Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ce jour-là : 22 juillet 1834
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeHier à 9:11 par Invité

» En Avant ! (10)
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeSam 20 Juil - 19:09 par LANG

» Ce jour là : 20 juillet 1944
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeSam 20 Juil - 10:11 par LANG

» ASAF "14 juillet : Examen de conscience"
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeVen 19 Juil - 19:08 par Invité

» PHOTO : boire ou conduire ?
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeVen 19 Juil - 18:50 par Invité

» Ce jour là : 19 juillet 1870
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeVen 19 Juil - 14:16 par Invité

» Trois militaires français ont accidentellement péri en Guyane
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeJeu 18 Juil - 10:02 par Invité

» Canal de Suez juillet 1956
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeJeu 18 Juil - 9:21 par LANG

» En Avant ! (9)
C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Icon_minitimeMer 17 Juil - 14:19 par LANG

Juillet 2019

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mai - 10:19

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

    Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG le Dim 23 Juin - 21:29

    J'espère quand même que briselance ne va pas tarder à revenir...

    Des appellations inhabituelles sont apparues, cela m’a donné l’idée d’en savoir plus.


    18ème RAP ce n’est pas un régiment d’artillerie de Position qui seront créés plus tard (Ligne Maginot en particulier voir ci-dessous) mais plutôt un régiment d’Artillerie à Pied.

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Rap_po10

    Vous avez dit à pied ?
    Pour en savoir plus, je suis allé sur wikipédia.
    Régiments d'artillerie à pied (R.A.P)
    Les régiments d’artillerie à pied sont les actuels régiments d’artillerie, nommés ainsi durant les guerres de la Révolution et de l’Empire.

    Régiments existants sous le premier empire


    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Art10

    Colonel et chef de bataillon d'artillerie (Carle Vernet, La Grande Armée de 1812).
    Dans l'artillerie de l'armée napoléonienne, on distingue trois types d'unité : la compagnie d'artillerie à pied, la compagnie d'artillerie à cheval et la compagnie du train. Certains auteurs utilisent l'appellation batterie plutôt que compagnie. Les compagnies d'artillerie à pied ou à cheval assurent la mise en œuvre des pièces (la mise en place des pièces, leur préparation pour le tir et le tir en lui-même) tandis que les compagnies du train sont chargées de leur transport.
    • Les compagnies d'artillerie à pied ont un effectif de 120 hommes (4 officiers, 10 sous-officiers et 106 hommes de troupe) et n'ont aucun cheval. La compagnie à pied met en œuvre 6 canons et 2 obusiers.
    • Les compagnies d'artillerie à cheval ont un effectif de 100 hommes (4 officiers, 10 sous-officiers et 80 hommes de troupe). Chaque homme dispose d'un cheval de selle. La compagnie à cheval met en œuvre 4 canons et 2 obusiers.
    • Les compagnies du train ont un effectif théorique de 141 hommes (1 officier, 14 sous-officiers, 126 hommes de troupe). Elles disposent de 20 chevaux de selle et de 230 chevaux de trait. Cette organisation a pour but de ne pas laisser les chevaux de trait trop près des pièces lors de la bataille.
    Les pièces d'artillerie comprennent des canons dont le calibre peut être de 4, 6, 8 ou 12 livres et des obusiers de 5 ou 6 pouces. L'attelage d'un canon ou d'un obusier est de 4 chevaux de trait sauf pour le canon de 12 livres qui en requiert 6. Les caissons à munitions sont tirés par 4 chevaux. Généralement, 3 caissons à munitions sont prévus par pièce.
    La Garde impériale disposait elle aussi d'une puissante réserve d'artillerie.

    Rien que pour le plaisir, une image..

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Napole10

    ***********

    le 9e BCP est un bataillon de chasseurs à pied.
    On pourra lire son histoire sur un document :

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 9bcp10

    Figurant sur le site http://tableaudhonneur.free.fr/9eBCP.pdf

    Avant la déclaration de guerre, le 9e bataillon de chasseurs à pied occupait les casernements de Longuyon (E.-M. et 4 compagnies) et de Longwy (2 compagnies)

    **************


    9e GMR
    groupe mobile de Remonte
    Toute une étude concernant ces unités de remonte sur le forum suivant :
    https://forum.pages14-18.com/viewtopic.php?f=37&t=53622&start=30

    « En ce qui concerne ma recherche, elle se centre sur la Remonte Mobile qui marche, en principe avec une fraction du convoi.
    Je conçois les Dépôts de Remonte comme des haras militaires.
    Avec la mobilisation, sont constitués des Dépôts de Remonte Mobile ( DRM)
    Ces DRM sont rattachés administrativement aux Escadron du Train des Equipages Militaires ( ETEM ).
    Début 1917, Ces DRM sont dissous et réorganisés en Groupe Mobile de Remonte (GMR).
    Quelques mois plus tard, ils sont à nouveau dissous et réorganisés en GMR unité administrative autonome.
    Il y a quelques JMO en ligne concernant les DRM et GMR. Et c'est ainsi que j'ai pu recueillir ces informations sur l'évolution de la Remonte (que je n'ai jamais lues ailleurs). «


    **************


    Pour finir, une histoire glanée au hasard de ces recherches sur les GMR.

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Cyclis10

    (Une carte postale des cyclistes... C'est bientôt le Tour de France...)

    Une histoire concernaznt les GCC, les groupements de chasseurs cyclistes. Cela n’a rien à voir avec le 35ème RAP mais je vous la propose. C’est sur le site : https://www.centcols.org/wp-content/uploads/2016/05/Troupes-cyclistes-pendant-le-guerre-14.pdf
    On y trouvera beaucoup de détails sur ces unités de cyclistes…

    Extrait :

    « Récit d’un témoin anonyme : « Il est midi. Une patrouille malheureuse dans sa mission, car elle devait y périr, nous a cependant révélé l’existence d’un nid de mitrailleuse à 80 mètres de nos positions. A 5 mètres du boche, qui l’a laissé approcher, elle est impitoyablement fauchée à bout portant. Les trois « cyclos » qui la composent son frappés, chacun, de plusieurs balles. Redoutant de nouvelles rafales (le coup de grâce), chacun fait le mort. Pourtant la souffrance l’emportant, ils geignent. Nous sommes angoissés, impuissants à les secourir… Ce serait du reste folie que de vouloir s’y risquer, même sous le couvert d’une croix rouge, dont ne nous disposons d’ailleurs pas. C’est alors que le caporal Richard, sans un mot, sans avoir consulté qui que ce soit, se déséquipe, debout sur la tranchée. A notre stupéfaction, Richard s’en va, tranquille, les mains dans les poches, vers nos blessés. Sans un instant d’hésitation, arrivé à 5 mètres des boches, il charge sur ses épaules le premier d’entre eux, le ramène dans nos lignes et repart. Avec la même audace il rapatrie le second. Avec le même calme, la même sérénité, il ramène Naze, le dernier. Les boches médusés, admiratifs tout de même, l’ont laissé faire jusque là. Hélas, à peine Richard a-t-il atteint le parapet de la tranchée, portant Naze sur ses épaules que, sans doute sous l’ordre d’un quelconque feldwebel, le tac-à-tac-tac-à-tac les couche tous les deux. Naze, mortellement atteint, cette fois, expire quelques minutes plus tard. Richard, seulement égratigné, reprend sa place dans son gourbi, sans un mot, sans un geste… Sa première préoccupation et de re-bourrer sa pipe… Cet acte de courage « cyclo », ne fut, à l’époque, même pas jugé suffisant pour l’attribution d’une citation… Il en fallait alors faire davantage… »
    En revenant, j’assiste par hasard à l’exécution d’un chasseur cycliste qui a quitté son poste, devant l’ennemi. Il meurt bravement. Il retire sa veste et dit : « Mes chers camarades, visez à la poitrine, pas à la tête. » Il ne veut pas de bandeau et crie : « Vive la France ! Vive l’Alsace ! » Il rachète son crime par une belle mort. Défilé des troupes devant le cadavre. Prière des soldats avec l’aumônier. »
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 279
    Points : 1986
    Réputation : 353
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 77
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par briselance/LANG le Jeu 4 Juil - 19:24

    De la part de Briselance voici la suite de son JMO du 35ème RAC

    Journal du 1er groupe
    2 juillet 1919 " Le chef d'escadron Dressler part en permission.
                         Le lieutenant Drouot commande le groupe."
    8 juillet 1919 " Le groupe se déplace pour aller cantonner à Marville, St Jean, Petit-Failly."
    10 juillet 1919 " La 2e Bie va cantonner à Chauvency-le-Château, pour prendre en subsistance,
                         le personnel et les chevaux du GPA/16."
    11 juillet 1919 " Le s/lt Desratour rentre du cours de Mailly."


     Journal de la 2e batterie
    1, 2, 3, 4 et 5 juillet 1919 " Même cantonnement. La bie reprend ses instructions aux spécialités
                        (pointeurs, téléphonistes, etc .. et ses manoeuvres de Bie attelée)."
    6, 7 juillet 1919 " Même cantonnement. Même programme d'instruction."
    8 juillet 1919 " La batterie quitte Ville-au-Montois pour aller cantonner à Marville.
                         Le lieutenant part en mission (porte-étendard pour les fêtes du 14 juillet à Paris,
                         et 19 juillet à Lourdes).
                         Le s/lt Thiret prend le cdt de la batterie."
    10 juillet 1919 " La batterie quitte Marville pour cantonner à Chauvency-le-Château."


     Journal de la 5e batterie
    10 juillet 1919 " Renfort venant du 21e RAC; 9 hommes."
    14 juillet 1919 " Le 2e groupe est passé en revue à Montmédy, par le général Pichot, cdt la D.I."


      Journal de la 6e batterie
    1 juillet 1919 " Le mdl Méroues est classé au dépôt du 35e RAC, en date du 23 juin."
    2 au 9 juillet 1919 " RDN."
    10 juillet 1919 " La batterie reçoit un renfort de 12 hommes venant du 21e RAC."
    12 juillet 1919 " Répétition pour la revue du 14 juillet à Montmédy. Le cdt de groupe et cdts des batteries."
    14 juillet 1919 " Défilé à Montmédy (4 canons , 4 caissons).
                           Rendu sur le terrain à 8 heures 30, défilé à 9 heures.
                           Après-midi, fête sportive."
    Anonymous
    briselance/LANG
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Empty Re: C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)

    Message par LANG le Jeu 11 Juil - 10:44

    Il ne reste plus beaucoup de pages dans ce JMO; profitons des dernières sans modération et saluons le travail considérable de Briselance... depuis 2014 !.

    «       Le lieutenant part en mission (porte-étendard pour les fêtes du 14 juillet à Paris,
                         et 19 juillet à Lourdes)
    »


    Il a de la chance d’aller dans cette charmante ville de Lourdes…

    Lourdes en 1919
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Carte-14


    « …10 juillet 1919 " Renfort venant du 21e RAC; 9 hommes."

    Peut-être un de ceux-ci en fait-il partie ?

    21ème RAC (Origine : chtimiste.com)

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Regime12


    « … juillet 1919 " Répétition pour la revue du 14 juillet à Montmédy »

    En tout cas Montmédy aura bien changé

    Montmédy sous la botte prussienne…
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Large10

    Montmédy et les américains…
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme13

    Montmédy décembre 1918 Prise d’armes.
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme14

    Mais peut-être se sont-ils entrainés dans la grande rue…

    Montmédy La Grande rue
    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Montme15



    « …14 juillet 1919 " Défilé à Montmédy (4 canons , 4 caissons).
                           Rendu sur le terrain à 8 heures 30, défilé à 9 heures.
                           Après-midi, fête sportive."


    Ils auraient certainement rêvé de défiler à Paris…

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Arton210

    C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près) - Page 14 Foch10

    Mais rien ne vaut un petit film sur ce grand jour …

    Défilé à paris 14 juillet 1919




    Et un article du Figaro concernant le 14 juillet 1919 avec le texte de l’époque, voir ci-après : Extrait de l’article écrit le 15 juillet 1919

    …D'abord viennent les mutilés, marchant et trébuchant dans leur gloire, et dont les bras et les jambes sont restés là-bas, un peu partout, en Alsace, en Champagne, en Lorraine, dans les Flandres. Ils n'ont pas d'uniformes. Leur uniforme, c'est de ne pas être complets. Et il y a parmi eux des femmes. Et il y a parmi eux un enfant. Et c'est à la fois le défilé de nos héroïsmes - et de leurs crimes.
    Les maréchaux ont voulu ne venir qu'ensuite. Les voici: Joffre et Foch fiers simples et modestes, rayonnants aussi, non point de leur victoire, mais de celle de leurs hommes. Ils semblent réunir à eux deux toutes les vertus de la race l'énergie, le clair bon sens, l'initiative, la volonté de tout sacrifier de leurs soldats à la patrie - et d'eux-mêmes à leurs soldats. Ils marchent côte à côte, le père et le grand-père. Il y a là celui qui a dit, bien qu'attaqué de toutes parts et débordé sur son flanc: «Situation excellente. J'attaque.» Il y a là celui qui a dit au lendemain de la victoire qui sauva Paris: «N'illuminez pas, nous avons trop de morts». Il y a là les deux hommes qui ont sauvé la France….


    Texte complet sur :
    http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2015/07/13/26010-20150713ARTFIG00220-le-defile-du-14-juillet-1919-le-sacre-de-la-victoire.php

    Il ne reste plus qu'à attendre et regarder notre défilé du 14 juillet 2019...
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 279
    Points : 1986
    Réputation : 353
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 77
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Page 14 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum