Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 23 Invités :: 1 Moteur de recherche

    junker, LANG

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 86 le Mar 5 Nov - 17:22

    le fort d'Ivry

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    le fort d'Ivry Empty le fort d'Ivry

    Message par Lafarge Laurent


    Vestige d’un patrimoine industriel, architectural et militaire, le fort d’Ivry fut construit de 1841 à 1846 sous le règne du roi Louis-Philippe. Il est aujourd’hui la propriété du ministère de la défense et l’ECPAD (Etablissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense), haut lieu de conservation d’archives audiovisuelles et agence d’images du ministère de la défense, y est installé depuis 1946.

    le fort d'Ivry Fort_d10


    Sa construction employa 980 personnes et nécessita la réalisation de profondes fondations et de nombreux piliers de consolidation pour supporter les murs d’enceinte et les casemates. Les galeries qui serpentent sous le fort, longues de deux kilomètres, furent aménagées de 1852 à 1860 pour surveiller les fondations et servir d’abri en cas de bombardement. Ainsi, entre 6 et 10 mètres de profondeur, les immenses galeries voutées témoignent de l’importance de ces travaux.

    Pentagone à 5 bastions, en position dominante, d’une superficie intérieure de 10 ha; il est bâti à l’extrémité du plateau ivryen formant un éperon entre les vallées de la Bièvre et de la Seine, qu’il battait sous le feu de ses 94 pièces d’artillerie. Modifié après la guerre de 1870 afin de défendre Paris, il appartient à la première ligne du système défensif imaginé par le général Séré de Rivières, stratège et ingénieur militaire.



    ECPAD


    Dernière édition par Lafarge Laurent le Mer 6 Nov - 17:23, édité 2 fois
    Lafarge Laurent
    Lafarge Laurent

    Messages : 19
    Points : 343
    Réputation : 102
    Date d'inscription : 03/10/2019
    Age : 49
    Localisation : Oradour

    Revenir en haut Aller en bas

    le fort d'Ivry Empty Re: le fort d'Ivry

    Message par Lafarge Laurent



    En 1841, Adolphe Thiers, principal promoteur de l’enceinte fortifiée parisienne, déclare :
    « C’est Paris qui parle par la presse, qui commande par le télégraphe.
    Frappez ce centre, et la France est, comme un homme, frappée à la tête ». Les invasions de 1814 et de 1815 avaient
    révélé la vulnérabilité du territoire national et la nécessité de fortifier la capitale, devenue le nœud de la centralisation administrative.

    le fort d'Ivry Ivry10


    Tout au long du XIXe siècle se pose la question du choix entre fortifications de type camp retranché ou place à forts détachés, disposés en couronne autour du noyau à défendre, les forts pouvant se flanquer mutuellement ou du moins fermer leur intervalle par l’artillerie.
    Les forts répondent par ailleurs au besoin des militaires de disposer de bâtiments exclusivement conçus pour des missions de combat, et débarrassés d’une hypothèque incontrôlable : celle de la population civile. Sous la pression de l’opposition républicaine, favorable à une enceinte continue mettant le peuple à l’abri, Paris opte toutefois pour une solution mixte.
    La loi du 3 avril 1841 ouvre un crédit de 140 millions de francs pour permettre la construction :

    - d’une enceinte de 34 kilomètres intra-muros comportant 94 bastions, 17 portes, 23 barrières et 5 poternes,
    - d’une voie ferrée de ceinture pour approvisionner en munitions cette enceinte fortifiée,
    - d’une ligne de 16 ouvrages extérieurs casematés appelés « forts » constituant une première ligne défensive.

    Le 10 septembre 1841, une ordonnance du roi Louis-Philippe déclare les travaux d’utilité publique. La supervision de l’ensemble est confiée au général Dode de la Brunerie.
    Seize forts sont construits. Ce sont, dans le sens horaire depuis le nord de Paris, le fort couronne de La Briche, les forts de la double couronne, de l’Est, d’Aubervilliers, de Romainville, de Noisy, de Rosny, de Nogent, le fort Neuf de Vincennes, les forts de Charenton, d’Ivry, de Bicêtre, de Montrouge, de Châtillon, de Vanves, d’Issy et du Mont-Valérien. Certains sont carrés tels
    que Nogent, Rosny, Noisy et les autres pentagonaux comme Ivry, Charenton ou Bicêtre.

    Leur distance par rapport aux fortifications parisiennes varie entre 2 600 m (Bicêtre) et 6 900 m (La Briche). Onze ouvrages complémentaires (redoutes et batteries) renforcent le dispositif. La ceinture sud, dont fait partie le fort d’Ivry, est la plus dense, avec un espacement moyen des ouvrages de 2 km.

    Le fort d’Ivry est bâti en position dominante à l’extrémité du plateau formant un éperon entre les vallées de la Bièvre et
    de la Seine, sur la ligne de séparation des territoires des villages d’Ivry et de Vitry, comme en témoigne un plan de l’époque
    (la limite actuelle des deux communes suit les contours ouest et sud du fort).
    Il est bordé au sud par la « voie des carriers » (actuelle rue des carrières) et accessible depuis le village d’Ivry par la « route du fort » (actuelle rue Fablet), au bas de laquelle existe un estaminet « À la descente du fort ».

    L’aubergiste aménagera à ses frais un sentier (actuel sentier Saint-Frambourg) conduisant directement au sommet pour mieux drainer la clientèle des soldats. Le chantier d’Ivry est adjugé le 5 mai 1841 à Monsieur Barison, ingénieur civil. Le gros œuvre est réalisé en maçonnerie, parements en meulière provenant de Buc (Yvelines) et pierre de taille provenant
    d’Arcueil, pour les chaînages et les encadrements des ouvertures. Les toits des bâtiments sont en tuiles ou en zinc.

    Les voûtes des casemates et des magasins sont en pierre. Le chantier emploie 980 personnes et dure quatre années. Il est surveillé par les hommes de deux bataillons du 65e régiment de ligne, qui sont logés dans un camp de baraquements à proximité.

    La présence de carrières à l’emplacement prévu va compliquer la construction. En effet, la « pierre de Vitry » est extraite depuis des siècles dans d’immenses exploitations par « piliers tournés » sous la colline actuellement occupée par le fort. Les parois de ces exploitations portent les marques du temps et de l’histoire : indications des itinéraires souterrains par des
    plaques gravées, graffitis laissés par les carriers, dessins divers dont le plus original représente une girafe tenue en laisse, qu’un ouvrier a dû voir passer à Charenton ; l’animal, offert par le pacha d’Égypte à Charles X a débarqué à Marseille et a remonté à pied la vallée du Rhône jusqu’à Paris, où il a été exposé au Jardin des Plantes en juin 1827. Les « Vive la
    République » écrits par les insurgés de 1848 et les ancres gravées par les marins en 1870-1871 témoignent d’une occupation plus ou moins continue des galeries. Au cours du chantier, ces excavations souterraines imposent la réalisation de profondes fondations et de nombreuses consolidations pour supporter la masse des murs et des casemates. Les grandes
    caves voûtées atteignant 10 m de hauteur, notamment sous l’actuel bâtiment des archives, témoignent de l’importance de ces travaux.
    Des galeries (plus de 2 km) sont aménagées de 1852 à 1860 pour surveiller les piliers d’exploitation et servir d'abris contre les bombardements ; l’épaisseur du ciel des galeries est de 6 m.

    Le fort, d’une superficie intérieure de 10 ha (25 ha avec les fossés et les glacis), est un pentagone à 5 bastions, dont la forme demeure encore bien visible malgré l’envahissement des remparts par un épais couvert végétal. A l’époque de sa
    construction, ce type d’architecture militaire (fort bastionné) est déjà plus ou moins délaissé par les pays voisins. La Prusse l’a abandonné dès 1815 et l’Angleterre en 1840.
    En France, il faudra attendre la défaite de 1870 pour constater que ce modèle de défense ne correspond plus aux progrès de l’artillerie.

    le fort d'Ivry Le_for10

    le fort d'Ivry Ivry11
    Lafarge Laurent
    Lafarge Laurent

    Messages : 19
    Points : 343
    Réputation : 102
    Date d'inscription : 03/10/2019
    Age : 49
    Localisation : Oradour

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum