Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 9 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Les enfants de Sidi Ferruch

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Les enfants de Sidi Ferruch Empty Les enfants de Sidi Ferruch

    Message par LANG

    En flânant sur internet, je suis tombé par hasard sur un livre et un récit qui peuvent peut-être vous intéresser… L’histoire d’un Léopard mais ce n’est pas Junker qui a disparu de nos ondes radio…
    Une autobiographie d’un ancien du 3ème RPC…
    Jean-Pierre Hutin, dont l’écriture est originale !
    (Je ne crois pas que c’est le même JP Hutin qui était à l’origine de l’émission de télévision sur les animaux avec le chien Mabrouk)


    Les enfants de Sidi Ferruch Livre10


    Présentation par le site Europa diffusion (mais on trouve son livre sur Amazon bien entendu).
    Chronique de la dernière guerre de l'Armée française - "Faut dire, au début, j'étais con. Je savais pas. On s'imagine pas le temps qu'il faut pour savoir. Maintenant, des années après, je sais. Remarquez, ça change rien, je suis toujours con. Mais je sais".
    Jean-Pierre Hutin la voulait, sa guerre. "L'Indochine loupée à deux ans près", l'Algérie lui offre sa chance : en 1958,à 18 ans, il s'engage au 3e Régiment de Parachutistes Coloniaux en Algérie. Une sacrée chance, une drôle de chance, pour une drôle de guerre. Mais "une vraie", une comme il avait rêvé d'en faire, avec ses yeux d'enfant, ses yeux "innocents", ses yeux de "jeune con". Vite décillés : "Pas gardé longtemps mes yeux pisseux". Jean-Pierre Hutin découvre la réalité de la guerre. Il constate aussi qu'il y en a plusieurs. Il y a celle que l'on chante au Parlement, au gouvernement, sur l'air de "armons-nous et partez !". Celle qui fait frissonner les civils, les "Dupont, Ducon", et pâmer leurs épouses dans les salons. Et puis celle du terrain, celle que l'on fait entre combattants, les Léopards contre "les fells, les fellouzes, les fellaghas", qui aux jeux du "jeune con" devenu un Leroi's Boy, sont respectables parce que "seuls les fells combattants respiraient, souffraient, vivaient, mouraient en respirant le même air que nous". Pendant que les autres, les planqués, les "pue de la gueule", les politiciens qui font de grandes phrases mais ont le "trakzir à zéro", eux, vivent dans "leur monde de cloportes". Jean-Pierre Hutin a fait sa guerre, puis il en est revenu, comme de beaucoup de choses. Mais il "ne regrette rien". (Europa diffusion)

    Pour en savoir un peu plus et avec quelques photos : ICI

    « … En ce doux printemps 1958, j’étais là moi, con et tout content de l’être. A Sidi-Ferruch, petite station balnéaire noyée dans les pins, située, j’vous rencarde braves gens, près d’Alger. J’étais perdu comme ça dans les réflexions quand j’entendis la voix suave de notre nouvel adjudant qui sortait du PC de la compagnie. Il nous souhaita la bienvenue. Il ressortait de son petit accueil qu’il n’avait jamais rien vu d’aussi moche. Quoi, comment on pouvait lui parachuter des tarés pareils, consterné il était, il hurlait, des gonzesses on lui avait envoyé, d’ailleurs c’était sûrement une erreur de l’Intendance, nous à ce qu’il constatait on était sûrement les nouvelles mignonnes du Sphinx. Comment pouvait-il en être autrement, il devinait nos petites fentes à travers nos braguettes, des fentes je vous dis, comment faire la guerre avec des gonzesses ? Mais qu’est-ce qu’il avait fait au Bon Dieu pour avoir mérité des calamités telles que nous, d’ailleurs c’est simple quand les vrais soldats, eux qui en avaient des grosses comme ça - y faisait un petit geste, genre melon – nous verraient en rentrant d’OPS, y mourraient de rire, enfin ceux qui reviendraient. Les autres y z’auraient de la chance, ils verraient pas le désastreux spectacle…
    ……….

    … Le barbare est de retour, les barbares sont là. Bientôt leur grande ombre camouflée planera sur la ville. Le haut état-major allait encore grincer des dents (…) A part mourir, pas de tradition, ces gens-là. Provocateurs en plus ! Saluent aucun gradé. Moi, Commandant Alex Dupont, moi qui ai 18 ans de carrière, moi quatre année prisonnier des boches, huit ans d’état-major en Indochine, six ans de cirrhose à Madagascar, j’ai vu de mes yeux, pas plus tard qu’hier, deux Léopards saluer un Caporal-Chef de la Légion, vous vous rendez compte, un Caporal-Chef.  
    Tout ça sous prétexte qu’ils mouraient ensemble, au loin, là-bas.

    Jean-Pierre Hutin
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 384
    Points : 2842
    Réputation : 561
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum