Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Août 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 45 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 43 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Estrope

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 389 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est fromenteaux bernard

    Nos membres ont posté un total de 4655 messages dans 1649 sujets

    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944 Empty Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944

    Message par LANG le Mer 8 Juil - 16:31

    Information donnée par Otosan et Vert

    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944
    Lundi 6 juillet 2020.


    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944 Souv10

    Après un moment de recueillement sur la tombe de Lucien Chatelain, ancien président, et devant la tombe rénovée de Camille Cottet, nous avons assisté à la messe souvenir en hommage aux 12 fusillés, 11 prisonniers dont les plus jeunes avaient tout juste 16 ans et Monsieur Ballaz, maire de la commune et âgé de 70 ans, puis à la cérémonie devant la stèle des fusillés.
    M. le maire d’Ecole en Bauges, retraça cette tragédie, devant les personnalités,  la gendarmerie, les Anciens combattants, le Souvenir Français, (représenté par Jean-Yves Sardella délégué général adjoint,  Edith Sardella, trésorière de la DG, Arlette Routin, secrétaire, Nicole Guéry présidente du comité des Bauges accompagnée de membres de son comité), les 16 porte-drapeaux et l'assemblée.
    Jean-Yves Sardella a prononcé un discours en mettant en avant  les prérogatives du Souvenir Français et a mis en avant la transmission aux jeunes générations du devoir de mémoire.
    Après le dépôt de gerbes et la minute de silence,  le cortège s'est dirigé vers le cimetière pour se recueillir devant le carré où reposent les fusillées.
    Le drapeau A.A.M.C.I était présent à cette cérémonie en compagnie de notre ami et adhérent  Georges Tamburini

    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944 20200710

    Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944 20200711 Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944 20200713



    Histoire
    Le 4 juillet 1944 les Allemands lancèrent une vaste opération de police sur l’ensemble du massif des Bauges (Savoie). Cette répression se traduisit par l’attaque de plusieurs maquis et de nombreuses exécutions sommaires.
    Comme le 1er mai, la vallée qui s’étend entre le col du Frêne et Jarsy fut investie : des troupes allemandes s’installèrent à École et patrouillèrent depuis cette localité. Les compagnies FTP 92-03 et 92-05, qui avaient envisagé une embuscade sur la route du col du Frêne, s’étaient retirées le 4 au matin sous une pluie battante. La 92-03 rejoignit son camp de base à Bornette et fut attaquée le jour même. Les sédentaires de la 92-05 reçurent, eux, ordre de se disperser jusqu’au départ des Allemands.
    À École, le maire, Jules Ballaz, âgé de soixante-treize ans, et ses collaborateurs furent soumis à des interrogatoires et des menaces. Le 6 juillet au matin, Claudius Blanc, un négociant de trente-six ans, tenta de s’échapper au cours d’un interrogatoire. Rattrapé à l’extérieur du village, il fut dépouillé de ses biens et abattu.
    Dans la même matinée, l’officier dirigeant les opérations, le même qui commandait la répression du 1er mai, ordonna l’arrestation de huit jeunes gens d’École (Constant Arnichand, André Ferroud-Platet, Émile Gonthier, Lucien Gonthier, Eugène Nardin, Alexandre Paulandré, André Trepied, Joseph Trepied).
    Il semble que ces jeunes gens, tous membres de la Cie FTPF 92-05, s’étaient dans un premier temps réfugiés dans les environs du village et qu’ils étaient rentrés depuis peu chez eux, pensant que la situation s’était calmée. Une fois rassemblés, ils furent torturés. Ces interrogatoires violents aboutirent à la découverte et la destruction, à proximité du bourg, d’un dépôt d’armes contenant une cinquantaine de kilos de dynamite.
    À quinze heures toute la population fut rassemblée sur la place publique et le commandant allemand annonça qu’à titre de représailles, le maire et les huit jeunes gens allaient être fusillés ainsi que deux adolescents (Roger Burgos et Henri Orset) capturés la veille à Jarsy.
    Après que les femmes et les enfants eurent été renvoyés, les onze prisonniers furent abattus sur la place, un à un, en présence des hommes du village. Une fois l’exécution terminée il fut ordonné que les corps restassent en place tant que les hommes de la Gestapo seraient présents dans les lieux et plusieurs maisons furent incendiées. Une quinzaine de français en uniforme allemand participèrent à cette opération.
    Biographies  ICI

    SOURCES : Historique de la compagnie 92-05 par Louis Rochon-Laurent. — NARA, Rapport du 17 septembre 1944, mission Union. — Arch. Dép. Savoie, 961 W 31, Rapport du 25 10 1944. — Michel Aguettaz, Les FTP dans la résistance savoyarde, Grenoble, PUG, 1995.
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 785
    Points : 19629
    Réputation : 8557
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum