Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 42 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 40 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Estrope

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 389 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est fromenteaux bernard

    Nos membres ont posté un total de 4655 messages dans 1649 sujets

    La section Anderson

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    La section Anderson Empty La section Anderson

    Message par CASTOR2 le Mar 14 Juil - 19:14

    Retour sur la section Anderson
    de Pierre Schoendoerffer


    C’était en 1968, un film en dehors du temps…

    La section Anderson La_sec10



    "Au Vietnam, il est impossible de filmer l’ennemi cat si vous le voyez, il vous voit et vous êtes mort !"

    (Avis du site avoir-alire.com)     Extraits :

    Oscar du meilleur film documentaire en 1968

    Résumé : Pierre Schoendoerffer, vétéran de la guerre d’Indochine, accompagne une section de soldats américains durant les combats au Vietnam en 1966.

    Notre avis : Présenté dans la grande émission Cinq colonnes à la une par Pierre Dumayet, La section Anderson a été tournée en six semaines, au plus près des combattants, et se veut un témoignage personnel sur une guerre à l’époque rarement filmée.
    Sans doute y a-t-il peu d’équivalents, le spectateur étant placé au milieu de ces soldats, immergé dans un quotidien fait de banalités (on lit Mandrake, on attend le courrier, on se lave) et de batailles de plus en plus âpres. En ce sens il y a bien une progression dramatique, depuis la présentation des jeunes gens (leur âge est toujours précisé) jusqu’au combat final et à l’évacuation d’un blessé.
    Mais dès le début, ces gros plans de visages presque enfantins, le ton est donné puisque la voix off annonce que l’un d’entre eux mourra quinze jours plus tard, et que d’autres seront atteints.
    Qu’on ne s’y trompe donc pas, malgré les rires ou l’ennui, le danger est bien réel et apparaît à plusieurs reprises (hélicoptère mitraillé, village hostile, Vietcong encerclés) ; Schoendoerffer, qui se demandait avant de partir s’il parviendrait à faire autre chose qu’une collection d’anecdotes, rend parfaitement ce mélange d’attente et de peur, sans doute parce qu’il avait « apprivoisé » les soldats en les filmant longuement pour qu’ils s’habituent à la caméra. De fait, elle semble oubliée par ces jeunes hommes qui risquent leur vie « en direct »…

    La section Anderson Anders10



    … La section Anderson est un grand documentaire, fort de sa sobriété et de sa rigueur. Indiscutable témoignage, il pose aussi la question de la représentation de la réalité : en se tenant au plus près des soldats sans leur donner la parole, en multipliant les points de vue, en refusant l’emphase et le lyrisme, Schoendoerffer, qui avait vécu la guerre d’Indochine, rend bouleversante sa plongée dans un conflit qu’il rend tangible. Pas très étonnant que les Américains séduits lui aient décerné l’Oscar en 1968.


    Lire l’article complet sur le site   ICI

    vidéo  (extrait)




    Il y a d’indubitables partis pris de mise en scène dans La section Anderson : l’utilisation de la musique, le choix des cadrages (les mains pendant la messe, par exemple) et même le montage tendent à structurer puissamment des séquences très variées ; ainsi la permission à Bangkok, apparemment anodine, permet-elle à la fois une respiration et une démonstration (l’omniprésence de la guerre, le comportement des Américains).
    C’est aussi par la voix off que le film s’organise puisqu’elle nomme et donc individualise les soldats, mais aussi parce qu’elle commente et explique d’un ton neutre. Mieux même, elle annonce ce qui va se passer à la manière d’un narrateur omniscient (« l’hélicoptère va heurter un palmier et s’écraser »), donne les clés d’une fausse alerte (une femelle babouin « désespérée qui pleure son mâle disparu ») et juge (un blessé se cramponne « pathétiquement » à son chapeau).

    Autrement dit, Schoendoerffer ne prétend jamais à une impossible objectivité : si l’émotion n’affleure jamais dans la voix, le texte et l’image s’accordent pour la faire surgir, comme par effraction.
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 151
    Points : 8677
    Réputation : 3611
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum