Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 42 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 41 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    vent du sud

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 476 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HCUCCHI

    Nos membres ont posté un total de 5495 messages dans 1924 sujets

    Quitter le Sahel ?

    Aller en bas

    Quitter le Sahel ? Empty Quitter le Sahel ?

    Message par LANG le Lun 23 Nov - 14:12

    Quitter…
    Quitter l’Indochine…
    Quitter l’Algérie…
    Quitter l’Afghanistan…
     
    Quitter le Sahel ?
     
    Beaucoup de voix se font entendre depuis quelques temps pour suggérer un départ du Sahel.
    Un départ qui ne serait pas un abandon.
    Nous avons « quitté » l’Algérie en position de force mais avec le « cœur » serré.
    Au Sahel, on ne peut pas dire que nos forces soient engagées de la même façon. Il est certainement possible de « partir » sans déstabiliser notre Armée comme ce fut le cas en 1962…
     
    Certaines arrières pensées plutôt « politiques » ne sont pas toujours très claires. On préconise un départ pour mettre un terme à une guerre sans fin, on détaille l’absence de pouvoir local et bien entendu on dénonce les raisons économiques qui sont à l’origine de notre intervention. D’autres nous reprochent de jouer aux gendarmes du monde pour remplacer les américains…
    Quoiqu’il en soit, on peut dire que la question peut être posée.
     
    Nous sommes arrivés à une certaine position de force comme semblent le prouver les dernières « neutralisations » annoncées. Interventions rapides de l’aviation complétées par le déploiement au sol de commandos ont donnés de bons résultats. Le renseignement qui est capital dans cette affaire semble bien fonctionner grâce aux drones.
     
    Imaginer un instant que nous sommes capables de « pacifier » entièrement le Sahel est naturellement une illusion. Continuer sans avoir la certitude d’être remplacé par un pouvoir local suffisamment maitre de la situation et c’est le désastre programmé.
    Rester « un peu » en ayant des forces d’intervention n’agissant qu’en cas d’action grave est une solution préconisée par certains.
     
    C’est l’opinion de Michel Goya dont on pourra lire l’article en entier sur son site ici :
    La voie de l'épée: Vers la fin de l'opération Barkhane (lavoiedelepee.blogspot.com)
     
    Michel goya
    Fin de l’article :
    Les succès militaires français actuels sont l’occasion de changer de posture dans de bonnes conditions avant qu’il ne soit trop tard. Le moins que l’on puisse faire dans le nouveau contexte qui peut se dessiner est de défendre nos intérêts sécuritaires et diplomatiques au moindre coût dans la durée. Le temps est sans doute venu de lancer une nouvelle opération militaire avec un nouveau nom, plus légère, discrète et hybride, en retirant le contingent au Mali, l’élément le plus visible et le plus coûteux du dispositif. Si cela peut faciliter par ailleurs les négociations locales, tant mieux, mais cela ne doit en aucun cas en constituer un préalable ou une conséquence. Si cela facilite l’indispensable coopération avec l’Algérie, tant mieux aussi, mais le départ doit se faire en vainqueur et il n’est pas certain qu’il y ait beaucoup d’autre opportunité de le faire.
     
    Après il sera possible de continuer le combat contre les organisations qui menacent directement la France, EIGS et AQMI, avec notre force de raids et de frappes, forces spéciales et aériennes. Il sera toujours possible aussi de « refaire Serval » en cas de dégradation importante de la situation grâce aux forces prépositionnées ou en alerte. Il sera possible de combattre sur place au sein des forces locales, selon des modalités à imaginer. Gageons que le résultat sera sensiblement le même pour notre sécurité, pour beaucoup moins cher et plus longtemps.
     
    ***************

    Cela suppose que les forces locales soient d’un « bon niveau ».
    Et où en seront les gouvernements locaux ?
    Beaucoup de questions se posent.
    Mais, dans le fond, ne serait-ce pas l’occasion de définir où sont nos intérêts et quels sont nos ennemis ?
    Le moment de définir une politique cohérente avec un engagement clair de nos hommes ?
    Rester dans l’attente d’une intervention exige maitrise et précision. Nos troupes savent le faire mais il ne faudrait pas que ce soit à n’importe quel prix …

    Il reste naturellement la solution de partir...
    Mais, est-ce bien raisonnable ?
    Il semblerait que le temps de la réflexion soit venue. 
    Ne perdons pas trop de temps...
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 935
    Points : 31840
    Réputation : 14708
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum