Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 22 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    LANG, robert anselme

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 232 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est VARNEROT

    Nos membres ont posté un total de 2792 messages dans 1022 sujets

    Information Désinformation ?

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Information Désinformation ? Empty Information Désinformation ?

    Message par LANG

    Le sujet « Fiction ou Réalité » publié dans la rubrique « Le saviez-vous ? » m’a fait penser à « l’art de la désinformation » qui fleurit allégrement avec toutes les possibilités actuelles des médias et des réseaux sociaux. Et, à l’heure où on assiste en plus à un emballement médiatique sans précédent à propos d’une erreur d’identification (affaire Dupont de Ligonnès) on peut s’inquiéter de la puissance de la « désinformation » voulue ou pas…

    Il peut être intéressant de prendre connaissance d’un article de 2017 qui traite de ce sujet et que j’ai trouvé sur un blog de Médiapart. La référence à Vladimir Volkoff est une garantie de sérieux
    .


    Puissance et dangers de la désinformation
    (Article écrit d'après l'œuvre de Vladimir Volkoff "petite histoire de la désinformation")
    10 NOV. 2017  LE BLOG DE ERIC WOILLEZ
    Extrait :
    QU'EST CE QUE LA DESINFORMATION ?
    La notion de désinformation est passée dans le vocabulaire courant. Cependant, ce concept est encore mal compris voir inconnu du grand public. Malgré son importance dans les sociétés modernes, aucun cours fouillé sur le traitement de l'information et les techniques de désinformation n'a jamais figuré dans les programmes scolaires.
    On peut proposer pour la désinformation la définition suivante :
    La désinformation est une manipulation de l'opinion publique, à des fins politiques, avec une information traitée par des moyens détournés.
    Il est important de distinguer la désinformation de deux pratiques voisines, l'intoxication et la publicité. L'intoxication vise un groupe restreint de décideurs, l'état-major ennemi par exemple lorsqu'il s'agit d'intoxication militaire. La publicité vise à séduire le public, elle peut être fallacieuse, mais elle va droit au but et n'emploie pas de moyens détournés.
    Cet article a donc pour but de donner les principes généraux de la désinformation afin d'avertir le public du danger qu'elle représente pour la liberté de pensée. Il n'a pas pour but de faire un cours complet sur la notion de désinformation. Chacun pourra, s'il le souhaite, approfondir tel ou tel aspect dans des ouvrages plus spécialisés.
    Nous donnerons tout d'abord brièvement le contexte historique dans lequel est née la désinformation (1). Puis nous analyserons de façon théorique comment est conçue une opération de désinformation (2) et sa mise en œuvre concrète (3). L'analyse sera illustrée par deux exemples concrets (2-4). Enfin nous verrons comment agit la désinformation sur la population et comment s'en protéger (5)…

    Lire la suite : ICI

    Reprise d’un chapitre de cette étude:

    Un exemple de désinformation moderne: la guerre serbo-croate

    Les guerres en ex-Yougoslavie furent l'occasion à partir d'août 1991 d'une magnifique opération de désinformation couronnée de succès, que nous allons présenter en détails dans cette section. L'opération ”Bosnie “, ainsi qu'elle fut appelée, contient tous les éléments d'une opération de désinformation moderne telle que nous l'avons évoquée dans les sections précédentes, un véritable cas d'école.
    L'opération avait pour but de flétrir la réputation des Serbes dans l'opinion publique mondiale. Les clients de cette opération, du moins ceux que nous connaissons, furent donc successivement entre 1991 et 1992 la Croatie, puis la république de Bosnie-Herzegovine, et enfin le Kosovo. Il est probable qu'un client bien plus puissant pilotait cette opération, tant les enjeux politiques des Balkans sont importants, mais nous n'en aurons jamais connaissance.
    L'opération ”Bosnie “ fut confiée à une agence privée américaine dont nous tairons le nom, puisqu'elle existe toujours. Nous connaissons actuellement les coulisses de cette opération grâce à des confidences de son directeur M.H. [4]  L'agence commença par l'étude de marché, c'est-à-dire par jauger l'état de l'opinion mondiale au sujet de la Serbie. La situation se présentait très mal, du fait de plusieurs facteurs:
    Les Serbes s'étaient battus héroïquement aux côtés des Alliés pendant les deux guerres mondiales;
    Les nazis avaient fondé un État croate dont les Croates se réclamaient alors sans pudeur;
    Certains chefs des fractions croates et de la fraction musulmane en Bosnie avaient déjà fait des déclarations antisémites.
    Le génie de l'agence de désinformation fut, comme nous allons le voir, d'inverser les faits et de faire passer les Serbes pour des nazis auprès de l'opinion mondiale. Le support fut la publication par le New-York Newsday d'articles sur des camps de prisonniers où étaient enfermés des musulmans. L'agence choisit ensuite avec intelligence trois grandes organisations juives américaines. Le simple terme de ”camps “, était suffisant pour émouvoir cette communauté, et faire coïncider dans leurs esprits Serbes et nazis.
    C'était un coup de maître.
    Le directeur de l'agence explique: ”Aussitôt, il y eut un très net changement de langage dans la presse avec l'emploi de termes à très forte valeur émotive, tels que purification ethnique, camps de concentration, etc..., le tout évoquant l'Allemagne nazie, les chambres à gaz et Auschwitz. La charge émotive était si forte que plus personne ne pouvait aller contre, sous peine d'être accusé de révisionnisme.
    En temps de guerre, il n'est pas difficile de trouver des supports à la désinformation.
    Chacun des adversaires commet le lot d'atrocités qui sont caractéristiques des situations de guerres. Pour flétrir irrémédiablement les Serbes, il suffisait donc de montrer les atrocités commises par eux, éventuellement de les grossir démesurément ou d'en inventer de nouvelles si elles venaient à manquer. D'autre part, on passait totalement sous silence les crimes commis par le parti opposé, ce qui devait signifier implicitement que seuls les Serbes étaient responsables. L'équation Serbe=nazi était ancrée tellement fortement dans l'opinion publique que n'importe quelle opération de guerre de la part de Serbes passait immédiatement pour un crime contre l'humanité similaire à ceux perpétrés par les nazis.
    Principalement sept supports ont servi à l'opération de désinformation: les destructions, la purification ethnique, les camps, les viols, les gaz, les charniers, les massacres de Sarajevo. La presse s'empressa de grossir les destructions faites par les Serbes, allant jusqu'à affirmer que certaines villes, qui sont encore debout à l'heure actuelle, avaient été rasées. Les camps n'étaient pas des camps de concentration mais des camps de prisonniers, mais la presse influença l'opinion publique en allant jusqu'à publier une fausse image d'un homme émacié derrière des barbelés, image qui n'était absolument pas celle d'un camp Serbe. L'idée que les Serbes avaient un ”plan systématique “ de viol n'avait aucun fondement réel, de même que celle affirmant qu'ils utilisaient des armes chimiques. Enfin, les observateurs militaires de l'ONU, ont montré que les prétendus massacres de Sarajevo, qui ont tant ému la communauté internationale, étaient probablement l'œuvre des musulmans attaquant leur propre population pour faire accroire ensuite l'idée d'une provocation serbe.
    Durant toute l'opération, un vocabulaire particulier à été soigneusement employé. Les mots de camp, charnier, purification ethnique ont servi de supports. En parlant des Serbes, on disait qu'ils avaient occupé des villes ou des régions, et assassiné leurs adversaires, tandis que les Croates libéraient les villes, et tuaient les Serbes. Une expression fut employée avec succès, celle de république autoproclamée pour parler de la république Serbe, dans le but de contester sa légitimité, alors qu'il est clair qu'une république indépendante est toujours et par définition autoproclamée.
    Ainsi, l'opération ”Bosnie “ fut menée de main de maître.
    Quelques observateurs vigilants prirent bien conscience qu'une opération de désinformation était en cours et publièrent des articles d'avertissement, mais leurs voix comptaient bien peu au regard de la grande symphonie désinformante en cours. Ironie du sort, toute information qui allait dans le sens de la défense des Serbes était aussitôt appelée ”désinformation Serbe “…

    *****

    Rappelons-nous ce que disaient :
    Lénine :
    « Dites-leur ce qu'ils veulent entendre" "Dire la vérité est un préjugé bourgeois mesquin".
    ou Goebbels: ”Nous ne parlons pas pour dire quelque chose, mais pour obtenir un certain effet “.

    La fin de l'article donne quelques "pistes" pour éviter de se faire… "embarquer". Il faut reconnaitre que ce n'est pas évident...

    Information Désinformation ? Vigila10
    (Image Vigilance informative)
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 478
    Points : 3431
    Réputation : 732
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Information Désinformation ? Empty Re: Information Désinformation ?

    Message par STORM

    Un très bon livre de Volkoff (comme tous ses livres’ d’ailleurs), j’avais servi lors de la liturgie de son enterrement.
    Dans un autre genre, « Pourquoi je suis moyennement démocrate » est aussi très bien fait.
    Et permis ses romans, L’Enlevement, et Le Complot donnent une bonne idée de l’ampleur et de la finesse avec laquelle la désinformation moderne peut faire passer les pires des idées, pourvues qu’elles arrangent ceux qui sont au pouvoir (et encore les livres datent du début des années 2000, on peut s’interroger sur les améliorations à l’heure du numérique, du tout connecté et des réseaux sociaux présents à outrance).

    STORM

    Messages : 3
    Points : 1218
    Réputation : 15
    Date d'inscription : 13/04/2019
    Age : 23
    Localisation : France

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum