Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 34 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 30 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    66-2B, junker, tomorrow, vazimeli

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 479 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Subreville

    Nos membres ont posté un total de 5569 messages dans 1935 sujets

    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz

    Aller en bas

    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz Empty Décès du médecin-colonel Ernest Hantz

    Message par LANG le Lun 11 Jan - 17:38

    Un article repris d’opex360.
     
    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz, ancien de Dien Bien Phu
    PAR LAURENT LAGNEAU · 11 JANVIER 2021 sur son site :
    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz, ancien de Dien Bien Phu | Zone Militaire (opex360.com)
     


    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz Ssa-db10


    Parachuté sur la « cuvette » de Dien Bien Phu en avril 1954, il avait connu l’enfer de la bataille alors qu’il dirigeait l’Antenne Chirurgicale Parachutiste [ACP] n°5, assisté par l’adjudant-chef René Cayre, son infirmier anesthésiste-réanimateur. Puis celui des camps de prisonniers Vietnminh, dont seulement 3.920 soldats français [sur 11.721] en revinrent.
    Le médecin-colonel Ernest Hantz nous a quittés la semaine passée, à l’âge de 95 ans. Ses obsèques doivent avoir lieu ce 11 janvier, à Metz.
     
    À la Libération, Ernest Hantz, alors âgé de 20 ans, se destine à une carrière de médecin militaire. À l’issue de ses études à l’École du Service de santé des armées [SSA] de Lyon, il se porte volontaire pour servir au sein du Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient [CEFEO]. « Certains partaient par idéal, pour délivrer le Sud-Est asiatique , moi c’était pour assurer la relève des médecins blessés ou morts en Indochine », dira-t-il.
     
    Arrivé à Saïgon, le jeune médecin se forme rapidement à la chirurgie, avant de prendre les rênes d’une antenne chirurgicale. Puis il rejoindra le camp retranché de Dien Bien Phu, contre lequel le Vietminh donnera l’assaut le 13 mars 1954. Suivront 56 jours de combats acharnés, durant lesquels médecins et infirmiers du SSA feront l’impossible pour soigner, ou à défaut, soulager, les blessés arrivant par centaine dans les cinq antennes médicales et les 14 infirmeries, au fur et à mesure de la chute des différents points d’appui.
     
    Pataugeant dans la boue, manquant de médicaments et d’équipements médicaux, ces médecins et ces infirmiers tentèrent l’impossible, dans des conditions effroyables, avec une hygiène inexistante, le fracas des combats et le risque permanent d’être emporté par un obus.
     
    Quand les combattants du Vietnminh submergèrent ce qu’il restait du camp retranché, le médecin-capitaine Hantz fut fait prisonnier et interné dans un camp, après une marche de 700 km dans la jungle. Mais 858 grands blessés purent être évacués et pris en charge à Luang-Prabang. Mais tous n’eurent pas cette chance.
     
    « J’ai été témoin à Dien Bien Phu de la mort de milliers de blessés qui n’ont pas pu être évacués vers l’hôpital d’Hanoï. Giap, le chef militaire des armées du Viet-Minh, avait donné l’ordre de détruire tous les avions ou hélicoptères sanitaires de la Croix Rouge qui se posaient sur la base encerclée. C’est au mépris de toutes les règles internationales ! Les blessés graves sont donc restés dans le camp retranché. Ils s’y sont morts pour la plupart », dénoncera l’ex-médecin-chef dans les colonnes du Républicain Lorrain, après l’éloge de Giap que fit Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, en novembre 2013.
     
    Privations, endoctrinement des « canbô » [commissaires politiques], brimades, maladies… Tel fut le quotidien des survivants de Dien Bien Phu, devenus prisonniers du Vietminh. « Nous sommes seulement un quart à être revenus des camps de prisonniers. C’était la même proportion que pour les camps nazis », confiera-t-il plus tard, à l’hebdomadaire La Semaine.
     
    Après l’Indochine, le jeune médecin fut affecté en Algérie, alors qu’il se trouvait dans un état dépressif après ce qu’il avait vécu en captivité. « La meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas lui ressembler », disait Marc Aurèle. Et c’est ce qu’il fit. « On a soigné tout le monde, les militaires comme les civils et en Algérie les prisonniers FLN », expliquera-t-il.
     
    Ayant ensuite exercé à l’hôpital français de Bühl [Allemagne], il quitta l’uniforme pour entamer une carrière dans le civil. Et, une fois à la retraite, il prit des engagements humanitaires, comme à Madagascar, où il contribua à créer un centre hospitalier pour accueillir les lépreux ainsi que des dispensaires pour dépister cette maladie.
     
    Le médecin-colonel Hantz était commandeur de la Légion d’Honneur et titulaire de la Croix de guerre avec palme et de la Croix de la Valeur Militaire.
     
    D’après Ceux du Pharo, une association qui regroupe les Anciens et les Amis de l’Institut de médecine tropicale du SSA, sur la « trentaine de médecins qui sont passés à Diên Biên Phu entre novembre 1953 et mai 1954, et sur les 19 qui ont vécu la bataille de mars à mai 1954, deux sont encore en vie : Gindrey [Lyon 46] et Sauveur Verdaguer [Lyon 45].
     
    Photo : Dien Bien Phu, 1954. Dans une salle enterrée, le médecin lieutenant Gindrey opère un blessé à l’abdomen [Illustration] © Ministère des Armées
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 941
    Points : 32320
    Réputation : 14958
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz Empty Re: Décès du médecin-colonel Ernest Hantz

    Message par 66-2B le Lun 11 Jan - 18:07

    HANTZ, à vécu l'enfer  ici bas , l'Indo, DBP , L'afn...

    Il a le droit de connaitre le repos éternel auprès de St Michel avec lequel il à du beaucoup parler lorsqu'il exerçait son art sous toutes les latitudes ...

    Respects Ernest, pour ta carrière exceptionnelle au service de la France ! Les Paras te saluent.


    après l’éloge de Giap que fit Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, en novembre 2013.:   ça , vous savez ce que j'en pense , de giap et de fabius ...
    66-2B
    66-2B

    Messages : 79
    Points : 6331
    Réputation : 3044
    Date d'inscription : 28/09/2020
    Age : 73
    Localisation : Auvergne

    Revenir en haut Aller en bas

    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz Empty Re: Décès du médecin-colonel Ernest Hantz

    Message par Blu le Lun 11 Jan - 19:08

    Décès du médecin-colonel Ernest Hantz 51cmbr10


    Présentation Amazon :
     
    Lorsque Dien Bien Phu tombe, le 7 mai 1954, la garnison française compte 5 000 blessés (près d'un homme sur deux !), dont 3 500 grièvement atteints. Les antennes chirurgicales et les infirmeries de bataillon, envahies par la boue, abritent des centaines d'amputés, de blessés du ventre, de la tête ou du thorax, de victimes de fractures multiples. Certains croupissent depuis près de deux mois dans d'étroits boyaux à l'odeur pestilentielle. Faute de place, il a fallu renvoyer des unijambistes et des manchots ! Ces hommes ont été soignés avec une abnégation sans limite par une poignée de jeunes médecins.
    Ce livre se nourrit des souvenirs de trois des acteurs de ce drame. Le Dr Thuriès, médecin de bataillon puis chirurgien d'antenne, a créé les installations médicales souterraines qui, au fil des combats, deviendront le mini-hôpital de Dien Bien Phu. Son rôle, au début de la bataille, est de pratiquer les soins de première urgence et de conditionner les blessés pour les transférer par avion vers l'hôpital Lanessan d'Hanoi, où ils sont pris en charge par le Dr Aulong, chirurgien confirmé. Après le déclenchement de l'attaque vietminh, quand les blessés peuvent encore être évacués par hélicoptère, le Dr Hantz les réceptionne à Muong Saï, au Laos, pour les conditionner et les envoyer au docteur Aulong.
    Lorsque les communications sont définitivement coupées et qu'aucun homme ne peut plus quitter Dien Bien Phu, il faut renforcer les moyens médicaux en déployant des antennes chirurgicales parachutistes dans le camp retranché. Le Dr Hantz saute alors dans la fournaise. Pendant près d'un mois, il opère sans discontinuer, avant de connaître la captivité et la marche de la mort vers les camps de prisonniers….
     
    Commentaire d’un lecteur le 7 janvier 2016
    Trois récits complémentaires, denses comme des vies qui luttent à mort, y compris avec la mort. La lutte incessante pour tenter de sauver des hommes, avec cette désespérance de ne pas gagner la partie, souvent. Lutte aussi contre le sommeil lorsque le corps est perclus de fatigue mais qu'il reste des blessés à opérer. L'un des médecins était à DBP comme chirurgien d'antenne, l'autre sauta à DBP au milieu de la bataille, le troisième était à Hanoï.
    Blu
    Blu

    Messages : 126
    Points : 11608
    Réputation : 5342
    Date d'inscription : 09/05/2020
    Age : 61
    Localisation : Provins

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum