officiers supérieurs qu’il me fût donné d’avoir sous mes ordres », Puy-Montbrun est victime d’une certaine méfiance. Et puis, il a son caractère. Il rédige un rapport très dur sur le moral des troupes. Et quand le béret kaki est imposé en été, il persiste à porter son béret rouge. Inscrit au tableau de lieutenant-colonel, il espère prendre le commandement du 13e RDP, mais on l’envoie au 2e Régiment de Hussards à Orléans.

    Enfin, établi Grand Invalide de Guerre, il est mis à la retraite d’office en 1964. Et puis, on le récupère pour lui confier le commandement d’un stage de jeunes officiers de réserve à la caserne Dupleix. Il sera enfin nommé colonel.

    DE L'HOMME DE GUERRE À L'HOMME DE PLUME
    Déodat de Puy-Montbrun travaille dans une société automobile où il fait la connaissance de Pierre juillet, le futur conseiller du Président Pompidou. Un jour de mai 1968, il rencontre à nouveau juillet qui lui dit : si jamais, il y a un coup dur, viendrez-vous faire le coup de poing avec nous ? ».

    Puy-Montbrun s’en ouvre au Général Gracieux, patron de l’UNP à l’époque. « Bien sûr, répond ce dernier, mais à la condition de voir libérer nos camarades » :
    Fidélité ! Amitié ! Honneur ! Après cette parenthèse dans le secteur automobile, Puy-Montbrun entre à Paris-Match comme reporter. Il y restera une quinzaine d’années, parcourant le monde pour ses reportages. Il écrit une trentaine d’ouvrages dont :
    – L’honneur de la guerre ;
    – Chemin sans croix ;
    – Au-delà de la peur ;
    – et des romans d’espionnage, dont le héros s’appelle Camberra, inspirés de faits vécus ou dont il a connaissance.

    C’est ainsi que les Suisses apprirent en lisant « L’homme à la sarbacane » comment un certain Marcel Léopold, négociant en armes pour le FLN, avait été éliminé à Genève, le 19 septembre 1957, par une sarbacane à air comprimé. Il arrête la série car l’éditeur aurait souhaité voir un peu plus d’érotisme dans ses écrits.

    Le temps a passé ; les passions se sont apaisées. Le colonel du Puy-Montbrun, membre du Comité d’Honneur de l’UNP, vient de prendre son dernier envol, salué par tous ses camarades et par l’armée actuelle qui reconnaît en lui un modèle. Monsieur Jean-Marie Bockel, secrétaire d’État aux Anciens Combattants lui a rendu hommage et le Général Hervé Gobilliard, Gouverneur des Invalides, a prononcé un magnifique éloge funèbre aux Invalides.

    La France vient de perdre un soldat d’exception. Dans une autre époque, il aurait atteint les plus hauts sommets de la hiérarchie ; n’est-il pas marqué dans ses notes qu’il avait le potentiel d’un général de division, au moins.
    Meneur d’hommes, toujours en avant, capable des missions les plus extrêmes, classé dans « l’Élite », désigné comme « officier de tout premier ordre » ou de « chevalier sans peur et sans reproche » par ses supérieurs.

    Les Américains ont Rambo, personnage fictif, nous avons Puy-Montbrun, personnage bien réel.



    Déodat  PUY-MONTBRUN Dpm10
    Déodat  PUY-MONTBRUN Dpm210
    Anonymous
    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Déodat  PUY-MONTBRUN Empty Re: Déodat PUY-MONTBRUN

    Message par 66-2B Mar 19 Jan - 9:28

    On ne peut qu'etre admiratif devant une telle carrière,

    Son temps , au sortir de WW2, était propice  aux très beaux parcours militaires, , il n'a pas hésité tout le long de son existence à servir, selon ses convictions...DGER, SDECE, GCMA,8°CHOC, et le reste !

    Encore un qui était né pour être Para Militaire ... Il a côtoyé les plus grands dans des moments très difficiles pour la France.
    Enterré en une  catimini insolente, nos "politiques" sont décidément des incultes de notre Histoire...

    Merci pour cette brillante bio,
    Immense respect!
    66-2B
    66-2B

    Messages : 136
    Date d'inscription : 28/09/2020
    Age : 73
    Localisation : Auvergne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum