Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Vladimir Volkoff et désinformation…

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Vladimir Volkoff et désinformation… Empty Vladimir Volkoff et désinformation…

    Message par LANG

    On parle beaucoup de manipulation de l’information. Il y a très longtemps ce n’était qu’un « viol des foules ». Aujourd’hui, avec tous les moyens disponibles des réseaux sociaux on peut s’attendre au pire…
    Il m’a semblé intéressant de vous proposer un écrivain qui savait en parler. Il a publié des romans d’espionnage mais également des ouvrages sur la désinformation.
    Un écrivain un peu passé de mode, malheureusement …


    Vladimir Volkoff


    Vladimir Volkoff et désinformation… Vladim10
    (photo©️ErlingMandelmann.ch, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11472784)

    Vladimir Volkoff, né le 7 novembre 1932 à Paris et mort le 14 septembre 2005 dans sa maison de Bourdeilles en Dordogne, est un écrivain français, auteur de nombreux romans ayant trait notamment à l'histoire russe, à la guerre froide et à la guerre d'Algérie, d'essais consacrés à la désinformation, mais également dramaturge, poète, biographe et traducteur. Sa langue de prédilection pour l’écriture est le français, mais il a publié des romans en anglais et des textes en russe.

    Sous le nom de Lieutenant X, il est également l'auteur de séries de romans policiers pour la jeunesse : Langelot et Larry J. Bash.

    En 1957, son sursis d’incorporation expire ; il part pour le service militaire, comme deuxième classe, le 9 septembre 1957. Il se porte volontaire pour l'Algérie, servant dans les troupes de marine.

    Initialement affecté dans le sud tunisien, il rejoint l’école d'élève-officiers de Cherchell pour terminer sa formation d'Aspirant dans un bon rang : dixième de sa promotion.
    Le 7 juin 1958, il est nommé officier. « Je pris à cet instant la décision de m’assumer pleinement en tant que Français, puisque des vies françaises me seraient confiées (sans que cela me rendît en rien moins Russe) ».
    Décidé à rester en Algérie, Volkoff choisit l’Encadrement de la jeunesse algérienne, supprimé aussitôt créé. Il est alors affecté au 22e régiment d’infanterie coloniale qui garde la frontière marocaine. Sa connaissance de plusieurs langues le fait affecter dans un bureau, ce qui lui convient fort peu.
    Ayant demandé d’être muté dans une unité plus active, Volkoff est initié à la doctrine du RAP (renseignement, action, protection). Il sert en effet une année comme officier de renseignement durant la guerre d'Algérie.
    Il travaille entre 1958 et 1959 au Comité de coordination interarmées ou CCI. Ne s'y plaisant pas, il demande une nouvelle affectation et passe deux années plus heureuses dans une Section administrative spécialisée (SAS).

    En 1961, il fait la connaissance du colonel Antoine Reboul (*), rencontre qui le marque et l'inspirera.

    Volkoff se découvre un amour fou pour l'Algérie, aussi bien pour ses paysages que pour sa population. La guerre d’Algérie se termine dans des conditions que Volkoff n’acceptera jamais. Il quitte ce pays pour toujours.

    Il est démobilisé le 7 janvier 1962 comme lieutenant, avec la croix de la Valeur militaire.

    Rentré en France, il est engagé au ministère des Armées, et publie dès 1962 « L’Agent triple ».

    Après un séjour aux Etats Unis jusqu’en 1979 et différents écrits, il est mis en pleine lumière avec son roman « Le Retournement ». Une histoire d'espionnage où s'affrontent services de renseignement américains, français et soviétiques.
    La gloire est enfin là, et Volkoff fait désormais plusieurs séjours dans l’année à Paris.
    Ce succès lui vaut de rencontrer le patron des services de renseignement extérieur français, Alexandre de Marenches, qui, venant de découvrir la doctrine de Sun Tzu, se demande comment avertir l’opinion publique du danger de la désinformation.
    Estimant qu’un ouvrage technique n’aurait aucun impact, Marenches propose à Volkoff d’en faire un roman. Ce thème de « l’empaumement des âmes » fascine Volkoff. C’est ainsi qu’il écrit » Le Montage », traduit en douze langues, et qui obtient le grand prix du roman de l’Académie française.
    Volkoff est donc le premier en France à étudier la manipulation de l’information, à laquelle il consacre six ouvrages.

    Les personnages volkoviens hantés par la question du mal, hommes de fidélité ou de trahison envers leurs pères, leurs chefs militaires ou religieux, ont un dernier point commun : ils touchent tous, de près ou de loin à l’univers du renseignement, cela dès son » Métro pour l'enfer » publié en 1963. Or, comme aimait le répéter Volkoff, ses romans ne sont pas des romans d’espionnage mais des romans sur l’espionnage et « il n’est pas de plus riche domaine à exploiter pour le romancier chrétien en quête de héros modernes. »
    (Wikipédia)


    (*) Antoine Reboul est un colonel qui à la retraite est devenu auteur d'ouvrages pour la jeunesse (« Tu ne tueras point » bibliothèque verte).

    Antoine Reboul était officier dans la Légion étrangère. En Indochine, puis en Algérie, il a profondément marqué les hommes qui l'ont côtoyé (entre autres Vladimir Volkoff et Hélie de Saint Marc) par son incroyable charisme, son caractère bien trempé et ses méthodes peu conventionnelles.

    Vladimir Volkoff se souvient : "Cétait une de ces prima donna militaires à l'ancienne mode, qui avait compris que la guerre est un théâtre [...], que commander est un rôle, qu'obéir en est un autre, que, pour demander aux hommes, le sacrifice suprême, il faut en permanence nourrir leur imagination. Il s'y employait. [...]
    (Article complet  ICI)


    Quelques livres.

    Vladimir Volkoff et désinformation… 51t4sz10

    Petite histoire de la désinformation
    " Depuis que les hommes ont une bouche pour parler et des oreilles pour entendre, autrement dit depuis qu'ils échangent des messages, ils ont compris qu'il est possible de tirer avantage du flou propre à la plus innocente des informations ; que, l'aloi de vérité qui y est compris n'étant ni fixe ni garanti, il n'y a rien de plus facile que de joindre à l'approximation involontaire la tromperie délibérée. "


    Vladimir Volkoff et désinformation… 417pqh10

    Vladimir Volkoff et désinformation… 413wcd10
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 384
    Points : 2842
    Réputation : 561
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum