Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    L'ex-GI français Bernard Dargols est mort

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    30042019

    Message 

    L'ex-GI français Bernard Dargols est mort Empty L'ex-GI français Bernard Dargols est mort





    AFP, publié le mardi 30 avril 2019


    L'ex-GI français Bernard Dargols est mort Da10
    L'ex-GI français Bernard Dargols, qui a débarqué le 8 juin 1944 à 24 ans, en Normandie sous la bannière américaine pose le 5 juin 2014 à Colleville-sur-Mer. © AFP

    L'ex-GI français Bernard Dargols, qui a débarqué le 8 juin 1944 à 24 ans, en Normandie sous la bannière américaine, est mort dimanche à l'âge de 98 ans, a-t-on appris mardi auprès du Mémorial de Caen.

    La nouvelle, annoncée lundi soir sur les réseaux sociaux, a été confirmée peu après au Mémorial de Caen, a indiqué ce dernier à l'AFP.

    "Nous avons l'immense tristesse de vous faire part du décès de Bernard Dargols hier (dimanche) soir, entouré des siens, à quelques jours de fêter ses 99 ans. Il va nous manquer terriblement", peut-on lire sur la page Facebook "Bernard Dargols, un GI français à Omaha Beach", du nom du livre de sa petite-fille Caroline Jolivet (Editions Ouest-France, 2012).

    Né en mai 1920, ce vétéran était parti en 1938, à 18 ans, pour un stage outre-Atlantique, avant de s'engager dans l'armée américaine après la poignée de main entre Hitler et Pétain en octobre 1940.

    Le futur Franco-américain ne savait pas que cela lui permettrait de revenir en France où son bilinguisme serait un atout précieux.

    Dans son livre, sa petite fille raconte pour lui la longue attente avant le Débarquement, l'inquiétude pour sa famille, la traversée sans escorte vers l'Angleterre, et puis le 8 juin "l'angoisse" qui "décuple", "le bruit assourdissant des bombardements". "Certains GIs tombaient à l'eau. Par quel miracle allais-je réussir à parcourir ces derniers mètres (avant la plage, ndlr) (...) Si le Liberty Ship avait eu une marche arrière rapide, je crois que j'aurais demandé à ce qu'on l'actionne", lit-on.

    Quelques longues heures plus tard, à bord de sa jeep estampillée "la Bastille", il retrouve sa terre natale après six ans d'absence et ses habitants qui en croient à peine leurs oreilles.

    "Quelle émotion pour moi d'entendre parler français, d'être pris dans les bras par des gens beaucoup plus âgés que moi qui m'appelaient libérateur", racontait cet homme d'origine juive qui a perdu un oncle et une tante dans les camps de concentration et dont la mère est restée à Paris pendant la guerre.

    "Si j'avais gardé toutes les bouteilles de Calva qu'on m'a données je crois que j'aurais pu ouvrir une épicerie fine!", plaisantait ce bon vivant qui a repris la boutique de machine à coudre de son père après la guerre.
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 37
    Points : 4503
    Réputation : 32
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    - Sujets similaires
    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    L'ex-GI français Bernard Dargols est mort :: Commentaires

    avatar

    Message le Mar 30 Avr - 22:16 par LOUSTIC


    Le parcours de Bernard Dargols
    mai 1920 : Naissance de Bernard Dargols à Paris, d’un père russe et d’une mère anglaise.

    Son père, Paul Dargols, ingénieur en mécanique, importe du matériel américain pour l’industrie textile..

    Décembre 1938 : A 18 ans, il part pour Les Etats Unis. Son père souhaitant qu’il lui succède un jour lui organise un stage d’un an à Cincinnati, New Jersey et New York.

    Mai 1940 : Bernard Dargols est à New-York lorsque la France déclare la guerre à l’Allemagne. Il a 20 ans. Il passe son conseil de révision et s’attend à être renvoyé en France. Mais la France est vaincue quelques semaines plus tard. En octobre de la même année Pétain serre chaleureusement la main d’Hitler à Montoire . Bernard refuse alors l’éventualité d’une intégration dans l’armée de Vichy, il se renseigne auprès du représentant de de Gaulle à New-York afin de rejoindre les Forces Françaises Libres, puis auprès du Consulat anglais. Tous lui conseillent d’attendre d’être appelé. Les mois passent.

    Décembre 1941 : les japonais bombardent la base navale américaine de Pearl Harbour causant de nombreuses victimes. Les États Unis entrent en guerre contre les japonais et leurs alliés allemands. C’est alors que Bernard décide de s’engager dans l’armée Américaine.

    Fin 1942 : Bernard Dargols reçoit sa convocation pour le camp d’entraînement de Fort-Dix dans le New Jersey. Après trois mois d’entraînement de base, il est envoyé dans le camp de Croft en Caroline du Sud. On lui propose de prendre la nationalité américaine sans perdre la citoyenneté française.

    Avril 1943 : il est affecté au camp de Ritchie dans le Maryland. C’est le seul camp des renseignements militaires. Il y apprend sa future mission qui sera d’interroger des civils français pour obtenir et analyser les renseignements recueillis.

    Mi- décembre 1943 : sa division quitte les Etats-Unis pour rejoindre le Pays de Galles.

    Le 5 juin 1944 : après 6 mois d’entraînement intensif Bernard et son équipe) embarquent à Cardiff à bord d’un Liberty ship. Ils débarquent 3 jours plus tard à Omaha beach ( St. Laurent sur Mer) au sein de la 2e division d’infanterie américaine.

    Bernard participe entre autres à la libération des villages de Trévières, Saint-Georges-d’Elle, Cerisy-la-Forêt, Bérigny.

    1er juillet 1944 : une photo prise par le service photographique des armées paraît à la une de dizaines de journaux américains. Le photographe avait demandé à Bernard de trouver une fermière tenant une palanque et de poser à côté d’elle et d’un autre GI pour témoigner de la bonne-entente franco-américaine.

    Fin juillet 1944 : Il quitte la Normandie pour la Bretagne et les Ardennes avant d’occuper de nouvelles fonctions au sein du service de contre-espionnage de l’armée américaine : le Counter Intelligence Corps à Paris puis à Châlons-sur-Marne (aujourd’hui Châlons-en-Champagne).

    anvier 1946 : Bernard Dargols rentre aux Etats-Unis où il sera démobilisé. De retour à New York, Bernard se marie avec Françoise, une jeune française. Ils s’installent en France. La vie reprend son cours.

    A près de 94 ans, Bernard Dargols a conservé les valeurs que lui ont transmises ses parents et certains de ses professeurs. Il témoigne inlassablement auprès des jeunes générations qu’il faut sans cesse rester vigilant : « s’indigner et agir reste essentiel pour moi. »


    OMAHA1944

    Revenir en haut Aller en bas

    avatar

    Message le Mar 30 Avr - 22:22 par LOUSTIC

    Bernard Dargols, étudiant français, est en stage à New-York lorsque la guerre éclate en France en 1939. Il choisit de s’engager dans l’armée américaine. Ce jeune parisien devenu GI est bien loin d’imaginer l’aventure qui l’attend. C’est en tant que Sergent-Chef des renseignements militaires de la deuxième division d’infanterie américaine qu’il débarque à Omaha Beach en juin 1944. Il a 21 ans. A bord de sa jeep, « la Bastille », il se dirige vers Formigny pour sa première mission et emprunte une route qui porte aujourd’hui son nom. Acteur d’un des moments les plus marquants de l’Histoire, Bernard Dargols, 91 ans, raconte son histoire pour que jamais personne ne puisse nier l’existence du Débarquement, de la Seconde Guerre mondiale, de ses violences et de ses horreurs.

    L'ex-GI français Bernard Dargols est mort Kju10

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum