Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 230 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Christophe Collardey

    Nos membres ont posté un total de 2737 messages dans 1003 sujets

    la Légion sautait sur Kolwezi

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    03052019

    Message 

    la Légion sautait sur Kolwezi Empty la Légion sautait sur Kolwezi





    L'opération Bonite visait-elle à sauver les civils européens ou le président Mobutu ? De toutes les interventions de la France en Afrique postcoloniale, c'est la plus légendaire : le 19 mai 1978, la Légion sautait sur Kolwezi au Zaïre (actuel République démocratique du Congo) officiellement pour sauver 2.000 Européens menacés voire massacrés par des rebelles séparatistes.


    Six jours plus tôt, 4.000 «Katangais» commandés par Nathanaël Mbumba, venus d'Angola via la Zambie, s'étaient emparés de Kolwezi, ville stratégique au coeur du Katanga minier, gisement des richesses du Congo et haut-lieu de l'industrie métallurgique où sont extraits et transformés cuivre, zinc, cobalt et uranium.

    De nombreux Français et Belges, employés par la société minière Gécamines, se retrouvent pris en étau et en otages par les «Tigres du Shaba» qui veulent renverser le maître du Zaïre, le Maréchal Mobutu. «Nous pouvions perdre la vie pour une parole, pour un geste», se souvient le Français Pierre Tramoni, âgé de 28 ans à l'époque.

    Armés de matériel lourd, les rebelles investissent rapidement les points stratégiques: aéroport, hôpital, école... «En une demi-heure, ils ont eu Kolwezi en mains», racontera à l'AFP François Postorino, un ingénieur italien.

    Chasse aux Européens
    Le président Mobutu Sese Seko, que la rébellion a déjà tenté de renverser un an plus tôt, fait de nouveau appel à l'aide étrangère, affirmant en ce temps de guerre froide que les rebelles sont soutenus par les «marxistes» angolais et cubains.

    Les puissances occidentales s'inquiètent du sort de leurs ressortissants. «Ils font la chasse aux Européens, particulièrement aux Français», déclare le ministre belge des Affaires étrangères Henri Simonet.

    Le 16 mai, une intervention manquée de parachutistes zaïrois et des rumeurs insistantes d'une opération occidentale mettent Kolwezi à feu et à sang. En trois jours, plus de 700 civils, dont 120 à 170 Européens selon les bilans, sont massacrés.

    «J'ai vu des massacres de gens, certains ont eu les jambes coupées, cinq de mes amis sont morts. La femme d'un ingénieur, enceinte de trois mois, a été massacrée», témoigne après son évacuation Pierre Tramoni, l'employé de la Gécamines.
    Face aux hésitations du gouvernement belge, le président français Valéry Giscard d'Estaing décide d'ordonner une intervention en solo, avec le feu vert des Etats-Unis et de nombreux Etats africains.

    Opération Bonite
    L'opération "Bonite" est lancée dans la nuit du 17 au 18 mai. Elle mobilise à 7.500 km de la France le 2ème régiment étranger de parachutistes (REP) basé à Calvi en Corse, sous les ordres du colonel Philippe Erulin. L'opération est dirigée par le colonel Yves Gras, chef de la mission militaire française au Zaïre.

    Les 600 «Bérets verts» embarquent vers Kinshasa dans cinq appareils dont trois DC-8 d'UTA, tellement entassés qu'ils partent sans leurs parachutes. Ils utiliseront ceux de l'armée zaïroise. Le 19 à l'aube, l'opération est annulée puis confirmée par l'Elysée. Faute de place, seuls 400 légionnaires embarquent dans quatre C-130 Hercules zaïrois et un C-130 Transall français, avec deux jours de vivres.

    A partir de 15H10, 400 parachutes blancs s'ouvrent dans le ciel de Kolwezi. Les légionnaires prennent d'assaut les quartiers européens et découvrent un spectacle d'horreur. Des dizaines de corps en état de décomposition avancée, souvent mutilés, jonchent les rues. Des chiens dévorent les cadavres, survolés par les mouches, dans une chaleur insupportable.

    Dans l'ensemble, les combats sont sporadiques sauf au niveau de la gendarmerie, ancien PC rebelle, et à l'école technique, où les «paras» libèrent 20 otages européens et deux officiers zaïrois. A mesure que les «Bérets verts» avancent, des Européens surgissent, hagards, des maisons où ils s'étaient terrés pendant une semaine, sans eau et souvent sans lumière.
    Pont aérien
    Dès le lendemain, les forces françaises contrôlent toute la ville. A l'aube, d'autres légionnaires arrivent en renfort, suivis par des Belges. Débute alors le rapatriement de civils par un pont aérien: plus de 2.000 personnes sont évacuées en deux jours.

    Des avions américains assurent le ravitaillement ainsi que le transport des munitions et matériel lourd entre la France et le Zaïre. Si les Belges quittent Kolwezi dès le 23 mai, les parachutistes français restent pour sécuriser la ville et ses environs. La plupart repartent fin mai, les derniers mi-juin.

    La bataille de Kolwezi aura fait plus de mille morts, dont 120 à 170 civils européens, cinq légionnaires et un parachutiste belge, ainsi qu'environ 250 rebelles.
    Le Etats-Unis accuseront Cuba d'avoir entraîné et armé les Katangais, ce que La Havane réfutera.

    Selon le président français, l'opération Bonite visait à «rétablir la sécurité» et «permettre la protection des étrangers». Yves Gras, devenu général, écrira dans une lettre au Monde en 1981 qu'il s'agissait aussi d' «empêcher le Zaïre de basculer dans le camp soviétique».


    franceinfo:Afrique


    En complément un fichier PDF sur le sujet


    Fichiers joints
    la Légion sautait sur Kolwezi Attachment
    Kolwezi.pdf (890 Ko) Téléchargé 46 fois
    vent du sud
    vent du sud

    Messages : 71
    Points : 5003
    Réputation : 97
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    la Légion sautait sur Kolwezi :: Commentaires

    Anonymous

    Message le Sam 4 Mai - 9:22 par Blu

    Une belle opération.
    Elle avait été risquée mais je crois que les ordres avaient été clairs et sans trop de tergiversations ou d'"allers-retours".
    Giscard avait été à la hauteur, il ne faudrait pas l'oublier.
    Il entretenait de très bons rapports avec un certain Bigeard...

    Revenir en haut Aller en bas

    briselance13

    Message le Dim 5 Mai - 9:04 par briselance13

    Faut lire le livre. Very Happy

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum