Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» LA MARSEILLAISE
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeAujourd'hui à 2:45 par Hubert DENYS

» Cachez ce soldat, que je ne saurais voir.
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeHier à 11:35 par compagnie tournante

» Sommes-nous prêt pour un conflit majeur ?
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeHier à 9:09 par CASTOR2

» Ce jour-là. 25 février 1948 Le coup de Prague
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMer 24 Fév - 21:17 par Blu

» Pierre DECKEUR
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMer 24 Fév - 20:37 par 66-2B

» Une devise "Par le ciel, pour servir"
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:08 par Jean

» 10 juillet 1943, opération Husky
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:01 par FOUQUET65

» Mali. Vidéo sur Takuba
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMer 24 Fév - 9:04 par Kuiper

» 20 juillet 1969
Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Icon_minitimeMar 23 Fév - 22:34 par Blu

Février 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 35 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 35 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 490 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Pomme

    Nos membres ont posté un total de 5788 messages dans 1916 sujets

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu

    Aller en bas

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Empty Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu

    Message par CASTOR2 Mar 16 Fév - 14:12

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu
     

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu 31921310

    Le colonel Jacques Gindrey est mort. Son décès a été annoncé ce mardi dans le carnet du Figaro.
    Un texte de P. Chapleau de lignesdedefense
     
    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu : Lignes de défense (ouest-france.fr)
     
    Après un parcours parfois terrible, où Jacques Gindrey frôla la mort de près, le chirurgien, natif de Côte-d'Or, mit sa vie au service des patients de la clinique de Vire (Calvados).
     
    A plusieurs reprises, il a raconté sa carrière de médecin militaire (qui s'est terminée en 1971) et en particulier sa bataille de Dien Bien Phu dans les colonnes de Ouest-France.
     
    Extrait d'un article de 2014:
    "En 1940, mon père a pleuré en voyant arriver les Boches". Jacques a 13 ans. Il est enfant de troupe cette année-là. En 1942, le bon élève intègre l'école d'Autun. "C'était militaire, mais civilisé, s'amuse-t-il. On y était surtout anti-Allemands." Il va rejoindre la Résistance et s'illustre à plusieurs reprises. "J'étais très jeune, on m'a surnommé "bébé"
    Il sera toutefois grièvement blessé le 11 juillet 1944 dans l'Ain, et fait prisonnier. Mais il en réchappera. Il passe son bac en juin 1945, puis part au Prytanée de La Flèche (Sarthe) où il prépare la première année de médecine. Cursus qu'il achève à l'École de santé de Lyon. En 1952, à 25 ans, ce brillant élève est docteur en médecine. Officier dans la Coloniale, il se retrouve en Indochine, au coeur des combats de Dien Bien Phu, en 1954. "La défaite fut terrible, témoigne celui qui fut là-bas chirurgien de guerre. Sur 10 000 captifs, les trois quarts ne reviendront pas." 
    Il en réchappera. Encore une fois. Rendu à la vie civile, Jacques Gindrey rejoint Vire en 1971. Il exerce jusqu'en 1989 comme traumatologue orthopédiste. "J'ai bien dû installer 2 000 prothèses de hanche", rappelle modestement le père de quatre enfants, aujourd'hui veuf.
     
    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu 34705810
     
    Autre extrait, d'un article de 2004, où il parle de l'Indochine:
    "Nous sommes arrivés, ma femme et moi, à Saïgon, à l'automne 1953 pour travailler à l'hôpital Grall. Je venais de me marier et de terminer mes études médicales à Lyon. Après un passage à l'hôpital d'Hanoï, où l'on recevait 120 blessés de guerre par jour, Chippaux, médecin-colonel, un patron très respecté, me demande de constituer l'antenne chirurgicale 44 avec anesthésiste et infirmiers. On me précisera plus tard, en y mettant les formes, que c'est pour partir à Dien Bien... Je suis parachuté le 20 février 1954 sur Dien Bien, une cuvette dénudée, entourée de collines où se planquent les Viets. Ma première impression est défavorable. L'antenne est mal placée, au lieu géométrique d'arrivée des obus, trop petite avec 42 lits, mal protégée. Seul le toit de la salle d'opération est solidement couvert. Avec mon collègue Grauwin, on organise l'antenne, à côté du PC. On se repose dans des abris de fortune, un serpent se balade au-dessus de nos têtes.  Le 14 mars, Béatrice tombe. Les fortins avaient des noms féminins. D'une violence inouïe. L'afflux de blessés est immédiat. L'antenne est submergée. Les avions tant qu'il y en a sont remplis au sprint. Pendant deux semaines, on jongle avec les extrêmes urgences : les blessés sont de trois types. Les blessés des membres arrivent mal garrottés avec du fil téléphonique, la seule solution est l'amputation. C'est terrible. Les blessés du thorax, on ferme la plaie. Les plus graves sont les blessés du ventre. Un abdomen opéré, c'est quatre à cinq fracas de membres qui ne le sont pas. Par manque de temps, il faut choisir. Les grands blessés me disaient : "Et moi, et moi, mon lieutenant..." L'anesthésiste les aidait à dormir. J'ai opéré non stop durant cinquante-sept jours, de sept heures du matin à minuit le soir. J'étais là pour ça. Je ne me posais pas de questions. J'étais automatisé, craignant seulement de m'écrouler de fatigue. Le 18 mars, j'ai échappé à la mort à la seconde près, sous la tente où l'on triait les blessés. Un obus de mortier de 120 massacre tout. Quinze personnes sont tuées sur le coup, dont notre caporal infirmier, Bong, foudroyé la seringue à la main.
     
     
    Mon amie Geneviève de Galard arrive le 28 mars, une femme d'un très grand dévouement. Mourir avec une femme qui vous tient la main, ce n'est pas la même chose. Le plus difficile furent les premiers quinze jours, il fallut tout organiser sous le feu. Vers la mi-avril, la mousson. Il pleut de la boue dans les plaies ouvertes. On lave à grand coup de sérum. 
    Le 7 mai, mon dernier opéré sera le capitaine Le Boudec, du sixième bataillon de parachutistes commandé par Bigeard. Il a des pièces de bouchon-artilleur dans l'avant-bras. Je l'endors libre, il se réveille prisonnier. Comme moi. On a pleuré tous les deux. Nous avons marché le long de la route vers le camp n° 1 à la frontière de la Chine. 
    Malade comme un chien, je suis sauvé grâce à des comprimés discrètement mis dans mon sac. Le 2 septembre, à l'hôpital d'Hanoï, je souris à une silhouette. C'était ma femme. Elle me croyait disparu. 
    Partis à 10 000, nous sommes revenus à 2 500. La guerre est une ignominie. La pire des choses. À Dien Bien, j'ai rencontré des héros inconnus. Si on avait un peu plus réfléchi, on ne serait pas allés faire cette guerre. Sorti de cet enfer, de retour en France, j'ai passé ma vie à bosser pour ne pas ressasser cette histoire."
     
    Toute sa bio est à lire ici.
    Jacques Gindrey P~1.pdf - Histoire de la Médecine - JC Bel - LP Fischer (08-02-2018 16:45) - Jacques Gindrey P~1.pdf (univ-lyon1.fr)
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 223
    Points : 16497
    Réputation : 7311
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 74
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Empty Re: Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu

    Message par WILLIS Mar 16 Fév - 17:54



    Encore une fois une bien triste nouvelle, la grande horloge du temps ne s'arrête jamais.
    Respects pour ce très grand parmi les grands.

    « Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. »

    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
    WILLIS
    WILLIS
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 276
    Points : 23577
    Réputation : 7637
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu Empty Re: Décès du colonel Gindrey, l'un des médecins de Dien Bien Phu

    Message par LANG Mar 16 Fév - 22:29

    "Le 2 septembre, à l'hôpital d'Hanoï, je souris à une silhouette. C'était ma femme. Elle me croyait disparu. "
    On pense à lui. Même s'il "est parti", il est toujours là...
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 957
    Points : 34750
    Réputation : 16558
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum