Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Sur une histoire d'un homme qui aurait pu changer le cours de la guerre
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeAujourd'hui à 18:42 par Invité

» L'ORIGINE DE LA SONNERIE AUX MORTS
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeAujourd'hui à 10:43 par Invité

» GIVET
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeAujourd'hui à 10:14 par Invité

» Photo : l’arme de James Bond
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeHier à 19:39 par Blu

» La section Anderson
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeHier à 19:14 par CASTOR2

» 13 juillet 2011
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeHier à 11:01 par Invité

» Le nouveau Code d’honneur du Soldat
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeHier à 10:54 par Invité

» Réseaux sociaux : danger...
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeHier à 9:04 par Invité

» Requiem pour Dien Bien Phu
La France et la protection des Kurdes  Icon_minitimeLun 13 Juil - 17:43 par Ludovic-P

Juillet 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 53 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 52 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 375 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est jordan5936

    Nos membres ont posté un total de 4518 messages dans 1580 sujets

    La France et la protection des Kurdes

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    La France et la protection des Kurdes  Empty La France et la protection des Kurdes

    Message par LANG le Mar 22 Oct - 9:21

    La France et la protection des Kurdes  Baseus10

    (Base américaine abandonnée)


    Un article  publié par Michel Goya le 14 octobre 2019 qui contient quelques « vérités », comme d’habitude…

    Autant en emporte le Levant

    Le meilleur moyen de protéger un allié consiste à placer chez lui des troupes en nombre et bien visibles, puis de dire : « Nous sommes là, nous nous ne voulons pas vous combattre, mais nous n’hésiterons pas à le faire, et très violemment, si vous nous attaquez ou si vous franchissez telle ligne rouge ».
    En 1983, lorsque nous Français avons voulu protéger le sud du Tchad d’une possible invasion libyenne, nous avons tout de suite projeté deux puis trois bataillons sur les points clés au centre du pays et un escadron de chasseurs-bombardiers à N’Djamena. Nous avons dans le même temps défini le 15e parallèle comme « ligne rouge » dont le franchissement signifierait combat. La confrontation qui a suivi avec la Libye a connu ensuite de nombreux avatars, mais le fait est que la Libye n’a jamais osé affronter directement la France et qu’elle a été vaincue sur le terrain par nos alliés tchadiens.
    Bien entendu ce procédé suppose un minimum d’anticipation et de courage, en proportion inverse d’ailleurs.
    Plus la situation est incertaine et plus le risque d’une évolution inattendue à la suite de notre action est grand. La prise de risques est donc plus importante.
    Les Russes sont les champions de ce type d’opération de saisie ou de « placement ». Cela a parfois échoué, comme à Cuba en 1962 où le placement d’armes nucléaires n’a pu se faire avant d’être décelé, ou a abouti à des développements imprévus comme après la prise de Kaboul en décembre 1979 et l’élimination d’Hafizullah Amin. Cela a souvent réussi, même en recevant quelques coups, comme avec le déploiement en 1970 d’une division de défense aérienne complète en Égypte le long du Nil puis du canal de Suez, en Crimée en février 2014 ou encore en septembre 2015 en Syrie, lorsque l’arrivée soudaine d’un corps expéditionnaire russe a tout de suite modifié les rapports de force locaux.
    Si on n’a pas la possibilité de faire les choses vite, grâce à des bases proches ou des moyens de projection importants, on peut le faire au contraire très lentement par infiltration, une méthode assez prisée par la culture stratégique chinoise (qui ne dédaigne pas l’attaque éclair par ailleurs).
    Le 31 janvier 1968, les Américains découvrent stupéfaits que la ville de Hué a été prise par l’ennemi sans avoir été attaquée. L’occupation du Tibet ou la prise de possession des îles de mer de Chine relève plutôt de cette manière de faire, très Wei-Qi. On se réveille un jour, on se trouve face à un drapeau étranger et on ne peut plus rien faire.

    La France et la protection des Kurdes  Depart10


    Tout ce long préambule pour dire que lorsqu’on est la sixième puissance mondiale, qu’on se targue tous les jours de défendre son rang, ses valeurs, son siège au Conseil de sécurité, ses liens historiques que sais-je, et qu’on dépense 35 milliards d’euros chaque année pour ses armées, on doit avoir les moyens, comme en 1983, d’imposer sa volonté à un peu n’importe qui si on le veut vraiment et sans même avoir à déclencher une guerre. Autrement dit, si on avait voulu vraiment protéger les Kurdes de Syrie, on aurait pu le faire, d’autant plus facilement que l’offensive en cours de la Turquie est peut-être bien l’invasion la moins surprenante de l’Histoire.
    Au Tchad, on avait déployé 3 000 hommes, c’est la force standard (entre 2 000 et 4 000) que l’on est capable de déployer et soutenir pour une opération extérieure. En Syrie, cela aurait un peu plus compliqué, un peu plus long, mais matériellement c’était possible et les choses seraient assez différentes actuellement s’il y avait des sous-groupements français à Kobane, Tal Abyad, Raqqa, Ras al-Aïn et Qamishli. Ce n’est pas que notre puissance intrinsèque fasse spécialement peur, quoique nous serions capables de faire très mal à l’armée turque et même à n’importe qui, mais il se trouve simplement que n’importe quel État hésitera à s’en prendre directement et ouvertement à une puissance comme la France.
    Notons même que si on l’avait fait plus tôt, cette brigade aurait pu participer aux combats contre l’État islamique, vous savez ces salopards qui ont organisé des attaques sur notre sol et tué des centaines de Français. En novembre 2015, le Président de la République s’engageait solennellement à mettre tout en œuvre pour détruire Daesh. C’était l’occasion. Il a préféré mentir, parce qu’on n’a pas mis tout en œuvre pour détruire Daesh, loin de là. On y est allé très doucement, très prudemment selon la doctrine de « l’empreinte légère » (light footprint, dans le texte), ce qui veut dire dans le langage américain qu’on appuie les forces locales par des raids et frappes, de l’instruction et de l’équipement, mais sans engager au combat des bataillons de GIs ou de Marines.
    On a trouvé ça génial, on était présents, nos soldats (mais pas nos civils) ne tombaient pas ou peu au combat, et on pouvait dire aux Français que l’on faisait la guerre aux « égorgeurs ». Dans les faits nous représentions environ 5 % des frappes aériennes, le cœur du sujet, et 5 % d’une « empreinte légère » ce n’est pas grand-chose. Scientifiquement, on appelle cela une « trace ». Si nous avions été seuls et en admettant que rien ne change localement par ailleurs, il nous aurait fallu 117 ans pour détruire complètement Daesh au rythme des victoires revendiquées par les ministres.
    Et puis combattre en Syrie quel embarras ! Souvenir d’un Premier ministre expliquant que les avions français ne toucheraient que les malfaisants qui préparent des attentats en France et… aucun souvenir en fait d’un homme ou femme politique expliquant qu’il y avait des soldats français au sol en Syrie (les Forces spéciales c’est pratique, car elles justifient par elles-mêmes de ne pas en parler), comme si on avait honte.
    On n’avait pas honte en revanche de s’allier avec les Kurdes et Arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) pour qu’ils fassent le travail qu’on n’avait pas le courage politique de faire, car c’est ça l’« empreinte légère » : laisser le lourd, lent et meurtrier aux locaux, combattants et civils. En réalité, on n’a encore une fois rien décidé du tout dans cette affaire. On a fait comme les Américains, ce qui a le mérite de l’économie de réflexion. Pour la gestion des prisonniers de l’EI faits par les autres, on a fait aussi l’économie de la réflexion, n’imaginant pas une seconde que s'ils étaient laissés sur place ils pourraient ensuite être éventuellement utilisés contre nous. Dès lors qu’il s’agit de confrontations et de coups tordus entre États et/ou organisations, nous sommes d’une naïveté et d’une courte vue assez confondantes.
    Nous voilà donc maintenant apparemment fort dépourvus alors que le départ des Américains, qui eux avec 2 000 hommes sur place et des forces aériennes puissantes représentaient quelque chose de dissuasif, est annoncé depuis presque un an. Et de mouliner au Conseil de sécurité (vous savez le truc donc on sait qu’il ne sortira désormais plus rien de sérieux), de couper les exportations d’armement vers la Turquie (avec peut-être l’espoir que les Saoudiens compenseront) et, horreur ! peut-être annuler un match de football, bref l’arsenal habituel des gesticulations destinées à masquer l’impuissance. Peut-être même qu’on enverra le porte-avions Charles de Gaulle faire des ronds dans l’eau en démonstration d’ultime  énervement.
    Tout cela n’est pas très sérieux. On veut protéger les Kurdes et bien protégeons-les réellement ! On ne veut pas le faire, et cela peut-être pour d’excellentes raisons stratégiques, et bien disons-le clairement, mais par pitié faisons de la politique courageuse. »

    Texte complet :   ICI

    La France et la protection des Kurdes  Kurdis11
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 751
    Points : 17009
    Réputation : 7257
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    La France et la protection des Kurdes  Empty Re: La France et la protection des Kurdes

    Message par Blu le Mar 22 Oct - 19:35

    On pourra lire un article diffusé par l’ASAF :
    OPEX: l'armée française prise de court en Syrie

    « Pris au dépourvu par le retrait américain, Paris est obligé de rapatrier ses commandos. Jean-Yves Le Drian se rend en Irak pour évoquer le dossier des djihadistes détenus sur place.
    La France plie aussi bagage. Après que le millier de soldats américains déployés auprès des Kurdes luttant contre les djihadistes dans le nord de la Syrie a reçu lundi l'ordre de quitter immédiatement le pays en raison de l'offensive turque, le maintien des commandos français semble impossible… »



    Voir la suite : ICI
    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum