Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Création du Spécial Air Service

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    14042019

    Message 

    Création du Spécial Air Service Empty Création du Spécial Air Service





    Fondation de la France Libre, Sylvain CORNIL

    Le général de Gaulle veut avoir des Paras
    Par ordre général n° 765 du 29 septembre 1940, le général de Gaulle crée une unité de parachutistes, « car lorsque nous nous battrons demain pour chasser l’occupant de France, les paras seront les premiers à participer au combat« . Ce fut l’acte de naissance de la « Première Compagnie d’Infanterie de l’Air » et son commandement fut confié au capitaine Georges Bergé.

    Création du Spécial Air Service Lkjhg10

    Formée de volontaires le premier contingent (2 officiers, 4 sous-officiers, 19 hommes) fut breveté parachutiste après un stage de sauts en novembre et décembre 1940 à Ringway près de Manchester, subissant ensuite un dur entraînement et une formation spéciale afin d’être apte à de longs efforts et à toutes formes de combat et de sabotages. C’est dans leurs rangs que seront choisis, dès 1941, ceux qui effectueront les premières missions avec armes et uniformes sur le sol de France à la demande des services de renseignements français et britanniques.

    Premières missions
    Dans la nuit du 14 au 15 mars 1941 le capitaine Bergé et quatre de ses hommes : Forman, Le Tac, Petit- Laurent et Renaud, sont parachutés à Elven, en Bretagne pour la première mission armée en uniforme. Elle a pour nom de code « Savanah ». Son but est d’intercepter et de détruire un car et ses occupants.
    C’est en effet par ce moyen, d’après les renseignements des services secrets, que des pilotes allemands chevronnés et très spécialisés sont amenés chaque soir de Vannes, où ils logent, jusqu’à l’aérodrome de Meucon où leurs avions stationnent. Leur rôle est essentiel. Les pertes allemandes au cours de la bataille de Londres ont été sévères mais ont, de plus, porté sur des pilotes très confirmés.
    Le manque d’expérience des nouveaux rend les bombardements moins efficaces. Pour y parer, l’unité de Meucon sert de guide en repérant les objectifs avant l’arrivée des bombardiers et en les délimitant par des bombes incendiaires qui servent de repères aux escadrilles qui vont arriver.

    Après deux jours de surveillances et de recherches, il s’avère que depuis peu les pilotes sont logés dans de nouvelles baraques construites sur l’aérodrome. Le car n’effectue donc plus le trajet depuis Vannes. Les paras sont ramenés en Angleterre depuis la Vendée, par un sous-marin sauf Le Tac qui regagnera Paris pour des contacts avec la Résistance. Le groupe a quand même réussi à obtenir de précieux renseignements sur la situation locale, pour de prochaines opérations.

    En juillet 1941, nouvelle mission, nom de code « Joséphine B ». Trois hommes : Forman, Varnier, Cabard sont parachutés près de Bordeaux pour détruire la centrale électrique de Pessac qui alimente les diesels des sous-marins allemands. Aidés par Le Tac revenu exprès de Paris, où il a créé un réseau de renseignements, ils feront sauter les installations et rejoindront l’Angleterre un mois après en passant par l’Espagne.
    Depuis 1940, les Britanniques se battent seuls contre les Allemands et les Italiens. Les combats se livrent en Afrique du Nord et de l’Est (Erythrée, Somalie, Égypte, Tripolitaine).

    Alors que la 8ème Armée britannique était en difficulté en Libye et en Égypte face à l’Afrikakorps allemand de Rommel, le lieutenant David Stirling des « Spéciales Forces » réussit à faire accepter par l’Etat-Major, l’idée d’une unité composée de petits groupes de combat de cinq à dix hommes (sticks), décidés, parfaitement équipés, capables de vivre sans secours avec leurs propres moyens et équipements. Il propose, pour affaiblir l’ennemi, de les infiltrer profondément à l’intérieur des lignes pour y attaquer et détruire des objectifs importants, tels les avions de combat stationnés sur les aérodromes.

    Premiers raids
    La première mission fut effectuée, fin novembre 1941, sur l’aérodrome de Tamet, à près de 100 kilomètres derrière les lignes, 24 avions de combat furent détruits par Paddy Maine et quatre hommes en plaçant dans chacun une bombe mi-explosive, mi-incendiaire.

    Dans un second raid sur le même aérodrome, en profitant de la nuit de Noël, 27 avions sauteront. Peu de jours après, le record sera battu avec 34 avions incendiés sur l’aérodrome de Agebadia, mais Lewis, l’inventeur de la bombe (mi-exploisve mi-incendiaire) portant son nom, est tué.
    Devant l’ampleur de ces succès l’Etat Major, d’abord réticent devient enthousiaste et demande la multiplication des raids, ce qui exige de nouveaux effectifs. Dans cette perspective, si les volontaires sont nombreux et de qualité, le temps d’entraînement est long. Ils ne pourront pas être opérationnels avant plusieurs mois, mais l’occasion d’un renfort va se présenter.

    Création du French Squadron de SAS
    Des unités de la France Libre se battent déjà en Afrique aux cotés des Britanniques depuis 1940 à Sidi Barani et en 1941 sur terre et dans les airs, en Erythrée puis en Syrie. Le général de Gaulle décide d’envoyer aussi ses parachutistes sur ce théâtre d’opération. C’est ainsi que la 1re compagnie de l’air du capitaine Bergé embarque pour l’Afrique à l’exception d’un tiers de ses effectifs qui restera à la disposition du BCRA pour des missions secrètes en France. Après un long périple les Paras de la France Libre arrivent à Suez en Egypte le 21 juillet 1941, puis enfin à la base aérienne de Mézé à Damas en Syrie. Elle se compose, sous les ordre de Bergé de 2 officiers, 1 médecin auxiliaire, 1 sous-officier et 50 hommes, tous brevetés, entraînés et très motivés. Par décision du Général de Gaulle, le 5 octobre 1941 elle prend la dénomination de « 1ère Compagnie de Chasseurs Parachutistes ».

    La seule base d’entraînement de parachutistes au Moyen-Orient, est à Kabret, en Égypte. Le capitaine Bergé obtient la possibilité d’y amener ses hommes. Il y rencontre alors le capitaine David Stirling, dont la mystérieuse unité appelée le « Special Air Service », a adopté une devise qui deviendra célèbre: « Qui ose gagne ».

    Compte tenu de leur formation et de l’entraînement déjà effectué, il ne manque aux hommes de Bergé que l’adaptation aux raids dans le désert, sous la forme de petits groupes autonomes.

    Le besoin de recrutement de David Stirling, la volonté de Georges Bergé de participer au combat firent que l’entente fut immédiate. Il ne restait à obtenir que l’accord du général de Gaulle, ce qui dans une période de vive tension politique entre le chef de la France Libre et Winston Churchill, à propos du Moyen-Orient, n’allait pas de soi. Finalement la raison et l’intérêt réciproque l’emportèrent et le 1er régiment du « Special Air Service » sera renforcé d’un « French Squadron » qui a étoffé son effectif par des volontaires engagés depuis son arrivée au Moyen Orient.


    Création du Spécial Air Service Sas_l10
    locatelli
    locatelli

    Messages : 38
    Points : 4482
    Réputation : 33
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    - Sujets similaires
    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Création du Spécial Air Service :: Commentaires

    LANG

    Message le Mer 1 Mai - 12:26 par LANG

    Création du Spécial Air Service Histoi10

    Carrière du général Bergé.

    Création du Spécial Air Service Bergzo10

    Relevé sur le site SAS FFL : http://fflsas.org/index.php?lang=FR
    Site avec des archives très complètes.
    On y trouvera beaucoup d’informations détaillées et de photos sur les membres des SAS.

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum