Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 22 Invités :: 1 Moteur de recherche

    junker

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 225 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Spduvar

    Nos membres ont posté un total de 2603 messages dans 939 sujets

    colonel TRINQUIER

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty colonel TRINQUIER

    Message par suspente



    colonel TRINQUIER

     colonel TRINQUIER  R_t10


    Il devient commandant du 3e R.P.C au mois d'avril 1958 remplaçant le colonel BIGEARD à la tête du régiment et fut mon chef d'avril à août 1958 date de la fin des trois ans de mon contrat chez les Paras.

    Roger TRINQUIER, '' centurion '' d'Algérie; l'image est vivace, de l'officier politique et du mercenaire qu'il n'a jamais été.

    Né en 1908 dans un village des Basses-Alpes, très robuste mais d'un caractère un peu fermé. Brillant élève durant la communale, il rêve déjà des colonies Française et de voyager vers ces immenses étendues. Il rentre à l'École Normale d'Aix-en-Provence, devenu officier de réserve dans cette entre-guerre il sort dans les premiers et choisi les troupes coloniales.

    Muté en Extrême-orientale sur la frontière de Chine. A cette époque l'Empire Français est immense, beaucoup de futurs chef des armées y feront leurs preuves. En Indochine, sur la frontière de Chine, il commande un petit poste de frontière sous les ordres du capitaine Salan; à son retour en métropole, il est en garnison avec le lieutenant Massu, puis il repart, en Chine cette fois.

    En poste à Pékin, Tien-Tsin, puis à Shanghai, il suit avec angoisse les combats qui précipite la défaite du pays en 1940. Il assiste, impuissant, au déferlement des troupes nippones et, le 9 mars 1945 au coup de force japonais en Indochine.

    A la fin du conflit, Trinquier est rapatrié en Indochine où il retrouve nombre de ses anciens camarades couverts de galons et de décorations. Il n'est pas dans son tempérament de les envier. Mais il veut lui aussi goûter à cette aventure qui l'a fui depuis sept ans.

    Pour cela, il sert au commando SAS B sous les ordres du capitaine de frégate Ponchardier lors du retour de l a France au Tonkin. Il s'initie à la technique de la guérilla: coups de main, embuscades, destruction d'objectifs,,, Doué d'un caractère bien trempé et d'un solide bon sens, il est animé par une conviction profonde de la valeur rigoriste, traditionnelle qui lui permette de jugé la situation au premier coup d'œil et d'avoir une grande confiance en lui-même.

    Adepte des solutions simples et efficaces, il se révèle être un remarquable meneur d'hommes au baroud. Il sait que dans ces rizières où la densité adverse est relativement faible, l'audace basée sur des renseignements fiables paie.

    Rapatrié, il découvre les techniques de la guerre moderne et surtout les TAP qui ajoutent la troisième dimension à la forme de guerre qu'il préconise en Indochine. Puis il repart comme capitaine adjoint du commandant Dupuid au 2e BCCP. Lorsque son chef est tué à côté de lui dans une embuscade , il prend le commandement de l'unité et en fait le fer de lance des troupes du Sud-Vietnam.

    Deux ans de combat, trente opérations aéroportées, la Cochinchine dans tous les sens... C'est ici qu'il trouve sa vocation. Et lorsqu'il revient pour un quatrième séjour, à la tête du groupement de commandos mixtes aéroportés ( GCMA), son goût de l'étude, sa connaissance de l'âme asiatique, sa discrétion naturelle, feront merveille parmi tous les anticonformistes qui composent le groupement.

    C'est le temps des maquis anti communistes implantés dans les zones contrôlées par le vietminh, de la surprise, des combats et de l'insécurité sur les arrières de l'ennemi, des promesses aux populations,,,Mais aussi celui du reniement et de l'abandon. Le commandant Trinquier ne l'oubliera pas.

    Vient l'Algérie, une guerre qu'il faut gagner cette fois,Trinquier sert à l'état-major de la 10e DP . Trinquier, un homme des Services Spéciaux, il était le frère d'armes de Massu, il était plus particulièrement chargé de l'élaboration d'un plan de contre-subversion et du contrôle de la population Trinquier et Massu étaient très proches,. Ils avaient été nommés sous-lieutenant le même jour, l'un à Saint-Cyr et l'autre à Saint-Maixent. Il seconde le colonel Godard durant la Bataille d'Alger.

    Son pragmatisme allié à une grande connaissance de la guerre révolutionnaire en font un adversaire redouté des chefs du FLN. Pour empêcher que les terroristes se fondent dans la population, et s'inspirant de l'organisation de la défense passive, il crée le dispositif de protection urbaine (DPU ) selon lequel, la ville d'Alger est entièrement compartimentée sous une forme pyramidale avec, à chaque niveau, un responsable mis dans l'obligation de déclarer toute présence insolite dans les limites de sa zone et de ses responsabilités.

    Ce système combiné avec l'action des régiments parachutistes se révélera d'une redoutable efficacité. Lors des événements du « 13 mai 1958 », Trinquier se servira du DPU pour peser sur la population européenne et lui faire adopter le collège unique qu'elle refusait vigoureusement quelques jours plutôt. Toutefois, il sera débordé par les gaullistes qui toucheront les dividendes de son activisme lorsque Massu en appellera au général de Gaulle.

    En 1958, il remplacera Bigeard à la tête du 3e Régiment de Parachutistes Coloniaux qui deviendra au mois de août 58, le 3e Régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine. Il trouve la «  boutique » parfaitement rôdée, et sous son commandement, le régiment traquera impitoyablement les katibas sur la frontière algéro-tunisienne, dans les Aurè-Németchas et en Kabylie lors des grandes opérations du général Challe.

    Il quitte le commandement du « 3 » un an plus tard, en mars 1959, il luttera jusqu'au bout pour une certaine idée de la France. Dans cet ultime combat, il engagera son âme et son honneur. Ce qui lui vaut d'être relégué dans un commandement éloigné et difficile. Adaptant ses méthodes à la situation, il obtient néanmoins des résultats très honorables.

    Plus tard, ayant quitté le service actif, on le retrouve en Afrique, avec Faulques aux côtés de Tschombé lors de la sécession du Katanga. La sécession katangaise est un échec; Roger Trinquier rentre en France et se consacre à l'écriture et aux anciens parachutistes. Avec le colonel Buchoud, il crée l'Union National des Parachutistes dont il fut le premier président.

    Décédé accidentellement le 11 janvier 1985, le colonel Trinquier fut l'une des figures marquantes des troupes aéroportées. Il était commandeur de la Légion d'Honneur et titulaire de quatorze citations.




    le blog de Gustave
    suspente
    suspente

    Messages : 43
    Points : 4821
    Réputation : 125
    Date d'inscription : 16/05/2017
    Age : 62
    Localisation : POITIERS

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par junker

    Merci de faire revivre une histoire de mon blog !!
    junker
    junker

    Messages : 126
    Points : 2066
    Réputation : 158
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par LANG

    Le colonel Trinquier faisait partie de ceux qui avaient un temps d'avance...

    « …Et lorsqu'il revient pour un quatrième séjour, à la tête du groupement de commandos mixtes aéroportés ( GCMA), son goût de l'étude, sa connaissance de l'âme asiatique, sa discrétion naturelle, feront merveille parmi tous les anticonformistes qui composent le groupement »

    Un court extrait de wikipédia (repris sur « Histoire du monde ») concernant le GCMA.

    …La réorganisation des Troupes Aéroportées de l’Indochine, selon les vues du général commandant en chef et plus particulièrement du général Gilles, est réalisée à la fin de 1953. Ainsi, le GCMA quitte les TAPI le 1e décembre 1953 pour être placé directement sous l’autorité du général commandant en chef.
    Il prend le titre de Groupement Mixte d’Intervention le 12 décembre. L’organisation du GMI demeure celle du GCMA avec un état-major et trois sections opérationnelles aériennes, une compagnie de commandement, quatre représentations régionales (Laos, Nord, Centre et Sud-Vietnam), deux antennes régionales à Phong Saly et sur les plateaux montagnards, un Centre d’Instruction installé au Cap Saint-Jacques.
    Le GMI dispose en théorie de 2400 supplétifs répartis en 24 centaines encadrées par 430 Européens et 620 "réguliers" autochtones. Le patron du GMI est le chef de bataillon Trinquier, son chef d’état-major, le chef de bataillon Bonnigal du 3e BPC. Les cadres français sont pratiquement tous d’origine TAP et pour la plupart venus du 11e Choc. Le groupement a pratiquement perdu en revanche le contrôle du 8e GCP devenu 8e Bataillon Parachutiste de Choc au mois d’août et qui a été engagé sans interruption dans des opérations amphibies ou terrestres classiques dans le Delta.
    Dien Bien Phu
    Raymond Muelle, ancien du 1er chocet auteur de nombre de livres de thématique militaire, montre à quel point les maquis du GCMA et donc, a fortiori les autochtones employés, ont joué un rôle important dans la défense de Dien Bien Phu. Il note ainsi l’énorme erreur tactique faite par le Commandement qui d’après lui, a négligé ces hommes :
    La division 316 du Viet-Minh en route vers Dien Bien Phu intervient ; le 15 novembre, les maquis s’effondrent. Depuis six semaines leur résistance exaspère l’ennemi. Partisans et populations subiront d’effroyables représailles. Les plus chanceux seront utilisés comme coolies et iront creuser des tranchées sous le feu autour des positions françaises du camp retranché. Les sous-officiers européens capturés seront jugés par un « tribunal du peuple » et exécutés. Les survivants tenteront, sur ordre, de gagner Dien Bien Phu. Ceux qui y parviendront subiront le sort de la garnison.
    Ainsi, la carence du Commandement laisse la voie libre à la division 316 et aux renforts Viet-Minh qui atteindront quelques jours plus tard les abords de la cuvette.
    Cette grave lacune tactique dans les plans de l’Etat-Major démontre aussi, s’il en était besoin, le peu d’intérêt des responsables pour le combat mené par les autochtones, pour la psychologie des populations et les sacrifices des hommes du terrain qui combattaient avec eux. Non seulement on peut penser que ces vies humaines n’entraient guère en ligne de compte mais il s’y ajoutait une méconnaissance, une inadaptation dramatique de ces officiers responsables, prisonniers de la routine et des schémas préfabriqués.
    La défaite
    Le GCMA est une réussite et remplit parfaitement son rôle. Comme le déclare le lieutenant-colonel Trinquier :
    « Depuis toujours le Viêt-minh a basé son action sur un système politico-militaire. Pour la première fois, nous lui opposons officiellement une arme adaptée au genre de lutte qu’il nous impose. »
    Malheureusement, cette arme a été utilisée bien tard et la défaite interrompt brutalement ses activités. Trinquier tente de se lier à la CIA (qui fournit déjà une logistique importante), mais c’est déjà trop tard. La dissolution du GMI est effective le 21 juillet 1954 suite aux accords de Genève mettant fin à la guerre d’Indochine.
    Il faut noter néanmoins le paradoxe de cette défaite. Alors que l’Union française perdait dans un combat classique à Dien Bien Phu, les maquis autochtones menaient avec efficacité la contre-guérilla en Haute-Région .
    *******
    Remarque : on trouvera d’autres détails sur les services spéciaux en Indochine sur un article du forum ICI
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 435
    Points : 3183
    Réputation : 648
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par junker

    Vu pour l'article, Trinquier a eu son temps de gloire mais plus habile dans l'art de louvoyer dans les sphères d'état-majors !!
    junker
    junker

    Messages : 126
    Points : 2066
    Réputation : 158
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par LOUSTIC


    Le Colonel Roger Trinquier, illustre figure des derniers conflits est décédé le 11 janvier 1986.

    Il repose dans le cimetière de son petit village natal, " La beaume" suivant sa volonté.

    Son lieu de repos, dans ce coin de Provence, avait donné une relative animation à ce village replié sur lui-même, et la municipalité de l'époque l'avait bien compris en constatant les importantes cérémonies et les visites de particuliers qui s'y déroulent depuis donnant ainsi une nouvelle vie à cette région.

    En 1987, le Général Massu avait proposé de mettre une plaque du souvenir sur la façade de la maison natale du Colonel, comme cela se fait dans toute agglomération qui a la chance d'avoir eut une célébrité dans ses murs, d'autant que de nombreux visiteurs demandaient constamment ou était la maison du Colonel Trinquier.

    La municipalité s'était donc empressée d'accéder à cette demande et avait organisé une cérémonie pour la circonstance en présence de hautes personnalités. La presse fut convoquée pour la circonstance.

    Cette cérémonie se déroula le 21 septembre 1987.

    Jusque-là, rien à dire, c'est la réaction normale d'une municipalité intelligente qui s'intéresse à la vie de sa commune, en dehors de toute orientation politique.

    Malheureusement, les dirigeants changent et même si l'orientation politique est souvent la même, le raisonnement est souvent différent, la politique reprenant la priorité.

    Ainsi, cet automne 2006, nous nous sommes rendus à la Beaume ou nous avons gardé de bons amis.
    La maison natale du Colonel Trinquier a changé de propriétaire et celui-ci s'est empressé d'enlever la plaque souvenir.

    Légal ou pas légal, du fait de l'officialisation municipale? C'est aux habitants de la commune de s'en inquiéter.

    Comme le nouveau propriétaire n'a quand même pas osé détruire cette plaque et ne sachant sans doute pas trop qu'en faire, il l'a déposée en catimini dans un coin, sur la tombe du Colonel.

    Nous avons pris quelques photos pour laisser apprécier à chacun l'élégance du geste.

    Quelle a été la réaction des Associations dites d'Ancien Paras ?
    Aucune à notre connaissance . . .

    _________________
    « La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
    LOUSTIC
    LOUSTIC

    Messages : 30
    Points : 1167
    Réputation : 89
    Date d'inscription : 30/04/2019
    Age : 59
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par junker

    Si sa mémoire n'est plus défendue, rien ne pourra y faire à moins que juridiquement cette plaque doit rester à sa place ??? Je suis trop loin pour aller sur celle de Bigeard et celle de Trinquier, mes deux chefs, ainsi va la vie !!!
    junker
    junker

    Messages : 126
    Points : 2066
    Réputation : 158
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par jojo27

    Bonjour,
    Si c'est la commune qui a posé la plaque ,alors un particulier ne peut la retirer sans aval de la mairie . Autre exemple si la commune décide de mettre un lampadaire d'éclairage public sur le mur de votre maison vous ne pouvez pas vous opposé .Donc une plaque commémorative c'est la même chose .
    jojo27
    jojo27

    Messages : 34
    Points : 991
    Réputation : 71
    Date d'inscription : 26/05/2019
    Age : 57
    Localisation : eure

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par LANG

    jojo27 et junker, vous avez parfaitement raison.
    Normalement, la Mairie devrait se "saisir" de cette affaire.
    Quelqu'un du Conseil Municipal (ou un habitant) pourrait poser la question au Maire ou la délégation Locale  des Anciens Combattants (ou bien entendu, encore mieux, de L'UNP). Nous entrons en "prépériode" électorale c'est donc un moment favorable.
    Mais, et c'est souvent le problème dans notre pays, on laisse faire car on ne veut pas de vagues…
    A noter que dans le texte de loustic, il est question de 2006. Le temps passe bien vite...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 435
    Points : 3183
    Réputation : 648
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par Alcide.

    Des plaques sur des maisons communales, sur des propriétés privées, oui sans doute, mais des plaques sur Victor Hugo, Charles de Gaulle, par exemple, mais un colonel parachutiste ?
    si cette affaire avait dû aller en justice les plaignants auraient immanquablement perdus. En effet une plaque sur une maison privée en hommage à un parachutiste de la guerre d'Algérie  ................
    Anonymous
    Alcide.
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par alcide.


    J'ai écrit par courriel à la Mairie de la Beaume pour savoir ce qu'il en est..
    si j'ai une réponse je la partagerai avec vous.

    Mais aurai-je une réponse ! ! !
    Anonymous
    alcide.
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par ciel de pau


     colonel TRINQUIER  Mssu10
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 49
    Points : 4873
    Réputation : 68
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par LANG

    Bonne initiative Alcide. Peut-être y aura-t-il une réponse…
    Comme vous l'avez dit, il ne s'agit pas de lancer une "action judiciaire" mais d'interpeller ceux qui sont chargés de conserver la mémoire des lieux.
    Le colonel Trinquier fait partie de ce patrimoine…
    Qu'on le veuille ou pas !
    Mais quand on pense aux efforts qu'il faut fournir pour baptiser des rues avec des noms comme Bigeard ou de Saint Marc…
    Merci ciel de Pau pour cet article du journal. Peut-être fera t-il réagir quelqu'un de l'UNP ? (Si un de ses membres fait partie du forum !)

    Le forum n'est pas une association, son efficacité est donc très faible.
    Mais...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 435
    Points : 3183
    Réputation : 648
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par Alcide.

    13/11/2019

    Bonjour
    la Mairie à confirmé que la plaque avait bien été enlevée de la maison par l'actuel propriétaire privé.
    Et que cette même plaque se trouvait sur la tombe du colonel.
    Anonymous
    Alcide.
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par junker

    Si rien n'a était fait depuis , alors cette plaque restera sur sa tombe !!!
    junker
    junker

    Messages : 126
    Points : 2066
    Réputation : 158
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par LANG

    Merci pour la réponse Alcide.
    Un propriétaire « privé »…

    **************
    Il me vient quelques mots.
    Quelques mots qui ne servent à rien, qui ne visent personne mais que j’écris quand même.
    C’est finalement une histoire de plaque. Une pauvre plaque. Une plaque d’identification…
    On l’avait fabriquée avec soins.
    Une belle plaque, et en plus, un général connu devait la dévoiler. Et le jour venu, fière et belle, elle s’était montrée devant tous ces gens admiratifs… Rayonnante et fière.
    Ce fut éphémère.
    Une main de chez nous, bien de chez nous. Bon, je fais du mauvais esprit, c’était un bon gars, bien de chez nous. Pas un de ces types de nulle part, qui arrive  comme les touristes étrangers surpris de voir qu’il existe des monuments aux morts en France…
    Il avait pris ça pour un cadran solaire. Oui, ce genre de truc compliqué qui indique l’heure alors que vous avez RTL à portée de voix. Un machin qui ne sert à rien. Cette plaque indiquait une heure d’autrefois. Plus personne dans le pays ne se souvenait de cette heure. Une heure d’autrefois aujourd’hui !  Avec une ombre portée, dans ce pays plein de soleil. Mais c’est impensable.
    Alors, ce brave homme, car il était certainement brave ce brave homme, est monté sur son escabeau pour décrocher la jolie plaque. Personne ne s’est levé pour crier « au viol », ce n’était pas un viol et puis tout le monde s’en foutait. Viol, vous avez dit viol ? Mais c’est insensé de porter de telles accusations !
    Ce monsieur est libre, oui libre de décrocher sa plaque !  
    Alors, en bon citoyen, presque en compagnon d’armes, il a pris cette plaque d’identification avec ses références. Il ne l’a pas coupée en deux comme c’est l’usage car l’usage il ne connaissait pas.
    Peut-être a-t-il pris un peu d’eau bénite pour faire les choses « en règle » en souvenir de sa grand-mère…
    Il a lu le nom du soldat sur la tombe. Elle correspondait à la plaque, alors, il l’a déposée là.
    Là où on avait enterré ce soldat. Dans ce cimetière où reposent ceux dont on n’a plus besoin mais ce n’est peut-être qu’une rumeur.
    Des fois que quelqu’un chercherait à le retrouver…
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 435
    Points : 3183
    Réputation : 648
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par jojo27

    Merci pour ces quelques mots .
    jojo27
    jojo27

    Messages : 34
    Points : 991
    Réputation : 71
    Date d'inscription : 26/05/2019
    Age : 57
    Localisation : eure

    Revenir en haut Aller en bas

     colonel TRINQUIER  Empty Re: colonel TRINQUIER

    Message par compagnie tournante



     colonel TRINQUIER  Atlas_10
    Editions Atlas
    compagnie tournante
    compagnie tournante

    Messages : 50
    Points : 4887
    Réputation : 93
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum