Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» LA MARSEILLAISE
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeAujourd'hui à 2:45 par Hubert DENYS

» Cachez ce soldat, que je ne saurais voir.
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeHier à 11:35 par compagnie tournante

» Sommes-nous prêt pour un conflit majeur ?
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeHier à 9:09 par CASTOR2

» Ce jour-là. 25 février 1948 Le coup de Prague
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMer 24 Fév - 21:17 par Blu

» Pierre DECKEUR
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMer 24 Fév - 20:37 par 66-2B

» Une devise "Par le ciel, pour servir"
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:08 par Jean

» 10 juillet 1943, opération Husky
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMer 24 Fév - 17:01 par FOUQUET65

» Mali. Vidéo sur Takuba
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMer 24 Fév - 9:04 par Kuiper

» 20 juillet 1969
Une stèle sur la RC4 Icon_minitimeMar 23 Fév - 22:34 par Blu

Février 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 39 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 490 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Pomme

    Nos membres ont posté un total de 5788 messages dans 1916 sujets

    Une stèle sur la RC4

    Aller en bas

    Une stèle sur la RC4 Empty Une stèle sur la RC4

    Message par tomorrow Jeu 21 Jan - 13:47



    La RC 4 est une route qui serpente la frontière de Chine au milieu des monts de calcaires boisés du haut pays Tonkinois. Entre pics et précipices, souvent dans le crachin ou la brume, elle relie LAO KAY à la mer de chine en passant par CAO-BANG, DONG KHÉ, LANGSON et MONKAY. Avant la guerre d’Indochine, cette route portait le numéro quatre des routes coloniales. Pendant la guerre d’Indochine, elle devient la “route du sang” : le rendez-vous de la mort.

    C’est dans cette région que le comité révolutionnaire de CAO-BANG, animé par VÔ NGUYÊN GIAP, se prononça pour le déclenchement de l'insurrection armée au Nord Vietnam en 1944.

    En 1949 les troupes du maréchal LIN PIAO arrivèrent sur la frontière sino-vietnamienne et cette année là vit l'agonie de la Route Coloniale N°4.

    Etrange année 1950 qui voit STALINE septuagénaire à son apogée tandis que la Russie découvre le secret de l'arme nucléaire. Etrange milieu du 20e siècle où la guerre souffle le chaud et le froid.

    En octobre 1950, conseillé par le Général chinois Chen Geng, le Vietminh y tend une gigantesque embuscade contre le Corps Expéditionnaire qui se replie. Ce dernier perd 5000 hommes dans cette bataille. Près de 6000 hommes tombent aux mains di Viet-Minh.

    Le 2 septembre 1950, sur la demande expresse du gouvernement, le Haut Commissaire Léon PIGNON et le général CARPENTIER se résignent à abandonner CAO-BANG. Le Lieutenant-colonel CHARTON, commandant la place de CAO-BANG reçoit, le premier octobre 1950, un message lui fixant le jour de l'évacuation de la ville au trois octobre à zéro heure.

    Beaucoup de combats furent perdus pour des rendez-vous manqués ; le lieutenant-colonel LEPAGE échoua devant DONG KHÉ et le verrou viet qui bloquait la route de CAO-BANG ne put pas sauter ; ce fut alors l'enlisement et la mort.

    Ces jours là moururent deux mille soldats de la France. Plus de deux tiers des trois mille autres qui furent capturés agonisèrent dans les camps Vietminh.

    Le projet :

    Le Projet de construction d'une stèle sur l’ancienne Route Coloniale N°4 à la mémoire de tous nos morts entre 1945 et 1954 (y compris ceux des camps) tient à cœur à tous les membres de l’ANAPI. Le dossier est depuis novembre 2001 à l'Elysée, il a été transmis au gouvernement en octobre 2002. Une démarche officielle sera à nouveau entreprise, auprès du Président de la République française.

    Une stèle sur la RC4 Rc410

    C’est un ultime projet de l'ANAPI, déjà vieux de deux ans : la construction de cette stèle sur la RC4, à la mémoire de tous nos morts sur cette route qui relie Langson à Caobang, depuis 1944, puis de 1947 à 1950, et à la mémoire de nos morts dans les camps jusqu'en 1954 ; la majorité de ces camps étaient en effet situés de part et d'autre de la RC4.

    Les hautes personnalités de Caobang et de Langson sont toutes d'accord sur le principe, mais la décision du gouvernement vietnamien est indispensable.

    Ce gouvernement est informé du projet de l’ANAPI depuis la visite de notre Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, en mars 2003. Mais le dossier n'aura vraisemblablement à ses yeux, une valeur réelle que lorsqu'il lui sera transmis par l'Elysée.
    tomorrow
    tomorrow

    Messages : 99
    Points : 17896
    Réputation : 2947
    Date d'inscription : 28/04/2017
    Age : 63

    Revenir en haut Aller en bas

    Une stèle sur la RC4 Empty Re: Une stèle sur la RC4

    Message par tomorrow Jeu 21 Jan - 13:52



    S’il est bien une terre étrangère où le sang de nos compatriotes a coulé en abondance, chacun sait que c’est celle de l’ex Indochine où sont tombés près de 50.000 soldats et civils originaires de l’ensemble des pays de l’Union française…

    Du poste isolé qui succombe à court de munitions ou de défenseurs dans un coin perdu de brousse, aux grandes batailles qui ont enseveli des bataillons entiers, les lieux susceptibles de voir s’élever des stèles perpétuant la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour remplir leur mission ne manquent pas…

    Certes, le mémorial des guerres en Indochine de Fréjus a accueilli les dépouilles ayant pu être rapatriées, et une stèle a bien été élevée sur le site de Diên-Biên-Phû à l’initiative privée de l’ex légionnaire Rolf Rodel pour rappeler le souvenir de nos anciens… En revanche, s’agissant des victimes de l’embuscade du Groupement mobile 100 en juin 1954 dans la région d’Ankhé ou de celles des combats de septembre – octobre 1950 sur la Route coloniale n° 4, il n’existe malheureusement à ma connaissance au Vietnam, aucun monument ou stèle rappelant la mémoire de ceux qui ont disparu à l’occasion de ces deux catastrophes militaires, trop souvent méconnues du grand public.

    Je n’aborderai pas ici le drame du GM 100 que je ne connais pas suffisamment, préférant me limiter à l’évocation de la RC 4 dont je viens de parcourir à mon tour à pied en compagnie de deux camarades, une partie du tracé, sans doute le plus connu, je veux parler de la portion That Khê – Dong Khê… et des environs de ces lieux. Pourquoi ce choix ? Tout simplement, parce qu’en dépit des modifications apportées au tracé de la route, malgré l’urbanisation de plus en plus marquée qui remodèle ces localités désormais entrées dans notre histoire, voire dans notre jargon militaire comme ce hameau de Coc Xa qui a donné naissance au néologisme « coxer »… le paysage, les noms, les pierres, les vieux arbres… sentent encore la poudre et « prennent aux tripes » celui qui se donne la peine de prendre un peu de temps pour méditer sur le passé…

    Elever aujourd’hui un monument officiel sur la RC 4 à la mémoire de nos soldats constituerait assurément un projet particulièrement noble mais il me semble quelque peu irréalisable… du moins dans un proche avenir, ceci pour une raison fondamentale… Une tentative pour élever une stèle sur la RC 4 avait été bien initiée il y a quelques années mais je crois savoir que cette démarche, pourtant relayée jusqu’aux plus hautes instances du pouvoir, n’a jamais abouti ou en est encore au stade de « l’étude » pour des motifs bien évidemment davantage politiques que matériels…

    En effet, au-delà des sourires de convenance, en dépit de l’ouverture aux visites guidées « à vocation historique » et malgré les libations communes autour du thème de « l’amitié des peuples »… cette route a été, est et restera… pour longtemps encore, un des symboles de la lutte contre le colonisateur français, aussi fort que la mise en place du drapeau Vietminh sur les demi-lunes du PC GONO de Dien-Biên-Phû… Il suffit à celui qui en douterait de comptabiliser le nombre de monuments et de cimetières élevés aux soldats Vietminh tombés lors de la bataille de la frontière de Chine, pour se convaincre que la RC 4 constitue l’acte fondateur de l’armée populaire du Vietnam. La RC 4 et Dien Bien Phû revêtent en effet pour l’armée vietnamienne la même importance que chez nous Bazeilles, Camerone, Sidi Brahim… pour la coloniale, la Légion étrangère, les chasseurs… à ceci près diraient les esprits chagrins que ce sont là des défaites …

    Au risque de choquer le lecteur, je rajouterai presque que dans l’esprit des Vietnamiens, élever un monument à nos disparus et à tous ceux qui ont souffert sur cette « route morte » serait assimilable à l’édification d’un monument commémoratif à la gloire des soldats allemands… sur un de ces lieux de martyre que sont Tulle ou Oradour sur Glane… Alors que faire dans ces conditions ?

    Soixante ans après le drame de la RC 4, les citadelles de Cao Bang et de That Khê sont aujourd’hui des emprises militaires vietnamiennes difficilement accessibles, la citadelle de Dong Khê, n’est plus qu’un amas de pierres dont émergent quelques constructions à la gloire des soldats vietnamiens tombés en 1950 ou plus récemment lors de la guerre sino-vietnamienne de 1979… Le pont Bascou, porte d’entrée au col de Loung Phaï a disparu… L’ancien nid d’aigle du capitaine Mattei sur Na Cham est désormais perdu sous la végétation et les constructions, les forts de Lang Son élevés lors de la conquête du Tonkin ne sont plus que des ruines…

    Force est donc de constater que le seul témoin encore visible de cette période sombre est la chapelle de That Khê qui elle, en revanche, a su résister au passage du temps… mais aussi à l’action des hommes comme l’attestent les multiples impacts qui constellent les murs extérieurs de cet édifice, stigmates de la guerre sino-vietnamienne de 1979… Me gardant bien de refaire l’historique du drame de la RC 4 que chacun d’entre nous connaît, je souhaiterais quand même rappeler qu’à l’issue du repli français avorté de Cao Bang, marqué par l’anéantissement des colonnes Lepage et Charton, nombre de nos soldats blessés ont été provisoirement hébergés en ce lieu, transformé pour la circonstance en infirmerie de fortune… avant de partir pour l’oubli derrière le rideau de bambou… Que l’on ait ou pas l’âme religieuse, il n’en demeure pas moins que pénétrer dans ce bâtiment revient à faire un saut dans le passé car tout ou presque y est resté dans l’état d’autrefois… Que ce soient l’autel, les bancs des fidèles, les gravures aux murs… tout ou presque est d’époque… un peu comme si le temps s’était arrêté en ce lieu où beaucoup de nos soldats se sont éteints ou ont agonisé en attendant une hypothétique évacuation aérienne vers Hanoï…

    Compte tenu de l’impossibilité d’élever un monument à la mémoire de tous ceux, comme l’a écrit le docteur Serge Desbois , « dont la vie s’est arrêtée, un jour de l’automne 1950, sur les bords de la Route coloniale n° 4 », pourquoi ne pas saisir dans ces conditions l’opportunité de réhabiliter cette chapelle, véritable « cheval de Troie » du devoir de mémoire… Un projet de réhabilitation existe actuellement, relayé notamment par monsieur Thierry Servot-Viguier que l’on peut consulter sur internet.

    Aux dernières nouvelles, l’église vietnamienne, en l’occurrence l’évêché de Lang Son, serait d’accord pour réhabiliter ce lieu sous réserve d’un financement français mais le devis (30.000 euros) fourni par l’évêché semble excessif… En outre l’utilisation des crédits risque de manquer de transparence…

    Sous réserve d’une diminution du montant et d’un contrôle des travaux, la réhabilitation de cette chapelle constituerait une bonne opportunité pour tourner la réticence vietnamienne à nous laisser commémorer notre passé militaire et le souvenir de ceux qui sont tombés sur la frontière de Chine… tout en leur laissant sauver les apparences… donnée essentielle s’il en est en Asie…


    Colonel (er) Jean Luc Martin
    tomorrow
    tomorrow

    Messages : 99
    Points : 17896
    Réputation : 2947
    Date d'inscription : 28/04/2017
    Age : 63

    Revenir en haut Aller en bas

    Une stèle sur la RC4 Empty Re: Une stèle sur la RC4

    Message par musette tap Jeu 21 Jan - 14:03



    Ce sujet date un peu !
    Mais tarmac a raison de le publier. En effet au moment ou l'on parle beaucoup de l'amitié franco algérienne et de la transmission de sa mémoire revue et corrigée, celle de l'Indochine n'en reste pas moins posée.
    Une stèle sur la RC4 ? L'ANAPI était dans son rôle de la proposer, il en résulte quand même que ce projet " louable " était confronté à une multitudes de questions.
    Le colonel MARTIN en résume d'ailleurs fort bien les tenants et les aboutissants.

    Ce même colonel à mis en avant That Khé Alors je ne résiste pas à publier un article du Souvenir français.

    Le 27 août 2014, nous relayions sur ce site l’appel pour sauver la chapelle de That-Khé de la ruine. Souvenez-vous, cette chapelle avait abrité de nombreux soldats français du CEFEO durant la terrible bataille de la RC4.

    Une stèle sur la RC4 Tk10

    Aujourd’hui, comme vous pouvez le constater sur cette photographie, la chapelle a été restaurée et est sauvée. Grâce à de nombreuses associations, dont l’ANAPI, le Souvenir Français d’Asie, et surtout l’action énergique de Bernard Tissier et de Thierry Servot-Viguier.

    Une plaque figure à l’entrée de cette chapelle :

    « Nous tenons à remercier sincèrement les organisations, les associations, de leur soutien pour la restauration de la chapelle de That Khé, notamment :

    La congrégation d’évangélisation des peuples ;
    L’évêque de Lang-Son et Cao-Bang ;
    Vietnam-Espérance, l’ANAPI et leurs amis ;
    Les mécénats nationaux et internationaux ».
    Bravo à Bernard Tissier, Thierry Servot-Viguier et Amédée Thévenet d’avoir œuvré pour répondre à l’attente de tous les anciens d'Indochine.
    musette tap
    musette tap

    Messages : 64
    Points : 15985
    Réputation : 1576
    Date d'inscription : 02/05/2017
    Age : 62
    Localisation : Poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum