Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 14 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 225 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Spduvar

    Nos membres ont posté un total de 2602 messages dans 939 sujets

    Alexandre GEORGIEFF

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Alexandre GEORGIEFF Empty Alexandre GEORGIEFF

    Message par patrouille de nuit


    Alexandre GEORGIEFF est né le 15 février 1935 à Lyon 3ème. Il était le fils d’un père réfugié, un Russe ‘’blanc’’ apatride, originaire de la région du Don en territoire Cosaque et d’une mère, Marie DANILOFF née en 1917 à Simferopol en Crimée. La révolution Russe dure depuis 1917 et, en 1920, à l’âge de 17 ans, le père d’Alexandre s’engage dans l’armée Cosaque nommée ‘’blanche’’, qui soutient le Tsar face aux soldats de la révolution ; l’armée nommée ‘’rouge’’. En 1920, après de sanglants affrontements, l’armée rouge a le dessus et c’est la fin pour les Cosaques. Il est arrêté et envoyé, comme nombre de ses camarades, en déportation en Pologne.
    Il va réussir à s’évader, gagner l’Allemagne, et arriver à rejoindre Paris où de très nombreux Russes ‘’Blancs’’ ont trouvé refuge. Erudit et parlant plusieurs langues, on va lui proposer un emploi à Lyon où il viendra s’installer. Dans la communauté Russe expatriée à Décines, il va rencontrer celle qui deviendra sa femme, Mariya, arrivée à Lyon après avoir été rapatriée en 1925 par la Croix Rouge Française.

    Alexandre GEORGIEFF Tre_ai10

    Notre ami Alexandre, communément appelé par son diminutif russe Chourik, à quatre ans quand la seconde guerre mondiale éclate mais Lyon est en zone libre, et tout va bien pour l’instant, si ce n’est les difficultés de Chourik avec le français car à la maison on parle exclusivement russe. Tout change quand les allemands suppriment la ligne de démarcation en novembre 1942, suite au débarquement des Alliés en Afrique du Nord.
    Son père est arrêté par les allemands et envoyé sur les chantiers de construction du mur de l’atlantique. Il ne reverra Décines et sa famille qu’après la libération de la France trois ans plus tard.

    Chourik quand à lui va suivre un apprentissage de menuisier et travailler chez un artisan jusqu’à ce qu’il soit appelé, effectue ses trois jours comme l’on disait à l’époque, se portant volontaire pour les troupes aéroportées. Il est incorporé le 4 janvier 1956 à Philippeville en Algérie et affecté au 1er RCP. Il est breveté parachutiste le 27 avril 1956 avec le N° 111 951. Il va grenouiller dans les nombreux secteurs où est envoyé son régiment, il sera même à Chypre d’octobre à décembre pendant le conflit de Suez.

    Au fil du temps son engagement au sein de la compagnie d’appui du RCP est apprécié et reconnu par ses chefs. Il sera nommé 1er classe en mars 1957, caporal en mai et caporal chef en août de la même année. Il terminera l’année 57 avec le galon de sergent. En décembre 1957, pour une action personnelle réussie en ayant sous le feu pris la place d’un tireur FM blessé au cours d’un accrochage où sa section était en difficulté, il reçoit une citation des mains du général MASSU. Après 24 mois en Afrique du Nord, il rentre en France, est libéré le 25 janvier 1958 et reprends un emploi de menuisier.

    Il va rencontrer Michèle qui est à l’époque comptable dans une entreprise de négoce de métaux, ils se marient le 11 juin 1960 et auront deux fils. C’est Michèle qui l’a convaincu de changer de branche en venant travailler dans son entreprise comme ‘’homme à tout faire’’. Il va y apprendre un nouveau métier en passant par de nombreux postes jusqu’à ce que le chef d’entreprise lui offre la possibilité de devenir commercial. Il va plus tard terminer sa carrière professionnelle comme chef des ventes.

    Chourik a eu depuis toujours une passion, le vélo. Il avait même créé un club cycliste à Décines avec son ami Angelo COLINELI et a même été à une époque, comme membre du staff dans des équipes de marques renommées, amené à voyager en France et en Europe pour de grandes courses cyclistes. Enfin, il n’était pas rare de croiser chez lui à Druillat un ami de longue date, Jean DJORKAEFF dit Tchouki, le père du bien connu footballeur Youri JORKAEFF.

    Il faut dire qu’ils avaient des affinités et une histoire commune entre réfugiés, car Jean JORKAEFF est le fils d’un Kalmouk, une peuplade mongole du sud de la Russie, dans la même région que celle de la famille GEORGIEFF. Avec Michelle son épouse, Chourick s'était installé à DRUILLAT dans l'ain, et menait une vie paisible , très attaché à ses origines cosaques, pratiquant convaincu de la religion orthodoxe, et avec l'esprit parachutiste chevillé au corps..... jusqu'à ce que la maladie le rattrape.

    Alexandre GEORGIEFF, BP 111 951, UNP 40 436, qui avait été aussi le Porte-drapeau de la section UFAC de Druillat, était titulaire des décorations suivantes :

    Médaille militaire

    Croix de la valeur militaire avec étoile de bronze

    Croix du combattant

    Médaille de reconnaissance de la nation

    Médaille commémorative des opérations au moyen orient


    Ses obsèques religieux ont eu lieu samedi 14 septembre 2019, dans la crypte de la magnifique église du culte orthodoxe russe à Lyon 6ème. En présence de la famille, de très nombreux amis , d'une délégation de l'UNP, de membres de l'association des médaillés militaires et des anciens combattants UFAC de Druillat, le Président de la Section Gilles MARAND a retracé l'histoire peu banale de la famille GEORGIEFF et de Chourik. Le Trésorier René MARREL a lu la prière du para et le salut des drapeaux dans la crypte a été dirigé par l'ancien Président des Médaillés militaires de la 1136ème section Christian Lagoutte.

    Ensuite, tout le monde s'est transporté au cimetière de Pusignan où Alexandre repose désormais.

    Adieu camarade, adieu Chourick. Merci pour tous ces bons moments passés avec toi. Nous n’oublierons pas ton sourire légendaire et ta gentillesse incomparable.

    Que Saint Michel t’accueille auprès de lui et te protège.


    UNP section de l'Ain
    patrouille de nuit
    patrouille de nuit

    Messages : 59
    Points : 4921
    Réputation : 82
    Date d'inscription : 30/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum