Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 39 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 86 le Mar 5 Nov - 17:22

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

    Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG

    J'espère quand même que briselance ne va pas tarder à revenir...

    Des appellations inhabituelles sont apparues, cela m’a donné l’idée d’en savoir plus.


    18ème RAP ce n’est pas un régiment d’artillerie de Position qui seront créés plus tard (Ligne Maginot en particulier voir ci-dessous) mais plutôt un régiment d’Artillerie à Pied.

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Rap_po10

    Vous avez dit à pied ?
    Pour en savoir plus, je suis allé sur wikipédia.
    Régiments d'artillerie à pied (R.A.P)
    Les régiments d’artillerie à pied sont les actuels régiments d’artillerie, nommés ainsi durant les guerres de la Révolution et de l’Empire.

    Régiments existants sous le premier empire


    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Art10

    Colonel et chef de bataillon d'artillerie (Carle Vernet, La Grande Armée de 1812).
    Dans l'artillerie de l'armée napoléonienne, on distingue trois types d'unité : la compagnie d'artillerie à pied, la compagnie d'artillerie à cheval et la compagnie du train. Certains auteurs utilisent l'appellation batterie plutôt que compagnie. Les compagnies d'artillerie à pied ou à cheval assurent la mise en œuvre des pièces (la mise en place des pièces, leur préparation pour le tir et le tir en lui-même) tandis que les compagnies du train sont chargées de leur transport.
    • Les compagnies d'artillerie à pied ont un effectif de 120 hommes (4 officiers, 10 sous-officiers et 106 hommes de troupe) et n'ont aucun cheval. La compagnie à pied met en œuvre 6 canons et 2 obusiers.
    • Les compagnies d'artillerie à cheval ont un effectif de 100 hommes (4 officiers, 10 sous-officiers et 80 hommes de troupe). Chaque homme dispose d'un cheval de selle. La compagnie à cheval met en œuvre 4 canons et 2 obusiers.
    • Les compagnies du train ont un effectif théorique de 141 hommes (1 officier, 14 sous-officiers, 126 hommes de troupe). Elles disposent de 20 chevaux de selle et de 230 chevaux de trait. Cette organisation a pour but de ne pas laisser les chevaux de trait trop près des pièces lors de la bataille.
    Les pièces d'artillerie comprennent des canons dont le calibre peut être de 4, 6, 8 ou 12 livres et des obusiers de 5 ou 6 pouces. L'attelage d'un canon ou d'un obusier est de 4 chevaux de trait sauf pour le canon de 12 livres qui en requiert 6. Les caissons à munitions sont tirés par 4 chevaux. Généralement, 3 caissons à munitions sont prévus par pièce.
    La Garde impériale disposait elle aussi d'une puissante réserve d'artillerie.

    Rien que pour le plaisir, une image..

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Napole10

    ***********

    le 9e BCP est un bataillon de chasseurs à pied.
    On pourra lire son histoire sur un document :

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 9bcp10

    Figurant sur le site http://tableaudhonneur.free.fr/9eBCP.pdf

    Avant la déclaration de guerre, le 9e bataillon de chasseurs à pied occupait les casernements de Longuyon (E.-M. et 4 compagnies) et de Longwy (2 compagnies)

    **************


    9e GMR
    groupe mobile de Remonte
    Toute une étude concernant ces unités de remonte sur le forum suivant :
    https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?f=37&t=53622&start=30

    « En ce qui concerne ma recherche, elle se centre sur la Remonte Mobile qui marche, en principe avec une fraction du convoi.
    Je conçois les Dépôts de Remonte comme des haras militaires.
    Avec la mobilisation, sont constitués des Dépôts de Remonte Mobile ( DRM)
    Ces DRM sont rattachés administrativement aux Escadron du Train des Equipages Militaires ( ETEM ).
    Début 1917, Ces DRM sont dissous et réorganisés en Groupe Mobile de Remonte (GMR).
    Quelques mois plus tard, ils sont à nouveau dissous et réorganisés en GMR unité administrative autonome.
    Il y a quelques JMO en ligne concernant les DRM et GMR. Et c'est ainsi que j'ai pu recueillir ces informations sur l'évolution de la Remonte (que je n'ai jamais lues ailleurs). «


    **************


    Pour finir, une histoire glanée au hasard de ces recherches sur les GMR.

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Cyclis10

    (Une carte postale des cyclistes... C'est bientôt le Tour de France...)

    Une histoire concernaznt les GCC, les groupements de chasseurs cyclistes. Cela n’a rien à voir avec le 35ème RAP mais je vous la propose. C’est sur le site : https://www.centcols.org/wp-content/uploads/2016/05/Troupes-cyclistes-pendant-le-guerre-14.pdf
    On y trouvera beaucoup de détails sur ces unités de cyclistes…

    Extrait :

    « Récit d’un témoin anonyme : « Il est midi. Une patrouille malheureuse dans sa mission, car elle devait y périr, nous a cependant révélé l’existence d’un nid de mitrailleuse à 80 mètres de nos positions. A 5 mètres du boche, qui l’a laissé approcher, elle est impitoyablement fauchée à bout portant. Les trois « cyclos » qui la composent son frappés, chacun, de plusieurs balles. Redoutant de nouvelles rafales (le coup de grâce), chacun fait le mort. Pourtant la souffrance l’emportant, ils geignent. Nous sommes angoissés, impuissants à les secourir… Ce serait du reste folie que de vouloir s’y risquer, même sous le couvert d’une croix rouge, dont ne nous disposons d’ailleurs pas. C’est alors que le caporal Richard, sans un mot, sans avoir consulté qui que ce soit, se déséquipe, debout sur la tranchée. A notre stupéfaction, Richard s’en va, tranquille, les mains dans les poches, vers nos blessés. Sans un instant d’hésitation, arrivé à 5 mètres des boches, il charge sur ses épaules le premier d’entre eux, le ramène dans nos lignes et repart. Avec la même audace il rapatrie le second. Avec le même calme, la même sérénité, il ramène Naze, le dernier. Les boches médusés, admiratifs tout de même, l’ont laissé faire jusque là. Hélas, à peine Richard a-t-il atteint le parapet de la tranchée, portant Naze sur ses épaules que, sans doute sous l’ordre d’un quelconque feldwebel, le tac-à-tac-tac-à-tac les couche tous les deux. Naze, mortellement atteint, cette fois, expire quelques minutes plus tard. Richard, seulement égratigné, reprend sa place dans son gourbi, sans un mot, sans un geste… Sa première préoccupation et de re-bourrer sa pipe… Cet acte de courage « cyclo », ne fut, à l’époque, même pas jugé suffisant pour l’attribution d’une citation… Il en fallait alors faire davantage… »
    En revenant, j’assiste par hasard à l’exécution d’un chasseur cycliste qui a quitté son poste, devant l’ennemi. Il meurt bravement. Il retire sa veste et dit : « Mes chers camarades, visez à la poitrine, pas à la tête. » Il ne veut pas de bandeau et crie : « Vive la France ! Vive l’Alsace ! » Il rachète son crime par une belle mort. Défilé des troupes devant le cadavre. Prière des soldats avec l’aumônier. »
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 421
    Points : 3094
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance/LANG

    De la part de Briselance voici la suite de son JMO du 35ème RAC

    Journal du 1er groupe
    2 juillet 1919 " Le chef d'escadron Dressler part en permission.
                         Le lieutenant Drouot commande le groupe."
    8 juillet 1919 " Le groupe se déplace pour aller cantonner à Marville, St Jean, Petit-Failly."
    10 juillet 1919 " La 2e Bie va cantonner à Chauvency-le-Château, pour prendre en subsistance,
                         le personnel et les chevaux du GPA/16."
    11 juillet 1919 " Le s/lt Desratour rentre du cours de Mailly."


     Journal de la 2e batterie
    1, 2, 3, 4 et 5 juillet 1919 " Même cantonnement. La bie reprend ses instructions aux spécialités
                        (pointeurs, téléphonistes, etc .. et ses manoeuvres de Bie attelée)."
    6, 7 juillet 1919 " Même cantonnement. Même programme d'instruction."
    8 juillet 1919 " La batterie quitte Ville-au-Montois pour aller cantonner à Marville.
                         Le lieutenant part en mission (porte-étendard pour les fêtes du 14 juillet à Paris,
                         et 19 juillet à Lourdes).
                         Le s/lt Thiret prend le cdt de la batterie."
    10 juillet 1919 " La batterie quitte Marville pour cantonner à Chauvency-le-Château."


     Journal de la 5e batterie
    10 juillet 1919 " Renfort venant du 21e RAC; 9 hommes."
    14 juillet 1919 " Le 2e groupe est passé en revue à Montmédy, par le général Pichot, cdt la D.I."


      Journal de la 6e batterie
    1 juillet 1919 " Le mdl Méroues est classé au dépôt du 35e RAC, en date du 23 juin."
    2 au 9 juillet 1919 " RDN."
    10 juillet 1919 " La batterie reçoit un renfort de 12 hommes venant du 21e RAC."
    12 juillet 1919 " Répétition pour la revue du 14 juillet à Montmédy. Le cdt de groupe et cdts des batteries."
    14 juillet 1919 " Défilé à Montmédy (4 canons , 4 caissons).
                           Rendu sur le terrain à 8 heures 30, défilé à 9 heures.
                           Après-midi, fête sportive."
    Anonymous
    briselance/LANG
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG

    Il ne reste plus beaucoup de pages dans ce JMO; profitons des dernières sans modération et saluons le travail considérable de Briselance... depuis 2014 !.

    «       Le lieutenant part en mission (porte-étendard pour les fêtes du 14 juillet à Paris,
                         et 19 juillet à Lourdes)
    »


    Il a de la chance d’aller dans cette charmante ville de Lourdes…

    Lourdes en 1919
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Carte-14


    « …10 juillet 1919 " Renfort venant du 21e RAC; 9 hommes."

    Peut-être un de ceux-ci en fait-il partie ?

    21ème RAC (Origine : chtimiste.com)

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Regime12


    « … juillet 1919 " Répétition pour la revue du 14 juillet à Montmédy »

    En tout cas Montmédy aura bien changé

    Montmédy sous la botte prussienne…
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Large10

    Montmédy et les américains…
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme13

    Montmédy décembre 1918 Prise d’armes.
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme14

    Mais peut-être se sont-ils entrainés dans la grande rue…

    Montmédy La Grande rue
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme15



    « …14 juillet 1919 " Défilé à Montmédy (4 canons , 4 caissons).
                           Rendu sur le terrain à 8 heures 30, défilé à 9 heures.
                           Après-midi, fête sportive."


    Ils auraient certainement rêvé de défiler à Paris…

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Arton210

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Foch10

    Mais rien ne vaut un petit film sur ce grand jour …

    Défilé à paris 14 juillet 1919




    Et un article du Figaro concernant le 14 juillet 1919 avec le texte de l’époque, voir ci-après : Extrait de l’article écrit le 15 juillet 1919

    …D'abord viennent les mutilés, marchant et trébuchant dans leur gloire, et dont les bras et les jambes sont restés là-bas, un peu partout, en Alsace, en Champagne, en Lorraine, dans les Flandres. Ils n'ont pas d'uniformes. Leur uniforme, c'est de ne pas être complets. Et il y a parmi eux des femmes. Et il y a parmi eux un enfant. Et c'est à la fois le défilé de nos héroïsmes - et de leurs crimes.
    Les maréchaux ont voulu ne venir qu'ensuite. Les voici: Joffre et Foch fiers simples et modestes, rayonnants aussi, non point de leur victoire, mais de celle de leurs hommes. Ils semblent réunir à eux deux toutes les vertus de la race l'énergie, le clair bon sens, l'initiative, la volonté de tout sacrifier de leurs soldats à la patrie - et d'eux-mêmes à leurs soldats. Ils marchent côte à côte, le père et le grand-père. Il y a là celui qui a dit, bien qu'attaqué de toutes parts et débordé sur son flanc: «Situation excellente. J'attaque.» Il y a là celui qui a dit au lendemain de la victoire qui sauva Paris: «N'illuminez pas, nous avons trop de morts». Il y a là les deux hommes qui ont sauvé la France….


    Texte complet sur :
    http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2015/07/13/26010-20150713ARTFIG00220-le-defile-du-14-juillet-1919-le-sacre-de-la-victoire.php

    Il ne reste plus qu'à attendre et regarder notre défilé du 14 juillet 2019...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 421
    Points : 3094
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance

    .... après un bon défilé, le 35ème RAC est toujours là...

    Journal de la 2e batterie
    12 au 19 juillet 1919 " Même cantonnement. Les démobilisations et les nombreuses corvées
                                    empêchent toutes instructions."
    20 au 24 juillet 1919 " Même cantonnement. La batterie prend en subsistance,le personnel et
                                   les chevaux du GPA16."
    24 juillet 1919 " Le lieutenant rentre de permission et reprend le ct de la batterie."
    29 juillet 1919 " Le lieutenant repart en permission exceptionnelle, le s/lt Verger prend le
                          ct de la batterie."

     Journal de la 6e batterie
    18 juillet 1919 " Le s/lt Malval rentre de permission."
    20 juillet 1919 " Le s/lt Maigre, de la 5e Bie, est détaché à la batterie."
    22 juillet 1919 " Le s/lt Malval est classé à la 5e Bie, est rayé des contrôles de la batterie,
                           le même jour ."
    23 juillet 1919 " Le s/lt Maigre cesse d'être en subsistance à la batterie."
    25 juillet 1919 " 5 chevaux galeux sont dirigés sur Sedan."
    30 juillet 1919 " 4 canonniers des classes 18 et 19 sont dirigés sur le dépôt de Vannes."
    31 juillet 1919 " 6 chevaux sont remis au GMR19."
    Anonymous
    briselance
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG

    Un clin d'oeil à Briselance et nous revoila au 35ème RAC !

    "Les démobilisations et les nombreuses corvées
                                    empêchent toutes instructions."


    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 6-avri10
    Ce fut une période disons « délicate »…
    On pourra se faire une idée en lisant l’article : Protestation combattante et démobilisation militaire sur le site :

    https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2011-3-page-35.htm#

    En voici un extrait :

    …Les premiers jours qui ont suivi le 11 novembre ont suscité une grande euphorie. Le sentiment patriotique s’intensifie au point de susciter un discours justificatif des quatre années de combats. Les rapports du contrôle postal allant de l’Armistice jusqu’à fin février 1919 révèlent pourtant une gamme d’émotions parfois contradictoires. La joie de la victoire constitue un élément central dans la correspondance des soldats, surtout pendant les deux mois qui suivent la signature de l’armistice. Rappelons que lors des différents moments de la guerre, la victoire avait constitué une composante fondamentale du moral combattant. Le fait que les soldats fussent convaincus qu’il existait une issue – une issue par la victoire – les avait poussé à accomplir leur devoir avec résolution. Cet acharnement à combattre coûte que coûte poussa au consentement des sacrifices exigés  ou au moins leur justification. Ce discours reste très présent après l’Armistice : la victoire rend les sacrifices plus justifiés encore dès lors que la victoire est devenue la récompense pour tant de morts tombés pour la Patrie. Un rapport de la fin décembre 1918 indique que « les sacrifices consentis pendant l’horrible guerre n’ont pas été vains ; les “poilus” sont fiers du résultat et espèrent fermement qu’avec le châtiment de l’Allemagne on obtiendra une paix solidement établie .
    Or, parallèlement à ces sentiments de satisfactions et de joie s’affirme une protestation combattante postérieure à la guerre, dont les causes sont à rechercher dans les épreuves imposées aux soldats par le retour de la routine de caserne. Ces contestations qu’on retrouve à partir du novembre 1918 constituent ainsi un outil nouveau permettant de pénétrer dans le quotidien de l’encasernement, caractérisé par une longue attente de la démobilisation, par une série d’épreuves corporelles et par la réimposition d’une discipline rigide. Dans les lettres des futurs démobilisés, on ressent une profonde frustration face à cette expérience inattendue, comme le raconte ce soldat de la 162e D.I. à sa femme :
    « Je t’avouerai franchement que j’avais une toute autre idée de ce qu’était une victoire, arcs de triomphe, discours, etc., etc., etc., tout cela est bien beau que l’on fasse des fêtes tant que l’on voudra mais qu’on pense davantage aux poilus depuis l’armistice nous ne faisons que marcher on nous exibe (sic) par tout comme une curiosité des journaux sont pleins d’articles en notre honneur, on célèbre partout les mérites du soldat français le premier soldat du monde, le champion de la liberté, etc., et réellement tout ce que l’on fait de lui et comme ses chefs le traitent : le lendemain de l’armistice “on n’a pas attendu” un jour de plus on nous a prévenu que la discipline allait reprendre comme en temps de paix et que si nous ne nous y plions pas nous serions fichus dedans […].
    Voilà petite amie ce qu’est une victoire pour le poilu... 

        (lettre saisie par l’armée, rapport du 27….) »

    C’est uniquement vers la fin janvier 1919 que les rapports de contrôle postal décèlent une satisfaction liée au rythme pris par la démobilisation : « La démobilisation s’accélère ici assez vite et je suis heureux que bientôt se (sic.) sera mon tour [ », écrit un soldat à sa femme. Un autre du 58e R.I. le montre plus content encore : « La démobilisation semble marcher assez rapidement, plus rapidement même qu’on ne l’aurait cru tout d’abord, puisque Clemenceau a déclaré que tous les hommes jusqu’à la classe 1906 seraient chez eux au 31 mars. On nous lâchera certainement plus tôt que je ne le croyais … »
    En février, peu à peu, les plaintes sur la lenteur de la démobilisation disparaissent. Nombreux sont ceux qui expriment leur satisfaction à l’approche de leur proche libération…

    ( Google ou Facebook n’existaient pas mais pour connaitre l’avis des gens il y avait « Le contrôle Postal !!! » )


    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 02_spa10
    visite médicale d’un démobilisé


    Remarque : cette période « délicate » verra également l’éclatement de mutineries de marins français dans la mer Noire. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_la_mer_Noire )

    ******


    "5 chevaux galeux sont dirigés sur Sedan"

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Gale11
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 421
    Points : 3094
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance

    Beaucoup de préparatifs…

    Journal de la 22ème D.I

    2 août 1919 " L'E.M de la D.I se déplace à Charleville, l'E.M de l'AD/22 demeure toujours
                       à Montmédy."
    8 août 1919 " Réception de l'ordre particulier n°203, donnant les détails sur l'exécution des
                       transports de déconcentration des AD/21, AD/22, et AC/11.
                       Pour l'AD/22, la date du premier jour d'embarquement est le 10 août 1919, et
                       la déconcentration s'effectue à raison de 1 train par jour, en commençant par
                       les 2 groupes du 35e RAC.
    10 août 1919 " Le tableau des transports de déconcentration prévoit l'embarquement du PAD/22
                       à Spincourt, comme les autres unités de l'AD/22.
                       Afin de faciliter son acheminement à cette gare, le colonel Ollivier, de l'AD/22,
                       destine au PAD/22 les cantonnements de Marville, allant devenir disponibles par
                       le départ des 1ère et 3e batteries.
                       Le PAD fera étape le 14 août.
    13 août 1919 " Le détachement du 28e RAC, à diriger sur Sarrebourg, s'embarquera à Longuyon,
                       et partira de cette gare le 15 août à 7h30.
                       Le colonel Ollivier, désigné par décret du 1er août, pour un autre poste, quitte le
                       commandement de l'AD/22 à la date du 13 août 1919.
                       Le commandement de l'AD/22 sera exercé, provisoirement, par le commandant
                       Dressler.


    Journal de la 2e batterie
    2 août 1919 " Le lieutenant rentre de permission et reprend le cdt de la batterie"
    3 au 9 août 1919 " Même cantonnement."
    9 août 1919 " La Bie verse 28 chevaux aux cultivateurs de Chauvency.
                       La Bie reçoit l'ordre d'embarquement qui doit avoir lieu à Spincourt,
                       le 14 à 12 heures."
    9 au 13 août 1919 " Préparation au départ."
    12 août 1919 " Versement au dépôt de Pouru St Rémy, de 17 chevaux, et 9 chevaux aux
                        cultivateurs de Chauvency le Château."

      Journal de la 6e batterie
    1 août 1919 " 1 brig et 2 canonniers classés à l'E.M II/35."
    3 août 1919 " Le s/lieutenant de Fabry part en permission de 20 jours."
    4 août 1919 " Le s/lieutenant Reby cesse d'être en subsistance à la 4e Bie."
    5 août 1919 " Le s/lieutenant Reby prend le cdt provisoire de la Bie, le lieutenant Richard
                       prenant le cdt du II/35."
    6 août 1919 " 1 sous-officier et 6 hommes arrivent en renfort, venant du 6/234e RAC,
                       classés à la batterie."
    7 août 1919 " 7 canonniers des classes 18 et 19 sont classés à l'AD/77."
    8 août 1919 " La Bie verse ses munitions à la citadelle de Montmédy."
    12 août 1919 " 6 chevaux sont versés à Pouru St Remy, 16 chevaux laissés aux cultivateurs
                       de Han les Juvigny. 18 chevaux laissés...?"
                       Ordre de mouvement pour l'embarquement à destination de Vannes.
                       La batterie doit embarquer à partir de 12 heures, à la gare de Spincourt (Meuse)."
    Anonymous
    briselance
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG

    Qu’il est loin le chemin…

    8 août 1919 " Réception de l'ordre particulier n°203, donnant les détails sur l'exécution des
                      transports de déconcentration des AD/21, AD/22, et AC/11.
                      Pour l'AD/22, la date du premier jour d'embarquement est le 10 août 1919, et
                      la déconcentration s'effectue à raison de 1 train par jour, en commençant par
                      les 2 groupes du 35e RAC. « ...

    13 août 1919 " Le détachement du 28e RAC, à diriger sur Sarrebourg, s'embarquera à Longuyon,
                      et partira de cette gare le 15 août à 7h30...

    La Bie reçoit l'ordre d'embarquement qui doit avoir lieu à Spincourt,
                      le 14 à 12 heures."...

    Ordre de mouvement pour l'embarquement à destination de Vannes.
                      La batterie doit embarquer à partir de 12 heures, à la gare de Spincourt (Meuse)."...


    ***************


    Le temps passe… Mais on est toujours en août...

    Il y a "peu", Briselance nous écrivait :



    « Le chef de corps est le Colonel Ely et son adjoint le lieutenant-colonel Juge et comporte 9 batteries de 4 canons le fameux 75 de 1897 et leurs chevaux.

    Après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France en date du 3 août 1914, le régiment stationné à Vannes se prépare ainsi que les autres régiments affectés à la 22ème Division d' Infanterie et qui font partie du 11 ème Corps d'Armée.

    Les 8 et 9 août 1914 c'est l'embarquement dans les trains en gare de Vannes, à destination des frontières du Nord Est.

    L'itinéraire est le suivant : Vannes - Redon - Nantes - Angers - Le Mans - Rambouillet - Juvisy - Meaux - Le Fère en Tardenois - Reims et l'arrivée en Argonne à Autry et Grand Pré (sud Ardennes)

    Le 9 août, débarquement des 1er Groupes et cantonnements à Autry, Ternes et Grand Pré (sud Ardennes)

    Le 10 août, débarquement des autres Groupes à Autry et cantonnements à Boult aux Bois et Olizy.
    Tous ces cantonnements se situent à l'Est et Sud Est de Vouziers, près de la Forêt de La Croix aux Bois.


    Je précise mes sources ; ce sont des Journaux de Marche et Opérations que l'on peut voir sur Mémoire des hommes .

    Le 11 août, le 11ème Corps se rapproche de la Meuse en 2 colonnes ; à gauche la 21ème Division et à droite la 22ème. (Ils sont au sud de Sedan et pas loin de Bazeilles 1870 mauvais souvenir, mais y pensent ils , ce n'est pas noté).
    Les cantonnements se font à Oches et St Pierremont et le QG un peu plus bas, à La Croix aux Bois.
    La 6ème batterie qui a cantonné à Olizy,rejoint le 2 ème Groupe à Oches.

    Les 12 et 13 Août   Pas de mouvement mais manoeuvres et promenade des chevaux .
                             Un avion vient survoler, un biplan avec une croix noire (on y trouve le dessin de la croix)… »

    C'était le début du parcours de ce 35ème RAC... Tout avait commencé par une "promenade des chevaux"...
    Il est temps pour lui de rentrer...


    **************************



    Oui, le temps passe...
    Et pendant ce temps là, Vannes a bien changé…


    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Vannes10
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 421
    Points : 3094
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13

    Encore une fois, grand merci, Lang, d'avoir posté la suite, à ma demande, étant  
    "privé" d'ordinateur.

    Mais il nous restera une seule intervention, le 35e Régiment d'Artillerie de Campagne,
    sera bientôt de retour à son Quartier de Vannes, d'où il était parti en début août 1914.
    Mais, nous savons que certains de ses canonniers étaient déjà rentrés.

    Et vous savez tous que ce régiment est toujours opérationnel, simplement en ayant
    "remplacé" le C par un P

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3471
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13

    Journal de la 2e batterie
    13 août 1919 " A 23h30, départ de la batterie, pour Spincourt."
    14 août 1919 " La Bie arrive à Spincourt à 7h30, pour le bivouac, à 900m nord de Spincourt
                        A 16h, le train arrive en gare, reconnaissance et embarquement.
                        A 17h, l'embarquement est terminé. Départ de Spincourt à 17h30.
                        Arrivée à Conflans en Jarnesy à 19h50. Pas de machine, nous attendons
                        jusqu'à 2 heures du matin."
    15 août 1919 " Départ de Conflans en Jarnesy à 2h30, pour Verdun, Vitry le François,
                        Sézanne. Arrêt de 2 heures, à 14h30 nous repartons.
                        A Marles*, halte repas 16h30. Nous repartons à 17h15.
                        A 1 km, avant l'arrivée en gare de Verneuil l'Etang, notre train est tamponné
                        par un train militaire (233eRAC), dégâts matériels, 3 wagons culbutés et
                        brisés.
                        Avec beaucoup de peine, nous arrivons à Juvisy* à 23h40.
                        (le personnel mécanicien ne voulant plus marcher, et à toutes les gares
                         menacent de laisser le train)."

                         * Marles en Brie , Juvisy sur Orge.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3471
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13

    Journal de la 5e batterie
    13 août 1919 " Départ de Han les Juvigny à 4h. Itinéraire; Jametz, Merles, Villers les
                        Mangiennes, Vaudoncourt, Spincourt.
                        Bivouac au nord de Spincourt."
    14 août 1919" Embarquement en gare de Spincourt à 12h. Départ 14h.
                       Halte repas à Sommeilles - Nettancourt à 23h."
    15 août 1919 " Arrêt à Vitry le François de 5h à 14h
                        Halte repas à Marles, à 23h."

      NB; On peut remarquer que les unités du régiment ne partent pas toutes ensemble.
            Les convois ferroviaires ne pouvant pas être trop longs, il fallait bien répartir les
            hommes, les chevaux restant (après don aux cultivateurs), et caissons et canons.
            On embarquait également du ravitaillement, n'étant pas sûr de trouver le nécessaire
            en route. Cette fois la guerre est bien finie, le 35e RAC retourne en Bretagne.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3471
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13

    Journal de la 2e batterie
    16 août 1919 " A 1h1/2, départ de Juvisy pour Versailles."
                        Arrivée à Versailles à 3h, changement de réseau et de personnel.
                        Départ à 3h10 pour Chartres. Arrivée à 6h. Pas de halte repas.
                        Départ de Chartres à 6h15, arrivée à Brou à 9h40.
                        (arrêt de 2h à Château du Loir pour laisser passer les express).
                        Départ de Château du Loir 11h50, pour Saumur.
                        Arrivée à Saumur à 15h30 (halte repas) Départ à 16h30 pour Angers,
                        Ancenis, Nantes. Arrivée à Nantes à 22h40.
                        Arrivée à Redon à 1h30."
    17 août 1919 " Départ à 1h40, arrivée à Vannes à 3h30.
                        Débarquement terminé à 6h15. La Bie rentre au quartier à 6h45.
                        Installation des hommes et des chevaux."
    18 août 1919 " Nettoyage du cantonnement."
    19 août 1919 " Même emploi du temps."
    20 août 1919 " Même emploi du temps."

                        FIN

      Journal de la 5e batterie
    16 août 1919 " Halte repas à Saumur à 20h."
    17 août 1919 " Halte repas à Redon à 8h. Arrivée à Vannes à 8h.
                        Débarquement. Retour au quartier.
    20 août 1919 " Arrêté par nous, lieutenant Primnister, commandant la batterie,
                             en date du 20 août 1919.

                 Vu, le chef d'escadron Fischer cdt le II/35

                signé et tampon du 2e groupe du 35e régiment d'artillerie de campagne.

       Quartier Foucher de Careil à Vannes.
       La 4e batterie avait embarqué le 10 août 1919 à Spincourt, elle est arrivée
       à Vannes le 13.

      Voilà, s'en est fini avec ces JMO du 35 RAC, 5 ans de recherches et d'écrits.
      Mais un véritable plaisir de relater toute cette petite histoire d'un régiment,
      dans la Grande Guerre.

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3471
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty c'était il ya 100 ans au jour le jour ( ou à peu près )

    Message par salliere herve

    Merci Briselance 13 pour cet énorme travail ( 5 ans de recherches et d'écrits ) , ce fut un plaisir de suivre l'histoire du 35 RAC .
    amicalement .
    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 51
    Points : 2117
    Réputation : 59
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 68
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG

    Bonsoir Briselance,
    Non, ce soir je ne rajouterai pas de complément.
    Mais je dirai simplement merci.
    Merci Briselance pour ce travail admirable et tous ces efforts pour faire vivre ce 35ème RAC au milieu de la tempête que fut cette première guerre mondiale.
    Merci Briselance de m’avoir donné l’occasion d’accompagner ces bretons avec leurs chevaux…

    C'est triste Venise...


    Les sanglots longs
    Des violons
    De l’automne
    Blessent mon coeur
    D’une langueur
    Monotone.
    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l’heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure
    Et je m’en vais
    Au vent mauvais
    Qui m’emporte
    Deçà, delà,
    Pareil à la
    Feuille morte.

    Paul Verlaine, Poèmes saturniens

    Bonsoir Briselance et... à bientôt quand même !
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 421
    Points : 3094
    Réputation : 619
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance13

    Merci "les copains" pour ces remerciements (humour).

    Je suis obligé d'écrire au nom d'une autre personne, le véritable "auteur" de ce travail, qui
    aime passionnément son ancien régiment, mais aussi porte un immense respect à notre armée actuelle (elle en a besoin).

    Toutes ces recherches n'ont jamais été une corvée, cela nous a enrichi, nous a fait connaître d'autres personnes passionnées et respectueuses de nos Anciens.

    Merci Hervé d'avoir suivi, quant à toi, Roger, tu sais déjà depuis longtemps ce que je pense
    de "tes compléments" qui ont été à la hauteur du sujet. Merci.

    Et il y a ceux qui ont suivi et sont restés cachés ( en embuscade?).
    Arcim, Junker, et autres, et aussi à Jean-Luc qui a accepté ce sujet non parachutiste.

    Mais je continue à suivre, puisque le 35e Régiment d'Artillerie est parachutiste depuis 1947.
    L'année de naissance de Bernard Béghin .

    _________________
    "Parce qu'un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir..."- Maréchal Foch
    briselance13
    briselance13
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 638
    Points : 3471
    Réputation : 94
    Date d'inscription : 14/05/2018
    Age : 25
    Localisation : Avignon

    Revenir en haut Aller en bas

    Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum