Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 59 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 1 Invisible et 55 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    66-2B, Estrope, vent du sud

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 476 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HCUCCHI

    Nos membres ont posté un total de 5495 messages dans 1924 sujets

    Audition au Sénat du CEMA et du CEMAT novembre 2020

    Aller en bas

    Audition au Sénat du CEMA et du CEMAT novembre 2020 Empty Audition au Sénat du CEMA et du CEMAT novembre 2020

    Message par Blu le Mar 15 Déc - 17:50

    Extraits de quelques éléments de réponses et d’informations de cette audition.
     
    En PDF le texte complet de cette audition qui comportait également celle de la Ministre de la Défense. Ce document a été réalisé par l’ASAF.
     
    *****
     
    Réponses du général Lecointre à deux questions.
     
     
    Les drones utilisés par l’ennemi.
     
    Vous avez raison, monsieur Perrin, ce recours de plus en plus important aux drones est
    inquiétant et nous devons le prendre en compte. Au-delà de l'emploi de drones que l'on peut
    trouver dans le commerce avec l'emport d'explosifs ou de grenades, comme on a pu le voir sur
    certains théâtres d'opérations, nous constatons aujourd'hui l'emploi de technologies de plus en
    plus sophistiquées, accessibles aux groupes armés terroristes ou aux ennemis dits
    « asymétriques ».
    Par ailleurs, ces drones, qui ne sont pas si sophistiqués, constituent une menace importante.
    Cette situation nous pousse à investir dans la recherche et à développer l'innovation en matière
    de défense et de lutte anti-drones. Cette menace, qui peut évidemment s'exercer sur le territoire national, est prise très au sérieux par l'état-major des armées et par l'état-major de l'armée de l'air. Nous allons nous doter de meilleures capacités de détection, d'action et de neutralisation.
     
     
    La suggestion de faire encadrer des délinquants par des militaires.
     
    Madame Lopez, vous m'interrogez sur l'encadrement de délinquants par des militaires, comme l'a évoqué le Garde des sceaux. Je suis toujours très prudent sur ces questions. Mon premier souci est de préserver les capacités des armées, de préserver leurs ressources humaines et de préserver les investissements que la nation consent pour construire un outil de défense efficace.
    Les armées sont faites pour faire la guerre, non pour participer prioritairement à l'éducation de
    la jeunesse délinquante.
    Un certain nombre d'expérimentations ont déjà été menées depuis une trentaine d'années - je
    pense au dispositif « Jeunes en équipe de travail », lancé par l'amiral Brac de la Perrière. Il me
    semble que le rapport entre l'investissement demandé aux armées et les résultats obtenus ont
    été extrêmement décevants.
    Ce que les armées souhaitent faire, c'est essentiellement transmettre leur savoir-faire. Les
    armées ont une pratique singulière de la discipline, du commandement, de la capacité à créer
    de la cohésion dont les résultats sont généralement extrêmement satisfaisants. Pour autant, tout cela est orienté vers la mise en oeuvre de la force militaire et dans l'engagement au combat.
    Former de jeunes délinquants au combat pour ensuite les renvoyer dans la société civile me
    laisse très circonspect, tout comme la ministre des armées
     
     ******
     
     
    Présentation et réponse du général  Burkhard
     
    Equipement de l’Armée de Terre.
     
    Une armée de terre dissuasive est avant tout une armée de terre moderne et bien équipée. Dans
    le cadre du programme Scorpion, 92 véhicules Griffon ont été livrés en 2019. 128 livraisons
    sont prévues en 2020 et 119 en 2021, pour une cible finale s'élevant à 1 872 Griffon en 2033.
    La modernisation est lancée, mais ne fait que commencer. À ce jour, quatre régiments ont
    réceptionné une vingtaine de véhicules chacun. Ils s'approprient techniquement et tactiquement
    ce moyen. A terme, un régiment Griffon sera armé de quatre compagnies de combat, chacune
    disposant de vingt véhicules. Nous en avions reçu 143 au 30 septembre. La DGA, Nexter,
    Thales et Arquus font leur maximum pour assurer que la cible sera atteinte. Tout retard se paie
    en capacité opérationnelle pour l'armée de terre. L'objectif de projection d'un GTIA Scorpion
    sur un théâtre en opération n'est pas remis en cause. Comprenez bien qu'après avoir projeté une unité, il faut être capable de la relever et donc de s'inscrire dans la durée. Je dois y être très
    vigilant. Mais Scorpion repose avant tout sur l'infovalorisation à partir du logiciel SICS. Le
    poste radio Contact permettra ainsi d'augmenter considérablement les échanges de données et
    de fluidifier les combats.
    Toutefois, la modernisation ne se limite donc pas uniquement aux gros objets et aux grands
    programmes. La performance et la protection du soldat dépendent de ses équipements. Les
    livraisons de gilets pare-balles se poursuivront en 2021. Ils sont attribués individuellement,
    c'est-à-dire que chaque soldat l'ajuste à sa taille, l'équipe à sa guise et s'entraîne tous les jours
    avec, ce qui n'était pas le cas avant où les gilets étaient perçus uniquement pour partir en
    opération. S'y ajoutent par exemple les livraisons de jumelles de vision nocturne O-NYX,
    donnant un avantage très net pour conduire des opérations dans les conditions de nuit les plus
    défavorables. Le segment drone poursuit lui aussi sa montée en puissance. Une trentaine de
    Systèmes de mini drones (SMDR) devrait être livrée en 2021. Ce système remplacera le DRAC,
    qui ne peut plus fonctionner sur le terrain. Nous passerons ainsi d'une portée de 10 à 30
    kilomètres et d'une autonomie d'une heure à deux heures trente.
     
     
    Niveau d’entrainement des unités aéroportées.
     
    M. Folliot, je ne vous dirais pas que le niveau d'entraînement dans le domaine des opérations aéroportées est suffisant, vous connaissez bien la situation. Aujourd'hui, le nombre de sauts estinsuffisant. Nous ne sommes toutefois pas encore dans la zone rouge. Lorsque nous détenons une expertise, une sorte d'inertie nous permet de maintenir la capacité. Cette situation ne peut néanmoins pas durer trop longtemps. 
    Aujourd'hui, nous payons le trou que nous n'avons pasréussi à combler entre la fin du C160 Transall et l'arrivée de l'A400M pour remplir ces missions.
    La capacité à entraîner nos troupes aéroportées est insuffisante. Nous devons impérativement
    inverser cette tendance. Je m'interroge donc sur les nombreuses difficultés rencontrées pour
    trouver une solution à prix compétitif. Par exemple, nous n'arrivons toujours pas à passer un
    contrat pour disposer d'un avion permettant de faire sauter nos parachutistes. Ce sujet ne
    concerne pas que l'armée de terre mais illustre la raison pour laquelle j'estime que notre système est devenu aujourd'hui trop compliqué. J'ai tout de même bon espoir que nous arriverons à débloquer cette situation.
    Un nombre de sauts doit être atteint, mais il ne permet pas tout. Nous pouvons parfaitement
    faire sauter les parachutistes six ou sept fois par an. Si ces sauts sont tous réalisés de jour, non
    équipés, sur une zone de saut reconnue et sans procédures imprévues, ces entraînements ne
    permettront pas d'acquérir l'expertise et la maîtrise nécessaires.
    Concernant le domaine SOTGH, le saut à ouverture à très grande hauteur, un système de
    contractualisation est déjà en place. Les volumes sont moins importants. Je suis donc moins
    inquiet dans ce domaine.

    *****************
     
    On pourra également lire les articles qui commentent cette audition.
    Ainsi opex360 :


    L'activité opérationnelle des forces françaises se trouve dans une situation "préoccupante", déplore le Sénat | Zone Militaire (opex360.com)
    Fichiers joints
    Audition au Sénat du CEMA et du CEMAT novembre 2020 Attachment
    20-11-30_auditions-loi-de-projet-2021-senat-et-assemblee-nationale.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(1.4 Mo) Téléchargé 50 fois
    Blu
    Blu

    Messages : 124
    Points : 11474
    Réputation : 5291
    Date d'inscription : 09/05/2020
    Age : 61
    Localisation : Provins

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum