Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 37 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 476 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HCUCCHI

    Nos membres ont posté un total de 5495 messages dans 1924 sujets

    Ces jours là à Nuremberg

    Aller en bas

    Ces jours là à Nuremberg Empty Ces jours là à Nuremberg

    Message par Kuiper le Mer 25 Nov - 19:35

    Nous sommes au début du procès.
    Le procès de Nuremberg s’est ouvert le 20 novembre 1945.
    Avec lui, la notion de « crime contre l’humanité » venait de voir le jour.
     
    Ces jours là à Nuremberg Yalta10
    Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Joseph Staline ont mené des entretiens du 4 au 11 février 1945 à Yalta. Ils se sont entendus sur le partage des zones d’influence entre les pays vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale © Sputnik


    Ils se sont également mis d’accord pour créer le Tribunal de Nuremberg.
     Cela ne s’est pas fait tout seul.
    Au départ, il était même question de liquider tous les responsables nazis sans jugement.
    Les américains penchaient pour la pendaison et d’autres pour le peloton d’exécution.
    Staline d’après certaines sources aurait été favorable dés le début à la création d’un tribunal international.
    Les positions des uns et des autres ont varié mais le plus difficile fut de convaincre Churchill farouchement décidé à faire exécuter sans jugement.
    Les anglais, parait-il, n’avaient que deux soucis : à quel endroit mettre la potence et quelle longueur de corde choisir !
    C’est grâce à l’insistance de l’URSS, de la France et de quelques conseillers de Roosevelt que Churchill s’est laissé convaincre.
    On imagine le travail qu’aura représenté la mise au point de ce procès avec en particulier la création d’un code international.
     
    24 accusés dans la salle.
    Geoffrey Lawrence, président du Tribunal annoncera l’ouverture du procès le 20 novembre 1945.
    Le 21, Robert Jackson commence la lecture des actes d’accusation.
    Le procès durera presqu’un an.
     
    Source : inspiré d’un article de  Sputnik   Nuremberg. Casus pacis
     
    ************
    1er octobre 1946
    Voir les images du verdict sur une vidéo de l’INA en cliquant ici :
    Le verdict du plus grand procès de l'histoire - Bing video
     
    ***********
     
    Pour le choix de la liste des accusés on pourra lire ce qui est présenté par wikipédia. 
    Procès de Nuremberg — Wikipédia (wikipedia.org)

     En dehors des 24 accusés présent dans les box, il y eut également des organismes comme la Gestapo, les SA, la SS etc.

    Extrait :
    Élaboration de la liste
    Au moment de la rencontre entre les délégations américaine et britannique, ces derniers proposent une liste de dix noms, tous arrêtés par les Britanniques et les Américains et qui ont été chargés, à l'exception de Julius Streicher, de hautes responsabilités au sein du régime nazi. Pour la plupart, ce sont des fidèles de l'idéologie nazie et d’Hitler depuis la première heure, les dix personnes présentes sur cette première liste sont faciles à incriminer. Les Britanniques complètent ensuite cette première proposition en y ajoutant sept noms supplémentaires, dont celui d'Adolf Hitler, dont la mort n'est pas encore prouvée. Les Américains acceptent la liste.
     
    Entre la signature des accords de Londres, le 8 août 1945, et l’ouverture officielle du procès, le 18 octobre 1945, les quatre délégations se réunissent pour établir la liste définitive des accusés : Adolf Hitler en est retiré et huit nouveaux noms y sont ajoutés.
     
    À côté de la mise en accusation de personnes physiques, l’une des innovations du procès de Nuremberg est la mise en cause de groupes complets d’individus, coupables de leur affiliation à l’une ou l’autre des organisations mises en accusation. Ainsi, Murray Bernays, avocat américain à qui l’on doit également l'élaboration de la notion de « complot », espère pouvoir provoquer des condamnations massives, tout en évitant deux écueils : l’impossibilité des trop nombreux procès individuels à organiser, et la proclamation d’une culpabilité collective allemande, contraire au droit. Ainsi, cette procédure permet de démontrer qu’une organisation est criminelle ; ensuite, dans le cas des individus, il ne reste plus qu’à prouver leur affiliation à cette organisation, qui ne suffit toutefois pas à elle seule à justifier une condamnation.
     
    Cette demande de punitions massives est causée par la découverte par l'opinion publique des camps de concentration : l'un des journalistes qui en effectuent la visite, John Pulitzer Jr, rédacteur en chef d’un journal américain, réclame la mort de plus d’un million de nazis. Aussi, les responsables militaires vont demander dans une circulaire du 26 avril 1945, l’arrestation des dignitaires du parti nazi depuis le grade d’Ortsgruppenleiter, (chef de groupe local), des membres de la Gestapo et du SD, de tous les officiers et sous-officiers de la Waffen-SS, des officiers d’état-major, des officiers de police depuis le grade d’Oberleutnant, des officiers SA, des ministres, hauts fonctionnaires et responsables territoriaux, depuis le rang de bourgmestre dans le Reich et commandants municipaux civils et militaires dans les territoires occupés, des nazis et sympathisants nazis de l’industrie et du commerce, des juges et procureurs des tribunaux spéciaux et des traîtres et des alliés des nazis. Toutefois, les documents permettant de recenser ces personnes sont rares, et la liste des organisations mises en accusation, déjà prévue dans les accords de Londres, est réduite à un nombre plus restreint.
     
    Enfin, l’organisation interalliée qui contrôle l’Allemagne après la guerre émet une loi s’inspirant des accords de Londres, permettant aux tribunaux allemands de juger les criminels allemands. Mais la non-rétroactivité des lois exigée par le commandement allié auprès des tribunaux allemands, empêche les juges d’appliquer ces dispositions. Ces contradictions seront en partie effacées par le Tribunal, lors de la lecture du jugement...
    Kuiper
    Kuiper

    Messages : 85
    Points : 8944
    Réputation : 3811
    Date d'inscription : 30/04/2020
    Age : 59
    Localisation : Nièvre

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum