Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 388 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est theroux patrice

    Nos membres ont posté un total de 4652 messages dans 1647 sujets

    Lettre de l'ASAF juillet 2020

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Lettre de l'ASAF juillet 2020 Empty Lettre de l'ASAF juillet 2020

    Message par suspente le Ven 17 Juil - 8:13



    Restaurer l’autorité : urgence absolue


    « Au commencement était l’action »
    (Goethe cité par Charles de Gaulle dans Le fil de l’épée)



    La cérémonie du 14 juillet 2020 s’est limitée à une prise d’armes et à un mini défilé autour de l’obélisque, place de la Concorde. Souhaitons que cette décision n’ait pas été prise, comme nous pouvons le craindre par les temps qui courent, avec une arrière-pensée idéologique… Nous n’en aurons la certitude que l’an prochain.

    Les Champs-Élysées, qui furent le théâtre de nombreuses manifestations toutes plus violentes les unes que les autres au cours des mois passés, n’auront donc pas vu cette année l’armée présenter aux Français, mais aussi aux journalistes étrangers, le visage d’une jeunesse au service de la France, prête à défendre sa liberté, garantir son indépendance et se sacrifier, le cas échéant pour sauver ses concitoyens. Pas de droit de retrait pour elle, mais un seul but qui est aussi son engagement : remplir les missions confiées. C’est l’honneur de l’armée, c’est aussi l’honneur de la France et celui partagé par le plus grand nombre de Français.

    Les forces de sécurité intérieure contestées
    En effet les innombrables manifestations, qui ont ponctué l’actualité, ne rassemblent le plus souvent que très peu de personnes. Pour les participants, il ne s’agit d’ailleurs dans la plupart des cas que de rechercher l’affrontement direct, au contact, avec les forces de l’ordre, de les insulter, puis de les provoquer en lançant boulons, pavés, bouteilles incendiaires (qui sont des armes de guerre !), en cassant le mobilier urbain et en pillant les vitrines éventrées des magasins.

    Le passage en boucle, pendant des heures, de ces scènes de violence, qui révèlent un pouvoir impuissant devant ces déchaînements au cœur de la capitale sur son avenue la plus prestigieuse, est non seulement intolérable pour nombre de Français mais décrédibilise notre pays sur le plan international, sans parler des conséquences économiques désastreuses à court et moyen termes.

    Les forces de sécurité ne doivent pas constituer un défouloir pour les marginaux et les voyous. Elles sont là pour faire respecter la loi et la règle de la légitime défense doit s’appliquer. Il ne s’agit donc plus pour le chef de l’État, les ministres et les préfets de condamner verbalement toujours et encore ces violences intolérables mais de sanctionner sans faiblesse les coupables de ces troubles et de refuser tout laxisme et démagogie. Restaurer la confiance en ceux qui nous gouvernent, indispensable à l’action collective, passe par une fermeté dissuasive.

    Dans un tel contexte de laisser faire, ne soyons pas surpris qu’un délinquant multirécidiviste, sans permis de conduire, refuse d’obtempérer aux forces de sécurité malgré le déploiement d’une herse et écrase un gendarme. Que faudra-t-il de plus pour que ces dernières ouvrent le feu face à de tels comportements ?

    La population désorientée et fragmentée
    Une partie de notre jeunesse considère qu’elle n’appartient pas à la Nation française. Mais lui a-t-on appris ce qu’elle est, ce qu’on lui doit et ce qu’ont fait pour elle les générations passées ? La France est un héritage qu’il nous appartient de recueillir et d’embellir.
    Si de nombreux jeunes, y compris d’origine étrangère, servent la France dans nos armées avec courage, discipline et quelquefois au prix du sang, comment accepter que d’autres la dénigrent ? Faut-il compter pour citoyens français ceux qui haïssent la France et insultent les Français, d’hier et d’aujourd’hui ?

    Leur a-t-on dit que le pays qui a accueilli leurs parents ou eux-mêmes doit être aimé au point de le défendre même au prix de leur vie ? L’Éducation nationale ? Mais quand on regarde les programmes et les manuels scolaires, il n’y a en fait rien d’étonnant car une idéologie de déconstruction y est à l’œuvre depuis des décennies.
    Peut-on mobiliser les Français pour relever les défis d’aujourd’hui sans mettre hors d’état de nuire ces marginaux, violents et qui sèment la terreur sous toutes ses formes et dans toutes les occasions ?

    L’intégrité territoriale entamée
    Nul n’est besoin d’être responsable politique pour connaître « les territoires perdus de la République », « les zones de non-droit » et les ravages de l’islamisme et du communautarisme. Les Français en parlent maintenant ouvertement après des décennies d’omerta. Seuls quelques politiques veulent encore l’ignorer car rien n’est plus difficile pour eux que de reconnaître une réalité qui s’oppose à leur idéologie.
    Mais ce silence coupable met aujourd’hui en cause l’unité et l’intégrité du pays dans la mesure où les lois de la République ne s’appliquent plus sur l’ensemble du territoire. C’est l’intégrité territoriale qui est non seulement menacée et contestée mais entamée.

    On se trouve, malgré les discours lénifiants de nombreux médias politiquement corrects, face à des séparatismes de quartier, de canton, de département. Est-ce acceptable ? Rappelons que l’armée a pour mission « d’assurer la défense et l’intégrité du territoire ainsi que la protection de la population ».
    D’ailleurs, un soldat peut-il continuer à se battre à l’étranger alors que les complices ou collaborateurs de ses ennemis vivent et agissent en toute impunité sur le territoire national ?

    Les Français ne veulent plus de discours d’eau tiède moralisateurs. Ils veulent moins de paroles et plus d’actes d’une très grande rigueur vis-à-vis des violents, casseurs et hors-la-loi. Ce n’est qu’à ce prix que la confiance, appelée de tous leurs vœux par les responsables politiques, reviendra. La confiance et avec elle la fierté que les Français éprouvent au fond de leur cœur d’être descendants des Francs, peuple d’hommes libres, d’être héritiers de 15 siècles d’histoire, de culture et de travail, mais aussi d’honneur et de sacrifice.







    La RÉDACTION









    suspente
    suspente

    Messages : 91
    Points : 14459
    Réputation : 1882
    Date d'inscription : 16/05/2017
    Age : 63
    Localisation : POITIERS

    Revenir en haut Aller en bas

    Lettre de l'ASAF juillet 2020 Empty Re: Lettre de l'ASAF juillet 2020

    Message par LANG le Ven 17 Juil - 8:53

    L'ASAF fait un bon résumé de la situation préoccupante du pays.
    Les questions posées sont certainement partagées par bon nombre de Français. Le problème dans ce pays, c'est qu'on pose souvent les bonnes questions mais qu'on attend toujours les "bonnes actions"...
    Pour ma part, je résumerais l'objectif à atteindre par le mot "respect". Le respect de nos lois, des autres et de ceux qui sont chargés de les défendre ou de leur venir en aide. Mais tout cela ne peut pas se faire sans efforts.
    Et là, on touche au fond du problème. On nous a tellement habitué depuis des "décennies" à nous comporter comme des assistés...
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 784
    Points : 19599
    Réputation : 8557
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Lettre de l'ASAF juillet 2020 Empty Re: Lettre de l'ASAF juillet 2020

    Message par Blu le Ven 17 Juil - 12:15

    En complément au commentaire précédent on pourrait rajouter cet extrait d'un article du Point de Nicolas Baverez du 6 juillet.

    Émotion et compassion ont chassé la décision
    Cet effondrement du leadership, c'est-à-dire de la capacité à prendre la mesure de la situation, à donner un cap, à mobiliser les énergies, n'est pas le monopole des dirigeants politiques et affecte l'ensemble des élites administratives, économiques et sociales.
    À l'image des systèmes de santé qui n'ont tenu que par l'héroïsme des soignants face à l'inertie des bureaucrates, la continuité de la vie nationale des démocraties a été assurée grâce au civisme et à la mobilisation des opérationnels proches du terrain, tandis que des pans entiers de l'action publique s'interrompaient – telle la justice en France –, qu'états-majors, sièges sociaux et hiérarchie se plaçaient à l'abri du confinement, du télétravail et du chômage partiel.
    L'émotion et la compassion ont chassé la décision, encouragées par une conception dévoyée du droit qui place tout dirigeant sous la menace de procédures pénales alors que, dans le même temps, les libertés publiques ont été suspendues dans l'indifférence générale.
     
    Simultanément, la contagion de la peur parasite et paralyse l'action. La terreur de la mort légitime le « précautionnisme », ce despotisme doux qui, prétendant éradiquer tout risque, a supprimé la capacité à les anticiper ou les gérer.
    La France constitue un cas d'école où l'État a infantilisé les citoyens en les protégeant moins de l'épidémie que de la réalité, avec pour nouvelle devise de la République « protégez-vous, restez chez vous ! ».
    Sous la distanciation sociale pointe la distance avec les faits, l'utopie du monde d'après baigné d'argent magique permettant d'éluder les immenses défis du monde d'aujourd'hui. Les valeurs mêmes de la démocratie ont été infectées avec, pour dernière illustration, la convention sur le climat qui entend introduire dans la Constitution le principe totalitaire de subordination des libertés à l'écologie.
    Les médias, et notamment les réseaux sociaux, dont Facebook est le symbole, loin de jouer leur rôle de contre-pouvoir, démultiplient la panique et érigent en modèle économique la destruction de la connaissance, de la responsabilité et de la recherche de la vérité…

    Source Le Point article du 6 juillet 2020. ICI
    Malheureusement l’article complet ne peut être lu que par les abonnés.
    Blu
    Blu

    Messages : 49
    Points : 4690
    Réputation : 2290
    Date d'inscription : 09/05/2020
    Age : 60
    Localisation : Provins

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum