Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Photo : Avis de recherche
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeHier à 17:52 par otosan

» Port d’armes pour les réservistes de la gendarmerie ?
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeHier à 11:52 par LANG

» Exposition : Guerre de 1870
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeVen 27 Nov - 17:24 par CASTOR2

» BARKHANE Activité du 20 au 26 novembre
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeVen 27 Nov - 12:48 par CASTOR2

» Officiers et cadres de demain.
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeJeu 26 Nov - 19:26 par LANG

» Un petit jeu pour fin limier.
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeMer 25 Nov - 20:25 par junker

» Ces jours là à Nuremberg
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeMer 25 Nov - 19:35 par Kuiper

» Livre : Soldat de l’ombre
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeMer 25 Nov - 9:05 par Oort

» Adeline Gray et l’utilisation du nylon !
UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Icon_minitimeMar 24 Nov - 18:16 par Oort

Novembre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 40 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 40 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 452 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est CHAANARO

    Nos membres ont posté un total de 5195 messages dans 1843 sujets

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER

    Aller en bas

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Empty UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER

    Message par KUPALOV le Sam 22 Aoû - 14:33

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER A_c_me10



    Au panthéon des dieux de la guerre figurent de nombreux chefs militaires qui étaient déjà des légendes vivantes à l'époque de leurs exploits. On n'en citera aucun pour n'oublier ou ne blesser personne. Il en est d'autres qui, pour avoir oublié de soigner leur image en temps utile, sont restés injustement méconnus en dépit d'états de service exceptionnels. Je pense aujourd'hui à l'un d'entre eux, Albert-Charles MEYER, dont le nom a été brièvement évoqué à l'occasion d'un hommage rendu ici-même à l'un de ses chefs.

    J'ai connu tardivement Albert-Charles MEYER : il était déjà général en deuxième section.  Il n'empêche, nous sommes devenus rapidement amis et ce n'est que progressivement et par la bande, que j'ai découvert son parcours. Je faisais alors des recherches sur l'insigne d'une unité qu'il avait créée et commandée en Indochine : la "Brigade de recherches et de contre-sabotage Colonel SEROT". De fil en aiguille, ses réponses à mes questions entraînant d'autres questions, j'ai pris conscience que j'avais en face de moi un authentique héros d'une modestie et d'une discrétion à toute épreuve.

    Albert-Charles MEYER a commencé très tôt ses exploits :  engagé à 18 ans, en 1939, comme élève-pilote et admis au stage d'aspirant à Agen, il doit renoncer à sa carrière de pilote en raison de la défaite. Après avoir échoué, à huit reprises, dans ses tentatives de rejoindre l'Angleterre, il passe en Suisse et se met à la disposition du commandant POURCHOT, attaché militaire adjoint près l'ambassade de France à Berne et représentant des Services spéciaux militaires. Avec lui, il va créer un premier réseau de renseignement baptisé "Bruno".

    Au fil des mois, cédant à l'amicale pression de son chef, le commandant SEROT, il renonce à rejoindre l'Angleterre et décide de poursuivre le combat en France, dans la clandestinité. Parcourant la France à bicyclette, il met sur pied plusieurs réseaux de renseignement qui couvrent tout le territoire et fournissent des renseignements de première importance. Malgré son jeune âge, il est considéré comme le meilleur agent de "Bruno" et l'un des hommes clés de l'OSS américain.
    De 1940 à 1944, il organise environ 400 passages clandestins de la frontière suisse et de la ligne de démarcation, permettant l'évasion de près de 1 200 prisonniers français et alliés dont celle du général d'armée GIRAUD. En 1944, Il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur à titre exceptionnel avec la citation suivante : "A contribué d'une façon déterminante à la préparation et au succès des débarquements alliés". Il a alors 23 ans …

    En septembre 1944, il est mis à la disposition du Service de renseignement opérationnel de la 1ère Armée et renseigne, à la tête d'un nouveau réseau, sur les arrières ennemis. Trahi par un élément infiltré, il est arrêté le 11 novembre 1944 à Belfort, sa ville natale. Interrogé, torturé pendant près d'une semaine, il est déporté à la forteresse de Fribourg le 18 novembre alors que la bataille de Belfort est déjà engagée. Condamné à mort le 27, il parvient à s'évader à la faveur d'un bombardement. Au terme d'un périple solitaire de quatre mois en Allemagne, il sera repris et s'évadera de nouveau. Le 8 mars 1945, il se présente aux éléments avancés de la 9° Armée américaine … avec trois prisonniers allemands et une moisson de renseignements sur l'offensive des Ardennes.

    Démobilisé en 1946, Albert-Charles MEYER retrouve la vie civile qui l'ennuie profondément. Il s'engage pour l'Indochine qu'il rejoint en 1951 en qualité d'officier de réserve en situation d'activité (ORSA disait-on à l'époque) avec le grade de capitaine. Affecté sur la base aérienne de Tan-Son-Nhut, il va mettre au point un concept de défense dynamique de la base. Recrutant ses hommes parmi les prisonniers et les ralliés vietminh, il met sur pied un commando baptisé "Brigade de recherche et de contre-sabotage colonel SEROT" en souvenir de son ancien chef, assassiné par l'Irgoun en 1949, à Jérusalem. La BRCS va rapidement s'illustrer par la qualité de ses renseignements et l'audace de ses coups de main. Elle deviendra la référence en matière de défense dynamique des bases aériennes. D'autres BRCS seront créées en Indochine et le concept sera repris en Algérie. Après les accords de Genève, Albert-Charles MEYER organise une filière d'évasion pour les personnalités vietnamiennes pro-françaises qui essaient de fuir le Nord-Vietnam communiste. En septembre 1955, il est rappelé en France.

    Au printemps 1956, sur décision du général de MARICOURT, il rejoint l'Algérie pour créer les commandos parachutistes de l'air en qualité de "conseiller technique" du lieutenant-colonel François COULET. Il sera le premier commandant du CPA 10 avant d'assurer la conduite opérationnelle de l'ensemble des commandos de l'air jusqu'au début 1961. Nommé directeur et inspecteur des Commandos parachutistes de l'air, il est muté brutalement en métropole à la veille du putsch. Il est ainsi mis à l'abri, à son corps défendant, des événements qui vont entraîner la dissolution des commandos parachutistes de l'air. Il a compris par la suite qu'une autorité bienveillante avait voulu le préserver de tentations auxquelles il n'aurait su résister. Ce qui ne l'empêcha pas de demander une mise en congé "pour convenances personnelles " en janvier 1963.
    Revenu dans le giron de l'armée de l'air quelques mois plus tard, il occupe ensuite, pendant dix ans, différentes fonctions, notamment à la Direction du personnel militaire (DPMAA) où il devient "conseiller commandos". En 1974, il rejoint la Direction de la sécurité militaire comme chef d'état-major interarmées. Il quittera ces fonctions pour prendre le commandement de la base aérienne de Chartres jusqu'en 1978, année qui le voit quitter définitivement le service avec les étoiles de général.

    Héros authentique, d'une discrétion et d'une modestie sans pareilles, Albert-Charles MEYER était Grand-Croix de la Légion d'honneur, Grand-Croix de l'Ordre national du Mérite, titulaire des croix de guerre 39-45 et des Théâtres d'opérations extérieures, de la croix de la valeur militaire et de la Vaillance vietnamienne, avec treize citations dont huit palmes, ainsi que de la Médaille de la Résistance et de bien d'autres décorations françaises et étrangères. Blessé à cinq reprises, il est décédé 6 mai 2006 à l'hôpital des armées Percy.

    Sa mémoire méritait d'être évoquée.
    KUPALOV
    KUPALOV
    KUPALOV

    Messages : 9
    Points : 3690
    Réputation : 510
    Date d'inscription : 11/02/2020
    Age : 78
    Localisation : Le Chesnay

    Revenir en haut Aller en bas

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Empty Re: UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER

    Message par Blu le Sam 22 Aoû - 18:39

    Un bel hommage à cet homme discret qui ne doit pas être oublié.
    Une occasion également de mettre en avant ces héros de l'ombre dont on ne parle pas souvent. Ils sont à l'origine d'exploits et de beaucoup de réputations...
    Blu
    Blu

    Messages : 99
    Points : 9134
    Réputation : 4191
    Date d'inscription : 09/05/2020
    Age : 61
    Localisation : Provins

    Revenir en haut Aller en bas

    UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER Empty Re: UNE FIGURE MECONNUE : ALBERT-CHARLES MEYER

    Message par Opus28240 le Dim 23 Aoû - 18:03

    Le colonel Meyer (à l'époque en 1977) a été mon commandant de base lorsque que je suis entré à la Fanfare de la 2ème RA sur la Base Aérienne 122 de Chartres. J'avais tout de suite remarqué le brevet sur son battle-dress, lorsqu'il nous passait en revue. Il est certain qu'il n'a pas terminé sa carrière là où il aurait dû. A l'époque des bruits disaient qu'il avait été proche des putschistes (glorieux à mes yeux) de 1961, ceci expliquant sans doute cela. Français d'Algérie, il ne m'en était que plus sympathique. J'avais lu il y a quelques temps sa biographie (un roman ou un film auraient pu en être tirés !) sur internet, bien complétée par l'excellent présent article. Il est grand dommage que personne à l'époque n'en ait eu connaissance. En ces années 70, beaucoup de recrues (surtout dans l'Armée de l'Air, sur une base aérienne mineure en outre) étaient anti-militaristes. La conscience d'avoir affaire à un Grand Monsieur aurait sans doute rétabli beaucoup de choses.
    Je crois savoir qu'il s'était présenté ensuite, sans succès, à des élections du côté de Maintenon et a dû y être blessé grièvement à un œil lors d'une bagarre politique (si mes souvenirs sont bons). Je vais poser la question à la Section UNP de Chartres afin d'étudier la possibilité de proposer une rue à son nom dans cette ville.
    De tels hommes nous manquent terriblement ! Merci d'en avoir restituer la mémoire sur ce forum.

    Opus28240

    Messages : 8
    Points : 2490
    Réputation : 390
    Date d'inscription : 24/05/2020
    Age : 65
    Localisation : Saint-Eliph

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum