Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 19 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 17 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    ciel de pau, Estrope

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 223 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Gauthier

    Nos membres ont posté un total de 2593 messages dans 935 sujets

    Lutte contre le terrorisme

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Lutte contre le terrorisme Empty Lutte contre le terrorisme

    Message par LANG

    Discours de Madame Florence Parly,
    ministre des Armées


    Lutte contre le terrorisme

    Discours prononcé au 4ème régiment d’hélicoptères des forces spéciales terre
    à Pau, le 13 juin 2019

    Mesdames et Messieurs les élus,
    Monsieur le Chef d’Etat-Major des Armées,
    Messieurs les Officiers généraux,
    Monsieur le Préfet,
    Mesdames et messieurs,

    La scène se déroule à la fin février 2019. A 13h13 zoulou, le soleil brûle le désert lorsque les hélicoptères français décollent. C’est à Bou djebeha, au Nord Mali, loin de Tombouctou. Moins d’une heure plus tard, alors que les hélicoptères atteignent enfin le pick-up qu’ils traquent, celui-ci en rejoint un autre, puis un troisième : ce ne sont pas des seconds couteaux, c’est le convoi d’une cible majeure qui est en train de s’assembler. Le temps presse, car le carburant va bientôt manquer aux hélicoptères; les drones, en limite d’autonomie, devront rentrer, eux aussi.
    S’engage une course-poursuite épique à plus de 120km/heure dans les dunes. Après des tirs de sommation les deux premiers pick-up se rendent ; les commandos se posent et capturent les terroristes. Faute de carburant, les hélicoptères rentrent ravitailler. Il en faut plus pour arrêter les forces spéciales. Les commandos enfourchent alors l’un des pick-ups capturés à l’ennemi et foncent à la poursuite du troisième véhicule. Ils le traquent assez longtemps pour donner ses coordonnées à un autre groupe commando qui finalement prend le relais et l’intercepte alors qu’il tente de se fondre dans un campement familial. Les terroristes sortent du véhicule, ouvrent le feu. Ils sont neutralisés. Tous. Parmi eux, il y avait leur chef, Yahia Abou-El-Hammam : l’Emir de Tombouctou.
    Cette prise majeure concluait une longue traque émaillée d’opérations coup de poing, de recueil de renseignement, de filatures, et de bien d’autres choses que je tairai ici.
    Les Maliens connaissaient les crimes d’Abou Yahia. Avec son groupe, il terrorisait la sous-région depuis longtemps. Nous le recherchions depuis six ans. Il était notamment le commanditaire du double attentat contre l’état-major de l’armée du Burkina Faso et contre notre Ambassade à Ouagadougou en mars 2018, qui a fait près de 20 morts et plus de 80 blessés. Sa neutralisation aura été une opération complexe, méticuleuse, de longue haleine: un chef d’oeuvre en quelque sorte, d’opiniâtreté, d’audace, et de savoir-faire, qui nous vaudra l’admiration des spécialistes étrangers.
    Et pourtant, ce genre d’opérations exceptionnelles, je dois le reconnaître, est devenu le quotidien du Ministère des Armées. Vous le savez bien, hommes et femmes des forces spéciales, auxquels je suis venue rendre hommage aujourd’hui, et à travers vous, à l’ensemble des acteurs du Ministère des Armées. Personne mieux que vous n’incarne le fer de lance contre le terrorisme. Des opérations de ce type, vous en avez vu bien d’autres, comme l’héroïque libération d’otages au cours de laquelle les Premiers Maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, ont perdu la vie au Burkina ; plus récemment encore, des neutralisations d’importantes figures de Daesh, à Kirkouk et ailleurs.

    Alors pourquoi tout cela ? Est-ce parce que nous sommes plus présents, ou plus efficaces ? Ou est-ce parce que le terrorisme accroît son emprise ? Les Français sont en droit de demander où en est cet ennemi qui les a si sauvagement frappés sur notre sol. Le terrorisme est de loin la toute première menace de sécurité à leurs yeux. Le combat contre cette menace est aussi leur toute première attente envers les services de sécurité, qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, et envers les forces armées. C’est une menace particulière, par son ubiquité, son vice, sa radicalité, sa volonté de subversion. Les Français ont appris avec soulagement la fin du califat territorial de Daech en Syrie ; mais ils ont aussi compris qu’on n’en resterait pas là, et que le danger ne se dissiperait pas de sitôt.
    C’est pour cela qu’il m’a paru essentiel de faire devant vous aujourd’hui un bilan de la menace et de son évolution prévisible ; de rappeler tout le spectre de l’action du ministère que je dirige pour y faire face, au sein de l’ensemble plus large de l’action de l’Etat. Et puis enfin, de tracer des pistes pour l’avenir...

    Lire la suite sur le document PDF
    Nécessaire si on veut se faire une idée...
    En fin de discours on trouvera les "pistes" proposées pour lutter plus efficacement contre le terrorisme
    .

    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 434
    Points : 3173
    Réputation : 644
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum