Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 62 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 1 Invisible et 59 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    amarante, Blu

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 477 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est ROSSI HENRI

    Nos membres ont posté un total de 5528 messages dans 1930 sujets

    20 mai 1962 , L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ?

    Aller en bas

    20 mai 1962 ,  L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ? Empty 20 mai 1962 , L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ?

    Message par WILLIS le Dim 16 Aoû - 18:12




    Entre 1940 et 1970, Charles de Gaulle est venu à trois reprises en Haute-Vienne. La dernière visite, en mai 1962, s’effectue dans l’enthousiasme général mais sous très haute surveillance. Les services secrets ont en effet la certitude que l’OAS (Organisation armée secrète) prépare un attentat lors de ce voyage officiel.


    20 mai 1962 ,  L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ? De_gau10
    Charles de Gaulle lors de la réception officielle dans les salons de l’hôtel de ville de Limoges, le 20 mai 1962. (Photothèque Paul Colmar)


    Depuis quelques jours, les hommes chargés de la protection du Général de Gaulle sont sur les dents. Le 16 mai 1962, des membres de l’OAS ont été arrêtés à Marseille, Paris et Alger. « Interrogés sans relâche » – selon l’euphémisme employé par Le Monde –, ils ont lâché une information de taille. Jean-Loup Blanchy, le chef du commando Delta IV, est en France depuis quelques jours, « avec une équipe spéciale pour une mission de très grande importance ».

    Pour les flics de la Sûreté intérieure, il ne peut s’agir que d’une chose : un attentat contre de Gaulle est en préparation. L’hypothèse est considérée comme d’autant plus probable que le chef de l’État doit effectuer une visite officielle dans le Lot et le Limousin, du 17 au 20 mai 1962. Son périple doit le mener de Figeac à Limoges en passant par la Corrèze, la Creuse et la Haute-Vienne.

    Où Blanchy doit-il frapper ? A Brive ? A Guéret ? À Bessines ? Pourquoi pas à la cathédrale de Limoges où une messe est prévue le dimanche matin ? Dans la course contre la montre qui s’engage, toutes les hypothèses sont envisagées. En attendant, le dispositif de sécurité est considérablement renforcé autour de la visite présidentielle pendant que toutes les polices de France tentent de localiser Blanchy.

    Les flics connaissent deux détails importants. Le chef de Delta IV est flanqué d’Henri Slebodja, un parachutiste déserteur d’origine polonaise, et il a une fiancée, Vania Peretti, qui habite Villeneuve-sur-Lot. Le SRPJ de Bordeaux tente le coup… Bingo ! Blanchy et Slebodja sont bien passés par la petite ville du Lot-et-Garonne. Ils ont dormi à l’hôtel sous les noms de Georges Bonnaut et Marc Boronade. L’enquête avance à grands pas. Muni de ces informations, le SRPJ de Toulouse découvre que les deux hommes ont loué une Citroën ID 19 beige, immatriculée 362 EJ 47.

    La traque se termine le samedi 19 mai 1962 au soir devant un hôtel parisien. Jean-Loup Blanchy, Gabriel Anglade, Marcel Liger, Louis Bertolini et Eugène Castaldi sont arrêtés dans la fameuse Citroën beige. Henri Slebodja échappe au coup de filet et peut s’enfuir en Espagne.

    Dans son édition du 23 mai, Le Monde expliquera que ce commando avait bien l’intention de commettre un attentat dans la cathédrale de Limoges, le dimanche 20 mai au matin. En fait l’enquête montrera que les hommes de Blanchy voulaient abattre « la Grande Zohra », comme les Pieds-noirs appelaient de Gaulle, sur le perron de l’Elysée, à partir d’un appartement situé en face du palais présidentiel. Ils devaient opérer le 23 mai à l’occasion de la visite du président mauritanien. C’était l’opération « Chamois ».




    Le populaire du Centre





    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'on fait.
    WILLIS
    WILLIS
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 278
    Points : 20817
    Réputation : 5187
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    20 mai 1962 ,  L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ? Empty Re: 20 mai 1962 , L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ?

    Message par REV le Mar 18 Aoû - 12:22

    Le 27 avril, un journal annonçait la future opération !!

    20 mai 1962 ,  L’OAS voulait-elle tuer de Gaulle à Limoges ? Jean_l10

    Source deltas-collines ICI
    Anonymous
    REV
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum