Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 25 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 420 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DOMINIQUE LE COMTE

    Nos membres ont posté un total de 5019 messages dans 1788 sujets

    Témoignage : Gendarmes et plaque à vélo…

    Aller en bas

    Témoignage : Gendarmes et plaque à vélo… Empty Témoignage : Gendarmes et plaque à vélo…

    Message par LANG le Lun 5 Oct - 17:53

    Une histoire de gendarmes…
     
    On a tous des histoires à raconter…
     
    C’est l’heure des confidences. Il pleut, personne n’écoute, et de plus je suis en « private navigation »…
    Bon, le premier gendarme qui m’a laissé un souvenir était à vélo. (Vous voyez on est déjà dans le sujet).
    Moi aussi.
    Et avec mon copain on venait de tenter de jouer une partie de tennis. Je dis tenter car personne ne nous avait appris cet art sublime (et subtil) réservé à des gens qui s’exprimaient parfois en anglais.
    On s’était retrouvé par le plus grand des hasards dans une grande salle de tennis couvert. Pourquoi ? Je ne sais plus très bien. Comme il n’était pas question d’y jouer au foot, on avait trouvé des raquettes et des balles. Ceux qui connaissent cet art difficile qui consiste à envoyer une balle avec un grillage en boyaux de chat (!!!) fixé au bout d’un morceau de bois, sont priés de limiter leurs commentaires. Pour leur faciliter la chose, je me limiterai aussi en ne décrivant pas nos tentatives effrénées pour passer cette petite boule au-dessus d’un filet et vice versa.
    Fatigués et déçus, nous avons fini par faire un « break » définitif et nous sommes rentrés.  Avec un vélo pour deux, mon copain étant assis à l’arrière.
    Dans la descente, nous l’avons vu.
    Il remontait. Vélo à la main, képi sur la tête. Il était donc en service…
    Un signe avec le bras et nous avons obtempéré.
    Nom, prénom, matricule… Ce monsieur voulait tout savoir. Et manifestement, porter quelqu’un sur le porte bagage n’était pas inscrit dans son règlement. Mais le pire fut atteint quand il demanda où se trouvait la plaque d’identification censée être fixée sur l’engin à deux roues.
    Une plaque à vélo !! (Je n’insiste pas…)
    Mais oui, qui lui prouvait que ce vélo n’était pas un véhicule volé ?
    Je sens que vous êtes étonné devant la tournure des évènements.
    Pourquoi cet homme en képi s’acharnait-il sur nous ?
    C’est vrai, deux ados sur le même vélo ce n’est quand même pas un crime ! On était au milieu des années 1950 et cette pratique était courante.
    Et bien, c’est simple. On nous avait demandé nos coordonnées, et même notre lieu de naissance.
    Aucun problème me direz-vous ?
    Si !
    Mon copain était né à Bourg en Bresse. Un coin charmant d’accord. Mais il avait précisé « là où sont les poulets ».
    Ce n’était qu’une information…
    Nonobstant, c’est de la provocation quand on le dit avec un grand sourire appuyé !
    Notre homme n’avait pas aimé.  
    Bref, on a été em… pendant plus d’une demi-heure avec PV à la clef.
    Ce fut mon premier souvenir.
    Le PV pour la plaque à vélo n’est jamais arrivé.
    Les gendarmes sont de brav’gens…
     
    J’en ai d’autres mais je sens que je vais vous lasser.
    Vous raconter l’histoire du képi militaire placé sur la lunette arrière pour « dissuader » ces brav’gens de faire un contrôle n’a rien d’original. Et en plus cela manque d’efficacité…
    Ce changement d’ampoule sous les yeux de ce motard à qui j’avais dit « j’aurai dû faire une inspection avant le départ… » et qui m’avait regardé d’un drôle d’œil…
    Et ce capitaine de gendarmerie qui brandissait le code rouge comme le petit livre en s’exclamant « que dit la loi ? » pour répondre à une question concernant un problème pendant une opération de maintien de l’ordre…

    Le pire, ce fut quand même avec un futur gendarme.
    Je vous explique.
    Figurez-vous que celui qui m’a « poussé » à passer par une portière ouverte d’un avion en vol et bien était un gendarme qui s’ignorait (à l’époque) !
    Disposant déjà d’un insigne de la PM para obtenu dans une ville du Nord, ce chtimi s’évertuait à en faire la promotion dans une grande ville d’Alsace. Nous étions en classe préparatoire du concours à Saint Cyr et j’avoue que ma préoccupation était éloignée des promenades en avion. Surtout avec portes ouvertes.
    Mon baptême de l’air était une histoire ancienne grâce à une coqueluche. Monter respirer l’air en altitude avec un avion biplan, genre première guerre mondiale, était en effet le remède ultime pour ce genre d’affection à la fin de la guerre.
    Je ne voyais vraiment pas pourquoi faire la même chose alors que j‘étais en pleine forme. Et puis sauter en marche c’était quand même un peu suicidaire non ?
    Avec le temps, soumis à un tir intensif, on se dit que finalement sortir de la tranchée devient nécessaire. Après tout, pourquoi pas.
    Et voila pourquoi j’ai fini par monter dans un avion en tenue camouflée avec un parachute dans le dos et un casque sur la tête…
    Je vous le disais, les gendarmes sont de brav’gens !
    Go !
     
    Et pour finir, figurez-vous que parachute et gendarme c’est compatible !
    D’abord, ce camarade qui a « terminé » dans cette confrérie en chemises bleues.
    Camarade qui a fait qu’un jour, non seulement j’ai lancé le mousqueton devant moi mais j’ai fini par prendre la place de celui à qui on le lançait.
    Evidemment, ce n’est pas arrivé tout seul. Un stage moniteur était nécessaire et avec lui l’entrainement d’un stick pour le concrétiser avant de recevoir la plaque avec ses anneaux.
    Et là, je m’attendais à voir arriver des petits jeunes genres «rapaces boutonneux», des égarés du 13 ou des artilleurs « rapeurs » voire des sapeurs creuseurs.
    Bref, des gens « normaux » pour un stick normal.
    Et bien non, mon stick n’était pas « normal » !
    J’ai vu arriver des « grands-jeunes » (ou des vieux-jeunes si vous préférez).
    Il s’agissait de sous-officiers d’active : Sergents ou maréchaux des logis venant de toutes les armes et services. Armée de Terre bien entendu mais aussi du Matériel, des Transmissions et… de la Gendarmerie !
    Deux gendarmes, j’avais deux gendarmes dans mon stick !  
    Tradition respectée puisqu’ils « marchent » deux par deux…
    C’était une surprise, mais chez les parachutistes on ne fait pas de discrimination quand il s’agit de sauter. Si tu crois en ton destin…(*)
    « Mes » gendarmes se sont intégrés sans difficulté même si les débuts avaient été un peu » distants » avec les autres membres du stick.
    Pompes, jambes serrées, roulé boulé… et naturellement ils ont suivi leur moniteur pour le fameux rendez-vous avec Brigitte (**)!
    Après avoir chanté en position crash, ils m’ont lancé le mousqueton plusieurs fois comme les autres. Pour finir, c’est sur leurs vareuses bleues que j’ai agrafé la plaque à vélo. Ils n’avaient pas le béret rouge mais ils l’auraient mérité.
    Pendant le pot de départ, c’est la seule fois où je me suis fait envoyer en l’air par des gendarmes… Pour se venger de Brigitte certainement.
    Je vous le disais, les gendarmes sont de brav’gens.
     
    Dernièrement, je suis passé à la Gendarmerie et, une « gendarmette » qui n’était pas brevetée, m’a confié qu’elle partait faire un saut en tandem dans un para club civil pour s’initier au parachutisme : 4200, la minute !
    Comme initiation, c’est quand même mieux que Brigitte…
    Je lui ai suggéré de faire une demande pour passer le brevet para.
    Je n’ai pas pensé à proposer mes services pour l’entrainement au roulé boulé. Un oubli certainement…
    Je vous le disais un gendarme qui saute en parachute ça existe !
    C’est pour cette raison que les gendarmes sont aussi de « brav’gens »…
    Cela dit, si vous mettez votre béret rouge (ou amarante) sur la lunette arrière, je ne vous garanti pas l’immunité…
     
    Pour conclure par un clin d’œil à qui de droit : c’est quand même la « tactique du gendarme » qui m’a fait "découvrir" la plaque à vélo !
      
    Un gendarme doit avoir de très bons pieds,
    Mais c'est pas tout
    Mais c'est pas tout.
    Il lui faut aussi de la sagacité
    Mais c'est pas tout
    Mais c'est pas tout.
    Car ce qu'il doit avoir et surtout
    C'est d'la tactique
    De la tactique, dans la pratique…
     
    Allez, allez,
    Exécution
    Allez, allez,
    J'connais l'métier
    La ta ca ta ca tac tac tique
    Du gendarme,
    C'est de verbaliser
    Avec autorité.
    Il y a ceux qui n'ont pas d'plaque à leur vélo…
    (Bourvil)


    (*) Depuis, les choses ont changées. Les gendarmes n’ont pas (n’ont plus…) mauvaise réputation chez les parachutistes. Le GIGN est composé de parachutistes… Le Colonel Beltrame…
     
    (**) Comme sur ce site on a aussi des « jeunes-jeunes » et même de « jeunes-très jeunes », il faut peut-être préciser que Brigitte était le gentil surnom donné à la tour de départ de la BETAP/ETAP. 
    Un truc à faire du bruit (et peur même à ceux qui avaient déjà sauté…).


    Dernière édition par LANG le Mar 6 Oct - 9:39, édité 2 fois (Raison : Utilisation de termes)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 855
    Points : 25160
    Réputation : 11308
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Témoignage : Gendarmes et plaque à vélo… Empty Re: Témoignage : Gendarmes et plaque à vélo…

    Message par suspente le Lun 5 Oct - 18:10

    La maréchaussée est à l'honneur en ce moment sur le forum. Et c'est tant mieux ............... Ce sont de brav'gens.
    De plus ces histoires sont passionnantes, ce qui ne gâche rien.
    suspente
    suspente

    Messages : 95
    Points : 15509
    Réputation : 2132
    Date d'inscription : 16/05/2017
    Age : 63
    Localisation : POITIERS

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum