Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 36 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Arcimboldo_56, Oort

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 421 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HOUREZ PATRICE

    Nos membres ont posté un total de 5032 messages dans 1794 sujets

    17 juillet 2019

    Aller en bas

    17 juillet 2019 Empty 17 juillet 2019

    Message par amarante le Ven 10 Juil - 8:32




    Les trois militaires décédés dans une galerie d'orpaillage illégal, auraient succombé à une intoxication au monoxyde de carbone.

    Le 17 juillet 2019, 3 militaires du 19ème régiment de génie de Besançon trouvaient la mort dans une galerie d’orpaillage illégal. Ils ont vraisemblablement succombé à une intoxication au monoxyde de carbone. Les résultats de l'enquête ont été révélés.

    Les 3 hommes, jeunes et en bonne santé, avaient succombé à une intoxication. 5 autres avaient été blessés. Ce matin, le procureur de la République de Cayenne a écrit un communiqué, pour faire le point sur l’enquête. Les trois militaires ont vraisemblablement succombé à une intoxication au monoxyde de carbone.

    Rappel des faits
    Ce jour-là, le groupe Fouille opérationnelle spécialisée du 19ème régiment de génie doit détruire des galeries et des puits illégaux. A 11h30, puis à 15h15, la galerie numéro 5 fait l’objet de 2 destructions, par explosif. Ensuite, à 16 heures, un sous-officier descend dans la galerie 6 avec des explosifs. La galerie est profonde de 70 mètres, et elle est obstruée par un éboulement à 21 mètres de l’entrée. Un autre sous-officier le rejoint, et constate que son camarade est inconscient. Il appelle à l’aide. 3 hommes vont descendre, puis 3 autres. Au final, 3 corps seront remontés. Et 5 militaires seront blessés, intoxiqués et évacués.

    L'enquête n'est pas terminée
    Les pompiers ont utilisé des fumigènes pendant l’enquête : il a été établi que la 1ère galerie détruite correspondait avec la seconde. Les gaz générés par les explosions, le matin et en début d’après-midi, ont pu rester stagnants dans les galeries, et provoqué une intoxication… on rappelle que le monoxyde de carbone est inodore. Ces hypothèses ont été confirmées par les médecins légistes… et par la direction générale de l’armement : les explosions génèrent du monoxyde de carbone. L’enquête n’est pas terminée. Une information judiciaire a été ouverte contre X, pour homicides et blessures involontaires. Il s’agit de savoir si les opérations de destruction ont respecté les conditions de sécurité.



    Véronique Bedz/Nikerson Perdius/MCT
    amarante
    amarante

    Messages : 110
    Points : 15913
    Réputation : 2148
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    17 juillet 2019 Empty Re: 17 juillet 2019

    Message par vent du sud le Ven 10 Juil - 8:43



    17 juillet 2019 17_jui10

    Qui sont les trois militaires décédés lors d'une opération anti-orpaillage en Guyane ?
    Le sergent-chef Edgar Roellinger, 27 ans, le caporal-chef de 1ère classe Cédric Guyot, 31 ans, et le caporal-chef de 1ère classe Mickaël Vandeville, 30 ans, appartenaient au 19ème régiment du génie de Besançon, selon l’état-major des armées.

    Victimes d'émanations toxiques, trois militaires du 19e Régiment du génie à Besançon sont morts accidentellement en cours de mission, ce mercredi en Guyane, alors qu'ils luttaient contre l'orpaillage illégal. Très attachée à ses garnisons, la capitale comtoise est en deuil.

    Les autres soldats hospitalisés sont également de Besançon

    Outre les trois victimes, cinq autres militaires ont été évacués par hélicoptère et pris en charge au centre hospitalier de Cayenne. L'ensemble de ces soldats appartiennent au 19e régiment du génie de Besançon, frappé de plein fouet par cette hécatombe. Des analyses sont en cours pour déterminer avec précision la nature du gaz toxique inhalé. Une enquête a été ouverte pour préciser les circonstances de ce que l'armée présente, pour l'heure, comme un "accident".

    Les huit sapeurs de combat étaient envoyés en Guyane pour quatre mois. Leurs missions étaient dédiées à la destruction de puits et de galeries d'orpailleurs. "C'est dans le cadre d'une opération de ce type que nous déplorons trois tués et cinq blessés", précise le lieutenant-colonel Cottin, du 19e RG. Une cérémonie militaire aura lieu à Besançon, au sein du régiment, une fois que le corps des trois soldats décédés seront rapatriés.

    La tristesse de la ministre des Armées
    Le tragique accident a eu lieu dans une zone très reculée de la forêt amazonienne. Selon le parquet de Cayenne, le secteur est dénué de voie terrestre jusqu'au littoral et n'est couvert par aucun réseau téléphonique. Un paradis pour les orpailleurs. Un récent survol de cette vaste région aurait permis de comptabiliser 132 sites aurifères illégaux, un chiffre en constante augmentation.

    La ministre des Armées, Florence Parly, a évoqué sa "tristesse", en saluant la mémoire des militaires disparus. "Leur dévouement force le respect et nous rappelle que chaque jour et chaque heure, des hommes et de femmes de nos Armées veillent et s'exposent avec courage pour notre sécurité", a-t-elle ajouté.



    L'Est Républicain




    -------------------------------



    Le 19e régiment du génie (19e RG) est le régiment d'appui génie de la 1re division. Capable d’intervenir sur tout le spectre des engagements opérationnels, il détient deux composantes majeures et parfaitement complémentaires : l'appui génie au combat et l'appui au déploiement.


    17 juillet 2019 1910


    En plus de ses capacités de combat au contact et de franchissement, le régiment détient des sections spécialisées : fouille opérationnelle spécialisée, équipes de déminage NEDEX (neutralisation, enlèvement, destruction des explosifs), d’EOD (explosive ordnance disposal) et plongeurs de combat du génie.

    Missions
    Unique dépositaire des savoir-faire d'appui au déploiement lourd, le régiment réalise la plupart des chantiers de type travaux publics, en France comme sur les théâtres d'opérations extérieures. Il est aussi un spécialiste reconnu des travaux de voies ferrées, de la production de matériaux, du traitement des sols et enduits superficiels.

    En métropole, comme en opérations extérieures, ses missions sont :

    Combat de contact ;
    Appui à la mobilité : ouverture et rétablissement d’itinéraires, franchissement, déminage ;
    Appui au déploiement opérationnel : travaux d'infrastructures verticales ;
    Appui au déploiement lourd : travaux de protection, création de bases, de dépôts, de plates-formes de stationnement, rétablissement de l’infrastructure, chantiers de type travaux publics.


    Histoire
    Créé en 1935, le 19e RG est l’héritier des traditions du génie d’Afrique. Son histoire remonte à 1876, avec l’apparition d’un 19e bataillon du génie, qui s’illustre en Extrême-Orient et en Afrique, où il s’installe en 1899 à Hussein Dey en Algérie. Il s’illustre pendant la Première Guerre mondiale, notamment à Verdun (1916) et à La Malmaison (1917), puis lors de la guerre du Rif, au Maroc (1925).

    Au cours de la seconde guerre mondiale, ses unités prennent part aux campagnes de Tunisie, d’Italie, de France et d’Allemagne. Le 19e RG se distingue encore en Indochine (1949-1954) puis en Algérie (1952-62), qu’il quitte en 1964, pour s’installer à Besançon.

    Dans les années 90, le 19e RG participe à toutes les opérations dans lesquelles est engagée la France : Ex-Yougoslavie, Kosovo, Liban, Côte d’Ivoire, puis début des années 2000 en Afghanistan. Présent en bande sahélo-saharienne sans discontinuer depuis l'opération Serval, il s'est vu décerner sur son drapeau la croix de la valeur militaire pour son action au Sahel.

    Sa devise est « Entreprendre et réussir ».

    Structure
    Le régiment se compose de 9 compagnies :

    1 compagnie de commandement et de logistique,
    1 compagnie d’appui,
    2 compagnies de combat,
    1 compagnie d'appui au déploiement opérationnel,
    2 compagnies d’appui au déploiement lourd (stationnées à Mourmelon et Canjuers),
    2 compagnies de réserve (une compagnie de combat, une compagnie de travaux).
    Avec un effectif de plus de 1 630 sapeurs (dont 300 réservistes), le 19e RG est l’une des formations les plus importantes de l’armée de Terre.

    Matériel
    Véhicules de l’avant blindé (VAB) génie, engins blindé du génie (EBG) et systèmes de déminage pyrotechnique de mines antichar (SDPMAC), engins de franchissement de l’avant (EFA), engins du génie rapide de protection (EGRAP), engins de chantier (pelles, tracto-niveleurs, tractopelle, tracto-chargeurs etc.).

    En résumé
    composé de 9 compagnies
    spécialisé dans le savoir-faire d'appui au déploiement lourd
    spécialiste des travaux de voie ferrée, de la production de matériaux, du traitement des sols et enduits superficiels

    Implantation
    Le 19e régiment du génie est l’unique régiment se situant à Besançon, ville où est établie la 1re division.




    Armée de Terre
    vent du sud
    vent du sud

    Messages : 108
    Points : 16041
    Réputation : 2463
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum