Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Pascal

    Nos membres ont posté un total de 2805 messages dans 1025 sujets

    Les surprises de Colibri. (suite et fin)

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty Les surprises de Colibri. (suite et fin)

    Message par LANG

    Les dernières surprises de Colibri.

    …Le petit déjeuner du lendemain fut naturellement très apprécié malgré son café détestable…
    La matinée fut calme pour nous, arbitres du 1er RCP. Nous n’avions rien à faire en attendant le largage.
    Avec d’autres officiers et sous-officiers allemands nous avons attendu l’heure H en bordure de la zone de saut.
    Une grande étendue plate avec quelques cailloux quand même. De l’herbe, et en début de zone une forêt avec de grands, très grands sapins comme on en trouve en Allemagne.
    Mais surtout une étendue magnifique pour recevoir des paras après un vol « opérationnel » à basse altitude.
    De quel aérodrome étaient-ils partis ? Je l’ignore.
    Et si c’était de Pau ? Un instant j’ai pensé à ces privilégiés qui pouvaient admirer l’Ossau avant de sauter sur Wright. Le sud-ouest, le rêve du 13ème RDP ! Régulièrement le bruit courait que le déménagement de Dieuze était prévu. Mais tant que Massu était à Metz, aucune chance…
    Quant à nous, au bord du lac de Constance, les « paras du lac », inutile de rêver. Nous étions le fer de lance face à l’ennemi rouge… Pour arriver « Au-delà du possible », il était impératif d’être aux premières loges…
    Pour le 1er RCP par contre, avant de » fondre du ciel », un long voyage s’imposait.
    Je vous laisse imaginer le bonheur de ces « rapaces » chahutés par les trous d’air quand la lumière rouge allait s’allumer. Enfin, le « debout accrochez ! » pour se libérer…
    Mais nous n’en étions pas encore à ce moment de délivrance et nous avons discuté de beaucoup de choses avec mes voisins allemands. .
    Ils étaient admiratifs devant nos équipements. Un treillis léger avec plein de poches alors qu’ils étaient habillés avec des vêtements épais. Nos rangers avaient beaucoup de succès à côté de leurs bottes lourdes et raides.
    Pour eux l’armée française était un modèle de haut niveau. Equipements adaptés, discipline des soldats, compétences des cadres etc. Cette admiration était réelle. Je l’ai constaté à plusieurs reprises par la suite.  
    Cette Armée allemande n’avait pas d’âme car elle n’existait qu’en vertu de l’OTAN et pour l’OTAN…
    Cela dit, c’était peut-être mieux ainsi…
    Mais l’heure était arrivée. Des bruits sourds se faisaient entendre au loin.
    Le bruit sympathique d’un avion dont les occupants devaient ressentir toutes les vibrations mais aussi un certain soulagement…  
    A l’heure prévue, les Noratlas sont arrivés tels des Dieux, énigmatiques et majestueux.
    Et les largages ont commencé.
    Pas de vent, les conditions étaient idéales.
    Spectacle toujours aussi féerique que ces coupoles qui s’ouvrent et ces avions bien alignés qui passent impassibles. Un peu la routine mais on ne s’y habitue pas…
    Je n’ai plus les détails en tête mais je crois qu’il y eut plusieurs vagues.

    Et soudain, ce fut la deuxième surprise de Colibri !
    Alors que rien ne pouvait l’expliquer, nous avons vu un largage incompréhensible.
    Au-dessus de la forêt !  Ils descendaient droit sur ces sapins immenses !
    Pourquoi ? Comment ? Que ce passe-t-il ?
    Ce devait être quelque chose dans le genre « J’ai glissé chef » de la 5ème Compagnie tant recherchée !
    (Je précise, pour ceux qui s’inquiètent, qu’Arcimboldo n’y était pas !).
    Une forêt tapissée de belles corolles…
    Accrochés au sommet des sapins, certains se sont retrouvés bel et bien prisonniers.
    Lancer le ventral ne servait à rien les arbres étaient trop grands et descendre sur des troncs lisses relevait de la mission impossible.
    Ce fut une catastrophe. Et il y eut de la casse…
    Les rescapés ont quand même réussi à rejoindre les points de regroupements avec beaucoup de retard. Tout le schéma de l’exercice était perturbé. Panique à bord…
    Quelques-uns sont restés en haut des arbres jusqu’au soir et ont attendu l’arrivée d’échelles pour descendre…
    Avec Heinz nous avons rejoint l’unité que nous devions surveiller et avons été mis à la disposition d’une section. Son chef m’a donné très bonne impression. Actif et posé, il semblait avoir une certaine expérience.
    Hommes disciplinés, déplacements rapides, c’était une section particulièrement efficace.
    J’étais fier de les voir évoluer si bien devant mon collègue allemand. Voila des parachutistes français !  Et avec ça, ils avaient derrière eux quelques heures de vol désagréables mais une pêche énorme.
    Des rapaces je vous dis, de vrais rapaces mais vifs et souples comme des félins. Bruno aurait été content…
    Le retard était rattrapé et nous avons progressé jusqu’à arriver au contact avec un ennemi rouge qui nous arrosait de balles à blanc.
    Le chef de section a réagi à la perfection, contenir l’ennemi au plus près avec son groupe feu, le déborder et passer à l’assaut. Ces plongeons à travers les broussailles pour amener le canon de la AA52 en bonne position… Ces bonds pour s’adapter au terrain et contourner rapidement l’adversaire… Cette section manœuvrait avec beaucoup d’efficacité. Magnifique !

    Et c’est là que j’ai eu droit à la troisième surprise de Colibri : une colère germanique !
    Mon collègue Heinz était furieux!
    Pas content du tout de voir ce débordement si bien réussi.
    Il agitait son classeur en poussant des exclamations incompréhensibles et par gestes demandait aux « rapaces » de s’arrêter ! Le chef de section s’est redressé, mains sur les hanches, l’air abasourdi.
    Une explication s’imposait.
    Elle était simple : il n’était pas question de déroger à ce qui était prévu sur le classeur. Au contact avec l’ennemi on devait rester en place et attendre l’heure prévue pour avancer !
    Quand j’ai expliqué la situation au chef de section, il m’a regardé bizarrement. L’œil du rapace à qui on tente de dérober sa proie… Vous voyez ce que je veux dire…
    Je pense que c’est mon béret rouge qui m’a sauvé.
    Demander à des gens qui se sont préparés, ont souffert dans un avion, peu dormi et peu mangé, de rester l’arme au pied pour respecter un classeur allemand ! Quel est le c… qui a pondu un truc pareil ! C’est dingue comme histoire !
    Demander à un allemand de ne pas faire ce qui est prévu est impossible... Vous les français vous ne pouvez pas respecter les règles sans faire preuve de fantaisie ! Ach, diese Franzosen !
    Bon, pour éviter tout incident diplomatique ou perturber des oreilles délicates, je ne reprendrai pas les véritables commentaires lancés par des gens sous pression. Je précise simplement que j’étais le seul à comprendre les deux langues. En tant qu’arbitre je n’étais pas chargé de la traduction simultanée. Heureusement, sinon je crois que les relations franco-allemandes auraient été compromises…
    Manifestement, les consignes données n’avaient pas été les mêmes en France ou alors la traduction n’était pas au point. Vous savez, quand des cerveaux se mettent à pondre, il vaut mieux appeler les poules en renfort…
    Mais bon.
    Le reste de l’exercice fut horrible.
    A chaque fois mes rapaces voulaient se lancer à l’assaut ou sortir de l’itinéraire prévu. Heinz poussait ses grands cris et mon chef de section enfonçait son casque en maugréant.
    J’ai eu du mal à lui faire admettre qu’il n’y avait rien d’autre à faire que de s’arrêter pour avancer au top.
    Tout ça pour ça… Oui, tout ça pour ça !
    Heureusement, les surprises se sont arrêtées là et quelqu’un a sonné la fin du défilé…

    Et voila, vous savez tout sur les coulisses de cet exercice. Du moins ce dont je me rappelle.

    Cette expérience avec le 1er RCP m’a laissé un souvenir un peu triste. C’est pourquoi j’ai hésité à en parler.
    Je l’ai fait en y glissant une pointe d’humour. Prendre les choses trop au sérieux, nuit à la santé..
    Il me reste de belles images et des sentiments.
    Des images comme celles que l’on peut voir sur le site du camp d’Idron et qui remontent à cette époque.

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Captur25

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Rcp210


    Et un sentiment d’admiration pour cette section qui évoluait si bien malgré les conditions difficiles.

    Magnifiques. Ces rapaces étaient magnifiques !

    De la rage aussi.
    J’ai senti cette frustration de leur chef et de ses hommes. Toute cette énergie et cette pêche gaspillées…
    Et cette incompréhension de mon collègue allemand, lui qui était si admiratif quelques heures avant…
    Pourquoi ce largage inexcusable ?
    Pourquoi ce manque de coordination ?
    Le diable est dans les détails…
    Heureusement, ce n’était qu’une manœuvre.

    Je ne sais pas comment se sont passés les exercices suivants.
    Ils étaient certainement mieux « préparés ou traduits »…
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 481
    Points : 3447
    Réputation : 740
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty les surprises de colibri

    Message par salliere herve

    Merci LANG , super , vos récits comme toujours nous tiennent en haleine .
    Comment avez vous fait pour arrêter les Rapaces , normalement on ne peut pas .
    Certain ont du trouver le temps trés long accroché aux arbres , mais c'est certain Arcimboldo ni était pas , avec lui pas d'erreur de largage .



    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 59
    Points : 2296
    Réputation : 80
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 68
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty Re: Les surprises de Colibri. (suite et fin)

    Message par LANG

    Merci Otosan.
    Ah si Arcimboldo avait été là !
    Pour les rapaces c'est vrai, on ne peut pas les arrêter comme ça.
    Un rapace ça ne s'arrête pas vous avez raison !
    Normalement, c'est impossible...
    Mais n'oublions pas la devise du 13 : "Au-delà du possible" !
    Bon, pour ne pas avoir d'ennuis sur ce forum, disons qu'ils ont voulu me faire plaisir...bom
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 481
    Points : 3447
    Réputation : 740
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty Largage sur les arbres

    Message par Arcimboldo_56

    Bonjour à vous amis paras,
    il n'est pas précisé pourquoi le largage s'est effectué sur la forêt.
    J'ai cru lire que c'était une mission à plusieurs avions en formation.
    Il doit y avoir une raison pour ce raté désolant !

    Pour info, mon unité en entrainement ne larguait les paras qu'avec un seul avion à la fois, jamais en formation. De plus, le nombre d'hommes du stick largué était restreint souvent seul avec un équipement spécifique. ;o)))

    J'en ai trop dit. lol

    Arcimboldo qui n'a pas été pilote mais mec-nav, vous savez, celui dont vous aperceviez le dos en regardant vers l'avant du Noratlas.

    Très cordialement à tous.
    Arcimboldo_56
    Arcimboldo_56

    Messages : 4
    Points : 1819
    Réputation : 15
    Date d'inscription : 15/12/2018
    Age : 71
    Localisation : Vannes

    Revenir en haut Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty Re: Les surprises de Colibri. (suite et fin)

    Message par LANG

    Merci Arcimboldo d'être venu nous voir...
    Dans cette affaire de largage je n'ai jamais connu la vérité. Il est tout à fait possible (et à mon avis certain) que les "aviateurs" y étaient pour rien.
    L'équipage déclenche la lumière verte ainsi que le gentil klaxon apprécié par tous, car il est arrivé en "zone de largage possible" mais le go décisif n'arrive que sur ordre du largeur et/ou du directeur de saut qui lève le pouce (s'il est dans l'avion)...  Parfois, ce go arrive avec retard et on a des atterrissages disons, "un peu" loin du port...
    C'est du moins ce qui se passait "à notre époque". L'aviateur "proposait", le largeur "décidait".  
    J'ai connu ces moments où on entendait cette horrible trompette vous casser les oreilles mais on attendait avant de donner la fameuse tape sur l'épaule. Un coup d'oeil à l'extérieur en s'alignant sur le bord de la porte pour confirmer et en avant... Je pense que c'est peut-être l'explication.
    Cela dit Arcimboldo, pour vos largages "discrets" c'est l'aviateur qui "décidait".
    Ces sauts  avaient une intimité conviviale très appréciée.
    A des altitudes parfois "un peu" plus élevées que celles de Colibri, on avait presque le temps de se serrer la main avant l'ouverture de la porte et de sauter. Et même le temps de vous lancer un salut de loin avant de passer le seuil en regardant vers l'avant du Noratlas, non ?
    ... J'en ai trop dit...? Lol
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 481
    Points : 3447
    Réputation : 740
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Les surprises de Colibri. (suite et fin) Empty re les surprises de colibri ( suite et fin )

    Message par salliere herve

    C'est pour cela que l'ont ne vous reconnaissaient pas si l'ont vous apercevaient que de dos .
    Très heureux de vous retrouver sur le vol de ce forum .
    paramicalement.
    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 59
    Points : 2296
    Réputation : 80
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 68
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum