Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Le major (R) Omer Marie-Magdeleine se souvient de l’attentat du Drakkar
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 18:37 par Ludovic-P

» La bataille de France Un trou noir mémoriel ?
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 17:29 par Invité

» Un site parachutiste
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 17:16 par Kuiper

» DIEN BIÊN PHU Témoignage du Lieutenant Jean-Claude Mignotte
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 16:53 par Ludovic-P

» Un site sur les régiments paras
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 15:53 par Invité

» Le caporal stratégique ou peut-on confiner la connerie ?
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 15:53 par Ludovic-P

» 1er RCP témoignages pour l'Histoire
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 15:42 par Invité

» général Mansion, alias Schnappy
Paul-Alain Léger Icon_minitimeAujourd'hui à 9:03 par Invité

» LA FSALE
Paul-Alain Léger Icon_minitimeHier à 16:13 par tarmac

Juin 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 48 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 47 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Ludovic-P

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 353 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est TICKLAZ

    Nos membres ont posté un total de 4273 messages dans 1474 sujets

    Paul-Alain Léger

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Paul-Alain Léger Empty Paul-Alain Léger

    Message par LANG le Dim 31 Mar - 21:38

    Quelques noms oubliés

    L’Histoire avec un grand H est faite aussi par des gens peu connus. Les grands noms finissent lentement par disparaitre. Alors ceux qui n’ont fait qu’un passage furtif dans l’histoire seront-ils encore plus vite oubliés ?
    Il m’a semblé important, lorsque cela est encore possible, d’éclairer certains d’entre eux.



    Aujourd’hui je voudrais vous parler du Capitaine Paul-Alain LEGER. Pour beaucoup ce ne sera qu'un rappel.
    .

    Paul-Alain Léger,
    (Né en 1926 au Maroc)
    Le 11 Novembre 1940, Paul-Alain LEGER manifeste à l’Arc de Triomphe aux côtés de ses camarades lycéens contre l’occupant allemand
    Il rejoint ensuite les Forces françaises libres (FFL) et part pour l'Angleterre. Parachutiste au 3e régiment de chasseurs parachutistes. Il y rencontre Pierre Chateau-Jobert, dit « Conan ».

    Paul-Alain Léger Paul_a10


    En juillet 1944, Conan parachute Léger avec une quinzaine d'hommes en Maine-et-Loire dans le cadre de l'opération du Bois d'Anjou ayant pour objectif de faire sauter les voies ferrées et de désorganiser les transports de troupes allemandes.
    En avril 1945, Léger saute en Hollande pour l'opération « Amherst » avec les mêmes objectifs.

    Paul-Alain Léger Stick_10
    (Leger est à droite)

    En 1946, Léger est en Indochine dans la Demi-brigade de parachutiste de choc de Bollardière. Il saute à Nam Định.

    Au début de 1953, il devient instructeur à l'école de guérilla du GCMA, au cap Saint-Jacques.

    Après un séjour à Paris, il retourne en Indochine pour y diriger la base de Cu Lao Ré. Il a sous ses ordres trois cents paras vietnamiens parmi lesquels beaucoup de Viet-Minhs prisonniers, puis retournés. Léger les constitue en une force sans uniformes et infiltre les réseaux logistiques du Viet Minh.


    En 1955, après un long stage d'études africaines et asiatiques, il entre au Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE).

    Son parcours se poursuit avec la « bataille d'Alger », la crise de mai 1958, la bleuite, l'affaire Si Salah, la lutte contre les trafiquants d'armes, et le putsch des généraux.

    Janvier 1958, c’est la fin de la "bataille d’Alger". Le FLN ne parvient plus à frapper la capitale. Des hommes de LEGER entrent en contact avec l’état-major FLN pour proposer leurs services. On leur demande des attentats impressionnants. Que faire ? Pour garder leur confiance, LEGER organise lui-même quelques attentats à la grenade, en veillant à ce qu’ils ne fassent aucune victime ni aucun dégât important (les "cibles" étaient parfois prévenues et avaient ordre de ne pas poursuivre le "terroriste", ou de le poursuivre dans une fausse direction). L’état-major de la Wilaya 3 fait savoir que ce n’est pas suffisant, et qu’il se dispose à envoyer d’autres poseurs de bombes. Les "protégés" de LEGER répondent qu’ils ne demandent pas mieux que de répandre un maximum de sang, mais qu’ils éprouvent de terribles difficultés techniques et autres, et ne peuvent les expliquer que de vive voix.
    Ils obtiennent ainsi une entrevue pour organiser une suite plus percutante. LEGER les accompagne en personne... et il capture sans coup férir les chefs FLN.

    Paul-Alain Léger 141-bi10
    (Bigeard, Massu, Trinquier et Leger à droite)

    Le 13 mai, Léger va jouer un rôle important dans les manifestations de fraternisation qui vont amener la population de la Casbah sur le forum d'Alger.

    La « bleuite ». Léger s'emploie à la lutte contre la wilaya III du colonel Amirouche. Il met en œuvre un système de rumeurs et de faux indices pour induire des suspicions mutuelles dans les groupes indépendantistes de la Wilaya III, notamment en relâchant des membres du FLN après leur avoir laissé entendre que certains de leurs chefs travaillaient pour l'armée française. Une vague d'épuration s'ensuit, où deux à six mille cadres et militants du FLN s'entretuent. Elle touche ensuite toutes les wilayas voisines.

    En 1960, Il est fortement impliqué dans « l'affaire Si Salah », un ensemble de négociations secrètes entre de Gaulle et Si Salah, commandant de la wilaya IV.
    Début 1960, les services secrets français découvrent que "El Moudjahid", le journal indépendantiste, après rédaction et mise en page mais avant impression, transitent par l’aéroport d’Alger. "On" la laisse fonctionner, mais on modifie au passage, subrepticement, certains articles. "On" infléchit le ton des récits de combats les rendant nettement moins optimistes, "on" remplace une consigne de boycott de certaines élections par un appel à voter lors de ces mêmes élections, enfin, plus sournois, on insère une revendication territoriale de l’Algérie sur une région du Maroc. Cette revendication est bien réelle, et d’ailleurs solidement étayée par des documents fournis entre autres par l’administration française.....

    En 1961, il se trouve incarcéré au Fort de Nogent à la suite de son soutien au putsch d'avril 1961 à Alger. Muté en Mauritanie, il y reste jusqu'en 1965 et quitte ensuite l'Armée. Il décède en 1999 à Paris.

    On retiendra ce qu’il a dit :
    « Je pense personnellement que si l’ennemi a des dispositions particulières pour se détruire lui-même, bien coupable serait celui qui n’en profiterait pas. »
    « Comme l'Indochine, j'avais aimé l'Algérie d'une passion charnelle et une fois de plus, je laissais une partie de mon âme sur les rivages de ce pays.
    »


    (Inspiré de Wikipédia)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 722
    Points : 13969
    Réputation : 5507
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum