Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Défiler au pas lent
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeAujourd'hui à 11:54 par Opus28240

» Quel futur pour notre univers ?
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeAujourd'hui à 9:58 par 66-2B

» Une lettre de Saint-Exupéry
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeHier à 20:57 par Jean

» Drapeau blanc.
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeHier à 20:24 par Invité

» un 30 février
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeHier à 8:51 par junker

» Le parapluie du Major Digby
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeHier à 8:36 par junker

» Le saviez-vous : Rintintin chien de guerre.
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeDim 28 Fév - 12:39 par Invité

» lieutenant-colonel Bastien-Thiry
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeSam 27 Fév - 12:41 par Invité

» Le père JEGO
Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Icon_minitimeSam 27 Fév - 12:38 par Invité

Mars 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 33 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 31 Invités :: 1 Moteur de recherche

    amarante, Opus28240

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 468 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est POUPARDIN

    Nos membres ont posté un total de 5228 messages dans 1838 sujets

    Les hommes, il faut les « coudre ensemble »

    Aller en bas

    Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Empty Les hommes, il faut les « coudre ensemble »

    Message par LANG Jeu 28 Jan - 9:08

    Une analyse et une réponse à une situation souvent présente au combat : l’impression d’être dominé par les évènements.
    Un excellent article de Michel Goya du 28 janvier 2021 que l’on pourra lire sur son site :
    La voie de l'épée: Ne pas subir (lavoiedelepee.blogspot.com)
     
    Ne pas subir
    (Extrait de Sous le feu-La mort comme hypothèse de travail)
     
    Un extrait :
    « …. On a évoqué la difficulté de la période d’attente avant le combat. De la même façon, une étude sur les troubles psychologiques dans la Royal Air Force de 1941 à 1945 montre que ceux-ci frappèrent surtout les équipages de bombardiers, pour la plupart soumis à une menace diffuse, mais permanente lors de leur missions. De nombreux pilotes de chasse avouent aussi avoir préféré affronter la chasse adverse plutôt que l’artillerie antiaérienne contre laquelle ils ne pouvaient rien. Cette action sécurisante consiste souvent à ouvrir le feu, pour rien sinon satisfaire son besoin de faire quelque chose. Certains sont trop stressés pour prendre même cette décision, il faut alors les obliger à faire quelque chose de positif comme creuser un poste de combat ou apporter les premiers soins à un camarade par exemple. L’expérience montre qu’ils s’empresseront de le faire, même si c’est dangereux, car cela les soulage aussi… »
     
    Et sa conclusion :
    « …En résumé, dans ce premier cercle, l’homme doit se sentir fort, capable d’agir et avec le sentiment intime d’avoir de bonnes chances de s’en sortir. Pourtant cela ne suffit pas. En 1944, en Normandie et dans les Ardennes, de nombreuses unités américaines furent disloquées, entraînant la dispersion de milliers de soldats. Ces milliers d’hommes isolés furent d’une efficacité très faible. Les groupes formés à la hâte avec ces isolés ne s’avérèrent guère plus efficaces, limitant leurs actions à leur survie. En revanche les équipes de pièces, groupes de combat ou sections qui avaient été arrachés à leur position et à leurs unités d’origine, mais étaient restés ensemble pendant le repli, furent au contraire beaucoup plus solides. 
    Aligner des hommes compétents ne suffit donc pas, il faut les « coudre ensemble » pour reprendre le mot de MacDonald à la bataille Wagram. Cette « couture morale » constitue le deuxième cercle de confiance. La force, c’est les autres. »
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 922
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Empty Les hommes, il faut les coudre ensemble

    Message par Hubert DENYS Jeu 28 Jan - 11:52

    Une des opérations qui a eu le plus de répercussions néfastes est l'opération "Tiger" à Slapton Sand

    . Le Vice-admiral Don Pardee Moon, responsable de l'opération Tiger se sentira responsable de la mort de tous les soldats et ne s'en remettra jamais. Il se suicidera avec son colt 45 à bord de l'USS "Bayfield" le 5 août 1944. Son geste sera officiellement déclaré comme étant la résultante d'une grosse fatigue de combat.
    Tous les hommes rescapés de l'opération "Tiger" ont participé au débarquement le 6 juin 1944 sur les plages de Utah et d'Omaha Beach. Ils ont connu le massacre sur cette dernière et bon nombre d'entre eux n'ont pas résistés psychologiquement à ce double carnage. On a recensé des cas de suicides qui ont tous été maquillés en KIA (Killed In Action= tué au combat) par les autorités au point qu'il ne sera relevé que 5 cas de suicide officiels dans l'armée américaine en Normandie. (Rapport psychiatrique de la 1rst US Army. W.M Strodes, janvier 1945).
    En outre, durant la campagne de Normandie, entre juin et octobre 1944, les juges militaires relevant du 12th AG (Army Group) sanctionnèrent :
    - 1100 SIW (Self-Inflicted Wounds= Automutilation)
    - 169 misconducts before enemy (Mauvaises conduites face à l'ennemi ou refus du combat)
    -141 Dangerous duty (refus de service dangereux)
    -231 AWOL (Absent With Out Leave= absence sans permissions) dont 180 dans le seul mois d'août 1944.
    Il n'a pas été relevé officiellement de cas de désertion durant la campagne de Normandie.
    On estime que seulement 20% des cas arrivaient devant les tribunaux. (Rapport sur les opérations du 12e GA, vol. 10)
    Des hommes se montrèrent dans l'incapacité physique de poursuivre la guerre. Il a été constaté qu'environ 20% de ces hommes ne contrôlaient plus leurs sphincters et qu'environ 12% urinaient sur eux à l'approche d'un combat. Si ces hommes figuraient toujours dans les rapports, ils représentaient le chiffre considérable de 25 à 30% des effectifs américains ayant connus Slapton Sand et Omaha Beach.
    Ce que ne disent pas, et n'ont jamais dit, les rapports médicaux, c'est comment les hommes victimes de ces troubles s'en sont sortis, s'ils ont été guéris ou s'ils ont pu reprendre le cours normal de leur existence.
    Il est à noter que l'exercice de Slapton Sand et ses conséquences ont longtemps été tenu secret au point que même les historiens n'en n'ont rien su et l'ont longtemps ignoré. La plupart ne l'ont su qu'en 2001








    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 141
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 73
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    Les hommes, il faut les « coudre ensemble » Empty Re: Les hommes, il faut les « coudre ensemble »

    Message par junker Jeu 28 Jan - 13:20

    Je peux vous en parler un peu, dans nos combats parfois violent et meurtrier, et souvent des corps à corps, j'ai vu passer pas mal de paras, qui n'ont pas pu tenir le coup !! A chaque opération des gars de tout gabarit dévoilaient leur solidité mentale ! certain piqué des crises de nerf, d'autres pleuraient, certains devenaient des loques à l'approche du combat !! Ils faillaient les porter ! un ou deux de ma compagnie se mutilèrent les pieds, l'un deux ce fit sauter à la MAT49 les orteils !! C'est vous dire la fragilité du combattant et de toutes ces conséquences, quand après une opération, une compagnie était désignée pour rassembler les cadavres de fells, certains, carbonisés au napalm et d'autres sans tête, ou éventrés, pas beaucoup pouvaient tenir le choc! Et voir ces copains mourir à côté de soi et une terrible épreuve !! Le dernier de mes bon pote et mort à mes côtés vers le mois de mai 1958, une opération vers Djeurf ou 300 fells étaient coincés, nous étions en surplomb de l'oued qui grouillait d'ennemis, mais de bons tireurs. Nous levions nos casquettes au bout du MAS 36 ou autre et quelques instant après la casquette tournoyée touchée par un projectil, fier nous montrions à la ronde l'impact, mon pote Jean avait oublié de changer de position et en levant la tête il pris une balle en plein front, sa tête retomba avec la moitié de la boite crânienne en moins, j'ai juste eu le temps de voir ses jambes qui bougeaient dans un soubresaut final ! Une vision qui remue les tripes au plus profond de son être, J'ai supporté le choc, souvent bien après des visions de copains mort, de blessés ont hanté certaines de mes nuits !!!
    junker
    junker

    Messages : 475
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 84
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum