Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    30062019

    Message 

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Empty Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale




    Un article rapide pour se faire une idée…


    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Entr11

    Avec le Fallschirmhelm, la blouse de saut est l'un des éléments les plus caractéristiques de l'uniforme de combat des Fallschirmjäger. Conçue à l'origine pour le saut en parachute, elle se transformera rapidement en un vêtement de combat très pratique. La blouse de saut avait l'aspect général d'une veste de camouflage descendant jusqu'à mi-cuisses avec fermeture centrale pouvant être fermée en short autour des cuisses à l'aide de bouton-pression et disposant de plusieurs larges poches fermées par des glissières cousues sous bandes.
    Concernant le parachute, le type de harnais du parachute RZ utilisé par les Fallschirmjäger est généralement considéré comme inférieur à ceux utilisés par les parachutistes alliés. Contrairement aux modèles britanniques et américains, qui reliaient le parachutiste par chaque épaule, la conception allemande reliait le parachute au corps du parachutiste par une seule sangle située au milieu du dos par un harnais de type « Irving ». Les parachutistes devaient effectuer un saut difficile appelé « saut de l’ange » consistant à se jeter de l’avion par un véritable plongeon tête en bas, bras grands écartés et jambes tendues.
    Une fois le parachute ouvert, le harnais reliant le parachute par une seule sangle rendait tout contrôle quasiment impossible. Ce parachute qui descend très vite, nécessite de se poser « mains et pieds » pour éviter de subir de sérieuses blessures à l’atterrissage ce qui avait en plus pour inconvénient de réduire considérablement la possibilité d’emport en équipement avec lequel le parachutiste pouvait sauter. Même avec l’utilisation de genouillères, il était impossible de charger plus le parachutiste de façon significative sans éviter un risque important de blessure à l’atterrissage.

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Parach12


    À cause des défauts de leurs parachutes, les Fallschirmjäger sautaient seulement armés d'un pistolet et d’un couteau spécial à lame sortant par gravité. Ainsi, fusils et autres armes étaient largués dans des conteneurs séparés et, jusqu'à ce qu’ils soient récupérés en plein champ de bataille avec le risque d'être quasiment désarmés sous le feu ennemi. Les Fallschirmjäger étaient dépourvus de leur arme principale (par comparaison, les parachutistes alliés américains et britanniques étaient directement largués armés de fusils ou de pistolets mitrailleurs).
    Après l'invasion de la Crète, les défauts de ce parachute ont été corrigés, en particulier en ce qui concerne le harnais. Dès lors, les Fallschirmjäger ont pu sauter en étant muni de leurs armes principales. C'est lors de l'invasion de l'île de Leros que ce nouveau type de parachute fut utilisé pour la première fois, avec pour résultat une très grande réussite de l'assaut aéroporté.
    Les unités de Fallschirmjäger ont été extrêmement bien équipées, elles avaient accès aux meilleures armes de l'armée allemande en plus de celles spécialement conçues pour eux comme le fusil automatique FG42. Elles ont été parmi les premières unités de combat à utiliser le fusil d'assaut Stg44 (Sturmgewehr 44) et des armes sans recul au combat. Les Fallschirmjäger ont aussi très facilement eu accès à des armes de facture étrangère, y compris le pistolet-mitrailleur italien Beretta 38 Modello 9 mm, et le pistolet FN Browning P-35 de 9 mm.
    Une arme ambitieuse a été étudiée et produite spécifiquement pour les Fallschirmjäger. Cette arme devait être multi-rôle, c’est-à-dire pouvoir remplacer à la fois les fusils, les pistolets-mitrailleurs et les mitrailleuses légères mais aussi être assez légère pour être portée pendant le saut en parachute. Ces efforts ont abouti à la création du fusil automatique FG42 (Fallschirmgewehr 42) qui combine la puissance de feu d'une mitrailleuse au maniement léger caractéristique d'un fusil d'infanterie standard.

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Fg4211


    Le FG42 a été construit et déployé en petites quantités à partir de 1943 jusqu'à la fin de la guerre. Bien qu’étant une arme particulièrement sophistiquée, la conception a quelques inconvénients, le poids trop léger par rapport à la puissance de la munition ne permettait pas de faire un tir continu avec précision. Cela signifie que le FG42 n'était pas tout à fait adapté à la fonction multi-rôle qu'il devait avoir, à la fois comme une mitrailleuse légère et un fusil d'assaut

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Img_0011


    Un document capturé sur un parachutiste allemand en Grèce, révèle une grande partie de l’esprit d’élite des Fallschirmjäger.
    Les Dix Commandements du Parachutiste énumèrent les instructions suivantes :
    1. Vous êtes les soldats d'élite de l'armée allemande. Vous rechercherez le combat et vous vous entraînerez aux plus dures épreuves. La bataille sera pour vous le but suprême ;
    2. Cultivez la vraie camaraderie, car c'est avec l'aide de vos compagnons que vous irez à la victoire ou à la mort ;
    3. Soyez avares de paroles. Incorruptibles. L'homme agit et laisse aux femmes leur caquetage. Ce dernier pourrait vous conduire au tombeau ;
    4. Soyez calmes et prudents, forts et résolus. La bravoure, l'enthousiasme, l'esprit d'offensive vous donneront dans l'attaque l'ascendant sur votre adversaire ;
    5. En présence de l'ennemi, rien de plus précieux que les munitions. Celui qui tire sans nécessité, seulement pour se donner du courage, est un pleutre qui ne mérite pas le titre de parachutiste ;
    6. Ne vous rendez jamais. Pour vous, la victoire ou la mort. Il n'est point d'autre alternative. C'est une question d'honneur ;
    7. Point de triomphe sans bonnes armes. Soumettez-vous à cette loi : d'abord mes armes, moi-même ensuite ;
    8. De chacune de vos entreprises, vous devez en saisir pleinement la portée afin d'être à même, si votre chef est tué, de la mener à bien à sa place ;
    9. Contre un ennemi qui combat à visage découvert, battez-vous avec chevalerie. Mais à la guérilla, ne faites point de quartier ;
    10. Tenez vos yeux grands ouverts. Élevez-vous à la hauteur des héros. Soyez aussi rapides que le lévrier, aussi résistants que le cuir, aussi durs que l'acier de Krupp et vous serez l'incarnation parfaite du guerrier allemand.

    *****

    La création des troupes aéroportées de l'Allemagne a été officiellement inaugurée le 29 janvier 1936 avec comme ordre du jour l'appel de recrues volontaires pour l'entraînement parachutiste à l'école de parachutisme de Stendal, située 96 km à l'ouest de Berlin.
    L’école des troupes aéroportées de Stendal était réputée comme l'entraînement militaire le plus dur qui soit et une forte camaraderie unissait ces hommes.
    L'école a été active plusieurs mois après que les premières unités parachutistes furent créées en janvier 1936 et est restée ouverte et active pour le personnel de réserve de la Luftwaffe.
    Officiers, sous-officiers et soldats de la Luftwaffe devaient non seulement mener à bien six sauts, mais devaient également être capables de combattre seuls ou en petit groupe et faire preuve d'une très grande ténacité afin de recevoir le prestigieux brevet parachutiste allemand (institué le 5 novembre 1936). Précisons enfin que l’infanterie aéroportée d’élite des Fallschirmjäger ne doit pas être confondue avec les soldats d'infanterie des « divisions de campagne de la Luftwaffe » formées au début de la guerre d'excédent de personnel de la Luftwaffe et qui n'étaient pas parachutistes.
    (Wikipédia)

    *****


    Quelques informations complémentaires tirées après traduction du site http://www.lonesentry.com/articles/parachutists/index.html

    Pendant la formation les « élèves » pliaient eux-mêmes leurs parachutes pour développer le sens du détail et de la perfection.
    Tactique :
    La méthode allemande consistant à libérer les parachutistes des avions de transport au-dessus d’une zone donnée est si minutieusement élaborée que très peu de chose est laissée à la chance.
    Les avions arrivent par vols de trois appareils. Arrivés au-dessus de leurs objectifs, ils peuvent faire un cercle puis survoler la zone où les parachutistes doivent atterrir à une altitude de 300 à 500 pieds. (1 pied= 0,3048 mètre !) (c'est bien bas...)
    Le saut est effectué en formation. Un officier dans l'avion en tête montre un drapeau jaune deux minutes avant de sauter pour indiquer qu'il se prépare. Une demi-minute avant le saut, il montre un drapeau rouge et blanc. Lorsque les avions survolent la zone, il ouvre le drapeau rouge et blanc. C'est le signal pour sauter. S'il agite les deux drapeaux en les croisant d'avant en arrière, il indique "Ne sautez pas!"
    La nuit, les signaux sont donnés par des lampes de poche colorées, auquel cas le rouge signifie "Préparez-vous"
    Un chef dans chaque avion donne le signal de sauter en faisant retentir un instrument comme un klaxon de voiture. Avant de sauter, les parachutistes attachent l'anneau de leurs parachutes à un fil métallique longeant l'intérieur de l'avion, du côté droit.
    Le saut se fait par la porte de droite, l’anneau tirant sur le cordon du parachute, qui s’ouvre automatiquement après un délai de 5 secondes (ce qui correspond à une chute d’environ 80 pieds). Les conteneurs d’équipement sont lâchés par la porte du côté gauche de l’avion. Chaque conteneur contient l’équipement de trois ou quatre hommes et est jeté quand ou juste après, les hommes qui sautent. Les douze hommes et les quatre conteneurs transportés par chaque avion sont supposés être largués dans un délai de 9 à 10 secondes.  
    Les Allemands ont jugé utile d’affecter des parachutes de différentes couleurs à différents types de charges. Par exemple, le parachute d'un soldat peut être un mélange de vert et de brun, afin de le rendre moins visible au sol et de servir ensuite de camouflage aux véhicules capturés. D'autre part, les parachutes blancs peuvent être utilisés pour les conteneurs d'équipement et les roses pour les fournitures médicales. Les Allemands changeaient le sens de ces couleurs de temps en temps...

    Parachutistes allemands Seconde Guerre Mondiale Equip11

    Photo site : http://normandie44.canalblog.com/archives/2012/08/04/24834321.html
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 335
    Points : 2481
    Réputation : 445
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    - Sujets similaires
    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum