Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» PHOTO : Chasseurs ?
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeHier à 19:49 par salliere herve

» En Avant ! (11)
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeHier à 18:41 par salliere herve

» Meeting aérien
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeHier à 17:55 par jojo27

» Ce jour-là : 22 juillet 1834
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeLun 22 Juil - 9:11 par Invité

» En Avant ! (10)
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeSam 20 Juil - 19:09 par LANG

» Ce jour là : 20 juillet 1944
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeSam 20 Juil - 10:11 par LANG

» ASAF "14 juillet : Examen de conscience"
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeVen 19 Juil - 19:08 par Invité

» PHOTO : boire ou conduire ?
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeVen 19 Juil - 18:50 par Invité

» Ce jour là : 19 juillet 1870
3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Icon_minitimeVen 19 Juil - 14:16 par Invité

Juillet 2019

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Mar 22 Jan - 18:44

    G10  


                               Les Djebels de la Medjerda


        Opération « 1202  » entre la vallée de l'oued Boubous et la frontière tunisienne.

        Au village de Duvivier notre base avancée régimentaire, les paras Bigeard sont de retour d'une opération de 96 heures. L'escadron a transpiré avec la chaleur arrivant  dans ces vallées encaissées avec un relief très tourmenté entouré de petits djebels donnant l'impression d'être enfermé dans une arène.

        L'Escadron se refait une santé après quatre jours d'efforts durant une opération dans la région de Gounod, site de ma première opé.

    La recherche de contact avec l'ennemi qui se dérobe met les nerfs en boules, les pistes à peine praticables, des marches incessantes jour et nuit, éprouvent les muscles des jeunots.

        Le signal des préparatifs de départ pour une nouvelle «bandera »nous est donné par le sergent Dalmasso notre chef de groupe (un ancien d'Indochine avec deux séjours) pour lui, cela n'est que routine il n'en fait pas plus cas qu'une promenade de vacances, il n'est pas émotif, alors que la fébrilité dans mon groupe est perceptible.

    J'en suis à ma deuxième opération, la première fût pour moi un calvaire, avec des pieds en marmelade et le moral cassé. Les bottes de saut ne me réussissent pas, si j'avais eu des rangers! J'ai entendu dire que des gars marchaient avec des «jungle-boot» ah si je pouvais en avoir une paire ? Mais il ne faut pas rêver.

        Pourtant des régiments marchent avec des chaussures en toile et dessous caoutchoutés qu'ils appellent des «pataugas», je vais voir cela de plus près avec mon pote Martignon ayant les mêmes problèmes que moi.

        Je suis passé dans l'équipe FM 24/29  pourvoyeur avec comme arme un fusil MAS 36 crosse alu repliable longueur plié 96 centimètres. Chargé autant qu'un mulet, deux sacoches contenant 5 boites chargeur de 920 grammes cela donne 9kg200 battant le long des cuisses et accrochées sur les boucles du ceinturon lui-même retenu par un brellage, genre de bretelles renforcées fixées sur le ceinturon. Sont également accrochés, bidon d'eau, cartouchières du fusil, deux grenades, le poignard, une trousse à pansements ( parfois accrochée soit sur le haut du brellage ou en bas de la jambe.
        La musette TAP* contient les boites de ration (d'un kilo) pour 24 heures ou plus en fonction de la durée de l'opération, la boule de pain, le pull vert kaki, la veste molletonnée, le nécessaire de toilette, la gamelle, cuillère/fourchette, le quart étant encastré dans le fond du bidon, et le petit matériel pour se suffire à soi-même, savon, rasoir, papier à lettre/enveloppes, crayon, et une dotation de munition en vrac de 90 cartouches de 7,5, et bien sûr mon carnet de route et parfois mon appareil photo, et bien sûr la pelle repliable type USA.

        Devenu pourvoyeur du fusil mitrailleur 24/29, avec trois de mes camarades, un tireur FM et un chef de pièce, cet ensemble forme l'équipe. Le moral et l'allant font partie de mon  caractère.  Je cache mes doutes au fond de moi même et montre toujours un visage jovial, j'ai souvent la blague aux lèvres cela détend le climat parfois grincheux de l'équipe. Cette deuxième opération va nous mettre au pied du mur.

                 20 avril 1956

        Après avoir pris un bon repas chaud, le départ est donné à vingt heures, nous grimpons dans les GMC de la compagnie du train, les musettes TAP poussées au fond du camion.
    Les camarades nous donnent un coup de main pour monter, assis sur les banquettes face à face, les bâches soulevées et attachées sur les montants de façon à gicler des véhicules à la moindre alerte. Direction Souk-Ahras puis Lamy, très prêt de la frontière tunisienne, beaucoup de rebelles dissimulés dans les parages mais invisibles à nos yeux.

    Nous roulons jusqu'à minuit, débarqués en silence nous nous infiltrons dans ce paysages de montagnes. Le point effectué par le commandant de compagnie Le Boudec, les chefs de pelotons prennent l'itinéraire reconnu.
    Le départ par compagnies vers un point donné par Bigeard se fait sans heurts ni palabres, les paras deviennent des félins à la recherche de leur proie.

        Les compagnies de transport seront notre moyen de rejoindre notre point de départ dans le djebel, et de nuit en général, je tire mon chapeau aux chauffeurs qui par tout les temps et souvent sans éclairage nous amèneront à notre point fixé et seront toujours au rendez-vous pour le recueil des compagnies ivres de fatigue, nous les bénirons ou les maudirons dans nos marches sans fin, épuisés après des nuits sans sommeil et le ventre creux, sur les pistes du djebel ou dans les sables de Timimoun, dans la neige, le froid, la pluie grelottant dans nos pauvres habits détrempés par l'humidité ou la sueur sous le soleil torride des Aures.

        Nous sommes un régiment parachutiste qui va devenir un des meilleurs de la 10e DP, mais pour cela il va falloir souffrir, beaucoup souffrir, faire de notre corps un objet résistant et dur au mal, savoir souffrir en silence.

        Le secteur où nous marchons est extrêmement boisé dans des escarpements digne d'un alpiniste, la piste s'allonge dans un tracé fait par les chèvres, et des hommes habitués à arpenter cette nature sauvage.
    La nuit est d'encre et les passages couverts de chênes-liège.

    Nous marchons en aveugle, tête à cul, me cognant sans arrêt sur mon camarade qui grogne des mots inintelligibles, les à coups provoqués par des haltes brusques sont dus au fait que la colonne se disloque à la moindre embûche, le para pour coller au suivant, accélère afin de garder sa distance de marche, le contact dans ce noir absolu est brutal mais nous savons nous taire, une main toujours en avant pour palper l'obstacle.
    Dans de telles conditions, la marche devient pénible et les à coups coupent les jarrets qui tremble dans l'effort. Dans nos futures opérations nous aurons  une  pastille fluo collée sur la musette, visible à deux mètres cela nous aidera bien dans ces marches de nuit.
         Après quatre heures de montée en aveugle, nous arrivons au sommet du djebel, les arbres sont plus rares.
    La silhouette du gars me précédant devient visible malgré le ciel sans lune.

    Pas un son de gamelle ni de cliquetis d'armes, le silence est complet nous devenons des oiseaux de proie, seul le halètement court des camarades sont perceptibles par les efforts fournis, ce n'est pas le cas des unités que nous croisons parfois au hasard de nos opérations éclairs, on les entend à des kilomètres à la ronde, ceux-là ne doivent pas tomber souvent nez à nez avec des rebelles.

        Je commence à ressentir les efforts donnés.
    Dans la descente d'une portion de piste assez raide, je trébuche et vais m'étaler en contre-bas mon corps reste bloqué contre un buisson, sans une parole je remonte sur les genoux sur la piste, j'ai perdu mon groupe, la section passe sans s'arrêter, je me glisse dans la file jusqu'au passage d'un oued où l'eau nous arrive à mi-mollets, j'en profite pour remonter la colonne et rentrer dans mon groupe, ma main est abimée et j'ai une bosse à la tête mais la casquette est toujours sur mon crâne, il est temps, les sections éclatent pour des positions d'embuscades.

         4  heures. Après une remonté sur 1000 mètres, l'embuscade est établie jusqu'au levé du jour. Je suis à côté de ma pièce FM, André Jeanneret le tireur, géant à la force tranquille et un camarade agréable, je m'entend à merveille avec lui, sa puissance est réelle il me porte sur son dos avec tout mon équipement et le sien comme si de rien n'était.

    L'attente est dure à supporter sans bouger, à cette altitude le froid vif me fait claquer des dents, je ne suis pas le seul , le bruit des dents d'André me résonne aux oreilles. Nous sommes côte à côte dans l'attente d'un évènement, d'un bruit, ce serait pourtant la délivrance, le ressort qui nous donnerait la bouffée d'adrénaline.

    Il fait froid dans le djurjura en altitude nous devons frôler le zéro°.

        Le jour se lève lentement dans ce massif montagneux de l'oued Boubous, la forêt assez dense laisse difficilement pénétrer les première lueurs de l'aube. Nous levons l'embuscade ce qui nous permet de faire un frugal petit déjeuner constitué d'un café froid d'un bout de pain avec une pâte de fruit.
    Les voltigeurs manœuvrent au fond de l'oued, nous les appuyons en avançant à la même allure dans un dédale de rochers difficiles a passés. Toute la compagnie avance à la même allure pour que le ratissage soit minutieux,  les grottes sont inspectées et les anfractuosités rocheuses également avec beaucoup de précautions.

        Ordre est donné par le sergent Dalmasso de stopper notre avance. Le FM en protection avec un gars de surveillance allongé, le doigt sur la détente pendant que l'équipe mange. Il est 9 heures, le soleil vient nous réchauffer de ses rayons déjà chauds, il nous sèche de l'humidité et de la transpiration, laissant des auréoles sur la veste camouflée.
    La boite de ration est vidée à moitié de son contenu, les sardines et le pâté de Pousauge fabriqué en Vendée, sont engloutis.
        J'entends les gars qui s'interpellent au fond du cours d'eau ils peinent en s'accrochant aux épineux lentisque ou autres, les mains le visage griffés, ils se débattent dans une végétation luxuriante mais hostile , certains sont obligés de pénétrer dans l'eau pour contourner des blocs de roches.

        La progression ne faiblit pas, le sergent nous déploient plus largement, Jeanneret à grandes enjambées positionne le FM suivi de l'équipe. Martignon et Groisil se chamaillent, ce qui fait pousser une  gueulante du chef, moi je ferme mon clapet, j'ai assez de ma charge et garde mon souffle pour la fatigue à venir.

        14 heures. Une halte sur le sommet du djebel, permet au lieutenant de faire le point avec le capitaine Le Boudec par radio. Une heure de pose, je suis sur les genoux et il n'y a pas que moi, les 25/30  kilos de charge pèsent lourd ! terriblement lourd pour des épaules pas encore tannées par les frottements des sangles du brélage et de la musette TAP, je commence à avoir les pieds en marmelade.
    Ah si j'avais de l'argent pour m'acheter une paire de rangers souple, cela me dispenserait de marcher avec cette paire de bottes faite c'est à croire avec du cuir d'éléphant.

        La soirée passe dans la fouille de rochers creusés de trous capable de cacher des centaines de combattants rebelles, des traces de passages nous donnent la preuve qu'elles servent de lieux de repos aux katibas* de passage. J'en parle au sergent qui me confirme que nous sommes certainement épiés par des choufs*, souvent de très jeunes bergers avertissant les rebelles de tous nos mouvements.

        Un Piper*, fait des passages fréquents et doit donner des indication à «Bruno*», donnant les indications sur des possibles mouvements suspects dans notre zone de fouille.
       
        Le soir nous retrouve sur un djebel de 1000 mètres de haut d'où  le panorama est magnifique, des ondulations boisées à perte de vue, des talwegs* ou coulent des oueds à l'eau si fraiche, alors que je n'ai presque plus rien dans mon bidon je suis un peu jaloux de la voltige qui peut boire à volonté de cette eau si limpide. Nous nous positionnons pour la nuit je fais mon trou individuel avec ma pelle US et le garni d'herbe et de feuilles pour adoucir cette couche improvisée.
        Interdiction de faire le moindre feu. Plusieurs groupes partent en embuscade, je reste avec le PC du capitaine Le Boudec, à monter la garde avec le groupe.

          21 avril
        Le peu de sommeil  m'a donné de la vigueur malgré le froid et l'interdiction de faire du feu, Martignon marmonne:                         -On voit pas un félouse* pas la peine de continuer !
    -Attend qu'ils arrivent, tu verras! .. Répond Cadet
        Vers 9 heures autorisation de faire du feu sans fumée, je réussi un feu minuscule dans un trou creusé au poignard avec quelques brindilles que j'avais ramassées hier, deux petites pierres plates de chaque côté pour poser le quart, le tour est joué.

        La fouille reprend sur le versant boisé, pendant que d'autres compagnies encerclent la zone à traiter.

    Une compagnie découvre au fond d'une grotte des couvertures de laine, preuve que  cet endroit sert de relais, et surtout il a fallu une fouille minutieuse dans cet endroit indétectable, il va en être ainsi toute la journée dans une marche incessante avec les nerfs à vifs. À croire que nous courrons après des fantômes, encore une embuscade toute la nuit, planqués entre deux rochers en surplomb de la piste, nous allons ainsi faire le guet jusqu'à 6 heures le lendemain matin.

        22 avril.
    Rien ne se passera, le jour se lève rapidement en haut de ce djebel. Martignon nous a fait un café chaud, je m'allonge et dort jusqu'à dix heures.
    Nous reprenons la piste pour rejoindre le PC Le Boudec. Nous descendons vers des mechtas que nous fouillons avec minutie, des traces de feu prouvent que des rebelles ce sont reposés ici.

        Le soleil chauffe et finit de dégourdir nos membres perclus de douleurs par deux nuits d'embuscade avec si peu de repos. Nos tenues sèchent rapidement avec des trainées de sel sur la veste camouflée  qui tient debout par l'empesage, dû à l'élimination de ce sel que nous compensons par absorption de cachets contre la déshydratation, la nivaquine contre le paludisme, l'eau que nous buvons n'est pas toujours claire, nous la prenons au hasard de nos marches dans des trous d'eau stagnants plus que douteux.

        Dernière nuit d'embuscade, car nous sommes repérés depuis le matin, des silhouettes se distinguent à la jumelle en haut des djebels, est-ce les nôtres? mystère? Le bivouac est devenu plus cool, je fais du feu pour un potage avec du pain dedans, une boite de pâté engloutie en deux minutes, l'habitude du vite fait manger n'est pas un rituel mais une nécessitée de s'alimenter. Un tour de garde viendra me réveiller d'un sommeil profond, deux heures à maintenir les yeux et le cerveau en éveil est pénible, je me recouche pour m'endormir comme un bébé la fatigue aidant.
        Demain nous rentrons à la base avancée.

       23 avril.

     Cela fait 20 jours que je suis sur le sol d'Afrique du Nord et déjà je n'ai plus la même vision des choses, notre condition de vie nomade nous rapproche de la nature et nous adapte aux conditions les plus rudes les plus rustiques, le corps devient résistant à l'effort, à la fatigue, au sommeil, à la nourriture  prise à n'importe quel moment, simplement pour alimenter le corps et non pas l'estomac.

    La camaraderie dans la cohésion du groupe, nos chefs sont plus près de nous et subissent les mêmes souffrances, endurent les mêmes maux sans jamais faire apparaître un signe de défaillance et pourtant, ils sont comme nous, mangent comme nous, marchent comme nous sans jamais se plaindre, et d'abord à qui se plaindriait-ils?.

        Le départ pour rejoindre les camions nous remplit d'une joie intense, les dix kilomètres de pistes sont faits allègrement, à dix heures, nous montons dans les bahuts, une heure de route et ouf! Nous voilà à Duvivier, rassemblement pour une vérification général du matériel, et tout le monde se précipite aux douches pour un décrassage profond du corps. Que c'est bon de pouvoir rester sous l'eau à se savonner la carcasse. On s'entraide pour un frottage énergique du dos, les blagues fusent entre paras, la détente est joyeuse, on parle de sortie et de filles, à 19 ans quoi de plus normal.

        La fatigue disparaît aussitôt lorsque le sergent nous donne quartier libre pour une détente de quelques heures dans le village, faire des achats, de la nourriture en extra, tenue camouflée impeccable, bottes cirées, casquette Bigeard neuve sur la tête, sous l'œil du sous-off qui a du travail à remettre au chef de section.

    Demain revue d'armes et contrôle des paquetages pour le linge HS*.

        Cette opération lancée par le colonel Bigeard commandant du 3e R.P.C avec son effectif au complet, servira de tremplin aux opérations à venir avec la mobilité, la rapidité, et la puissance de feu transportée à dos d'hommes, fera de nous un régiment des plus disponibles 24 heures sur 24, nous serons appelés à nous battre sur tous les fronts, des engagements durs contre un adversaire de plus en plus redoutable n'infléchira pas notre devise « ÊTRE ET DURER ».

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Photos27


    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Photos28


    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Image_32
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par LANG le Mar 22 Jan - 19:15

    Belles photos.
    On sent l'eau (un peu chargée) s'agiter dans les bidons.
    On voit la concentration extrême du capitaine Le Boudec. La topographie c'est "l'arme" du chef...

    Mais c'était quoi  "cette paire de bottes faite c'est à croire avec du cuir d'éléphant." ??

    -------------

    "...je fais du feu pour un potage avec du pain dedans, une boite de pâté engloutie en deux minutes..."

    Oui junker, vu les conditions tu nous fais un potage royal !
    Je ne plaisante pas. Il y a des repas qui arrivent au niveau d'un restaurant 5 étoiles !


    Dernière édition par LANG le Mar 22 Jan - 20:56, édité 1 fois
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 280
    Points : 1994
    Réputation : 353
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 77
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par Blu le Mar 22 Jan - 19:30

    A propos de "chaussures ", peut-être une réponse : ???

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Modzol10

    Tiré d'un blog : http://www.passionmilitaria.com/t89703-tuto-comment-reconnaitre-de-veritable-rangers-af

    Mais, sans garantie car seul l'utilisateur pourra répondre...
    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Mer 23 Jan - 11:30

    Non Blu, c'était la bonne paire de bottes avec le laçage jusqu'en haut, mais vu ma taille 1 m58 et mes mollets trapus d'haltérophile, je souffrais le martyr dans mes bottes! J'ai eu une audience avec le Capitaine qui, lui, a tout compris alors que le sergent ne voulait rien savoir ! J'ai donc eu en priorité la première paire de pataugas de la compagnie avec la menace de fermer mon clapet dorénavant, ce qui ce fît sans aucun problème !!!!
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par briselance13 le Sam 26 Jan - 21:49

    Encore un beau récit, cher Junker.
    Question: Comment arriviez vous, marchant dans le noir, bite à cul, pour ne pas faire partir
    un coup de feu maladroit, et aussi ne pas gueuler sur l'autre qui vous tamponne?
    Autre question: étiez vous aussi mal équipés (chaussures) chose que nous voyons encore
    aujourd'hui?

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 620
    Points : 2880
    Réputation : 78
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Dim 27 Jan - 7:53

    Certains pouvaient ce permettent des rangers, beaucoup marchés en bottes et souffraient car lors de traversée de petits cours d'eau , les bottes se replissés à la longue !! L'avantage des pataugas qui avaient des trous d'aération en bas !! Nous marchions les armes non alimentées, il y avait que les éclaireurs de pointes avec armes chargée, lorsque nous avons eus les pastilles fluo collées sur le sac, plus de problème de distance !!
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par LANG le Dim 27 Jan - 21:13

    Pour faire connaître ce forum qui ne comporte que 140 membres environ, j’avais diffusé son  adresse à quelques amis.
    L’un d’eux après avoir lu ce texte sur les djebels m’a répondu : «  … Dire qu’on rêvait de crapahut en Algérie quand nous étions jeunes! ».
    Un peu « moins jeunes », nous avons connu quelques épisodes de ces charmes du « crapahut »…
    Des épisodes disons « sympathiques » par rapport aux tiens…

    …des pieds en marmelade et le moral cassé…
     …Je cache mes doutes au fond de moi même …Nous marchons en aveugle, tête à cul…
    …le froid vif me fait claquer des dents, je ne suis pas le seul …je fais mon trou individuel avec ma pelle US et le garni d'herbe et de feuilles pour adoucir cette couche improvisée. …
    …Un tour de garde viendra me réveiller d'un sommeil profond, deux heures à maintenir les yeux et le cerveau en éveil est pénible…
    …La camaraderie dans la cohésion du groupe, nos chefs sont plus près de nous et subissent les mêmes souffrances,


    Oui junker, nous en avions rêvé, nous avons essayé de faire comme si, mais un jour tout cela s’est terminé.
    Et alors ?
    Alors, on nous a dit qu’il fallait commencer par s’instruire pour vaincre.
    Et alors ?
    Alors quelqu’un est entré dans la pièce et a crié :
    « Demain revue d'armes et contrôle des paquetages…. »
    Tu vois junker, rien n’avait changé…

    Merci de nous avoir rappelé ces espoirs de jeunesse que tu réussi à nous faire vivre avec quelques années de plus…
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 280
    Points : 1994
    Réputation : 353
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 77
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Lun 28 Jan - 20:07

    Comme je n'ai pas la fibre pour l'écriture, tout arrive dans ma tête en bloc! mais on arrive à comprendre si les situations simples, que je décris, ont existés pour la plupart d'entre-vous !!
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par Blu/LANG le Lun 28 Jan - 20:54

    Si junker tu as la fibre de l'écriture, la fibre de l'écriture du vécu...
    Peu importe s'il manque un "S" par ci par là. L'odeur des feuilles et de la transpiration on la sent...
    Et c'est l'essentiel.
    Alors continue à nous raconter tes histoires...

    Anonymous
    Blu/LANG
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par andre maziarz le Jeu 31 Jan - 8:35

    il y a 60 ans l'escadron du 1° RCP sautait sur Hassi R'mel. Notre capitaine était Alain Bizard3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Escadr10
    andre maziarz
    andre maziarz

    Messages : 4
    Points : 1136
    Réputation : 12
    Date d'inscription : 10/12/2018
    Age : 82
    Localisation : poey

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par VERT le Jeu 31 Jan - 10:46

    andre maziarz a écrit:[b]il y a 60 ans l'escadron du 1° RCP sautait sur Hassi R'mel. Notre capitaine était Alain Bizard

    Avec tous mes respects André

    _________________
    « Du Ciel au Combat »  3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 56810
    VERT
    VERT

    Messages : 65
    Points : 2835
    Réputation : 66
    Date d'inscription : 15/02/2018
    Age : 68
    Localisation : ALPES

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par andre maziarz le Jeu 31 Jan - 11:37

    Merci ,mon ami
    andre maziarz
    andre maziarz

    Messages : 4
    Points : 1136
    Réputation : 12
    Date d'inscription : 10/12/2018
    Age : 82
    Localisation : poey

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Jeu 31 Jan - 13:50

    André! Tu es de mon époque et tu dois comprendre beaucoup de situations, même si dans chaque régiment, le commandement différé d'une unité à une autre, mais la vie dure et les efforts restaient les mêmes !!
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par andre maziarz le Jeu 31 Jan - 14:55

    Bonjour ,
    A 82 ans, on  n'oublie pas les bons et mauvais souvenirs !!
    Nous avions des capitaines de la même trempe, des bretons.
    Héros de Dien bien phu .
    Malheureusement ,j'ai perdu beaucoup de mes copains de mon peloton.
    Amicalement.
    André
    andre maziarz
    andre maziarz

    Messages : 4
    Points : 1136
    Réputation : 12
    Date d'inscription : 10/12/2018
    Age : 82
    Localisation : poey

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par LANG le Jeu 31 Jan - 16:51

    Alain Bizard. Un breton.
    Je l’ai un peu connu au 13.
    C'est de Bizard que s'inspirera Lartéguy pour décrire Glatigny, l'aristocrate guerrier…

    En relisant l’historique du 1er RCP, ICI j’ai bien aimé ce paragraphe à la fin :
    « En ALGERIE le 1° R.C.P. a toujours été victorieux . Il le doit à l' ardeur de ses jeunes Chasseurs Parachutistes  à la vaillance des sous officiers et des officiers , car ne l'oublions pas , en ALGERIE le Chef de Groupe était en tète de son Groupe , le chef de Section était en tète de sa Section , le Commandant de Compagnie était en pointe du dispositif de sa Compagnie ... le Chef de Corps était bléssé au combat  !!!
    Tous ont fièrement  mis en pratique la fière devise du Régiment " VAINCRE ou MOURIR"  !!!
    »

    Qu'est-ce qu'un chef demande-t-on aujourd'hui ?
    En Algérie, dans les unités parachutistes en particulier, les chefs étaient devant...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 280
    Points : 1994
    Réputation : 353
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 77
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par andre maziarz le Jeu 31 Jan - 17:21

    il était le chef de corps du 13 rdp.3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Gal_bi10
    andre maziarz
    andre maziarz

    Messages : 4
    Points : 1136
    Réputation : 12
    Date d'inscription : 10/12/2018
    Age : 82
    Localisation : poey

    Revenir en haut Aller en bas

    3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956 Empty Re: 3 ans chez Bigeard ..Les djebels de la Medjerda ,20 avril 1956

    Message par junker le Sam 2 Fév - 18:44

    Cela n'a pas d'importance , les chefs ce ressemble et la guerre est la même, nous avons passé dans les mêmes coins d'Algérie et avons souffert de soif et de faim! !!! Amitiés André ...Gus
    junker
    junker

    Messages : 89
    Points : 1339
    Réputation : 69
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 82
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum