Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 64 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 63 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 420 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DOMINIQUE LE COMTE

    Nos membres ont posté un total de 5020 messages dans 1788 sujets

    LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.

    Aller en bas

    LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.  Empty LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.

    Message par LANG le Mar 1 Oct - 22:14

    Quelques mots pas trop sérieux.
    Parfois pour rêver…
    Parfois pour imaginer…
    Un peu de légèreté entre Ciel et Terre avant d’arriver au sol…
    Je sais, ce n’est pas très sérieux mais vous croyez vraiment qu’il faut écrire sérieusement des choses sérieuses avant de faire un roulé boulé ?

    Bon, alors, en position !
    Non ! Coudes rentrés, genoux serrés !
    Et les pieds, pensez à vos pieds !
    Ces pieds objets de vos soins les plus attentifs…
    Mais qu’est ce que ce stick de mes deux !
    Menton rentré, décontracté les gars, et si le ventral ne s’ouvre pas on fait quoi ?
    On lève le bras gauche !
    Pourquoi ? J’en vois un dans le fond qui a fait sa PMP à Montauban et qui connait alors silence !
    Bon, vous là, oui le blond qui vient du côté des Alpes, répondez à la question !
    Mais qu’est ce que j’ai fait à Saint Michel pour hériter d’un stick pareil !
    Allez, on arrête pour aujourd’hui. Tout le monde à  plat ventre !
    Et pour 30 pompes en avant !
    Et de un et de deux… Et avec le sourire les gars…


    (Nota : cela est strictement imaginaire et ne doit absolument pas faire penser à des personnes connues !)

    ****

    Ce qui précède n’était qu’un aperçu.
    Il faut passer aux choses plus « sérieuses »…

    Se perdre et retrouver quelqu’un…

    L’espace, les étoiles, l’énergie et la matière Noire…
    Trou Noir. Trou de Ver…
    C’est un domaine où on a tendance à se perdre un peu.
    Je m’y suis perdu comme dans cette vieille et belle chanson du scaphandrier de Léo Ferré.

    Mets ton habit scaphandrier,
    Descends dans les yeux de ma blonde.
    Que vois-tu scaphandrier?
    Je vois un étrange attirail:
    Des fleurs, des oiseaux, du corail,
    Et de l'or en fine paillettes.

    Mets ton habit scaphandrier,
    Descends dans les yeux de ma blonde.
    Que vois-tu scaphandrier?
    Je vois une source très pure,
    Je vois des rires et des deuils,
    Une oasis près d'un écueil...

    Mets ton habit scaphandrier,
    Et dans le cerveau de ma blonde.
    Tu vas descendre, que vois-tu ?
    Il est descendu, descendu...
    Et dans les profondeurs du vide
    Le scaphandrier s'est perdu...


    (A noter qu’aujourd’hui cette chanson ferait pousser des hauts cris à certaines personnes du sexe féminin… Les profondeurs du vide, vous imaginez le tollé.)

    Mais, même perdu, on peut rencontrer quelqu’un. Et, pour ceux qui savent ce qu’est un « Trou de Ver » (*) rien d’étonnant si on retrouve des gens connus.

    (*) Un trou de ver est une sorte de passage dans le temps qui permet de le remonter (ou d’aller vers le futur). Si, si je vous assure c’est une théorie proposée par certains astrophysiciens qui tient la route. Personne ne semble l’avoir expérimentée mais c’est compréhensible. Imaginez que vous retourniez dans le passé mais que vous ne retrouviez pas la porte pour revenir ! Ou alors, que vous y êtes si bien dans ce passé… Personne ne reviendrait dans notre époque ? On peut se demander pourquoi. Nous vivons une époque si… formidable non ?

    Aujourd’hui, je vais vous raconter ce qui m’est arrivé la dernière fois.
    En sortant de chez moi, j’ai emprunté l’escalier qui menait au parking souterrain. Comme cela doit arriver à beaucoup d’entre-nous, j’avais oublié l’étage où se trouvait la voiture et en plus j’avais des doutes sur le numéro de l’emplacement.
    Bref, quelques allers-retours et j’étais perdu ! Et quand je suis remonté à la surface je n’ai pas reconnu les lieux.
    Je me suis retrouvé dans une région un peu froide où le givre avait du mal à se réveiller le matin. Dans l’Est c’est normal. Le Grand Est comme on dit maintenant. Bon, je ne sais pas pourquoi il est devenu si grand, mais ce n’est pas le sujet non plus…
    Je marchais dans une rue que je ne connaissais pas et l’endroit paraissait sympathique. Au carrefour, j’ai pris un chemin qui descendait vers un parc. Les arbres avaient toutes leurs feuilles mais certaines avaient des couleurs qui faisaient penser que l’automne n’était pas très loin. Vous savez cette période où les ramasseurs de feuilles sont heureux.
    Et soudain, j’ai vu un coureur à pieds. Torse nu, en short, bronzé du cou et des jambes, cheveux courts, il courait en expirant à pleins poumons.
    Par un temps pareil. D’accord, ce n’était pas encore les gelées d’hiver mais torse nu…
    Il s’est arrêté une dizaine de mètres plus loin pour faire des moulinets des bras puis des pompes et encore des pompes… Sidérant. Surtout qu’il n’avait pas l’air d’être un petit jeunot.
    Cela ne se fait pas de déranger un sportif mais il m’avait impressionné alors je me suis approché.
    - Bonjour, vous êtes bien courageux avec le temps qu’il fait, lui ai-je lancé pour
    engager la conversation.
    Il a tranquillement terminé sa rotation du tronc puis, avec un regard que l’on n’oublie pas, m’a lancé :
    - Bonjour mon gars, en route pour le boulot ?
    - Ben, c'est-à-dire…
    Comment lui expliquer que j’étais un peu perdu et que j’étais là pour essayer de trouver où j’étais ?
    -   Non, je me promène pour prendre l’air, ai-je menti allègrement.
    -  Alors, comme ça vous venez de là-bas, me lança-t-il d’un air ironique.
    -  Oui, du parking et je me demande comment je vais y retourner.
    -  Ben mon gars ce n’est pas compliqué, il suffit de suivre les flèches. C’est marqué partout mais je reconnais qu’il y a peu de volontaires.
    - Des volontaires ?
    - Oui, ici personne ne veux y descendre, on est tellement bien à l’air libre. Vous avez deux minutes ? Le temps de parler d’un peu tout et de rien ?
    D’un geste de la main, il m’a proposé de s’assoir sur le banc qui était à côté.
    Je n’étais pas pressé j’ai accepté l’invitation.
    Il a déroulé la veste de survêtement qui faisait le tour de sa taille et en se rhabillant m’a lancé :
    -  Moi c’est Bruno et vous ?
    -  ……

    LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.  Big10

    (Je prie les lecteurs un peu surpris de bien vouloir excuser ces quelques élucubrations pas très… sérieuses.)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 855
    Points : 25160
    Réputation : 11308
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.  Empty Re: LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.

    Message par MERIGLIER le Mer 2 Oct - 11:50

    Voilà mes amis ce que l'on pourrait appeler une écriture "décalée".
    Peut faire du bien dans cet univers morose qui a envahit notre société.
    A consommer sans modération.
    Anonymous
    MERIGLIER
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.  Empty Re: LIBRES PROPOS : Quelques mots pas trop sérieux.

    Message par LANG le Mer 2 Oct - 18:02

    Merci MERIGLIER de nous avoir rejoint en haut du parking…
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 855
    Points : 25160
    Réputation : 11308
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum