Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »…. Empty Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    Message par LANG le Lun 14 Jan - 18:54

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    (Suite. On continue un peu ? Avec humour bien entendu…)

    …Les jours ont succédé aux jours avec séances de tir, maniement des armes et autres formations nécessaires à notre instruction. L'intérêt de disposer d'un élastique de réserve pour tenir le bas du pantalon de treillis a été assimilé rapidement. Cette jarretière dénuée de fantaisie est venu tenir compagnie à l'épingle de sûreté, autre accessoire de mode tout aussi indispensable.
    Les nuits se partageaient entre l'entraînement au combat sans visibilité et les nettoyages à la lueur d'une lampe de poche après l'extinction des feux, tout en essayant de respecter le sommeil de notre chef de chambre.
    Les anciens, bien entendu, venaient nous rendre de petites visites le soir afin d'assurer nos occupations jusqu'au lendemain matin : bahutages, rangements, astiquages, sommeil de plomb à durée limitée, le tout étant prolongé par une suite sans originalité.
    - Debout, là-dedans ! Garde-à-vous ! Rassemblement dans dix minutes !
    - Repos ! Garde-à-vous ! Pas de gymnastique, direction le réfectoire ! »
    Un petit déjeuner avalé à toute vitesse en cinq minutes maximum et une sortie au pas de course suivie de l'attente des retardataires.
    - Plus vite, les derniers ! Garde-à-vous ! Pas de gymnastique, direction les bâtiments !
    - Marquez le pas ! Halte ! Repos ! Garde-à-vous ! Rassemblement dans trente minutes en tenue de combat, casque lourd et imperméable au ceinturon. Rompez les rangs ! »
    Défaire son lit, plier draps et couvertures avec soin, s'habiller en tirant quelques bouffées de cigarette, se raser sans se laver et faire la corvée commune sont des activités qui demandent du temps.
    Nous avons progressivement acquis une grande dextérité pour gérer les secondes et choisir ce qui devait être bien fait ou ce qui avait une chance de passer inaperçu.
    Se raser était un impératif. Malheur à celui qui avait un mauvais savon à barbe ou à cet autre dont les poils trop noirs restaient toujours visibles.
    Nettoyer ses rangers était important, mais, avec un brossage rapide et une bonne couche de cirage noir, on pouvait espérer passer le cap du premier rassemblement. Le résultat n'était jamais assuré car le chef de chambre avait fait la même chose que nous l'année précédente et connaissait l'astuce.
    L'objectif était de ne pas se faire repérer, mais il est difficile d'être toujours parfait dans tous les domaines. Ne pas avoir de trace de poussière au-dessus de son armoire, présenter un lit parfaitement au carré, aligner les pièces du fusil sans le moindre soupçon d'huile, ne pas être en retard aux rassemblements tout en ayant bien nettoyé le pédiluve et faire demi-tour correctement. Tout ça faisait partie des exploits permanents à accomplir.
    Nul doute que, tôt ou tard, on se faisait épingler pour un lit mal fait ou un bouton qui pendait lamentablement. Les sélectionnés avaient droit à des régimes « de faveur » qui variaient en fonction du degré de « dysfonctionnement » constaté.
    Le plus pédagogique était sans aucun doute la « tenue de campagne ». Il s'agissait tout simplement de se présenter après le repas du soir, revêtu de l'habillement recommandé pour partir au combat : capote, casque lourd, etc., équipé des compléments indispensables comme la gourde ou la pelle- pioche. Bien entendu, pour parer à toute éventualité, il était nécessaire de prévoir du matériel de rechange, stocké dans le sac à dos, en respectant une liste très précise qui comportait chaussures, chemises et autres babioles utiles à tout bon combattant.
    Le plus souvent, la séance ne dépassait pas le stade de la présentation et les élus s'efforçaient de rattraper le temps perdu en rangeant leurs affaires le plus rapidement possible. Il fallait faire vite pour préparer la revue de chambre du soir.
    Certains, et Xavier était du nombre, prenaient le risque de gonfler leurs sacs avec des couvertures ou un polochon afin d'échapper à l'opération de rangement. La chance était parfois de leur côté, mais, en cas d'inspection, la condamnation était sans appel. Le supplicié avait droit à un parcours d'entraînement spécial qui lui permettait de comprendre que l'évacuation de la transpiration n'était pas compatible avec le port d'un manteau d'hiver, même s'il fait froid.
    La « tenue de campagne » avait parfois des prolongements que l'on pourrait qualifier de défilés de mode. Le sanctionné, après s'être présenté comme prévu, recevait l'ordre de revenir quelques minutes plus tard habillé d'une autre tenue. Les allers et retours se succédaient alors à un rythme infernal. Tout retard était sanctionné inexorablement par un nouveau changement de « costume ». Comme le temps était généralement insuffisant pour effectuer correctement la transformation, une cravate de travers ou un accessoire oublié signifiait une nouvelle course contre la montre.
    Il n'y avait qu'une solution : s'organiser !
    Le condamné arrivait haletant dans la chambre et annonçait entre deux inspirations comment il devait repartir, puis il s'étalait sur le lit pour reprendre son souffle. L'équipe d'effeuillage se mettait au travail tandis qu'une autre préparait l'équipement demandé. Déshabillé et rhabillé par des mains expertes, notre homme reprenait la route avec de bonnes chances de revenir pour la dernière fois. Il ne restait plus qu'à l'aider à ranger ses affaires…

    La chambre avait oublié ses balbutiements et prenait vie à toute allure...
    C'était le but recherché.
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 335
    Points : 2481
    Réputation : 445
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »…. Empty Re: Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    Message par briselance13 le Lun 14 Jan - 21:01

    Question bête . C'est pour du vrai ?

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3196
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »…. Empty Re: Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    Message par LANG le Lun 14 Jan - 21:11

    Oui...


    Dernière édition par LANG le Lun 14 Jan - 21:26, édité 1 fois
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 335
    Points : 2481
    Réputation : 445
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »…. Empty re coëtquidan octobre-novembre 62 des occupations courantes

    Message par salliere herve le Lun 14 Jan - 21:25

    Magique , j'étais dedans . je fini la lecture essoufflé .
    Lang vous nous faite revivre des moments qui semblait très loin .
    dans mon vécu , a la fin l'encadrement était plus fatigué que nous .
    Merci Lang
    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 41
    Points : 1816
    Réputation : 43
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 68
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »…. Empty Re: Coëtquidan octobre novembre 1962 Des occupations « courantes »….

    Message par LANG le Lun 14 Jan - 21:31

    Reprenez votre souffle sailliere ce n'est pas tout à fait terminé...
    C'est vrai, "l'encadrement" était sur les genoux mais heureusement pour lui il avait des périodes de récupération que nous n'avions pas...
    Mais, qu'est ce qu'on dormait bien à cette époque...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 335
    Points : 2481
    Réputation : 445
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum