Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 9 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Les opérations aéroportées depuis Kolwezi

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Les opérations aéroportées depuis Kolwezi  Empty Les opérations aéroportées depuis Kolwezi

    Message par musette tap le Lun 3 Juin - 8:21


    En mai 2017 journée d’études aux universités de Paris Sorbonne portant sur l’analyse historique de l’emploi des troupes aéroportées depuis 40 ans. Il s’agit d’analyser la place spécifique des parachutistes dans les engagements contemporains, de s’interroger sur leurs évolutions et de s’intéresser à leur perception vue par la société civile. Retour sur des opérations majeures de l’armée de Terre sur les théâtres récents.

    Dès les années 1930, la France organise ses premières unités d’infanterie de l’air, mais c’est avec les stages organisés au sein de l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale qu’une réelle impulsion leur est donnée. Elles y gagnent un style, mais aussi des références différentes qui se retrouveront au sein des anciens Special Air Service (SAS), des chasseurs parachutistes, des groupes commando, etc. Après les expériences douloureuses des guerres d’Indochine et d’Algérie, marquées par des engagements extrêmement meurtriers qui donnent naissance aussi bien à la réputation de combattants d’exception qu’à une « légende noire » (cinéma, chansons, etc.), un voile discret est posé sur cette spécialité transverse au sein de l’armée de Terre (infanterie, cavalerie, artillerie, génie ; métropolitains, coloniaux et légionnaires ; appelés et engagés).

    Les sauts opérationnels, de Kolwezi à Tombouctou

    La persistance des opérations conduites par la France sur le continent africain justifie pourtant le maintien d’une capacité TAP, sous la forme d’une division ayant son siège à Toulouse. L’opération Bonite, qui voit le largage du 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP) sur Kolwezi (Zaïre) en mai 1978, marque pour l’armée française le grand retour des troupes parachutistes sur le devant de la scène.

    Au cours des années 1970-2000, les unités aéroportées sont, presque systématiquement, déployées pour chaque opération extérieure, sans que leur particularité « parachutiste » ne constitue un critère déterminant : considérées comme des troupes mieux entraînées, soumises à un régime d’alerte précis, elles effectuent fréquemment mais pas exclusivement, des « entrées en premier », en particulier pour les régiments professionnalisés. Les engagements du XXIe siècle, en Irak, en Afghanistan puis dans la bande sahélo-saharienne, marquent un retour remarqué du largage d’unités constituées dans un cadre tactique offensif. En janvier, la 11e BP et à nouveau le 2e REP, effectue un saut opérationnel sur Tombouctou au cours de la reconquête du nord de Kidal au Mali dans le cadre de l’opération Serval.

    L’image du parachutiste dans le grand public semble avoir totalement changé, comme en témoigne les nombreux reportages diffusés sur les chaînes de télévision, où les avis très majoritairement positifs sont exprimés par la population.

    Cette journée d’études était animée par la DELPAT est organisée en quatre sessions permettant d’aborder en détail les opérations aéroportées, y compris en comparaison avec certaines armées alliées :

    1 - Mai 1978 : la France redécouvre ses parachutistes ;
    2 - D’Afrique au Sahel : quel emploi des troupes aéroportées entre 1978 et les années 2010 ?
    3 - Accélération du rythme d’emploi : un signe du retour des opérations de vive force ?
    4 - Quelle perception du parachutiste aujourd’hui ?
    musette tap
    musette tap

    Messages : 19
    Points : 3961
    Réputation : 20
    Date d'inscription : 02/05/2017
    Age : 60
    Localisation : Poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Les opérations aéroportées depuis Kolwezi  Empty Re: Les opérations aéroportées depuis Kolwezi

    Message par musette tap le Lun 3 Juin - 8:25


    La DELPAT est en charge de la préservation et de la valorisation du patrimoine ainsi que de l’histoire militaire.

    Le patrimoine est composé des trésors de nos musées, des fortifications, des matériels de collection (armement, véhicules,..). Il faut y ajouter les traditions, le chant, la musique et les cérémonies, tout ce qui constitue la part « immatérielle » du patrimoine …

    La connaissance de l’histoire militaire permet de mettre en perspective les engagements contemporains et agit comme une aide au commandement dans l’action. Plus globalement, l’histoire permet au soldat d’aujourd’hui de se positionner dans le temps et de tenir sa place dans la société. A cet égard, son rayonnement dans la communauté militaire est essentiel.

    PATRIMOINE
    Coordination et soutien de l’action des 15 musées de l’armée de Terre puis,  à l’avenir de 8 pôles muséaux éligibles à la prestigieuse appellation de « musée de France » ;

    Tutelle des peintres de l’Armée, héritiers des peintres de bataille, aujourd’hui ambassadeurs de l’armée de Terre dans le monde des arts et de la culture ; ils témoignent par leurs talents de la vie des unités en opérations comme au quartier ;
    Traitements des dossiers relatifs à la dévolution du patrimoine matériel : avenir du patrimoine après la dissolution d’unités ; instruction des demandes des collectivités locales ou d’associations pour toute cession ou des mise à disposition de matériels (armement, véhicules, …) ;
    Sauvegarde du patrimoine fortifié (notamment Séré de Rivières et Maginot) en encourageant les associations ou les collectivités à valoriser cet héritage national ;
    Dans ses missions, la DELPAT travaille avec la DMPA qui assure la tutelle fonctionnelle au niveau ministériel. Cela est d’autant plus nécessaire qu’il n’y a pas de délégué au niveau de l’état-major des armées.

    HISTOIRE
    Mise en œuvre la « directive histoire » nouvellement rédigée au sein de l’état-major. Ce document définit la « fonction histoire » au sein de l’armée de Terre, en précise l’organisation générale et fixe les responsabilités des organismes en charge de la conduite ;

    Point de contact à l’EMAT pour tout ce qui relève de l’histoire militaire et interlocuteur privilégie de la DMPA, du SHD et du CICDE pour toute question relevant du ministère ou de l’interarmées ;
    En période de commémorations de la Grande Guerre, la DELPAT est le point de contact de l’EMAT avec la mission du centenaire pour l’organisation des grandes activités présidentielles, notamment à Verdun et dans la Somme en 2016.



    MINDEF
    musette tap
    musette tap

    Messages : 19
    Points : 3961
    Réputation : 20
    Date d'inscription : 02/05/2017
    Age : 60
    Localisation : Poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum