Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» LA MARSEILLAISE
général Jean LAGARDE Icon_minitimeAujourd'hui à 1:46 par Hubert DENYS

» Le casque Adrian
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 23:06 par amarante

» PETIT TRAITE DE SYMBOLIQUE MILITAIRE
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 23:02 par salamandre

» Ne vous fiez pas aux apparences
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 22:55 par WILLIS

» LES RATIONS DE COMBAT
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 22:50 par salamandre

» DU MYSTERE DES SIGLES MILITAIRES
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 22:48 par amarante

» Partir ?
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 21:14 par WILLIS

» Guerre d'Algérie, E. MACRON RECONNAIT ...
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 18:50 par 66-2B

» Adjudant BONNIN
général Jean LAGARDE Icon_minitimeHier à 18:40 par 66-2B

Mars 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 26 Invités :: 1 Moteur de recherche

    junker

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31

    général Jean LAGARDE

    Aller en bas

    général Jean LAGARDE Empty général Jean LAGARDE

    Message par Invité Ven 18 Oct - 0:03


    Jean Lagarde Général d'armée, Décédé le 21/07/2007

    général Jean LAGARDE Gzonzo10

    LAGARDE (Jean, Paul, Joseph), Général d'armée. Né le 19 mars 1920 à Lyon 6e.

    Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr.
    Carrière : Sous-lieutenant d'infanterie (1940), en Afrique du Nord (1940-41), Lieutenant des troupes de marine au Soudan (1942), Capitaine (1945), en Indochine (1947-49, 1950-53, 1954-56), Chef de bataillon (1954), Ecole supérieure de guerre (1957), en Algérie (1958), Lieutenant-colonel (1960), en Afrique centrale (1961), Colonel (1963), Commandant le 2e régiment d'infanterie de marine au Mans.

    Chef d'état-major de la 3e région militaire (1966), Général de brigade (1969), Commandant la 14e brigade mécanisée, Sous-chef d'état-major de l'armée de terre (1970), Général de division (1972), Commandant la 1ere division à Trèves (1972), Commandant l'Ecole supérieure de guerre et l'Ecole d'état-major (1974).

    Général de corps d'armée (1974), Chef d'état-major de l'armée de terre (1975-80), Général d'armée (1975), Vice-président du Conseil supérieur de l'armée de terre (1975-1980), Président du Conseil de perfectionnement de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (1982-88).

    Décoration : Grand Officier de la Légion d'honneur, Grand-croix de l'ordre national du Mérite.


    Dernière édition par musette tap le Ven 18 Oct - 0:13, édité 1 fois
    Anonymous
    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    général Jean LAGARDE Empty Re: général Jean LAGARDE

    Message par Invité Ven 18 Oct - 0:08



    Le général Jean Lagarde, démission
    Le général Jean Lagarde, chef d’état-major de l’armée de terre depuis le 1er avril 1975, a quitté ses fonctions silencieusement le 30 septembre 1980, six mois avant la limite d’âge. Neuf ans plus tard, il a critiqué implicitement dans les colonnes du Monde la loi de programmation militaire qui avait alors été adopté (1977–1982), déplorant que les gouvernements aient une "fâcheuse tendance à diminuer les crédits" de programmes dits secondaires, comme "les munitions ou les carburants".
    Anonymous
    Invité
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    général Jean LAGARDE Empty Re: général Jean LAGARDE

    Message par CASTOR2 Ven 18 Oct - 12:26

    Je crois que c'est une bonne chose musette tap d'avoir précisé les conditions de son départ.
    Il n'a pas été le seul à manifester sa désapprobation.
    Le plus souvent cela s'est fait dans la discrétion. Ceux pour lesquels "l'humeur" a été un peu plus "visible" n'ont pas changé grand-chose pendant toute cette période qui a suivi les années 1970. Munitions réelles au compte goutte, pas d'essence… Certaines années, pour des appelés d'unités blindées (en particulier) une bonne partie du  temps passé était caractérisé par les revues, les gardes et la marche à pieds… Beaucoup ne conservaient qu'un bon souvenir des deux premiers mois de formation de base.  "Au moins on faisait quelque-chose de militaire !" disaient-ils.
    L'armée française n'était plus en guerre et pour l'ennemi "rouge" nous avions "la bombe" !
    Le général de Villiers a manifesté sa désapprobation de manière plus claire (une fuite de la réunion voulue ou pas). Mais nos soldats combattaient sur le terrain et faire des économies pouvait peut-être comporter des risques pour nos responsables politiques...
    CASTOR2
    CASTOR2

    Messages : 219
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 74
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum